Thank you for another best summer yet!

VIVEZ VOTRE LIBERTÉ PAR LE POUVOIR

LEVEZ-VOUS ET SOYEZ LIBRE !

Idées d’applications métaphysiques pour la leçon biblique trimestrielle de la Science Chrétienne sur :

« Châtiment éternel »

du 25 au 31 octobre 2021

par Craig L. Ghislin, CS Godfrey, Illinois

.craig.ghislincs@icloud.com / (630) 830-8683; cellule/texte (630) 234-3987


[ NB: Il y a des citations par des auteurs dans ce ‹Met› que nous ne sommes pas autorisés à traduire. Alors, étant donné que nos traductions ne sont pas des traductions officielles autorisées par ces auteurs, nous avons mis les citations originales en anglais à la fin, avec des références comme, par exemple JG1 pour John Gill, citation 1. Toutes les citations de Mary Baker sont tirées des traductions autorisées du CSPS, et les citations Bibliques viennent de la Bible Louis Segond].

Avez-vous déjà été débordé ? Moi, certainement. Il n’est pas rare d’être plus enclin à se sentir dépassé, quand il semble que les choses sont hors de notre contrôle. Que la perturbation et la perte de contrôle se produisent dans notre corps, nos comptes bancaires, nos emplois, nos relations, nos quartiers ou nos nations, il y a toujours une chose sur laquelle nous avons le contrôle : notre pensée. Et le meilleur de tous, nous pouvons savoir que dans la réalité spirituelle des choses, il n’y a aucune personnalité ou crise en dehors de nous qui a le pouvoir de nous contrôler. Il n’y a qu’une seule cause et qu’un seul Créateur, un seul contrôleur, c’est Dieu. Peu importe à quel point les choses semblent incontrôlables au sens mortel, au sens spirituel, nous savons que Dieu gouverne tout, à chaque instant, jour après jour, année après année à travers tous les temps. En fait, pour Dieu, il n’y a pas d’autre temps que maintenant, et tout va bien dans ce moment présent.

Un autre sens du mot hébreu pour abattu est couvert, ou enveloppé dans les ténèbres. Dans un tel état, nous pouvons voir pourquoi, dans le Texte d’Or, (Psaume 61:1,2) le psalmiste appelle Dieu à l’aide. Mais faut-il une crise pour que nous nous tournions vers Dieu ? Le théologien Adam Clarke (c1760-1832) explique que le Psaume semble avoir été écrit à propos de la fin d’une captivité longue et douloureuse. Il poursuit en disant : « On peut remarquer que les Juifs ont toujours été plus pieux et plus dévoués à Dieu dans leurs afflictions et leurs captivités, que lorsqu’ils étaient dans leur propre pays, dans l’aisance et la richesse.» Il constate que c’est le cas pour la plupart d’entre nous. Il demande : « Combien de cœurs remplis d’ardeur céleste dans l’affliction et la persécution se sont refroidis sous les rayons du soleil de prospérité ?» [AC1]

Vous arrive-t-il d’oublier Dieu lorsque tout va bien pour vous et de vous tourner vers Dieu principalement lorsque vous rencontrez des problèmes ? Cela vaut la peine de réfléchir. Mais même si c’est le cas, lorsque nous nous trouvons submergés et qu’il n’y a pas de fin en vue, les Écritures nous enseignent que nous pouvons trouver la paix, l’encouragement et la guérison en réalisant que nous n’avons pas à attendre Dieu – que juste là-dedans en ce moment même, nous sommes réellement en présence de Dieu. La Lecture Alternée implique la présence éternelle de Dieu, sa présence à ce moment-ci. Avant que le monde ne soit jamais, Dieu est—gouvernant pour toujours, pour tout le monde. Le psalmiste nous dit que se tourner vers l’Éternel est une voie parfaite à suivre. Dieu nous soutient, nous protège et nous préserve pour toujours. Dieu est éternel, c’est-à-dire hors du temps et non affecté par lui. Ses bras de soutien nous tiennent pour toujours.

L’une des raisons pour lesquelles nous sommes invités à prier lorsque nous allons bien, même s’il ne semble pas que nous ayons besoin de nous tourner vers Dieu à ce moment-là, est que plus nous sommes familiers avec la reconnaissance de la totalité de Dieu, plus nous sommes préparés à rencontrer les défis par la prière lorsqu’ils se présentent. C’est pourquoi nous appelons cela la pratique !

SECTION 1 : UN « DIEU QUI PUNIT » N’EST PAS LOGIQUE.
Selon Albert Barnes (1798-1870), le nom « Habacuc » signifie « étreinte forte ».Barnes écrit : « Le mot dans sa forme intensive est utilisé à la fois pour désigner Dieu, enveloppant l’âme de son amour tendre et soutenant, et l’homme s’accrochant et se tenant fermement à la sagesse divine. Cela correspond au sujet de sa prophétie, la foi, s’attachant fermement à Dieu au milieu des perplexités des choses vues.» Etant donné le contexte, nous voyons que la déclaration du prophète que Dieu « a les yeux trop purs pour pour voir le mal, et ne peut pas regarder l’iniquité » (citation B1/Habakkuk 1:12 (à ?), 13 (à ;)) est une indication de sa solide conviction que Dieu a toujours été, et sera toujours, le donateur de tout ce qui est bon, et que Dieu n’a rien à voir avec le mal.

Nous savons tous cependant qu’il peut certainement sembler que nos problèmes sont réels et qu’ils vont durer éternellement. Le psalmiste nous assure que Dieu ne laissera pas notre âme « au séjour des morts ». Et plus que cela, Il ne nous permettra même pas « de voir la corruption » (cit. B2/Ps. 16:2 (à :), 10). Nous considérons la corruption comme une souillure, mais selon Strong, certaines significations hébraïques alternatives incluent la destruction, un piège, une fosse ou la tombe. Cela fait écho au sentiment que nous avons parfois lorsque nous sommes au milieu de la maladie ou du péché. On peut certainement avoir l’impression d’être piégé dans un gouffre. Le commentaire de Peake sur la Bible dit qu’il s’agit d’un «psaume de confiance, dans lequel tout le reste est subordonné à la pensée que la vie en Dieu est le… bien suprême».

Peu importe à quel point les choses vont mal pour le psalmiste, il est convaincu que Dieu ne nous laissera jamais tomber et ne nous oubliera jamais. Il se réjouit de l’assurance que même si nous glissons, nous serons élevés par la miséricorde de Dieu (cit. B3/Ps. 94:14, 18, 19).

Dans les trois premières citations de Science et Santé, Mary Baker Eddy explique logiquement comment cela n’a aucun sens de penser qu’un Dieu tout-sage et tout-amour pourrait nous créer capables de faire le mal et ensuite nous en punir (citations. S1-S3/356:25-27/230:11-16/357:1-5) Plutôt que Dieu commettant une telle fraude, elle déclare que c’est la croyance charnelle qui nous escroque ! (cit. S4). Elle nous rassure que la loi de l’Amour finira par nous conduire à reconnaître que la création parfaite de Dieu sera enfin vue « comme la seule vraie conception de l’être » (cit. S6).

SECTION 2 : DIEU CASSERA.
Combien de temps  faudra t-il avant que la reconnaissance de la création parfaite de Dieu soit réalisée, personne ne le sait. Les Écritures nous disent que Dieu «en fera une ruine, une ruine, une ruine. Mais cela n’aura lieu qu’à la venue de celui à qui appartient le jugement et à qui [Il] le remettra. » (cit. . b4/Ézéchiel 21:27). En d’autres termes, l’ancienne façon de penser sera complètement remplacée par la vérité de l’être –

«Car c’est précepte sur précepte, précepte sur précepte, règle sur règle, règle sur règle, un peu ici, un peu là.» (cit. B5/Isaïe 28:10, 12 :)).

Cette forme d’enseignement « petit à petit » fait allusion à la manière dont il faut enseigner aux enfants. C’est en quelque sorte une insulte. Dans les versets précédents, les gens sont dépeints dans une stupeur ivre. Donc, ils doivent être enseignés comme des enfants. Le verset 11, (qui n’est pas inclus dans la Leçon) couplé avec l’ensemble du verset 12 transforme la citation en réprimande qui dit :«Hé bien! c’est par des hommes aux lèvres balbutiantes Et au langage barbare Que l’Éternel parlera à ce peuple. Voici le repos, Laissez reposer celui qui est fatigué; Voici le lieu du repos! Mais ils n’ont point voulu écouter.» Esaïe déplore en effet la nature résistante du peuple.

Il peut sembler que ceux qui refusent d’écouter la loi de Dieu s’en tirent comme il faut et qu’ils ont le pouvoir de causer des perturbations et du mal. Les mauvaises influences peuvent sembler si ancrées qu’il est presque impossible de les renverser. Mais le psalmiste nous conseille de ne pas nous inquiéter pour eux, ni d’être « envieux ». Que le « malfaiteur » semble être une personne, ou une maladie, un péché, une pandémie ou un régime répressif, si nous persévérons, nous verrons la bonté de Dieu être victorieuse. Mais pour y parvenir, nous ne pouvons pas continuer à être impressionnés par le mal. Nous devons « remettre nos voies à l’Éternel » comme l’enseigne le psalmiste, et lui faire confiance, et Il « le réalisera » (cit. B6/Ps. 37:1, 3, 5, 35-37). Se concentrer sur la réalité spirituelle finira par nous apporter à la fin de la paix.

Dans notre livre d’étude de Science Chrétienne, l’auteur interprète « casser » le mal comme la souffrance qui vient avec le péché (cit. S8/5:18). Elle nous donne aussi un brillant exemple de la façon dont l’entendement mortel se vante de sa puissance, en contraste avec la sublime domination de l’Esprit (cit. S9/252:7-8, 15-19 (page suivante)). Prenez le temps de lire attentivement ces descriptions. Le mal s’imagine pouvoir faire ce qu’il veut en toute impunité. Mais l’homme de Dieu ne peut jamais être trompé par le mal, et même s’il semble l’être, il « peut immédiatement changer de direction et faire le bien ».

SECTION 3 : DIEU RENDRA LES CHOSES CORRECTES.
En surface, l’histoire de Marie et Aaron punis pour leur critique de Moïse (cit. .b7/Num. 12:1 (à 🙂 2, 5-8, 10 (à ;), 11, 13, 15) peut donner l’impression que Dieu nous punit pour les torts que nous commettons sciemment ou inconsciemment. Dans l’histoire, Aaron se repent et plaide en faveur de Marie, et à son tour, Moïse fait également appel à Dieu pour Marie. Que pouvons-nous en retirer ?

Voyons d’abord les personnages. Marie en tant que prophétesse et sœur de Moïse était la première parmi les femmes d’Israël. Aaron leur frère était le chef ecclésiastique de la nation. « Mais», écrit Barnes, «au lieu d’être reconnaissants pour ces hautes dignités, ils défièrent la vocation particulière de Moïse et l’autorité exclusive que Dieu lui avait assignée. Marie était l’instigatrice. [Nous savons cela] du fait que son nom est remarquablement en premier et que la punition est tombée sur elle seule. Aaron fut trompé cette fois par l’urgence de sa sœur, comme autrefois par celle du « peuple » lorsqu’il fit le veau d’or.» [AB2]

À  mon sens actuel, cette histoire n’est pas tellement sur la punition de Dieu, mais plutôt, cela semble un récit édifiant pour se méfier de la critique basée sur la jalousie, l’envie, l’orgueil, le sectarisme et l’arrogance, entre autres choses, qui nous aveugle au point où nous ne pouvons pas reconnaître ce qui est vraiment bon. Plutôt que d’insister sur la punition de Dieu, nous devrions reconnaître que notre propre péché obscurcit notre jugement et nous prive de la capacité de reconnaître la vraie valeur. Lorsque nous sommes plongés dans le péché, nous avons beaucoup de mal à reconnaître la bonté même si elle est juste devant nous.

Un autre aspect de l’histoire est la réaction de Moïse à la punition apparente de Marie. Il aurait pu être offensé en retour, mais étant doux et en étroite communion avec Dieu, il avait une attitude plus miséricordieuse. Nous avons donc plusieurs leçons à en tirer. Dans Galates (cit. .b8/Gal. 6:1, 2), nous voyons une réponse chrétienne au fait d’être lésée basée sur l’humilité, la compréhension et la miséricorde.

Science et Santé souligne la distance entre la nature humaine animale et la réponse christique d’aimer même nos détracteurs, et de les aider à s’améliorer (cit. S10/560:11-19). Cela fait également écho au message que plus nous sommes profondément dans le péché, plus nous aurons d’opposition à la vraie spiritualité (cit. S11/329:26 Si). Autant que nous puissions nous sentir justifiés de souligner les torts perçus par les autres, l’essentiel est que notre propre péché obscurcit notre capacité à voir la vraie image et le bien chez les autres.

Si quelqu’un nous traite mal ou injustement, nous pouvons nous sentir parfaitement justifiés de « l’engueler  » en soulignant ses torts. Mais même si nous pensons avoir raison, nous ferions mieux de répondre avec sagesse et compréhension, dans le but d’aider, plutôt que de condamner (cit. S13/444:16-19). Parfois, chercher le péché chez les autres ouvre la porte de notre propre cœur à d’autres maux, y compris la maladie (cit. S12/445:19). Si nous voulons voir une amélioration chez les autres, nous devons commencer par nous-mêmes (cit. S14/248:29).

SECTION 4 : REJET DU DRAGON
Historiquement, la théologie chrétienne enseigne que Dieu permet à la fois le péché et le punit. Comme nous l’avons vu, quand on y pense, cela n’a aucun sens. Beaucoup de ceux qui ont suivi Jésus pensaient qu’en tant que Messie, il serait le grand égalisateur, apportant la colère de Dieu sur ceux qui s’opposent à Israël. Mais Jésus les a déçus quand il a dit qu’il n’était pas envoyé pour condamner le monde, mais pour le sauver (cit. .b9/Jean 3:16, 17). Il a également corrigé leur fausse conception de la liberté. La liberté ne vient pas de faire ce que l’on veut, de suivre toutes ses caprices, ou de se venger de ses ennemis, mais plutôt de connaître la vérité (cit. .b10/Jean 8:31, 32, 46 (jusqu’au 1er ?). L’apôtre Jean a souligné que ceux qui sont vraiment nés de Dieu sont incapables de pécher (cit. B11/1er Jean 3:9) et cela inclut la violence contre ses ennemis, aussi justifiée que cela puisse paraître. Cependant, l’affirmation selon laquelle l’homme spirituel créé par Dieu est incapable de pécher, ne signifie pas que nous obtenons un laissez-passer gratuit pour le péché parce que nous nous considérons comme spirituels. Si nous voulons revendiquer le titre, nous devons vivre la vie qui va avec.

Qu’est-ce qui nous condamne en tant que pécheurs désespérés ? Sommes-nous naturellement enclins au péché comme l’enseigne la théologie traditionnelle ? Non. Dans l’Apocalypse, Jean révèle que le véritable ennemi n’est pas un ennemi personnel ou une inclination humaine enracinée au péché, mais le grand dragon rouge, l’accusateur malveillant de toute l’humanité, qui nous déclare pécheurs, mortels vivant en dehors de Dieu (cit. .B12/Rév. .12:9, 10 maintenant).

Dans Science et Santé, l’auteur explique que le dragon rouge est le symbole de tous les mauvais comportements animaliers de l’homme mortel (cit. S15/564:24-26). Nous voyons cet élément animal dans toutes sortes de comportements indignes. Le manque de civilité dans la société et même dans les organisations, et certaines familles peut sembler parfois choquant et inexplicable. Cet élément maléfique qui prétend faire partie de l’homme est réduit à néant par la puissance du Christ (cit. S16/567:23-26). Le Messie est bien venu pour détruire le péché, mais cette mission était de détruire la croyance dans le mal de toutes sortes, sauvant ainsi l’homme d’être victime du péché, de la maladie et de la mort (cit. S17/473:6-15).

Malgré nos défis, nous n’avons jamais besoin de craindre le péché parce que c’est un mensonge sur nous et sur les autres. Dieu ne l’a jamais fait. C’est une croyance que Christ détruit (cit. S18/231:20). Oui, les tentations peuvent venir à nous. Oui, nous pouvons, même en ce moment, nous sentir plongés dans un gouffre de mal dont nous ne pouvons pas sortir. Mais le Christ est présent en ce moment pour chasser ce dragon et nous élever vers la liberté.

 

SECTION 5 : REPRENDRE
De toutes les personnes dans la Bible, Saul était peut-être le candidat le plus improbable pour devenir un vaisseau pour transporter le christianisme dans le monde. Il était « old school » au sens strict. Il a inlassablement cherché à punir les chrétiens pour blasphème contre les enseignements juifs. Il croyait qu’il était du bon côté, c’est-à-dire jusqu’à ce que la puissance de Christ le transforme (cit. B13/Actes 9 :1-5,8, 10-12, 17, 18, 20).

 

L’histoire est si familière aux chrétiens. Si vous ne la connaissez pas, allez directement à la Bible et lisez-la directement sans modifications. Venons-en à quelques points intéressants. Notez tout d’abord que Paul pensait qu’il faisait la bonne chose, mais qu’il a été arrêté dans son élan de telle manière qu’il était impossible de l’ignorer. La voix qu’il entendit lui dit : «Il te serait dur de regimber contre les aiguillons. » Cette image ne parle pas de frapper un cactus. Elle fait allusion à un dispositif appelé « un aiguillon de boeuf, un morceau de fer pointu planté dans l’extrémité d’un bâton, avec lequel le bœuf est poussé. » Barnes poursuit l’explication :

«L’expression « donner un coup de pied contre un aiguillon »  est dérivée de l’action d’un bœuf têtu et inflexible donnant un coup de pied contre l’aiguillon. Et comme le bœuf ne ferait de mal à personne d’autre qu’à lui-même ; comme il ne gagnerait rien, cela signifie une disposition et une conduite obstinée et réfractaire, résistant à l’autorité de celui qui a le droit de commander, et s’opposant à la direction de Providence….» [AB3]

 

L’application de cette phrase à Saul est évidente, et il en est de même de tous ceux qui s’éloignent de l’obéissance à Dieu. Plutôt que Dieu punissant le péché, nous constatons que le comportement pécheur se punit lui-même par nature.

 

Aussi, comme mentionné précédemment, tous les péchés, y compris l’autosatisfaction, nous aveuglent sur le bien auquel nous devrions prêter attention. Saul sort de cette expérience aveuglé. Ses yeux ont besoin de s’ouvrir métaphoriquement aussi bien que physiquement. Ensuite, Saul est conduit à Damas pour attendre de nouvelles instructions. Notez que Saul a été obligé de compter sur les autres pour l’aider. Il était dans un état complètement vulnérable. Fait intéressant, Dieu apparaît également à un chrétien nommé Ananias dans une vision, et lui ordonne de guérir Saul. Ananias était bien conscient de la réputation de Saul et ne voulait pas y aller. En ce sens, Ananias devait également faire confiance à la vision.

La nature humaine l’aurait peut-être tenté d’utiliser cette opportunité pour tuer Saul dans son état d’impuissance. Mais, plutôt que d’utiliser l’opportunité de nuire à Saul, Ananias  obéit. Il appelle son ancien ennemi « frère ». Paul reçoit le Saint-Esprit et les écailles tombent de ses yeux. Saul voit maintenant clair et Ananias aussi.

 

Bien qu’il y ait un débat scientifique sur la paternité de la lettre aux Ephésiens, le passage de cette Leçon éclaire certainement l’étendue et l’importance de la métamorphose de Saul à Paul (cit. B14/Eph. 3:1, 2, 7, 8, 14-19).

 

Celui qui était aussi opposé au christianisme que Saul, aurait certainement dû subir une réforme complète de la compréhension spirituelle et du but de la vie. Notre livre d’étude explique ce miracle d’amour qui a complètement transformé Paul et a détourné sa vie de la persécution des chrétiens vers le service du christianisme. Paul a reconnu que son chemin précédent était erroné et il a immédiatement apporté des modifications pour rectifier ses erreurs. Il a fait l’expérience directe du pouvoir de guérison et de pardon de l’Amour divin (cit. S22/326:23). L’a-t-il gagné ? Pas vraiment. Le méritait-il ? Il ne semblait pas le penser. Mais son exemple nous donne de l’espoir à tous, que la transformation et le pardon sont à notre disposition, peu importe à quel point nous semblons en être éloignés lorsque nous commençons.

Même si l’expérience initiale de transformation de Paul a été très rapide et a provoqué un revirement complet, il a continué à se consacrer à ce nouveau chemin tout au long de sa vie. Il a admis avoir commis de nombreuses erreurs en cours de route et il a subi beaucoup de douleur et de cruauté à la suite de sa décision. Mais il comptait que rien de tout cela n’était comparé à la récompense.

Nous pouvons hésiter à embrasser la transformation parce que nous pensons que nous sommes « trop loin » et que le travail sera trop dur. Mais Paul a laissé tomber ses erreurs passées et a vécu chaque instant comme un nouveau départ. Il s’écria : « Voici maintenant le temps favorable !» (cit. .s24/39:18-22). Nous pouvons également vivre une transformation en ce moment. Nous pouvons arrêter de donner des coups de pied contre les aiguillons et remettre notre vie sur la bonne voie, à chaque instant, à chaque heure et jour après jour.

 

SECTION 6 : LA VRAIE LIBERTÉ

Avant sa conversion, Saul pensait qu’il était libre, alors qu’il était en fait soumis à « la loi du péché et de la mort ». Un contemporain de Mary Baker Eddy, ministre écossais Alexander MacLaren (1826-1910), explique ce paradoxe : « Le péché règne avec le fer ; les hommes y obéissent à la folie, et même lorsqu’ils se croient libres, ils sont soumis à une amère tyrannie.» [AM1] Bien qu’après sa conversion, Paul se soit qualifié de «prisonnier de Christ», il a également déclaré que «la loi de l’esprit de vie en Jésus-Christ l’a affranchi de la loi du péché et de la mort.» (cit. B15/Rom. 8 : 1, 2). Paul voit que nous ne pouvons pas atteindre la libération du péché par les efforts humains. Encore une fois, MacLaren écrit

« Aucun moyen extérieur ne suffira à émanciper un esprit ; aucune méthode purement intellectuelle ne servira à libérer les passions et les désirs qui ont été capturés par le péché… Rien… mais un don de pouvoir qui devient une influence permanente en nous et développe une énergie plus puissante pour surmonter les mauvaises tendances d’une âme pécheresse.… Rien de moins qu’un Esprit de vie, rapide et puissant, avec une énergie immortelle et intense sera disponible pour répondre au besoin. » [AM2]

 

Mary Baker Eddy nous invite tous à profiter de cet Esprit de vie. Peu importe où nous sommes, ou ce que nous faisons, elle nous invite à « accepter la « liberté glorieuse des enfants de Dieu » et [à être] libres ! (cit. S25/227:24-25). Les croyances du monde peuvent sembler accablantes, mais où que nous soyons, le Christ nous conduira au rocher qui est plus haut que nous ne le sommes maintenant. Le Christ nous purifiera des faux traits humains, de la critique, de l’autosatisfaction, des désirs pécheurs et des pensées maladives. Confiants dans le fait que l’Éternel est celui qui nous garde, nous trouverons notre refuge dans le Dieu d’éternité et continuerons notre voyage en sécurité dans les bras éternels de notre  Père-Mère l’Amour.

*****

AC1

“It may be remarked that the Jews were always more pious and devoted to God in their afflictions and captivities, than when in their own land, in ease and affluence.”…“How many hearts filled with heavenly ardour in affliction and persecution have grown cold under the beams of the sun of prosperity?”

AB1

“The word in its intensive form is used both of God’s enfolding the soul within His tender supporting love, and of man clinging and holding fast to divine wisdom. It fits in with the subject of his prophecy, faith, cleaving fast to God amid the perplexities of things seen.”

AB2

“But, instead of being grateful for these high dignities, they challenged the special vocation of Moses and the exclusive authority which God had assigned to him. Miriam was the instigator. [We know this] from the fact that her name stands conspicuously first, and that the punishment fell on her alone. …Aaron was misled this time by the urgency of his sister, as once before by that of “the people” when he made the golden calf.”

AB3

“The expression ‘to kick against the prick’ is derived from the action of a stubborn and unyielding ox kicking against the goad. And as the ox would injure no one by it but himself; as he would gain nothing, it comes to denote an obstinate and refractory disposition and course of conduct, resisting the authority of him who has a right to command, and opposing the leadings of Providence….”

AM1

“Sin rules with iron Sway, men madly obey it, and even when they think themselves free, are under a bitter tyranny.”

 

AM2

“No mere outward means will be sufficient to emancipate a spirit; no merely intellectual methods will avail to set free the passions and desires which have been captured by sin…Nothing …but a gift of power which becomes an abiding influence in us, and develops a mightier energy to overcome the evil tendencies of a sinful soul. … Nothing short of a Spirit of life, quick and powerful, with an immortal and intense energy will avail to meet the need.”

American Camp Association

MAIN OFFICE
(November - May)
410 Sovereign Court #8
Ballwin, MO 63011
(636) 394-6162

CAMP OFFICE
(Memorial Day Weekend - October)
19772 Sugar Dr.
Lebanon, MO 65536
(417) 532-6699

Support our mission!

CedarS Camps

Back
to top