Join us for the best summer yet!

Click here to print PDF version

 La Loi Suprême de l’Amour
Idées d’application métaphysique pour la leçon biblique de la science chrétienne sur

« Dieu »
du 27 juin au 3 juillet 2022

par Christie C. Hanzlik, C.S. à Boulder, CO
ccern@mac.com • 720-331-9356 • christiecs.com


Nous n’aurons jamais assez de mots pour décrire Dieu suffisamment. Et pourtant, il est crucial que nous comprenions clairement le mot Dieu car le mot est souvent mal utilisé et abusé. Le mot « Dieu » nous fait penser à un être semblable à l’homme doté de super pouvoirs. Mais c’est une compréhension matérielle – limitée, déformée et erronée – de Dieu. Les gens décrivent souvent Dieu métaphoriquement avec des concepts tels que Berger, Roi, Père et Mère. Mais même avec ces métaphores utiles, nous devons être attentifs à ne pas commencer à penser à un être anthropomorphe – ce serait une façon limitée de comprendre Dieu. Dans la façon dont je lis la leçon biblique de cette semaine, Dieu est décrit comme Législateur, la source et l’application de la loi et du principe divins.

Pour comprendre le concept de Dieu en tant que Législateur, ou loi divine, il peut être utile d’imaginer l’univers sans loi. Sans loi ni principe, nous aurions un chaos absolu. Les planètes et les étoiles se heurteraient. Nous n’aurions pas de grammaire ni de schémas de langage pour comprendre les uns et les autres. Les compétitions sportives n’auraient pas de règles. Nos corps ne fonctionneraient pas de manière fiable. Le trafic routier serait au mieux frénétique. Les animaux seraient sauvages et impossibles à dresser. Les entreprises ne seraient pas structurées – rien ne serait fait et personne ne serait payé. Les téléphones et les ordinateurs ne fonctionneraient pas. La nourriture ne pouvait pas être cultivée ou préparée, et les restaurants ne pouvaient pas être organisés. Les camps d’été ne pouvaient pas être mis en place en toute sécurité. Etc. En effet, sans loi et principe, la fonction, le but et la productivité de l’univers seraient totalement absents.

Mais nous avons un ordre et un principe. Et cela vient de la source éternelle – Dieu en tant que Législateur. Notez l’utilisation du mot « loi » dans le Texte d’or, ou idée principale, de la Leçon : «

La loi de l’Eternel est parfaite, elle restaure l’âme ; le témoignage de l’Eternel est véritable, il rend sage l’ignorant. » (citation GT, Psaumes 19:7)

De nombreuses personnes à travers les États-Unis et au-delà parlent maintenant de la loi bien plus que d’habitude. Des millions de publications sur les réseaux sociaux commentent les lois récentes affectées par des décisions rendues par la Cour suprême des États-Unis. Eh bien, nous pouvons tous considérer toute cette leçon biblique comme un traitement – un baume – qui peut nous aider à prier au sujet d’un Principe supérieur, d’une source supérieure de Loi – qui annule, restaure, corrige, gouverne et maintient tout ordre. Nous pouvons faire appel au Principe divin et savoir que, comme l’écrit Mary Baker Eddy, «La loi humaine n’est juste que dans la mesure où elle se modèle sur la divine. La consolation et la paix découlent de la conscience claire du fait que Dieu gouverne.

(Miscellanées , p. 283:26)

Au lieu de se lamenter ou de célébrer la loi humaine, nous pouvons utiliser ce moment pour réfléchir et en apprendre davantage sur l’omnipotence de la loi divine dans nos vies et dans l’univers.

La «loi de l’Éternel » est différente des autres types de lois telles que les lois civiles, économiques, naturelles, physiques ou même de la circulation. Chacune des sections de la leçon explique les facettes de la loi divine :

  • Section 1 : la loi divine est éternelle et n’a pas de commencement
  • Section 2 : la loi divine nous gouverne
  • Section 3 : la loi divine inclut la loi de l’Amour
  • Section 4 : Christ Jésus démontre la Loi divine
  • Section 5 : Nous pouvons tous suivre la voie de la loi divine
  • Section 6 : La loi la plus importante est l’amour

Pendant que vous lisez la leçon biblique de cette semaine, pensez à utiliser une impression et…

1) entourer les mots liés au droit

2) souligner les lois divines

3) placer une étoile à côté des instructions pour suivre les lois divines

Dans la lecture alternée, par exemple :
les mots liés à la loi incluent : loi, statut, ordre, commandement…

  • les lois divines incluent : « il n’y en a point d’autre », « l’Éternel, notre Dieu, est le seul Éternel. »
    (cit. RR, Deutéronome 4 : 39 ; 6 : 4)
  • les instructions pour suivre les lois divines incluent : savoir, retenir, observer, être attentif, écouter, obéir, mettre en pratique, et « aimer l’Éternel ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force ».  (cit. RR, Deutéronome 4 : 39 ; 27 : 1, 9, 10; 6 : 4, 5)

SECTION 1 : LA LOI DIVINE EST SANS COMMENCEMENT

La première section de la Leçon établit Dieu comme le commencement, l’origine et la source de toute la création. (citation B1, Gen 1:1) Comme toujours, il est utile de comprendre qu’il n’y a jamais eu un soi-disant premier moment de l’univers. Il n’y a jamais eu de point de départ. La vérité n’a jamais eu de point de départ. Il n’y a jamais eu un moment où il n’y avait pas de vérité et puis * pouf * maintenant il y a la vérité. Et, dans le contexte de la Leçon de cette semaine, il n’y a jamais eu de moment où il n’y avait pas de loi/principe et puis *pouf* maintenant il y a loi/principe. Comme l’explique Mary Baker Eddy, «L’infini n’a pas de commencement. Ce mot commencement est employé ici pour exprimer le sens de le seul – c’est-à-dire l’éternelle vérité et l’éternelle unité de Dieu et de l’homme, y compris l’univers. » (citation S1, 502 : 22-27)

Comme exemple d’une loi divine, nous lisons : « toute grâce excellente et tout don parfait descendent d’en haut, du Père des lumières, chez lequel il n’y a ni changement ni ombre de variation. » (cit. B2, Jacques 1:17) Cela a longtemps été l’une de mes lois préférées de Dieu, et mérite d’être mémorisée. À l’époque biblique, les gens n’avaient pas la même compréhension des principes astronomiques et supposaient que les dieux pouvaient modifier les planètes et les étoiles, en changeant leur trajectoire et en faisant varier leur luminosité. L’auteur du livre de Jacques établit Dieu comme le « Père des Lumières », ou le créateur et l’origine du principe de l’astronomie, qui n’a pas de variabilité. Ainsi, Dieu est établi comme un Législateur digne de confiance qui est la source de « chaque grâce et de chaque don parfait » que nous avons. Ce concept simple nous permet de faire confiance et de nous appuyer sur Dieu en tant que Législateur, sachant que nous n’avons pas à craindre le changement ou la perturbation.

Alors que nous apprenons à faire confiance au « Père des Lumières » comme source de stabilité, de sécurité et d’approvisionnement, nous pouvons nous réjouir avec le Psalmiste et dire : «Combien j’aime ta loi ! Elle est tout le jour l’objet de ma méditation. » (cit B5, Psaumes 119 : 97)

Nous pouvons être rassurés de savoir qu’il n’y a pas de principes concurrents ni de lois concurrentes. Il n’y a qu’une seule source de tout Principe. Encore une fois, nous pouvons mieux comprendre ce concept si nous imaginons ce que ce serait s’il y avait des lois concurrentes. Imaginez qu’il y ait une ville dans laquelle les feux rouges signifient que les voitures doivent s’arrêter, mais dans une autre ville, les feux rouges signifient avancer. Et puis imaginez que ces deux villes soient côte à côte… que se passerait-il dans les rues où elles se rejoindraient ? Ce serait un chaos dangereux. C’est vraiment une chance que tous les pays dans lesquels les gens conduisent du côté gauche de la route soient des nations insulaires !

L’exemple des lois sur la circulation nous aide à voir la valeur d’avoir un sens prépondérant de la loi et du principe qui gouverne universellement. Et c’est ce que nous avons dans le sens éternel et infini et toujours présent de Dieu/Principe en tant que Législateur. Mary Baker Eddy explique qu’il n’y a qu’un seul Dieu/Principe lorsqu’elle écrit : «Le Principe ne fait qu’un avec son idée, et cet « un » est Dieu, Être omnipotent, omniscient et omniprésent, et Son reflet est l’homme et l’univers. Omni vient de l’adjectif latin signifiant tout. Donc, Dieu embrasse tout pouvoir ou puissance, toute science ou vraie connaissance, toute présence. »(cit. S2, 465 : 8-10, 16-6)

Environ cinq pages plus loin dans son livre d’étude sur la Science (ou les lois) du Christ, Mary Baker Eddy développe ce concept en écrivant : «La relation de Dieu à l’homme, du Principe divin à l’idée, est indestructible dans la Science ; et la Science ne connaît ni déviation de l’harmonie ni retour à l’harmonie, mais elle affirme que l’ordre divin, ou loi spirituelle, dans lequel Dieu et tout ce qu’Il crée sont parfaits et éternels, est demeuré inchangé dans son histoire éternelle. » (cit. S5, 470 : 32)


SECTION 2 : LA LOI DIVINE NOUS GOUVERNE

Les citations de la première section ont établi Dieu comme la source de la loi régissant l’univers. Et la deuxième section établit Dieu comme la source de toute loi qui nous gouverne. La relation entre Dieu et nous est inséparable. Dieu nous dit à travers la prophétie d’Ésaïe, « tu es à moi ». Cette déclaration « tu es à moi » est une loi divine. Si ces mots venaient d’une divinité anthropomorphe qui avait à la fois de bonnes et de mauvaises intentions, alors la déclaration pourrait sembler menaçante. Mais non. Esaïe en révèle davantage. Dieu ajoute : « tu as du prix à mes yeux, … tu es honoré et … je t’aime… Ne crains rien, car je suis avec toi;  » (cit. B6, Esaïe 43 : 1, 4, 5)

Ces déclarations de l’amour de Dieu pour nous sont la loi divine. Comme Dieu le dit, « la loi sortira de moi, et j’établirai ma loi pour être la lumière des peuples. Ecoutez-moi, vous qui connaissez la justice, peuple, qui as ma loi dans ton cœur !  … Tu es mon peuple ! » (cit. B7, Ésaïe 51 : 4, 7, 16)

La loi divine de l’amour de Dieu pour nous régit notre relation avec Dieu, ainsi que tout notre être. Dieu dit : « Je mettrai ma loi au dedans d’eux, je l’écrirai dans leur cœur ; et je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. » (cit. B8, Jérémie 31 : 31, 33)

Mary Baker Eddy était claire que Dieu n’est pas un être anthropomorphe. Pour nous éloigner de penser à Dieu comme un homme, elle a décrit Dieu en utilisant sept synonymes : Amour, Vérité, Vie, Âme, Esprit, Entendement et Principe. Principe est le synonyme le plus étroitement associé à Dieu en tant que Législateur. Le mot « Principe » apparaît dans cette leçon au moins 30 fois. Voici un exemple de la façon dont Mary Baker Eddy utilise Principe comme synonyme de Dieu : « En Science divine, Dieu et l’homme réel sont inséparables en tant que Principe divin et idée divine.

[…] Dieu est le Principe de l’homme, et l’homme est l’idée de Dieu. Donc, l’homme n’est ni mortel ni matériel. » (cit. S6, 476: 4, 9-11)

Penser à Dieu comme Principe divin – le pouvoir omnipotent et infini qui cause, sous-tend et maintient tout ordre, discipline et fonction juste – nous permet de surmonter le faux sens de Dieu en tant qu’entité semblable à l’homme.

De plus, alors que nous saisissons le concept de Dieu en tant que Principe, nous pouvons commencer à voir l’homme – nous – comme l’image et la ressemblance du Principe, l’effusion et l’expression de l’ordre, de la discipline et de la fonction juste. Dieu et l’homme sont aussi inséparables que le soleil et ses rayons. Sans les rayons, nous ne pourrions pas voir le soleil ; sans l’homme, nous ne pourrions pas voir Dieu. En tenant compte de ceci, nous voyons que l’homme est l’effusion de Dieu, le moyen de connaître Dieu. Comme l’explique Mary Baker Eddy, « Dieu, sans Sa propre image et ressemblance, ne serait pas une entité, Il serait l’Entendement inexprimé. Il serait sans témoin ou preuve de Sa propre nature. L’homme spirituel est l’image ou idée de Dieu, idée qui ne peut être perdue ni séparée de son Principe divin. » (cit. S7, 303 : 25-30)

Le Principe ne peut pas être divisé en morceaux et en parties. « Dieu est indivisible. » Le Principe est indivisible. Lorsque nous comprenons que l’homme est l’expression de Principe, c’est la totalité de l’homme, que nous considérons– notre être complète, notre identité complète. Dieu n’est pas fait de morceaux et parties. Principe n’est pas fait de morceaux et parties. Et l’homme n’est pas fait de morceaux et parties. Notre être, – notre identité, – est complète et indivisible. (cit. S8, 336:19-31)

Mary Baker Eddy établit une comparaison entre la manière dont le principe mathématique gouverne les nombres et la manière dont le Principe divin nous gouverne. Elle écrit : « Dans la Science, l’homme est gouverné par Dieu, le Principe divin, de même que les nombres sont régis et prouvés exacts par Ses lois » (cit. S9, 318:28-30)


SECTION 3 : L’ENTENDEMENT DIVIN INCLUT LA LOI DE L’AMOUR

Les sections 1 et 2 ont établi que Dieu est la source et le Principe qui apporte l’ordre et le but à l’univers, y compris nous. La troisième section met l’accent sur le fait que Dieu, en tant que Principe divin, est aimant. « Dieu est amour. » (cit. B9, I Jean 4 : 6-21)

Dieu est amour et nous sommes l’effusion, l’entité de Dieu, donc notre but et notre fonction sont d’aimer. Comme nous le lisons dans Jacques, « Si vous accomplissez la loi royale, selon l’Ecriture : Tu aimeras ton prochain comme toi-même, vous faites bien.’ » (cit. B10, Jacques 2:8) Nous sommes l’accomplissement de cette loi royale. Comme l’écrit Mary Baker Eddy, « « Que nous nous aimions les uns les autres » (I Jean 3:23), voilà le conseil le plus simple et le plus profond de l’auteur inspiré. […] L’Amour accomplit la loi de la Science Chrétienne, et rien d’autre que ce Principe divin, compris et démontré, ne pourra jamais produire la vision de l’Apocalypse, ouvrir les sept sceaux de l’erreur avec la Vérité, ni dévoiler les innombrables illusions du péché, de la maladie et de la mort. » (cit. S14, 572 : 6-8, 12-17)

Dieu est « le Principe divin de tout ce qui existe  réellement », et avec la compréhension que « Dieu est amour », nous pouvons savoir que le principe, ou la loi de l’Amour, apporte une assurance fiable. Comme l’écrit Mary Baker Eddy : « Soyons rassurés par la loi de l’Amour. (cit. S 13, 275 : 10-17 ; S15, 384 : 5-6)


SECTION 4 : CHRIST JÉSUS DÉMONTRE LA LOI DIVINE

Les trois premières sections ont introduit l’idée de Dieu en tant que le Principe aimant sous-jacent à toute existence. La quatrième section explique comment le Christ Jésus a enseigné la Loi divine. Dans les paroles de Jésus, « Ne croyez pas que je sois venu pour abolir la loi ou les prophètes ; je suis venu non pour abolir, mais pour accomplir. » (cit. B12, Matthieu 5:17)

Le Christ Jésus nous a montré le chemin pour comprendre Dieu en tant que Principe, et a rendu clair le chemin pour suivre la loi de l’Amour à travers la démonstration. La quatrième section comprend le récit de Christ Jésus guérissant les dix lépreux. Rappelez-vous qu’il les a guéris tous les dix de la lèpre, et pourtant un seul d’entre eux s’est retourné pour reconnaître et remercier Dieu. Comme l’explique Mary Baker Eddy, « Sur les dix lépreux que Jésus guérit, un seul revint pour rendre grâce à Dieu, c’est-à-dire pour reconnaître le Principe divin qui l’avait guéri. » (cit. S17, 94:20)

Mary Baker Eddy explique plus en détail le lien entre Christ Jésus et le Principe divin. Elle écrit : « Jésus confirmait ce qu’il disait par la démonstration, donnant ainsi une plus grande importance à ses actes qu’à ses paroles. Il prouvait ce qu’il enseignait. Telle est la Science du christianisme. Jésus prouva que le Principe qui guérit les malades et chasse l’erreur est divin. Cependant, peu de personnes, sauf ses disciples, comprirent le moins du monde ses enseignements et leurs preuves éclatantes, à savoir, que la Vie, la Vérité et l’Amour (le Principe de cette Science non reconnue) détruisent toute erreur, le mal, la maladie et la mort. » (cit. S20, 473 : 18-3)

En d’autres termes, Christ Jésus était l’expression, ou l’effusion, du Principe divin et a démontré et prouvé la loi de l’Amour par la guérison.


SECTION 5 : NOUS POUVONS PRATIQUER LA LOI DIVINE DANS NOS VIES

Les quatre premières sections ont développé l’idée de Dieu en tant que Principe, la loi d’Amour qui maintient l’univers, y compris l’homme, et comment le Christ Jésus a démontré la manière de comprendre cette Loi divine de l’Être. La cinquième section explique comment nous pouvons apprendre de la démonstration de la loi divine par Christ Jésus et appliquer ses enseignements sur la loi divine dans nos vies d’aujourd’hui.

La section s’ouvre sur une prière que nous pouvons tous prier alors que nous nous efforçons de mieux comprendre les lois de Dieu : «Enseigne-moi, Eternel, la voie de tes statuts, pour que je la retienne jusqu’à la fin ! Donne-moi l’intelligence, pour que je garde ta loi et que je l’observe de tout mon cœur ! (cit. B16, Psaumes 119 : 33, 34, 49, 50)

Souvent, les leçons bibliques hebdomadaires, y compris celle-ci, contiennent l’idée de Jésus voyant des foules et étant « ému de compassion pour eux, parce qu’ils étaient comme des brebis qui n’ont point de berger … » La façon dont je comprends cette phrase est que le Christ Jésus voyait les foules comme des brebis qui ne savaient pas encore qu’elles ont déjà un berger tendre et aimant, puis il a commencé à leur apprendre beaucoup de choses sur leur divin berger. (cit. B17, Marc 6 : 34, 56)

Le Christ, que Jésus a le mieux incarné, nous fait constamment prendre conscience de notre divin Berger, le divin Législateur et Principe de tout être. Et nous pouvons entendre le Christ, la petite voix douce, qui nous enseigne aujourd’hui.

Pour Mary Baker Eddy, cette voix du Christ a révélé la Science du Christ et lui a enseigné les lois du Principe et de l’Amour divins et la voie de la guérison par le Christ. Comme elle l’écrit : « En l’an 1866, je découvris la Science du Christ ou lois divines de la Vie, de la Vérité et de l’Amour, et je nommai ma découverte Christian Science. Dieu, par Sa grâce, m’avait préparée pendant de nombreuses années à recevoir cette révélation finale du divin Principe absolu de la guérison mentale scientifique. » (cit. 22, 107 : 1-14)

Nous pouvons tous prier pour savoir que nous aussi nous sommes gracieusement préparés à recevoir cet enseignement du Christ, et que nous aussi pouvons être réceptifs à la Science du Christ, la compréhension du Principe divin absolu de la guérison mentale scientifique.

Tout comme le principe des mathématiques était vrai il y a 5 000 ans et le sera encore dans 5 000 ans, le Principe divin de l’être est vrai éternellement. C’est le Christ – notre conscience du Principe et de l’Amour – qui nous permet de comprendre la réalité sous-jacente de l’être. Le Christ nous éveille pour réaliser la vérité de l’être, la vérité de qui, quoi et pourquoi nous existons. Comme l’explique Mary Baker Eddy, «Ce réveil est la venue éternelle du Christ, c’est le précurseur de la Vérité qui chasse l’erreur et guérit les malades. C’est là le salut qui vient par Dieu, le Principe divin, l’Amour, ainsi que le démontra Jésus. » (cit. S26, 230 : 1)


 SECTION 6 : LA LOI LA PLUS IMPORTANTE EST L’AMOUR

Les cinq premières sections nous ont aidés à comprendre Dieu comme le Principe d’être fiable et aimant, démontré par Christ Jésus et disponible pour nous aujourd’hui. La sixième et dernière section ajoute un point d’exclamation et conclut la leçon biblique en nous rappelant que la loi la plus importante est la loi de l’Amour.

La sixième section comprend le récit du Christ Jésus parlant à ses disciples et expliquant que si nous devons honorer les commandements que Moïse nous a donnés, cette obéissance serait insuffisante si nous n’étions pas également disposés à abandonner le simple attachement personnel pour le suivre dans le chemin de l’amour. (cit. B18, Luc 18 : 18-22)

Ce concept d’obéir aux lois mosaïques et de s’efforcer également d’atteindre la loi supérieure de l’Amour est un thème récurrent dans le nouveau testament.

  • Du livre de Jacques, nous apprenons la joie qui découle du fait de suivre la loi de l’Amour : « Celui qui aura plongé les regards dans la loi parfaite, la loi de la liberté, et qui aura persévéré, n’étant pas un auditeur oublieux, mais se mettant à l’œuvre, celui-là sera heureux dans son activité » (cit. B19, Jacques 1 : 25)
  • Dans Galates, nous lisons : « toute la loi est accomplie dans une seule parole, dans celle-ci : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. » (cit. B20, Galates 5 : 14)
  • Dans 1 Jean, nous lisons : « l’amour de Dieu consiste a garder ses commandements. Et ses commandements ne sont pas pénibles, » (cit. B21, I Jean 5 : 3)

Combinées, ces idées nous aident à comprendre la joie et le sens que nous ressentons lorsque nous adhérons à la loi de l’Amour. En d’autres termes, la loi de l’Amour nous élève et apporte de la joie, du sens et de la lumière à nos vies. Comme nous le lisons dans les Proverbes, «Car le précepte est une lampe, et l’enseignement une lumière » (cit. B22, Proverbes 6 : 23). Voici ma nouvelle idée préférée de la leçon biblique de cette semaine – « la loi est la lumière ».

Au début de ce Met, j’ai mentionné qu’il est parfois plus facile de comprendre la loi ou le principe si nous imaginons à quoi ressemblerait l’univers sans lui – sans principe, les étoiles et les planètes se heurteraient toutes et ainsi de suite. Eh bien, maintenant, à la fin de la leçon, nous trouvons l’idée que pour mieux comprendre le Principe divin, nous avons besoin de voir que le Principe divin corrige, outrepasse et renverse toutes les prétentions fragiles du principe. Les organisations, les règles et les politiques qui ne procèdent pas du Principe divin doivent être renversées et corrigées. Comme l’écrit Mary Baker, « Supprimons les richesses, la renommée et les organisations sociales, qui ne pèsent pas un iota dans la balance de Dieu, et nous obtiendrons des vues plus claires du Principe. » Elle poursuit : « Pour déterminer nos progrès, il faut que nous sachions où sont placées nos affections, qui nous reconnaissons et à qui nous obéissons en tant que Dieu. »

Si je comprends bien ce concept, cela signifie que pour avancer et progresser, nous devons être témoins du Principe divin qui remplace et renverse ce qui doit être corrigé. La loi d’ordre de Dieu est en vigueur et corrige et gouverne correctement. Lorsque quelque chose semble dysfonctionnel, nous ne supposons pas que ce dysfonctionnement doit être la volonté de Dieu. Au lieu de cela, nous nous arrêtons pour affirmer que le Principe divin est toujours harmonieux, réparateur et bénit tout le monde. Et nous nous attendons à voir des progrès – le renversement du principe du faux flou et de la fausse autorité.

Les preuves du Principe sont le déploiement constant de la Loi d’Ordre de Dieu dans l’univers, y compris nous même . La Loi de l’Ordre, la Loi de l’Amour est en vigueur, et doit renverser et corriger tout ce qui est différent du Principe divin, qui n’est qu’amour. Notre rôle est d’être l’effusion, l’expression de l’activité du Principe. Nous le faisons naturellement. C’est une fonction de notre être. Comme l’écrit Mary Baker Eddy, «Chaque jour exige de nous de plus hautes preuves, plutôt que des professions de pouvoir chrétien. Ces preuves consistent uniquement en la destruction du péché, de la maladie et de la mort par le pouvoir de l’Esprit, comme Jésus les détruisait. C’est là un élément de progrès, et le progrès est la loi de Dieu, loi qui exige de nous seulement ce que nous pouvons certainement accomplir. »(cit. S29, 233 : 1)

Et, la leçon se termine par une définition de Dieu, une déclaration qui nous dit ce qu’est Dieu. Mary Baker Eddy écrit : « Le Principe créateur – Vie, Vérité et Amour – est Dieu. » (cit. S30, 502 : 27-28). En d’autres termes, Dieu n’est pas une divinité semblable à l’homme. Dieu est le Principe créateur – Vie, Vérité et Amour.

American Camp Association

MAIN OFFICE
(November - May)
410 Sovereign Court #8
Ballwin, MO 63011
(636) 394-6162

CAMP OFFICE
(Memorial Day Weekend - October)
19772 Sugar Dr.
Lebanon, MO 65536
(417) 532-6699

Support our mission!

CedarS Camps

Back
to top