Join us for the best summer yet!

La totalité de l’Entendement  élimine la possibilité d’une force opposée, appelée matière !
Idées d’application de leçon métaphysique pour la leçon biblique trimestrielle de la science chrétienne sur

« Entendement »
du 14 au 20 août 2023

Par Kathy Fitzer de Lake St. Louis, MO
kathyfitzer@gmail.com


INTRODUCTION, TEXTE D’OR ET LECTURE ALTERNÉE

En regardant autour de nous, il peut sembler contre-intuitif d’affirmer avec conviction que toute substance est Entendement. Non seulement tout semble être fait de matière, mais il semble que cette matière ait l’intelligence d’agir, de réagir et d’arrêter d’agir. Et pourtant, les prophètes, Jésus, ses disciples et les étudiants de la Science Chrétienne d’aujourd’hui ont démontré qu’en fait, parce que Dieu, l’Entendement, est tout, ce qui semble être de la matière est en fait l’expression de la pensée. Et, en comprenant cela, nous constatons qu’il n’y a rien à craindre de ce que nous appelons la matière – ou de ses rapports. En fait, alors que nous regardons le témoignage des sens matériels, nous avons le choix.

Nous pouvons accepter ce que nous disent les sens limités. Ou nous pouvons faire confiance à la Science divine – basée sur les enseignements de la Bible et les démonstrations de guérison à travers les âges – pour inverser cette évidence et révéler la substance de l’Entendement qui est réellement et qui est toujours présente. J’ai adoré penser au fait que la guérison ne consiste pas à vaincre une puissance opposée à Dieu, mais à réaliser qu’il n’y a pas de force opposée – ou négative – dans la totalité du Bien !

J’ai trouvé la traduction du TEXTE d’Or de la New Living Translation utile. Il se lit : « Car qui peut connaître les pensées du Seigneur ? » (Traduction française pas autorisée) Cette première partie est une référence de Paul à Ésaïe 40:13, qui dit : « Qui a sondé l’esprit de l’Éternel, Et qui l’a éclairé de ses conseils? » Clairement, la réponse est « personne » ! Mais, parfois, nous pouvons être tentés de tomber en « mode dire » avec Dieu, indiquant à l’intelligence divine ce dont nous avons besoin et comment les choses devraient se dérouler, plutôt que d’écouter et de surveiller ce que Dieu, l’Entendement infini, connaît et révèle – ce qui est toujours bon.

Le verset de Romains continue : « Car tout vient de lui et existe par sa puissance et est destiné à sa gloire » (traduction française pas autorisée). En d’autres termes, il n’y a rien en dehors de Dieu et il n’y a de cause que Dieu. Tout doit donc être fait pour magnifier la bonté de Dieu. Nous ne sommes pas les faiseurs. Dieu fait tout ! Et, comme nous connaissons l’entendement de Dieu (aligner la pensée avec les pensées de Dieu), les impositions de l’opposé suppositionel de l’Entendement (appelé matière) perdent leur capacité à impressionner.


La LECTURE ALTERNÉE  commence et se termine avec le Psalmiste affirmant la grande puissance de Dieu. Il demande l’aide de Dieu pour que le peuple reconnaisse Dieu comme la source de tout bien. Nous avons ensuite l’histoire de la tête de hache empruntée qui flotte. J’ai été frappé par l’urgence de l’inquiétude du travailleur suscitée par le fait que la tête de hache avait été empruntée. Ce n’était pas comme si l’homme pouvait simplement courir à la quincaillerie et en acheter une autre à son ami. À cette époque, le fer était rare et très demandé à des fins militaires, il était donc très cher. Le remplacement de la tête de hache aurait probablement entraîné une dette débilitante.

Ce qui m’a frappé, c’est qu’Elisée a compris la puissance de Dieu pour répondre à tous les besoins – rien de trop grand, rien de trop petit et bénissant tout le monde. Cette histoire est prise en sandwich entre Elisée guérissant Naaman de la lèpre et empêchant un incident international en avertissant le roi d’Israël des attaques du roi de Syrie. Élisée avait fait ces grandes choses, et pourtant avait humblement accompagné ses disciples alors qu’ils se préparaient à construire un lieu de réunion plus grand. Comme le dit le Psaume 147, « Le Seigneur élève (ou soutient) les humbles. » Élisée a compris qu’il était le serviteur de Dieu et qu’il était prêt à témoigner de la puissance de Dieu, quelles que soient les circonstances. Alors que nous embrassons ce genre d’humilité et reconnaissons « Comme les œuvres [de Dieu] sont grandes » (Psaume 92), nous pouvons nous attendre à ce que Dieu réponde également à chacun de nos besoins humains – grands ou petits.


SECTION 1 : L’ESPRIT EST LA SEULE SUBSTANCE DE TOUT ÊTRE

La Bible donne le ton au fait qu’il n’y a pas deux pouvoirs – L’Entendement et la matière. Le Deutéronome précise que Dieu est le seul pouvoir et la seule présence (citation B1, Deutéronome 4:39). Job se réfère à Dieu comme un entendement qui ne change pas (cit. B3, Job 23:13). Et Jérémie nous dit que la terre et les cieux ont été formés par ce que Dieu sait être vrai – Sa compréhension (cit. B4, Jérémie 51:15).

Avec des déclarations aussi claires de la Bible, lorsque Mary Baker Eddy définissait la nature de Dieu, elle pouvait dire que « Dieu est Entendement, et Dieu est infini ; donc tout est Entendement » (cit. S1, 492 : 25-26). Elle poursuit en disant que « l’Entendement est Dieu… toute puissance, toute présence, toute Science » (cit. S2, 275:17-24). Nous avons des ennuis lorsque nous ne nous en tenons pas à ce fait absolu et que nous sommes dupés à croire ce que nos sens mortels nous disent – que peut être Dieu soit tout pouvoir, mais il y a quand-même cette autre chose que nous appelons la matière avec laquelle nous devons faire face sur une base quotidienne. Il semble que parfois la matière est bonne et parfois la matière est mauvaise, mais elle est toujours là à un certain niveau.

Quelque chose dont je trouve que je dois être vigilant, c’est de tomber dans le piège de me tourner vers l’Entendement pour réparer la matière. Mais ce genre de raisonnement est toujours erroné et ne conduira pas à la liberté qui découle du fait de commencer et de rester avec le fait que tout ce qui existe est Dieu, l’Entendement. Et la matière est simplement une vue alambiquée. Cette vue est changée et l’harmonie réalisée, alors que nous élevons la pensée au-dessus des rapports de la matière non intelligente, et que nous commençons et restons avec la perfection et l’harmonie de la création de l’Entendement (de Dieu) !


SECTION 2 : RÉSOUDRE LES CHOSES EN PENSÉES POUR VOIR LA CRÉATION DE DIEU

Dans cette section, nous avons la déclaration forte, «  La métaphysique résout les choses en pensées et remplace les objets des sens par les idées de l’Ame. » (cit. S7, 269:13-20). Tout ce qui nous entoure semble être de la matière solide. Et pourtant, la Bible dit clairement (et la guérison démontre) que la matière limitée et destructible ne peut pas être le produit de l’Entendement, de l’Entendement (Dieu) qui est la source de tout ce qui est vraiment. Ainsi, nous devons regarder au-delà de l’apparence extérieure pour découvrir la substance spirituelle qui est toujours présente.

Tout au long de l’histoire humaine, les gens ont, comme nous le lisons dans Romains, « ont adoré et servi la créature au lieu du Créateur, … » (cit. B6, Romains 1:2-, 21, 25). En d’autres termes, nous avons tendance à juger en fonction de ce que nos sens matériels nous disent (bon ou mauvais – mais toujours changeant et frauduleux). Au lieu de cela, nous devons regarder au-delà du temporel pour voir l’idée éternelle qui constitue la véritable création et qui est le bien toujours présent. Lorsque nous changeons notre point de vue de la matière à l’Entendement (résoudre les choses en pensées), une harmonie ininterrompue règne.

Se référant à la déclaration de Mary Baker Eddy sur la résolution des choses en pensées, un article dans l’Hérault de la Science Chrétienne de mars 1966 intitulé « Résoudre les choses en pensées » par Herbert F. Birtwistle partage quelques idées utiles et un exemple pratique de guérison. M. Birtwistle écrit : « « Résoudre les choses en pensées » peut ne pas sembler toujours chose facile. Mais il est à remarquer, comme Mrs. Eddy nous le dit, que c’est la métaphysique qui accomplit cette transformation, la volonté n’y a aucune part.

Voici le genre de raisonnement que tient un Scientiste Chrétien: puisque Dieu est intelligence infinie, l’Esprit qui embrasse tout, Il est le créateur d’idées spirituelles parfaites, et de rien autre. Il n’y a ni matière, ni même croyance à la matière, dans l’être réel. Les idées de l’Ame déroulent leur existence dans l’Entendement divin et l’ont toujours fait; elles sont à jamais l’expression de la nature, des qualités et des caractéristiques de la divinité.

La Science Chrétienne enseigne que l’homme réunit en lui toutes les idées justes parce qu’il est le reflet intégral, l’idée composée de Dieu. Dans notre être véritable nous sommes toujours en train de refléter l’idée spirituelle, alors que sur le plan humain il est possible que nous l’ignorions.

Il y a bien des années ma femme et moi venions de voir un parent âgé et nous rentrions à motocyclette. Nous devions traverser un plateau dénudé, c’était l’hiver et la neige se mit à tomber. Bientôt la tempête faisait rage; il faisait si cruellement froid que j’avais de plus en plus de mal à tenir le guidon. Ma femme me cria qu’elle avait si froid qu’elle allait tomber du tan-sad. …Jusqu’à cet instant nous avions persévéré dans la seule idée que nous finirions bien par arriver. Mais il fallait maintenant penser à quelque chose d’autre. Nos pensées se tournèrent vers Dieu, et instantanément nous vîmes en toute clarté que toute Vie est Amour et que l’Amour est chaleur. Sur-le-champ la chaleur se répandit dans nos mains et nos pieds, nous donnant des fourmillements, et ma femme me cria: « Je me sens toute réchauffée à travers tout le corps. » Pleins de reconnaissance nous poursuivîmes notre route sous le mauvais temps et nous arrivâmes à destination au bout d’une heure ou deux, sans encombres et parfaitement dispos. »

Voici un lien vers l’article complet https://fr.herald.christianscience.com/shared/view/239yzblwds2?s=copylink

Ainsi, plutôt que de regarder et d’être impressionné par les apparences extérieures, réalisons que l’Entendement est le seul Créateur et qu’il a créé toutes choses selon le langage de l’Entendement – en tant qu’idées. Les idées sont indestructibles et immuables. Si vous avez une idée en tête, personne ne peut rien faire pour changer cette idée. L’expression extérieure de cette idée (un dessin ou un modèle) peut être modifiée, endommagée ou détruite, mais l’idée reste intacte. Et l’expression extérieure est restaurée à mesure que l’idée originale est reconnue et naturellement exprimée dans sa perfection et son intégralité.

Nous honorons le Créateur lorsque nous traduisons toutes choses dans les pensées qu’elles représentent. Si nous restons obsédés par la représentation matérielle – et essayons de la réparer par des moyens matériels ou tombons dans le piège de penser que nous fixons la matière avec l’Esprit – nous n’honorons plus le Créateur, mais plutôt la création (l’expression extérieure). Cela ne fonctionne pas !


SECTION 3 : « LE TRIOMPHE DE L’ESPRIT, DE L’ENTENDEMENT , SUR LA MATIÈRE »

Ce que nous appelons matière est toujours une illusion. En la reconnaissant comme telle, nous découvrons que nous n’avons pas besoin (et ne devons pas) ni la craindre ni la vénérer ! Nous avons tendance à résister aux formes de matière que nous considérons comme mauvaises – tempêtes, chaleur, fatigue, blessures, maladies, etc. Mais sommes-nous aussi attentifs à ce que nous considérons comme bon – la beauté physique, les muscles forts, la santé, les grandes maisons et les voitures, la fierté des capacités, etc. La santé, les belles choses et la beauté ne sont pas mauvaises en elles-mêmes. Ils sont, en fait, l’expression extérieure de l’Âme généreuse. Nous devons cependant être sûrs que nous reconnaissons Dieu comme la source du bien et que le bien existe pour toujours en tant qu’idée éternelle. La représentation matérielle n’est jamais le bien réel — et la source du bien n’est jamais personnelle.

Cela ne fait-il pas partie de ce que Moïse apprenait ? Son souci était qu’il n’était pas à la hauteur de la tâche de conduire les enfants d’Israël hors d’Égypte. Et, pourtant, Dieu l’a assuré, « Je serai avec toi » (cit. B8, Exode 3:11,12). Cette assurance n’était pas pour Moïse seul. Dieu, l’Entendement qui sait tout et qui agit en tout est toujours avec chacun de nous aussi !

Douter de nos propres capacités – ou en avoir une trop haute opinion – découle de la conviction que la capacité nous appartient en premier lieu. Il découle de juger selon les apparences matérielles. Dieu a démontré à Moïse que la confiance dans les preuves matérielles nous attire toujours des ennuis. La matière, bonne ou mauvaise, est illusoire. L’Entendement est une chose sûre !

Alors que j’essayais de regarder l’expérience de Moïse avec des yeux neufs, il m’est venu à l’esprit qu’une partie de la leçon apprise de la transformation du bâton de Moïse en serpent est que peu importe à quel point la matière a l’air effrayante, nous n’avons pas besoin de courir dans la peur . Les choses ne sont jamais ce qu’elles paraissent. Alors que nous restons sur nos positions et faisons face à tout ce qui semble effrayant – en sachant que la création de Dieu est toujours bonne – nous aussi, nous pouvons en toute confiance prendre le « serpent par la queue » et découvrir que ce qui apparaît comme un défi peut en fait finir par nous accompagner dans notre progression.

J’ai également été frappé par le fait que Moïse a fait l’expérience que le bâton ressemblait à un serpent avant d’être confronté à une main lépreuse. L’un a préparé sa pensée pour faire face plus facilement à un problème qu’il ne pouvait pas fuir (cit. B9, Exode 4:1-4, 6-8). De même, nous pouvons avoir confiance qu’en nous tournant vers Dieu et en lui faisant confiance pour répondre à tous nos besoins – en enregistrant nos guérisons afin de ne pas les oublier – nous aurons la force de faire face à tout ce qui se présente à nous. L’Amour Divin répond à tous les besoins, car le problème (indépendamment de l’apparence spécifique) est toujours fondamentalement le même… la supposition que l’Entendement n’est pas tout et que la matière peut créer les conditions de la création de l’Entendement. Ce n’est tout simplement pas le cas !!


SECTION 4 : L’ENTENDEMENT – PAS LA MATIÈRE – EST LE GUÉRISSEUR

Jésus a démontré pour toujours que Dieu est le guérisseur ! Il n’y a rien qui soit hors de portée de l’autorité de l’Entendement divin – rien de trop difficile (ou de trop enraciné dans la pensée) pour que Dieu guérisse. Lorsque Jésus a guéri l’homme possédé du démon, les gens l’ont d’abord pris comme un signe que le Messie promis était venu. Mais, les pharisiens ont rapidement annulé cet aperçu de la vérité, attribuant le pouvoir de Jésus à Belzébul – le prince des démons. Jésus a soutenu que si Satan chassait Satan, le royaume de Satan serait détruit, mais si « l’Esprit de Dieu » fait la guérison, « alors le royaume de Dieu est venu » (cit. B11, Matthieu 12:22-28).

Le royaume de Satan d’aujourd’hui n’est-il pas la croyance que la matière est tout – la cause, la malédiction et le remède ? La suggestion est constamment faite que les progrès de la matière médicale rendent obsolète le besoin de la guérison par le Christ, que l’augmentation de la maladie mentale et de l’anxiété peut être mieux satisfaite par une plus grande accessibilité à la thérapie. Mais les défis humains ne diminuent pas grâce à cette approche. Voir la matière comme le problème et la solution ne fonctionne pas.

Parfois, nous sommes amenés à prendre des pas humains pour obtenir une aide temporaire. Mais, quelque chose de plus est toujours nécessaire pour qu’une véritable guérison ait lieu. Cette ligne de Science et Santé résume ce qu’est ce « plus » : « Non seulement la Science révèle que l’origine de toute maladie est mentale, mais elle déclare aussi que toute maladie est guérie par l’Entendement divin. » (cit. S16, 169:16- 20). La guérison est ce que nous recherchons. Jésus guérit ! La guérison est toujours possible par la prière. Quoi qu’il arrive… Continuez à prier et à grandir en Esprit !

L’enseignement et l’exemple de Jésus étaient l’un des corps guéris alors que la peur était supprimée et la pensée alignée sur l’omnipotence de Dieu et l’intégralité de la création de Dieu. Jésus a démontré que le problème n’était jamais vraiment dans le corps, mais dans la pensée. Et la pensée peut toujours être changée. À mesure que la pensée change, la condition du corps doit changer.

Mary Baker Eddy fait ces déclarations fortes sur la façon dont la guérison a lieu… «Lorsque nous faisons disparaître la maladie en nous adressant à l’entendement troublé, sans tenir compte du corps, nous prouvons que seule la pensée crée la souffrance…….. Il faut que l’action du prétendu entendement mortel soit détruite par l’Entendement divin pour que l’harmonie de l’être se révèle.» (cit. S15, 400:9-11, 20-28). Le modèle médical consiste à fixer la matière. La Science Chrétienne détourne le regard du corps afin de réaligner la pensée avec ce que Dieu sait. La pensée alignée sur la Vérité ne laisse aucune place à la présence de croyances erronées (c’est-à-dire la maladie ou la discorde sous quelque forme que ce soit). Et les preuves extérieures doivent correspondre à la pensée .

Les témoignages donnés chaque semaine dans les églises de la Science Chrétienne et les preuves de guérison partagées chaque semaine et chaque mois dans le Christian Science Journal et le Christian Science Sentinel [et Le Héraut de la Science Chrétienne] nous rappellent que le pouvoir de guérison du Christ est bel et bien vivant et accessible à tous aujourd’hui et toujours !


SECTION 5 : LA PUISSANCE VIENT DE L’ESPRIT ET NE PEUT JAMAIS ÊTRE ÉPUISÉE

À première vue, j’ai vu cette section relever efficacement le défi de l’épuisement physique. Elle met en évidence que la matière est incapable de se fatiguer. Nous lisons : « Vous ne dites pas qu’une roue est fatiguée ; et cependant le corps est tout aussi matériel que la roue. Sans ce que l’entendement humain dit du corps, le corps, de même que la roue inanimée, ne serait jamais fatigué » (cit. S17, 217:19-6). Il est utile de réaliser cela, car il s’ensuit également que dépendre de la matière – sommeil, exercice, alimentation – pour nous renforcer et nous garder sous tension n’est pas non plus la réponse.

Un sentiment d’équilibre dans nos vies est certainement juste. Mais, nous devons être extrêmement vigilants pour réaliser que la matière n’est jamais, jamais, jamais la source de notre force et de notre endurance – ou de notre fatigue et de nos limites. J’ai toujours aimé penser à l’exercice comme un moyen d’exprimer notre force, plutôt que de la conserver ou de la gagner.

Après un examen plus approfondi, cependant, j’ai vu à quel point les idées sont applicables à la soi-disant fatigue mentale, qui est au moins aussi préoccupante de nos jours. La citation d’ouverture de Job dit : « Mon âme est dégoûtée de la vie » (cit. B13, Job 10:1). D’autres traductions utilisent un langage plus fort. La Bible Amplifiée dit: « Je suis dégoûté de ma vie et je la déteste! » D’autres disent « Je déteste ma vie ». La version anglaise contemporaine dit: « Je suis malade de la vie! ». Et, la traduction des bonnes nouvelles dit : « Je suis fatigué de vivre. » (Toutes ces traductions françaises de ces traductions anglaises de la Bible sont simplement nos traductions; elles ne sont pas autorisées). Ce sont des sentiments qui peuvent conduire à des pensées suicidaires. Et ils sont ressentis par beaucoup trop. Ou, cela peut nous venir sous une forme moins grave d’un simple sentiment d’ennui ou d’épuisement, ou avoir l’impression que nous traversons le rythme de notre journée sans aucun sentiment d’enthousiasme. Ou nous aspirons simplement à une certaine excitation ou changeons du « même vieux, même vieux ».

Dieu n’a pas fait de la vie une corvée ! Et nous en avons tous besoin, selon les mots de Mary Baker Eddy, «Elevez-vous dans la force consciente de l’esprit de Vérité pour renverser l’argumentation de l’entendement mortel, autrement dit la matière, dressée contre la suprématie de l’Esprit.» (cit. S20, 390:32). Nous devons le faire pour nous-mêmes, ainsi que pour notre prochain ! Jérémie offre la base de cette prière. Dieu a « aimé [chacun de ses enfants] d’un amour éternel : c’est pourquoi [il les] conserve [sa] bonté. ». Et, ensuite, il s’ensuit – de la traduction, The Voice (La voix), « Je satisferai ceux qui sont fatigués, et je rafraîchirai toute âme en proie au chagrin » (cit. B14, Jérémie 31: 3, 25). (Traduction française pas autorisée)

L’amour nous entraîne vers l’avant comme un traîneau est tiré doucement dans la neige, révélant de nouvelles vues et nous rafraîchissant, comme la pluie battante qui fait fleurir les fleurs. Quelle promesse ! Le bien coule comme une cascade – un nouveau sens de la vie accessible à tous. On a le droit de vivre ça bien !

Même si les circonstances ne changent pas, alors que nous laissons la grâce de Dieu nous envahir, notre pensée changera et nous verrons le bien présent ! Comme nous l’assure le dernier verset de l’hymne 148, «De riches pâturages S’étendent sous mes yeux ;

Plus de sombres nuages, Mais un ciel radieux.

Mon espoir est immense Et libre est mon chemin.

Père, avec Toi j’avance, Tu me tiens par la main. »


SECTION 6 : LES OS SONT L’EXPRESSION DE LA PENSÉE — PAS MATIÈRE SOLIDE

Cette section traite spécifiquement de la partie du corps que nous appelons les os. Mais je pense que les idées présentées peuvent également être appliquées à d’autres parties du corps. Il y a un appel à l’aide de Dieu parce que l’individu est faible et ses os lui font mal. Combien de fois aurions-nous pu avoir un cri similaire? Mais, nous pouvons être confiants dans l’assurance de Dieu que, quel que soit le nombre de problèmes auxquels nous pouvons être confrontés, l’Amour apporte toujours des réponses.

La Bible ne promet pas que nous n’aurons pas de problèmes, mais que Dieu fournira toujours une issue ! Comme l’écrit le psalmiste : «Le malheur atteint souvent le juste, mais l’Eternel l’en délivre toujours. Il garde tous ses os, aucun d’eux n’est brisé. » (cit. B19, Psaumes 34:19,20,) !

La clé pour vivre cette délivrance se trouve dans Proverbes 3 : « Ne sois point sage à tes propres yeux, crains l’Eternel, et détourne-toi du mal : ce sera la santé pour tes muscles, et un rafraîchissement pour tes os » (cit. B20, Proverbes 3:7,8). Dieu fournit constamment un bien abondant ! Alignez la pensée avec ce bien – refusez de vous aventurer dans le domaine des preuves matérielles – et la santé doit être vue !

Les os semblent être de la matière solide, mais comme nous l’apprenons dans Science et Santé, « La seule substance des os, c’est la pensée qui les forme. » (cit. S22, 423:32). Donc, si nous pensons que nous sommes responsables de notre corps et de notre vie, nous acceptons la possibilité de faiblesse, de casse et de maladie. Mais, comprenant que nous sommes soumis à l’Entendement seul et que nous n’avons pas d’entendement séparé, nous sommes libres de refléter la solidité du Principe divin — l’intégrité de l’Entendement.


SECTION 7 : REFUSER LE MODÈLE MORTEL – L’ENTENDEMENT EST TOUT CE QUI EST !

 En regardant les choses d’un point de vue purement humain – en acceptant le modèle mortel – nous vivons selon les suppositions et les prédictions d’un monde matériel. Ce monde nous dit, et ses médias essaient de nous vendre, que nous sommes coincés avec un corps limité et vulnérable, des capacités limitées, des opportunités limitées et la menace perpétuelle de conflit, de déclin et de destruction.

Les influenceurs potentiels nous poussent également à être comme les autres – à suivre les tendances de la mode, à avoir une certaine apparence et à agir d’une certaine manière, à gagner une certaine somme d’argent, à penser et à parler d’une manière qui, nous l’espérons, impressionnera les autres , etc. MAIS… pourquoi laisser ce que les autres pensent (ou ce que la science des matériaux rapporte et essaie de vendre) dicter ce à quoi nous adhérons quant à qui nous sommes, comment nous agissons, comment nous nous sentons et ce à quoi nous devons nous attendre et vivre ?

L’Entendement Infini, l’Amour parfait, nous fait et nous connaît comme l’image de l’Esprit illimité. Nous sommes faits pour expérimenter et exprimer un sens infini du bien. Nous ferions bien de porter une attention particulière à ce que Paul a écrit aux Romains. La version Louis Segond dit: « Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez » [c’est-à-dire scruter pour voir si une chose est authentique ou non] « quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait. »

La volonté de Dieu pour Sa création est toujours TOUTE bonne ! Je vous recommande fortement d’aller sur biblegateway.com et de rechercher d’autres traductions de cette citation. Il y en a beaucoup de bons qui ramènent vraiment le message de Paul à la maison. À titre d’exemple, New Century Version (la version du nouveau siècle) dit : « Ne vous laissez pas façonner par ce monde ; au lieu de cela, soyez changés à l’intérieur par une nouvelle façon de penser. Alors vous pourrez discerner  ce que Dieu veut pour vous ; vous saurez ce qui lui est bon et agréable et ce qui est parfait » (cit. B21, Romains 12 :2) (traduction française pas autorisée).

En examinant chaque pensée qui nous vient – qu’il s’agisse d’un rapport du corps, des nouvelles ou des opinions d’autrui – nous pouvons juger s’il s’agit d’un rapport de l’Entendement divin infini et digne de confiance, ou de l’entendement  mortel limité et trompeur. Et, nous pouvons choisir de n’accepter que ce qui vient de l’Entendement divin et de rejeter le reste comme une ruse. Vraiment, « Tout est sous l’empire du seul Entendement, savoir Dieu » (cit. S25, 544:13-17). Donc tout va vraiment bien ! Et, « Dans l’infinitude de l’Entendement, la matière est forcément  inconnue » (cit. S26, 280:1).

American Camp Association

MAIN OFFICE
(November - May)
410 Sovereign Court #8
Ballwin, MO 63011
(636) 394-6162

CAMP OFFICE
(Memorial Day Weekend - October)
19772 Sugar Dr.
Lebanon, MO 65536
(417) 532-6699

Support our mission!

CedarS Camps

Back
to top