Join us for the best summer yet!

ADAM ET L’HOMME DECHU, 3 au 9 novembre 2008
Traduction libre d’un texte de Dan Carneschiali, CS of Ballwin, MO, USA
par Pascal Bujard et autorisée par Warren Huff, Directeur des camps CedarS
Tirée du site www.cedarscamps.org

Note du rédacteur : Les renseignements et les idées suivantes s’appliquent à la Leçon Biblique de la Science Chrétienne pour cette semaine, et sont offertes principalement pour aider les campeurs et le personnel (aussi bien que les amis) de CedarS Camps, de voir et de démontrer l’importance de l’étude quotidienne des Leçons Bibliques de la Science Chrétienne toute l’année, et pas seulement pendant la durée du camp. La version originale en anglais de ce texte est disponible sur le site Internet de CedarS à l’adresse http://www.cedarscamps.org/metaphysical Vous pouvez vous inscrire à cette adresse afin de recevoir ce texte en anglais, ainsi qu’en français ou en espagnol chaque mercredi. (Nous n’avons malheureusement plus de traducteur pour l’allemand.)

Ne vous laissez plus piéger par Adam et l’homme déchu. Réveillez vous. Vous êtes la création de Dieu. Vous avez l’intelligence et la volonté divine pour remplir le but que Dieu vous a confié.

Texte d’Or :
Entraînez-vous à choisir soigneusement vos pensées. Si vous ne vous laissez pas piéger par le mythe que vous êtes séparé de Dieu, vous ne serez plus sujet au songe de la matière. Les idées spirituelles ne peuvent pas souffrir ; elles ne passent jamais par des moments difficiles.

Lecture Alternée :
Au début, le brouillard recouvrait la terre. (Vous ne pouvez pas voir très bien dans le brouillard, n’est-ce pas ?) Ensuite, l’Eternel Dieu créa l’homme de la poussière. (Le vent peut souffler quelque chose qui est créé en poussière, n’est-ce pas ?) Adam tombe dans un profond sommeil. (Vous ne pouvez pas penser correctement lorsque vous êtes plongé dans un profond sommeil.) Traditionnellement, on pense que le mot Adam vient du mot hébreu Adamah, qui signifie la terre. Adam est donc la créature de la terre. Rien de tout cela n’est un bon point de départ pour la création, n’est-ce pas ? Cela sonne de plus en plus comme un songe et nous n’avons pas encore évoqué l’histoire du serpent qui parle. Il est temps de se réveiller du songe de la vie dans la matière ! C’est de cela que parle cette Leçon – s’éveiller à une compréhension que nous sommes les enfants de Dieu.

SECTION I : Vraie origine
I Corinthiens 2 :9 reformule ce qui est dit dans Esaïe 64 :4, en disant, « ce sont des choses que l’oeil n’a point vues, que l’oreille n’a point entendues, et qui ne sont point montées au coeur de l’homme, des choses que Dieu a préparées pour ceux qui l’aiment. » C’est assez facile de se laisser prendre par les apparences. Mais, Dieu-Esprit a révélé la vérité au sujet de l’origine et du destin de l’homme. (Bible 1) Genèse 1 présente une création très différente de celle de Genèse 2. Dans cette histoire, l’homme (homme et femme, bien sûr) est béni et n’est pas sujet aux mensonges ou aux tentations. L’homme spirituel a un but divin – exprimer la domination. Tout ce dont il a besoin lui a déjà été fourni. (Bible 2) N’ayant pas un sens spirituel, l’entendement mortel présente une mauvaise image de la terre comme étant épuisée, usée, et inhospitalière. Le sens spirituel montre que Dieu-Esprit renouvelle continuellement la terre avec fraîcheur. La terre est une idée composée de bien qui n’a ni début, ni fin. Dieu se réjouit de toutes Ses oeuvres. Y compris vous. (Bible 3) Le chapitre « Genèse » est un chef-d’oeuvre de la partie Clef des Ecritures dans Science et Santé. L’analyse que fait Mme Eddy de Genèse 2 est qu’il s’agit d’une allégorie, qui est une histoire dramatique qui nous aide à comprendre des concepts importants. « La théorie mythologique de la vie matérielle ne ressemble en aucune façon au récit scientifiquement chrétien de l’homme créé par l’Entendement à l’image et à la ressemblance de Dieu, et ayant la domination sur toute la terre. » (S&S 2) Cela ne signifie pas que nous devrions ignorer les leçons de l’allégorie de « cette conception matérielle de Dieu et de l’univers. » (S&S 4) Au contraire. Car par elle, l’inconsistance de la matière est exposée. Genèse 1 est un exposé du Dieu parfait et d’une création parfaite, complètement indépendante et insensible à la matière. L’homme, à l’image de Dieu, n’est ni inverti (mis la tête en bas, orienté dans la mauvaise direction), ni subverti (détruit, vaincu). Il est droit (honorable, honnête). (S&S 5)

SECTION II : Un vendeur beau-parleur
Il n’existe rien de tel qu’un serpent qui parle. Pourquoi voudrait-on en parler ? Dans la Bible, les serpents sont un symbole de tentation et de supercherie subtile. Le mot serpent vient du verbe hébreu nahash, qui signifie murmurer/chuchoter, d’une manière trompeuse comme le fait un diseur de bonne aventure. (S&S 5) Lorsque vous avez à faire à un serpent beau parleur, restez attentif et gardez une main sur votre portefeuille. « Ne vous y trompez pas : les mauvaises compagnies corrompent les bonnes moeurs. » (Bible 5) Le serpent était rusé. Il ne disait pas, « Vous voulez ce qui est mal. » Il chuchotait, « Dieu veut vous cacher quelque chose. Et cela vous ouvrira les yeux. » Vous savez comment fonctionne parfois la nature humaine. Si quelqu’un vous dit que vous ne pouvez pas avoir quelque chose, vous le voulez. C’est aussi la nature humaine de vouloir « essayer quelque chose » pour voir comment c’est. Quel mal cela pourrait-il faire ? Le problème avec les chuchotements du serpent, c’est qu’ils s’agissaient de mensonges. Dieu n’avait/n’a pas fait le bien et le mal. Il ne nous cache rien et ne nous a jamais rien caché. Il est Tout et reflète tout. Il n’existe rien de plus que tout, rien de plus que le bien. Cette allégorie met au défi notre croyance dans l’existence du mal. Certaines personnes disent que le mal existe afin que nous puissions savoir ce qu’est le bien. Avez-vous besoin d’un désert pour savoir ce qu’est l’océan ? (S&S 6) Pensez à l’histoire de la création telle qu’elle est décrite dans Genèse 1. Elle était ordonnée, pleine de lumière, pleine de domination, bénie et entièrement bonne. Pensez-vous que le mal soit nécessaire ? L’univers serait-il incomplet sans le mal ? C’est une question ironique car elle dit que le manque est nécessaire pour que l’état complet soit possible. Oui, cela n’a aucun sens. Mme Eddy l’exprime de cette manière, « Si l’erreur était vraie, sa vérité serait une erreur, et nous aurions une absurdité évidente en soi, à savoir, la vérité erronée. » (S&S 472 :19-21) Clairement, Dieu le bien, ne créerait pas Son opposé, le mal. Clairement, le bien omnipotent ne le permettrait pas non plus. « Que personne, lorsqu’il est tenté, ne dise : C’est Dieu qui me tente. Car Dieu ne peut être tenté par le mal, et il ne tente lui-même personne. » (Bible 7) Vous êtes complet, précisément parce que vous n’incluez pas le mal. « Une connaissance du mal ne fut jamais l’essence ni de la divinité ni de l’homme. » (S&S 9) En tant qu’enfant de Dieu, qu’est-ce que le mal a à voir avec vous ?

SECTION III : Qui suis-je ?
Dans l’allégorie d’Adam et Eve, l’erreur demande à l’homme, « Sais-tu qui tu es ? Tu es mortel. Tu es nu. (Tu te sens séparé de Dieu). » Comment vous percevez-vous ? Voyez-vous et ressentez-vous par la matière ? Etes-vous une idée spirituelle ayant une sensation physique ? Dieu est-il Esprit, mais S’exprimant par la matière, grâce à un homme mortel ? C’est un modèle qui ne peut pas fonctionner. En effet, il s’agit du modèle qu’on pense souvent comme étant le seul rationnel. (C’est à cause du fait que c’est en général l’entendement dans la matière – entendement mortel – qui pose les questions et qui y répond.) Mary Baker Eddy demande, « L’Entendement est-il dans la matière ? » L’Entendement dépend-il de la matière pour s’exprimer ? « L’Entendement est-il capable d’erreur aussi bien que de vérité, de mal autant que de bien, alors que Dieu est Tout, qu’Il est Entendement, et qu’il n’y a qu’un seul Dieu, donc un seul Entendement ? » (S&S 11) Si Dieu S’exprime par la matière, Il serait limité par la matière, Il serait corrompu par la matière. Si vous étiez matière, physique, vous seriez limité par la matière, sujet à sa décomposition. « Réveille-toi, toi qui dors, relève-toi d’entre les morts, et le Christ t’éclairera. » (Bible 9) Un idéal est une conception de quelque chose dans sa perfection ou un standard de perfection ou d’excellence. (American Heritage Dictionary) Le Principe n’a jamais changé de standard de perfection. Donc, l’homme, Son exacte image reflétée, est parfait, et non-déchu. « Quand à Ton image on le voit, l’homme est sain, vaillant, pur et droit. » (Hymne 12, Hymnaire de la Science Chrétienne.)

SECTION IV : Un discours sournois du serpent
Dans l’allégorie, Adam et Eve baissent leur garde, ils tombent sous le charme du discours sournois du serpent et s’endorment. Combien de fois acceptons-nous la douce parole de l’erreur sans se poser la moindre question ? Les mensonges sont-ils vrais ? Non, sinon ils seraient la vérité ! Etes-vous vigilant au discours sournois du serpent ? Etes-vous prêt à prendre position ? La demande d’Esaïe est urgente. « Réveille-toi ! Réveille-toi ! Secoue ta poussière (élève-toi de la poussière de la perception adamique)… Détache les liens de ton cou, captive, fille de Sion ! » (Bible 11) Notre état naturel n’est pas le rêve adamique – c’est le sens spirituel, libéré de la matière ! « De même que notre Maître, il nous faut passer du sens matériel au sens spirituel de l’être. » (S&S 17) « Connaissant la fausseté du prétendu sens matériel, vous pouvez revendiquer votre droit de vaincre la croyance au péché, à la maladie ou à la mort. » (S&S 18)

SECTION V : Domination, démonstration
Jésus, le Maître chrétien, démontra inséparabilité de Dieu. Il maîtrisait l’idée infinie. J’ai parlé à certaines personnes qui croyaient que Jésus guérissait car il était Dieu. Ou qu’il guérissait par la magie. Comment disait-il que la guérison venait ? Il disait que c’était par la prière et le jeûne, lorsque le péché est pardonné, par le pouvoir de Dieu. Lorsque vous lisez que les péchés du paralytique étaient pardonnés et qu’il fut guéri, comment pensez-vous que la guérison soit venue ? Jésus s’est-il concentré sur la structure physique de l’homme ? Vous pouvez voir qu’il se concentra sur les aspects mentaux du cas. Jésus a dit au paralytique, « Prends courage, mon enfant, tes péchés te sont pardonnés. » (Bible 5) Il était conscient de l’opposition à la guérison spirituelle et il y fit face. Il affirma le droit pour l’humanité d’être guérie, de comprendre Dieu et de se sentir uni à Lui. « Le Christ, la Vérité, fut démontré par Jésus pour prouver le pouvoir de l’Esprit sur la chair – pour montrer que la Vérité se manifeste par ses effets sur l’entendement et le corps humains, en guérissant la maladie et en détruisant le péché. » (S&S 316 :8-12) Jésus guérissait sans effort et il voulait que nous en fassions autant. Remarquez que la Vérité guérissait à travers Jésus. Pourquoi Dieu ne pourrait-il pas guérir à travers vous ? Le reflet de Dieu est-il indigne, pas prêt ? Il n’y a qu’un seul homme, l’homme de Dieu. L’homme mortel est un canular propagé par un discours sournois du serpent, par la philosophie du serpent. « De tout temps la coexistence supposée de l’Entendement et de la matière et le mélange du bien et du mal ont résulté de la philosophie du serpent. … La philosophie humaine a fait Dieu semblable à l’homme. La Science Chrétienne fait l’homme semblable à Dieu. La première est erreur, la seconde est vérité. » (S&S 20) La citation 16 de la Bible peut sembler familière. Elle commence avec le même passage que dans le Texte d’Or. Elle continue par, « Que personne ne méprise ta jeunesse ; mais sois un modèle pour les fidèles, en parole, en conduite, en charité, en foi, en pureté. » Abandonnons les théories basées sur un faux témoignage, abandonnez les modèles imparfaits (incomplets, faibles, défectueux) et les idéaux trompeurs (irréels, trompeurs). (La citation 24 de Science et Santé se réfère au modèles et idéaux de la Section 3.)

Le langage dans Science et Santé 249 :1-12 est basé sur le verbe « let » en anglais qui signifie permettre, laisser, donner, consentir. Cela montre que ce qui est nécessaire, est déjà en place. Qu’est-ce qui est donc nécessaire ? Ce qui est nécessaire, c’est une reconnaissance sincère et profonde d’une vraie création. Chacune des phrases de ce passage est comme un tendre commandement où le verbe « let » est remplacé par « tu devrais ». En les lisant, pensez à la façon dont vous devez changer votre pensée ou perspective pour laisser ces choses arriver.

1) Comme dans le Premier Commandement, n’ayons qu’un seul Dieu, un Entendement parfait.
2) Acceptons Ses modèles de perfection.
3) Laissons apparaître « l’homme et la femme » de la création de Dieu.
4) Ressentons la divine énergie de l’Esprit, qui nous mène au renouvellement de la vie.
5) Ne reconnaissons aucune puissance matérielle capable de détruire.
6) Réjouissons-nous du fait que les lois auxquelles nous sommes soumis, ce sont les « divines “puissances qui subsistes” ».

(Mme Eddy cite probablement Romains 13 :1 – « Que toute personne soit soumise aux autorités supérieures ; car il n’y a point d’autorité qui ne vienne de Dieu, et les autorités qui existent ont été instituées de Dieu. ») Réjouissons-nous du fait que notre destin n’est pas de déchoir d’un état de grâce. Comment cela pourrait-il l’être ? Nous sommes le propre reflet de Dieu. « Réveille-toi, toi qui dors, relève-toi d’entre les morts, et le Christ t’éclairera. » (Bible 9)

 

Le texte ci-dessus fait partie d’une longue série de notes sur les leçons bibliques créées chaque semaine par des praticiens résidents de CedarS (un camp sans but lucratif qui s’appuie sur la Science Chrétienne dans toutes leurs activités – semblable à Arc-En-Ciel en Suisse) et de manière occasionnelle par d’autres métaphysiciens [et entre crochets, des notes en italiques et des Idées d’Etude pour l’Ecole du Dimanche que j’y ajoute]. Ce document est destiné à pousser plus loin l’étude des leçons bibliques hebdomadaires (selon les Livrets trimestriels de la Science Chrétienne), ainsi qu’encourager la mise en application des idées qu’on y trouve. A l’origine, ce document n’était envoyé qu’aux participants des camps CedarS, ainsi qu’à leurs familles qui voulaient continuer chez eux, dans leurs Ecoles du Dimanche, à appliquer les mêmes principes pour l’étude de la leçon. Ces notes hebdomadaires ne sont en aucun cas définitives, ou un substitut à l’étude quotidienne de la leçon dans les livres. Les pensées présentées sont l’inspiration d’un moment et sont offertes pour donner un peu plus de dimension et de fond aux idées et passages étudiés. La Leçon-Sermon parle individuellement à chacun par le Christ, fournissant un aperçu unique et une mise en application sur mesure à chacun d’entre nous. Nous sommes heureux que vous ayez demandés ce partage métaphysique et nous souhaitons que vous y trouviez des idées qui vous aideront dans votre voyage spirituel quotidien.
Warren Huff, Directeur du Camp : director@cedarscamps.org


********

Le Bulletin Métaphysique hebdomadaire est offert sans frais aux 1’200 campeurs et au personnel, bénit chaque été au camp CedarS aussi bien qu’aux anciens campeurs, aux amis et aux familles qui l’ont demandé. Cependant, des contributions actuelles et futures sont très appréciées pour nous aider à faire face aux coûts de production de ce bulletin, aussi bien que pour aider les campeurs, pour le soutien des programmes et de l’exploitation du camp. Cliquez sur http://www.cedarscamps.org/giving pour savoir comment vous pouvez nous soutenir sur Internet, ou pour trouver des renseignements pour nous contacter en privé pour faire un don qui aidera à perpétuer le bon travail de CedarS. Vous pouvez aussi envoyer votre contribution non-imposable par la poste à: The Cedar’s Camps, Inc., 19772 Sugar Drive, Lebanon, MO 65536

 

American Camp Association

MAIN OFFICE
(November - May)
410 Sovereign Court #8
Ballwin, MO 63011
(636) 394-6162

CAMP OFFICE
(Memorial Day Weekend - October)
19772 Sugar Dr.
Lebanon, MO 65536
(417) 532-6699

Support our mission!

CedarS Camps

Back
to top