Join us for the best summer yet!

PAS DEUX, MAIS UNE CRÉATION DIVINE ACCESSIBLE ICI ET MAINTENANT
Idées d’application métaphysique pour la leçon biblique trimestrielle de la Science Chrétienne sur

“Adam et l’homme déchu”
du dimanche 8 mai 2022

par Kerry Jenkins, C.S. de House Springs, MO
kerry.helen.jenkins@gmail.com • 314-406-0041


APERÇU DE LA SECTION, INTRODUCTION, TEXTE D’OR ET LECTURE ALTERNÉE

 SECTION 1 : IL N’Y A QU’UNE SEULE CRÉATION SPIRITUELLEMENT BONNE.

SECTION 2 : N’ESSAYEZ PAS D’EXPLIQUER LA CRÉATION D’UN POINT DE VUE MATÉRIEL.

SECTION 3 : LE VRAI « SERPENT » EST CELUI QUI NOUS VOLE  LA CONFIANCE EN DIEU.

SECTION 4 : PERDRE DE VUE LE MOI MORTEL.

SECTION 5 : ACCEPTER LA VRAIE CRÉATION NOUS REND LIBRES POUR « SAISIR L’IDÉE INFINIE ».

SECTION 6 : NE CROYEZ PAS AUX MENSONGES, VOUS ÊTES L’ENFANT DE DIEU.

Cette leçon biblique met toujours au premier plan la suggestion de deux créations, l’une prenant naissance dans l’être spirituel, l’autre façonnée à partir de la matière. Du point de vue de la Science Chrétienne, il n’y a qu’une seule véritable création, jaillissant de la Vie/Esprit. Alors, où cela nous place-t-il en termes de rapprochement de notre compréhension de l’expérience quotidienne et de la création de  Genèse1 où l’homme est amené à l’existence, “l’homme et la femme”, et reçoit la domination ?

Cette leçon biblique nous oblige vraiment à nous poser ces questions :

« Pourquoi suis-je intéressé par autre chose que l’apparence matérielle des choses ? »

Ce qui me ramène à mon profond désir d’étudier et d’exploiter ces leçons bibliques pour la vérité semaine après semaine, ce sont les aperçus que j’obtiens à travers de véritables moments de conscience spirituellement inspirée, que cette seule véritable création est en fait ici et maintenant et prouvable par la guérison divine. Ce n’est pas l’argument courant de “la matière n’est pas réelle” qui regarde les objets autour de nous et essaie de prétendre qu’ils ne sont pas “réels”. C’est un engagement quotidien, passionné, à devenir de plus en plus conscient de la réalité spirituelle, ici et maintenant. C’est un “témoignage” constant avec Amour de notre vraie nature en tant qu’”enfants de Dieu” (voir notre Texte d’Or pour cette semaine de Romains 8:16).

Nous pouvons cesser d’essayer de scruter à travers le brouillard de la suggestion matérielle et subtile que nous devrions craindre et nous méfier de cet esprit intérieur (et donc de l’Amour divin lui-même). Au lieu de cela, nous pouvons apprendre à témoigner avec force de notre sens spirituel interne et constater que cette brume se disperse pour révéler davantage de grâce, de beauté, de sécurité, d’approvisionnement, de santé et de joie. C’est la création divine de la Vie ici et maintenant.

Notre lecture alternée de 1 Corinthiens 15:45 et 1 Jean 3:1-3, 7,9; 5:4,5 oppose d’emblée “l’âme vivante” à “l’esprit vivifiant”. Comme je le vois, c’est contraster l’idée de l’homme façonné à partir de la substance matérielle (poussière/côte/œuf) par rapport à l’homme que donne la vie, vibrant, jaillissant de l’Esprit. Évidemment, il fait référence à Adam contre Christ Jésus qui nous a enseigné la vraie nature de l’homme. Dans cet ensemble de lectures, nous voyons que l’homme de la poussière appartient à cette vision brumeuse et obscurcie de l’homme en tant que matériau, tandis que le véritable homme jaillit directement de Dieu, est en effet le fils/fille même de Dieu !

Dans cette lecture alternée et dans le texte d’or, nous avons une référence aux enfants qui est une sorte de sous-thème dans cette leçon nous faisant savoir que le chemin pour expérimenter cette véritable création spirituelle passe par la porte de l’humilité enfantine. Il y a au moins dix références aux enfants dans la leçon et une qui est impliquée dans la guérison de la fille de Jaïrus, qui était elle-même une enfant. Il y a une simplicité qui accompagne le fait d’accepter que la création de Dieu est entièrement bonne, sans péché, pure, saine et joyeuse. Cette simplicité n’est pas facile à atteindre, mais elle est démontrable par une pratique consciente et constante de l’identification de nous-mêmes et des autres comme enfants de Dieu.


SECTION 1 : UNE CRÉATION SPIRITUELLEMENT BONNE.

Faites une pause ici, et considérez un instant une création entièrement bonne, tangible et spirituelle….. Non vraiment, faites une pause…. Cette création n’est pas quelque chose qui se passe dans le futur, qui se passe si nous sommes particulièrement bons, ou qui est dépendant de quelque manière que ce soit. Cette création est présente ici et maintenant, disponible et tangible dans notre conscience spirituelle de la beauté, de la bonté, de l’intelligence et de l’amour de Dieu. Ces qualités ne sont aucunement liées à la matière. Elles sont éternelles, immortelles et font partie de notre être spirituel et de la création spirituelle de l’Entendement.

La vraie vie ne dépend pas de la matière. Le chemin pour voir ce fait est de faire taire le sens matériel. «Que toute chair fasse silence devant l’Eternel ! Car il s’est réveillé de sa demeure sainte.” (citation B1, Zacharie 2:13). Cette création en constante évolution n’est pas basée sur des ressources limitées, des climats mondiaux ou des interférences humaines. Cela ne veut pas dire que ce que nous faisons sur notre planète n’a pas d’importance, loin de là.

Le message de domination de la citation B2, Genèse 1:1,3,26-28,31 signifie le respect et l’intendance appropriés, n’exerçant pas de pouvoir sur la terre et ses habitants. Et le mot soumettre ici signifie “développement” et non intimidation. (Voir la Bible Lens de Christian Science Sentinel pour la semaine se terminant le 8 mai). C’est une création complète, un homme complet (homme et femme).


SECTION 2 : L’EFFORT D’EXPLIQUER LA CRÉATION D’UN POINT DE VUE MATÉRIEL.

Ici vient la brume, l’obscurité, s’élevant de la terre ou de l’argile, de la prémisse d’une double création. Pour chaque réponse que nous obtenons de la matière, il y a une douzaine de questions supplémentaires. L’esprit mortel se nourrit de son propre désir de résoudre des questions spirituelles avec des “réponses” matérielles. Ce n’est certainement pas la Science d’avancer sans poser de questions. En effet, sans poser de questions, nous n’avons aucune curiosité, aucun développement, aucun progrès, et donc aucune véritable joie et guérison ! C’est juste que la pensée mortelle pose toutes les mauvaises questions basées sur un sens matériel des choses plutôt que sur un sens spirituel.

Quand je me sens vraiment perplexe face à un problème auquel je suis confronté, je sais qu’il est temps de faire une pause et d’attendre une perspective spirituelle plus claire. Bien que cela puisse sembler difficile avec l’anxiété qui frappe à la porte (échéances, difficultés familiales, beaucoup de responsabilités au travail), c’est vraiment le seul moyen de résoudre ces soucis en clarté, espace, joie et liberté. J’ai passé des heures/jours/années à essayer de résoudre des problèmes qui semblaient sans solution, seulement pour constater que lorsque je me tiens sur le promontoire du sens spirituel, ma vue s’éclaircit et j’ai de grandes solutions. J’ai déjà partagé un exemple simple ici, mais je le partagerai à nouveau.

Il y a quelques années, j’étais au bout du rouleau avec des engagements de temps, l’enseignement à domicile, ma pratique, prendre soin de ma mère. J’avais dit et répété à Doug (mon mari) que j’allais devoir changer quelque chose, renvoyer James à l’école ou autre chose. Quand j’ai finalement arrêté d’essayer de “résoudre” le problème en me plaignant auprès de Doug, en me stressant dessus ou, illogiquement, en essayant de continuer à faire la même chose encore et encore avec mon emploi du temps, nous avons trouvé une solution très simple qui m’a donné une heure et demi de temps libre chaque jour! Tout ce que j’avais à faire était de m’élever mentalement au-dessus de la brume de la pensée matérielle qui tourne en rond sans jamais rien résoudre.


SECTION 3 : LE VRAI « SERPENT » EST CELUI QUI NOUS VOLE LA CONFIANCE EN DIEU.

N’est-ce pas cela ce que fait le serpent dans cette interprétation de la création de la Genèse 2 – nous voler la confiance en Dieu ? C’est ce que fait l’entendement  mortel. Il craint, doute et agit à partir de cette peur et de ce doute. Revenons à ce Texte d’Or où l’on nous dit que Dieu témoigne avec notre propre sens spirituel, que nous sommes enfants de Dieu. C’est là que nous devons « aller » lorsque nous sommes confrontés à la peur, et non à cette pensée circulaire dont nous avons parlé dans notre dernière section.

L’entendement mortel se nourrit de la complexité et de la confusion, et il est le plus menacé par la paix et la clarté qui découlent de la confiance dans le sens spirituel. Ainsi, l’entendement mortel pourrait sembler défendre sa propre identité de manière plus vocale lorsque nous sommes sur le point d’éliminer les faux arguments de cette pensée mortelle.

J’entends le ton câlin du serpent chaque fois que je lis le passage: “Vous ne mourrez certainement pas…”. “C’est pas si mal”. Mais, c’est vraiment le cas ! Parce que chaque fois que nous souscrivons aux fausses promesses du sens mortel, nous souscrivons également à une fausse création de naissance dans la matière et de mort hors de celle-ci. Aujourd’hui nous pouvons choisir de faire confiance à Dieu, de faire confiance à notre sens spirituel qui nous dit que l’Amour est présent même quand nous ne le ressentons pas vraiment.

Nous pouvons sortir, fermer les yeux et écouter la beauté d’un chant d’oiseau, le parfum d’un lilas (si c’est le printemps où vous êtes) – ce genre de choses fait allusion à la présence et à l’amour de Dieu. Nous pouvons être présents au moment où nous nous trouvons et reconnaître que l’Amour est puissant pour éliminer toute tristesse d’événement concernant le passé ou toute pensée anxieuse concernant l’avenir. Cela construira cette confiance inébranlable dans la puissance et la présence de l’Amour qui nous aide à reconnaître le mensonge du serpent pour ce qu’il est.

L’offre du serpent d’une soi-disant plus grande connaissance est brillante. Cela semblerait opportun, même aujourd’hui, bien que tant d’années se sont écoulées depuis que ce mythe a été enregistré. Pourtant, l’offre ne produit toujours pas une plus grande connaissance, mais une plus grande vulnérabilité et une plus grande peur. Il n’y a aucune domination ou complétude dans ce dossier.


SECTION 4 : PERDRE DE VUE L’INDIVIDUALITÉ MORTELLE.

Mary Baker Eddy nous dit dans la citation S21 (316:3-7), que nous pouvons “perdre de vue l’individualité mortelle” – l’idée de soi comme pécheur (séparé de Dieu), ou limité. C’est parce que nous sommes un enfant spirituellement divin de Dieu, nous ne le devenons pas. Son passage ici se lit comme suit : “L’homme réel étant lié par la Science à son Créateur, les mortels n’ont qu’à se détourner du péché et à perdre de vue le moi mortel pour trouver le Christ, l’homme réel et sa relation à Dieu, et pour reconnaître la filialité divine.” Cette phrase commence par le vrai homme. Cet homme réel est déjà lié à son Créateur.

Nous ne créons pas ce lien avec notre Créateur, mais le révélons, nous élevant au-dessus du brouillard du sens matériel pour le voir de plus en plus clairement. Jésus était le meilleur pour illustrer ce fait sur l’homme à travers son remarquable travail de guérison, mais nous pouvons aussi le faire à un certain niveau, tous les jours.

Dans cette section, Jésus illustre nos véritables “racines” spirituelles lorsqu’il est baptisé et que Dieu le revendique comme son “Fils bien-aimé, en qui j’ai pris toute mon affection”. (cit. .b9, Marc 1:9-11) C’est aussi le nôtre lorsque nous revendiquons notre héritage et “perdons de vue” un faux sens de la création. Jésus nous dit qu’il est venu apporter cette vision plus vraie à toute l’humanité, pas à ceux qui se sentaient déjà en sécurité dans leur identité. Il est venu aider ceux qui se sentaient séparés et étaient assez humbles pour lui demander cette aide. (cit. B10, Marc 2:15-17)

L’empressement de Jésus à aimer et à soutenir l’humilité des marginalisés est encore plus évident lorsqu’il accueille les enfants pour une bénédiction après que les disciples ont tenté de les renvoyer. Il précise que “le royaume des cieux est pour ceux qui leur ressemblent”, c’est-à-dire que ce sont les humbles qui perdent le plus rapidement de vue les vues matérielles. (citation B11/Mat 1,2,13,14) J’aime cette image de “perdre de vue” un faux moi. Nous laissons un mensonge derrière nous, sans essayer de le “détruire” ou de le battre à mort. Nous avançons simplement jusqu’à ce qu’il s’éloigne de la vue !


SECTION 5 : ACCEPTER LA VRAIE CRÉATION NOUS REND LIBRES « POUR SAISIR L’IDÉE INFINIE ».

Peut-être que cela semble trop élevé? Mais c’est ce qui me fait revenir pour étudier et prier jour après jour. Il y a la beauté, la plénitude, le délice de la vraie création de Dieu. Mary Baker Eddy l’exprime ainsi : «Admettre en son for intérieur que l’homme est la propre ressemblance de Dieu met l’homme à même de saisir l’idée infinie. Cette conviction ferme la porte à la mort et l’ouvre toute grande sur l’immortalité.” (cit. .S29, 90) C’est l’immensité à son meilleur. La matière ne peut pas offrir ce champ de découverte ou de joie.

Il faut une immense humilité pour continuer à nier le sens matériel et à rechercher cette vérité spirituelle. Jaïrus avait certainement ce genre d’humilité. Il était un “chef de la synagogue” respecté, mais a mis de côté sa réputation pour tendre la main à Jésus pour la guérison de sa  fille. Je suis sûr que cette humble reconnaissance de la puissance du Christ que Jésus a représentée et démontrée, était ce qui a permis à cette puissance de guérison d’entrer dans sa maison et a abouti à sa résurrection d’entre les morts. (cit. 14, Luc 8:41-55)

Nous pouvons tous entrevoir quotidiennement l’immortalité lorsque nous ouvrons notre pensée à la présence de la Vie qui nous entoure. Il y a des indications de la nature durable de l’amour, de la vigueur, de la beauté. Lorsque nous prenons l’habitude de reconnaître ces indications comme étant la présence de Vie/Amour/Ame/Esprit etc. dans notre expérience, nous expérimentons alors l’immortalité ici et maintenant. Nous vivons dans la seule et unique création divine.


SECTION 6 : NE CROYEZ PAS AUX MENSONGES, VOUS ÊTES L’ENFANT DE DIEU.

Beaucoup est dit dans cette leçon, sur les enfants et d’être l’enfant de Dieu et sur la filiation. Il peut sembler cliché — mais idéalement les enfants représentent l’ouverture au bien, la réceptivité aux choses que nous ne pouvons pas voir avec un sens matériel, et la confiance en l’Amour. Nous pouvons embrasser ces qualités idéales de l’enfance, qu’elles fassent ou non partie de notre propre expérience humaine.

Nous pouvons rester innocents des prétentions du serpent, des mensonges selon lesquels nous sommes exclus du royaume à cause de nos propres choix ou de ceux d’un autre. Nous pouvons accepter la liberté du premier et seul vrai récit de la création dans lequel l’homme et la femme et toute vie ont simplement vu le jour par la réflexion du Divin. Dans cette réflexion, nous sommes liés au Divin, nous savons refuser les mensonges du sens matériel.

Comme le résume la citation 15 de la Bible : «Bien-aimés (c’est-à-dire vous et moi), n’ajoutez pas foi à tout esprit ; mais éprouvez les esprits, pour savoir s’ils sont de Dieu, car plusieurs faux prophètes sont venus dans le monde.

Vous, petits enfants, vous êtes de Dieu, et vous les avez vaincus, parce que celui qui est en vous est plus grand que celui qui est dans le monde. » (1 Jean 4:1,4, parenthèses ajoutées) Nous sommes semblables à Dieu. Les brumes de sens matériel augmenteront et obscurciront ce fait sur une base régulière. Mais, nous pouvons nous élever plus haut que ces brumes/mensonges, à travers la conscience spirituelle, et nous tenir dans le soleil brillant de la Vérité divine pour voir ce que le Christ Jésus a vu et démontré — l’origine spirituelle de l’homme.

American Camp Association

MAIN OFFICE
(November - May)
410 Sovereign Court #8
Ballwin, MO 63011
(636) 394-6162

CAMP OFFICE
(Memorial Day Weekend - October)
19772 Sugar Dr.
Lebanon, MO 65536
(417) 532-6699

Support our mission!

CedarS Camps

Back
to top