Join us for the best summer yet!

La cause et le créateur éternel et inarrêtable
Idées d’application métaphysique pour la leçon biblique trimestrielle de la Science Chrétienne sur

« Dieu, la seule cause et le seul Créateur »
du 29 mai au 4 juin 2023

par Christie C. Hanzlik, CS,
Boulder, CO • ccern@mac.com • 720-331-9356 • christiecs.com


INTRODUCTION : TEXTE d’Or ET LECTURE ALTERNÉE

La leçon biblique de cette semaine nous rappelle que Dieu, par définition, est l’unique cause et le seul créateur. En d’autres termes, il n’y a pas d’autre cause ou créateur. Cela ne veut pas dire qu’il existe un être séparé, Dieu, qui *pouf* a créé l’univers et *pouf* fait que les choses se produisent. Mais plutôt, que Dieu est le mot pour la source de toute création et comment elle est vécue. La création n’est pas juste des trucs, des choses. La création est le déroulement de la réalité déjà complète et sans commencement. Ce déroulement se poursuit à l’infini, à travers les « cycles de la lumière divine » (citation S16, 135 : 26).

Et Dieu est la cause du déroulement de la création. Plus tôt nous nous libérons de la vision limitée de Dieu en tant qu’être séparé qu’un jour * pouf * a créé des choses, et plus tôt nous nous libérons de la vision limitée selon laquelle la création avait un point de départ, plus tôt nous pourrons commencer à saisir le concept de l’éternité et de l’absence de commencement et ressentir pleinement l’émerveillement de « Dieu, l’unique cause et le seul Créateur ».

Chacun de nous a probablement réfléchi au fait que le temps ne peut pas avoir de point de départ. Si nous remontons un milliard d’années en arrière, ce n’est toujours pas un point de départ car il y a toujours une minute avant cela, puis une minute avant cela. Bien que ce concept puisse être difficile à saisir pour nous, Dieu, l’unique cause et le seul créateur, ne peut penser qu’en termes d’absence de commencement et d’éternité. Dieu, l’Entendement divin, ne pense pas en termes de point de départ. Dieu ne connaît que l’absence de commencement.

L’absence de commencement et le déroulement éternel de la création sont merveilleux, et pleins d’émerveillement. Et comme le dit le Psalmiste dans le Texte d’Or, ou l’idée principale, de la Leçon de cette semaine, « Nous te louons, ô Dieu ! Nous te louons ; ton nom est dans nos bouches ; nous publions tes merveilles. » ( GT, Psaumes, 75:1).

La Lecture alternée poursuit ce thème de louange à Dieu : « Tu as multiplié, Eternel, mon Dieu ! tes merveilles et tes desseins en notre faveur : » (L.A, Psaumes 40 : 5).

Ce verset me rappelle une époque où je rentrais chez moi après une conférence dans l’est du Colorado et j’ai décidé de m’arrêter pour voir le Black Canyon of the Gunnison. C’était une journée brumeuse et la verdure était verdoyante et les oiseaux chanteurs chantaient l’humidité fraîche du printemps. Alors que j’approchais du bord du canyon, la vue m’étonnait. Sans réfléchir, j’ai laissé échapper à Dieu : « Dieu, pourquoi ne m’en as-tu pas parlé avant ? Ceci est incroyable. »

Et puis, j’ai entendu une réponse de Dieu aussi clairement que si quelqu’un se tenait à côté de moi. J’ai entendu: « C’est ce que je ressens chaque fois que je vous regarde tous. » La voix m’a fait sursauter. Je ne m’attendais pas à ce que Dieu me réponde, et pourtant le message parlait au cœur de mon être. Alors que j’étais profondément inspiré par la vue du canyon, je n’oublierai jamais ce moment où cette nouvelle vision de l’amour de Dieu pour nous tous m’a été révélée.

Le reste de la lecture alternée provient d’Éphésiens où l’auteur nous décrit comme «l’ouvrage» de Dieu et que nous pouvons nous comprendre nous-mêmes et notre objectif en regardant l’exemple de Christ Jésus. Ephésiens décrit Christ Jésus comme la pierre angulaire, les apôtres et les prophètes comme la fondation, et que tout le bâtiment est parfaitement coordonné comme un temple saint dans le Seigneur. Chacun de nous est « enraciné et fondé dans l’amour » et peut en découvrir davantage en ayant foi en Christ, notre conscience de Dieu comme unique cause et créateur (L.A., Ephésiens 2 : 10-21, 3 : 14-21) .


 SECTION 1 : DIEU EST LE SEUL DIEU

La première section s’ouvre sur les paroles de Dieu, partagées par Esaïe : « Je suis l’Eternel, et il n’y en a point d’autre, hors moi il n’y a point de Dieu ; je t’ai ceint, avant que tu me connusses. » (cit B1, Isaïe 45:5).

Avec le souvenir du message de Dieu au Black Canyon of the Gunnison frais à l’esprit, la prophétie d’Ésaïe a encore plus de sens. Dieu dit : « Je t’ai ceint » – je t’ai fortifié, encerclé et préparé – même si tu ne m’as même pas connu. Même si nous ne sommes peut-être pas encore capables de concevoir pleinement ce qu’est Dieu, Dieu continue de nous renforcer, de nous entourer et de nous préparer à chaque instant de chaque jour.

Dans Science et Santé avec la clef des Écritures, Mary Baker Eddy définit Dieu comme « Le grand JE SUIS ; Celui qui sait tout, qui voit tout, en qui est toute action, toute sagesse, tout amour, et qui est éternel.» (cit. S1, 587 : 5-6). C’est comme dire que Dieu est le seul qui est. Dieu est le seul.

Plus tôt dans Science et Santé, elle écrit : «Dieu est individuel, incorporel. Il est Principe divin, Amour, la cause universelle, le seul créateur, et il n’y a pas d’autre existence en soi. » (cit 2, 331 : 18-20). Ces mots soulignent davantage que Dieu est le seul. Il n’y a pas d’autre existence en soi… Dieu est ce qui existe en soi, ce qui signifie que Dieu n’a besoin d’aucun créateur et qu’Il simplement existe, Dieu juste existe. Dieu est le grand JE SUIS, le grand qui existe par lui-même.

Il est difficile de trouver des mots pour décrire le grand JE SUIS, la cause auto-existante et universelle car il n’y a rien d’autre avec quoi se comparer. Il n’y a pas d’autre cause à laquelle comparer Dieu parce que Dieu est la cause universelle. Dieu est incomparable parce que Dieu est individuel. Dieu est le seul.


SECTION 2 : DIEU EST LA SEULE CAUSE.

La deuxième section concerne Dieu comme la seule cause. Dieu « révèle » et fait voir la création (cit B3, Esaïe  40:5). La section comprend les idées d’ouverture du premier chapitre de la Genèse, qui décrivent la révélation de la création par Dieu. Dieu, l’Omniscient, connaît déjà et a toujours connu toute la création dans son intégralité, sa nature finie. Genèse 1 décrit comment l’intégralité de la création nous est révélée, rendue connue. La Genèse nous parle du déroulement continu de la création. «Dieu dit : Que la lumière soit ! Et la lumière fut [déjà]

Dieu vit que la lumière était bonne ; et Dieu sépara la lumière d’avec les ténèbres. » (cit B4, Genèse 1 : 3-27

Dans la Clef des Écritures (la deuxième partie de Science et Santé), Mary Baker Eddy propose une compréhension spirituelle de ce premier chapitre de la Genèse. Elle décrit la création comme une révélation. Voici comment elle le décrit : « Toutes les questions ayant pour objet de savoir si la création divine est à la fois spirituelle et matérielle trouvent leur réponse dans ce passage, car, bien que les rayons solaires ne soient pas encore inclus dans le récit de la création, il y a néanmoins de la lumière. Cette lumière ne provient ni du soleil ni de flammes volcaniques, mais elle est la révélation de la Vérité et des idées spirituelles. Cela montre également qu’il n’y a pas de lieu où ne se voie la lumière de Dieu, puisque la Vérité, la Vie et l’Amour remplissent l’immensité et sont toujours présents. N’était-ce pas là une révélation plutôt qu’une création ? » (cit S3, 504 : 3-15 ;).

Dire que Dieu est le Créateur ne signifie pas que Dieu *pouf* a créé quelque chose à partir de rien, mais plutôt que Dieu révèle ce qui est déjà et a  toujours été sans commencement, complet. Comme l’écrit Mary Baker Eddy, « Cette création consiste dans le déroulement d’idées spirituelles avec leurs identités qui sont incluses dans l’Entendement infini et à jamais réfléchies. » (cit. S5, 502, 29). Et, « Dans la révélation divine, le moi matériel et corporel disparaît, et l’idée spirituelle est comprise. » (cit S4, 561 : 20). En d’autres termes, dans la révélation divine, un sens limité et contraint de l’existence disparaît, et l’idée illimitée est comprise.


SECTION 3 : DIEU EST LA SEULE CAUSE ET LE SEUL CRÉATEUR DE L’HOMME

Les première et deuxième sections mettent l’accent sur Dieu en tant que seule cause et créateur de la lumière et de l’univers, et la troisième section met l’accent sur Dieu en tant que seule cause et créateur de nous… notre être et notre existence même.

Nous sommes le reflet de Dieu. La réflexion dans ce contexte signifie plus qu’une simple image dans un miroir. Au lieu de cela, la réflexion est la façon dont une idée est connue et exprimée. Tout comme le talent d’un artiste se reflète dans ses œuvres, nous nous reflétons également dans la création de Dieu. L’œuvre d’art reflète le talent de l’artiste et nous reflétons le talent de Dieu.

Dieu, « l’Omniscient », nous a connus avant même la soi-disant naissance. Il n’y a jamais eu un seul moment où Dieu ne nous a pas connus et notre pleine bonté. Dire le contraire suggérerait qu’il pourrait y avoir une lacune dans la connaissance de Dieu. Comme l’explique Mary Baker Eddy, « Les mortels ne pourront jamais comprendre la création de Dieu tant qu’ils croiront que l’homme est un créateur. Les enfants de Dieu déjà créés ne seront discernés que dans la mesure où l’homme trouvera la vérité de l’être. C’est ainsi que l’homme réel et idéal apparaît dans la proportion où disparaît ce qui est faux et matériel. » (cit. S8, 69:6-10, 13-26). Si je comprends bien, cette déclaration signifie que « Les enfants de Dieu déjà créés ne seront discernés [compris par nous] que dans la mesure où l’homme [nous] trouvera la vérité de l’être [la vérité de notre existence]. C’est ainsi que l’homme réel et idéal [existence et expression de la création de Dieu] apparaît dans la proportion où disparaît ce qui est faux et matériel[vue limitée]. » (cit. S8, 69 :6-10, 13-26 ; ajouts entre parenthèses).


SECTION 4 : DIEU EST L’UNIQUE CAUSE ET LE SEUL CRÉATEUR

La quatrième section insiste à nouveau sur le fait que Dieu est l’unique cause et le seul créateur en déclarant qu’il n’y a pas d’autre cause ou créateur. Bien que cela puisse sembler évident, il semble que nous ayons tous besoin d’apprendre cette leçon – que nous ne sommes ni la cause ni le créateur – encore et encore à chaque nouveau défi. Le prophète Jérémie explique que Dieu lui a parlé et a dit : « mon peuple a changé sa gloire contre ce qui n’est d’aucun secours, des dieux faux !

… Ils m’ont abandonné, moi qui suis une source d’eau vive, [que je verse pour eux] pour [essayer de] se creuser des citernes [métaphoriques au lieu de se confier dans le fait que Mes eaux vives couleront toujours, et ces citernes qu’ils essaient de creuser sont] des citernes crevassées, qui ne retiennent pas l’eau. » (cit. B10, Jérémie 2 : 1-13, quelque peu paraphrasé).

La lettre aux Galates demande : « Etes-vous tellement dépourvus de sens? Après avoir commencé par l’Esprit, voulez-vous maintenant finir par la chair ? » (cit. B11, Galates 3 : 3 ; avec Galates 3 : 2 ajoutés). En d’autres termes, pourquoi ne comprenez-vous pas cela? Dieu est la seule source de votre être, essayez-vous maintenant de trouver de la substance ailleurs ?

Au fur et à mesure que chacun de nous accepte la vérité de l’être, la vérité de l’existence, comme venant de Dieu, l’unique cause et le seul créateur, nous acquérons un sens plus large de nos capacités et de notre potentiel. Comme l’affirme Mary Baker Eddy, « Les capacités humaines s’étendent et se perfectionnent dans la mesure où l’humanité gagne la vraie conception de l’homme et de Dieu. » (cit. S10, 258 : 21.

Nous ne pouvons pas comprendre la réalité sans commencement tout en nous considérant comme des créateurs. Nous ne sommes pas de petits dieux capables de créer de petites réalités. « Dieu crée toutes les formes de réalité. » Il n’y a pas d’autre type de création possible ; Dieu est le seul créateur. (cit. S11, 513:26-6).

Au fur et à mesure que notre compréhension de Dieu en tant que cause et créateur se développe de plus en plus, nous nous libérons de toute limitation et découvrons un sens de plus en plus complet de notre capacité – nous atteignons le centre et la circonférence absolus de notre être (cit. S12, 262: 9) .


SECTION 5 : CHRIST JÉSUS TRACE LE CHEMIN POUR COMPRENDRE QUE DIEU EST LA SEULE CAUSE ET LE SEUL CRÉATEUR

La cinquième section nous rappelle que Dieu n’est pas une cause et un créateur lointains, mais une source d’aide toujours présente lorsque nous en avons besoin. Les forces physiques, comme la gravité et l’électricité, et ainsi de suite, semblent avoir de la force et du pouvoir, mais Dieu est la seule cause et le seul créateur et gouverne même ces soi-disant forces. Et Dieu est bien plus que ces forces limitées car nous sommes inséparables de Dieu et sentons le confort et l’assurance de Dieu l’unique cause et le seul créateur.

Nous pouvons prier – tendre la main pour ressentir – Dieu comme le psalmiste l’a fait lorsqu’il a écrit : « Je t’invoque au jour de ma détresse, car tu m’exauces.

Car tu es grand, et tu opères des prodiges ; toi seul, tu es Dieu. » (cit. B15, Psaume 86 : 7, 10)

Le Christ Jésus nous a montré la voie par laquelle nous pouvons faire appel à Dieu comme unique cause et seul créateur. Il a démontré le pouvoir réconfortant et guérisseur de Dieu, puis nous a dit : « Celui qui croit en moi croit, non pas en moi, mais en celui qui m’a envoyé ;  et celui qui me voit voit celui qui m’a envoyé.

Je suis venu comme une lumière dans le monde, afin que quiconque croit en moi ne demeure pas dans les ténèbres. » (cit. B16, Jean 12 : 44-46). Tout comme dans Genèse 1, nous apprenons que Dieu a dit : « Que la lumière soit et la lumière fut [déjà] », de même Dieu a également révélé Christ Jésus comme la lumière du monde, et nous sommes également révélés comme la lumière du monde.

Si je comprends bien les paroles de Christ Jésus dans le contexte de la leçon de cette semaine, il dit que bien qu’il ait démontré le réconfort et la guérison de Dieu, le pouvoir de réconforter et de guérir ne vient pas de lui, mais plutôt de Dieu comme seule cause et seul créateur. Le Christ Jésus est venu nous montrer une lumière—la claire vérité—de notre relation inséparable avec Dieu en tant que seule cause et  seul créateur, et quiconque reçoit la lumière—la claire vérité—de son message ne vivra jamais dans les ténèbres—le doute et la peur.

La section comprend le récit du Christ Jésus guérissant la belle-mère de Pierre, qui avait de la fièvre. Le Christ Jésus a touché le bras de la femme et la fièvre l’a quittée, et elle a pu immédiatement se lever et commencer à accueillir le Christ Jésus et les autres pour un repas (cit. B17, Matthieu 8 : 14, 15). La guérison n’est pas venue du Christ Jésus touchant la femme, mais plutôt de sa capacité à contempler – voir – dans la Science – la Connaissance de l’existence – la femme parfaite, dont la cause et le créateur sont uniquement le Bien.

Comme l’explique Mary Baker Eddy, «Jésus de Nazareth fut l’homme le plus scientifique qui foulât jamais le globe. Il pénétrait sous la surface matérielle des choses et trouvait la cause spirituelle. » (cit. S13, 313:23-26)

Christ Jésus nous montre la voie pour voir au-delà des « modèles de pensée » limités et accepter la vision complète de la création de Dieu (cit. S14, 259 : 6). Ce que Christ Jésus a démontré au sujet de Dieu comme seule source de réconfort et de guérison est tout aussi vrai aujourd’hui qu’il l’était alors. Alors que nous saisissons de plus en plus solidement la vérité scientifique de l’être, la vérité de l’existence et la lumière, nous pouvons nous aussi sentir la force corrective de Dieu, l’unique cause et le seul créateur. Comme le déclare Mary Baker Eddy, «Le Scientiste Chrétien, comprenant scientifiquement que tout est Entendement, commence par la causation mentale, la vérité de l’être, pour détruire l’erreur. Ce correctif est un altérant qui pénètre toutes les parties de l’organisme humain. » (cit. S15, 423:8-12)


SECTION 6 : LES LOIS DE GUÉRISON FONCTIONNENT EN TOUT TEMPS ET POUR TOUS CEUX QUI SUIVENT LA VOIE DE LA VÉRITÉ.

La sixième section continue avec l’explication du Christ Jésus nous montrant la manière de s’appuyer sur la Loi que Dieu est la seule cause et le seul créateur. Dans le livre de Matthieu, nous apprenons que Jésus est allé dans toutes les villes et tous les villages, enseignant et prêchant l’évangile – la bonne nouvelle – du royaume, et a guéri toutes les maladies et toutes les infirmités parmi le peuple. Quand Jésus vit les multitudes, il eut pitié d’elles, parce qu’ils étaient comme des brebis qui ne savaient pas encore qui était leur berger. Et il a prié pour que davantage d’ouvriers puissent partager la bonne nouvelle – l’évangile (cit. B18, Matthieu 9:35-38, paraphrasé).

Plus tard dans Matthieu, Jésus appela ses douze disciples à lui, « il leur donna le pouvoir de chasser les esprits impurs, et de guérir toute maladie et toute infirmité » (cit. B19, Matthieu 10 : 1).

Jésus n’a pas donné aux disciples un pouvoir mystérieux. Il leur a donné la connaissance et la compréhension de Dieu comme unique cause et le seul créateur . Comme l’explique Mary Baker Eddy, « Le christianisme tel que Jésus l’enseignait n’était pas un credo, ni un système de cérémonies, ni une dispensation spéciale d’un Jéhovah ritualiste ; mais c’était la démonstration de l’Amour divin qui chasse l’erreur et guérit les malades, non pas simplement au nom du Christ, la Vérité, mais par la démonstration de la Vérité, comme il en va nécessairement dans les cycles de la lumière divine. » (cit. S16,135:26).

Dans le livre de Luc, Christ Jésus explique à Jean que le pouvoir de guérison n’est pas seulement pour Christ Jésus et ses disciples immédiats, mais pour quiconque suit le chemin de la Vérité divine. Le Christ Jésus explique que même ceux qui étaient en dehors de leur groupe de disciples pouvaient suivre la voie de la guérison par la Vérité, et il dit, « car qui n’est pas contre vous est pour vous » (cit. B20, Luc 9:49-50) .

Et puis Jésus envoya encore soixante-dix autres de ses disciples pour sortir et guérir de la manière qu’il leur avait enseignée. Voici une vidéo qui montre une reconstitution des soixante-dix sortant pour guérir, avec le narrateur lisant les versets de Luc chapitre 10 : https://youtu.be/eUL_pSdL24w (en anglais)

Christ Jésus a démontré et enseigné à ces soixante-dix ce que Mary Baker Eddy décrit comme « le Principe divin qui sauve et guérit » (cit. S18, 328 :6). Il leur a appris à mettre de côté les lois limitées de la « causation physique » et à accepter que Dieu est l’unique cause et le seul créateur (cit. S17, 286 : 12). Et les soixante-dix « revinrent avec joie, disant : Seigneur, même les démons nous sont soumis en ton nom » (cit. B21, Luc 10:1, 17-20).

Comme l’explique Mary Baker Eddy, « Comprenant la loi spirituelle et sachant qu’il n’existe pas de loi matérielle, Jésus dit : « Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru : … Ils saisiront des serpents ; s’ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal ; ils imposeront les mains aux malades, et les malades seront guéris. » Il eût été bon que la chrétienté crût à cette parole sacrée et y obéît ! » (cit. S18, 328:20-4). En d’autres termes, ce serait bien si toute la chrétienté – la société mondiale des chrétiens – comprenait et pratiquait la guérison par la Vérité.

Mary Baker Eddy savait que les principes de guérison – la Science de l’être et la vérité de l’existence – que Christ Jésus a démontrés il y a deux mille ans sont tout aussi efficaces pour guérir aujourd’hui. Comme elle l’a expliqué, « Lorsque la Science de l’être sera universellement comprise, chaque homme sera son propre médecin, et la Vérité sera le remède universel » (cit. S18, 144:27).


SECTION 7 : « QUE TA VOLONTÉ SOIT FAITE » EST IRRÉSISTIBLE

La septième section met un point d’exclamation sur toute la leçon. Si je comprends bien, cette dernière section explique que Dieu est l’unique cause et le seul créateur et qu’il n’y a rien qui puisse interrompre ou gêner Dieu en tant qu’unique cause et seul créateur.

Dans ma pratique de guérison, je me concentre souvent sur la Loi divine : « Que ta volonté soit faite » (Matthieu 6 :10, Matthieu 26 :42, Luc 11 :2, SH 17 :1). « Que ta volonté soit faite » n’est pas un choix, et ce n’est pas une option. « Que ta volonté soit faite » est une loi divine qui ne peut être renversée. Et « Ta volonté » n’est que bonne. « Ta volonté » est toujours réparatrice, corrective, révélatrice et bénissante. « Ta volonté » n’est jamais nuisible, inharmonieuse, injuste ou douloureuse. « Ta volonté » est bonne.

Dans le contexte de la leçon biblique de cette semaine, « que ta volonté soit faite » est une loi divine qui souligne le concept de Dieu comme unique cause et seul créateur. Et cette dernière section souligne que la volonté de Dieu en tant que seule cause et créateur ne peut être annulée, minée ou arrêtée.

La section s’ouvre sur une citation de l’Apocalypse, qui est aussi la citation que Mary Baker Eddy utilise pour introduire la Clef des Ecritures : « Voici ce que dit le Saint, le Véritable, celui qui a la clef de David, celui qui ouvre, et personne ne fermera, celui qui ferme, et personne n’ouvrira : Je connais tes œuvres. Voici, … j’ai mis devant toi une porte ouverte, que personne ne peut fermer. » (cit. B22, Apocalypse 3 : 7 , 8). En d’autres termes, la Clé – la révélation démontrée par Christ Jésus, la révélation de la vérité divine de l’existence – a été placée devant nous, et aucun homme – aucun pouvoir limité – ne peut fermer la porte à cette vérité.

Et pour illustrer le fait que personne ne peut fermer la porte à la vérité de l’être, la section comprend un récit des disciples et d’autres disciples de Jésus qui ont été libérés de prison et autorisés à continuer à prêcher et à guérir. J’avais besoin de rechercher le récit dans d’autres traductions pour mieux le comprendre. Voici le récit selon la New Living Translation : [ traduction française du « New Living Translation » pas autorisée]

« Les apôtres accomplissaient de nombreux miracles et prodiges parmi le peuple.

« Le grand prêtre et ses officiers, qui étaient des sadducéens, étaient remplis de jalousie. 18 Ils arrêtèrent les apôtres et les mirent dans la prison publique. 19 Mais un ange du Seigneur vint de nuit, ouvrit les portes de la prison et les fit sortir. Puis il leur dit : 20 « Allez au Temple et donnez au peuple ce message de vie !

21 Au point du jour, ils entrèrent dans les parvis du temple, comme on le leur avait dit, et commencèrent à instruire le peuple.’

[Pour raccourcir l’histoire, en gros, les autorités ont dit aux apôtres d’arrêter de prêcher sinon gare]

29 «  Pierre et les autres apôtres répondirent : «  Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes ! »

33 « Quand [les autorités] ont entendu cela, elles étaient furieuses et ont voulu les faire mourir.

34 «Mais un membre, un pharisien nommé Gamaliel, expert en droit religieux et respecté de tout le peuple, se leva et ordonna que les hommes soient envoyés hors de la salle du conseil pendant un certain temps. 35 Puis il dit à ses collègues : « Hommes d’Israël, prenez garde à ce que vous projetez de faire à ces hommes ! 36

[puis il a expliqué que les faux prophètes et leurs disciples disparaissent toujours d’eux-mêmes]

38 « Alors mon conseil est de laisser ces hommes tranquilles. Laissez-les aller. S’ils planifient et font ces choses simplement par eux-mêmes, ils seront bientôt renversés. 39 Mais si cela vient de Dieu, vous ne pourrez pas les renverser. Vous pourriez même vous retrouver à combattre Dieu !

40 « Les autres ont accepté le conseil [de Gamaliel]. [puis ils fouettèrent les apôtres et les renvoyèrent avec un autre avertissement]

41 « Les apôtres quittèrent le grand conseil, se réjouissant que Dieu les ait jugés dignes de souffrir l’opprobre pour le nom de Jésus.[d] 42 Et chaque jour, dans le temple et de maison en maison, ils continuèrent à enseigner et à prêcher ce message : « Jésus est le Messie. » (Actes 5:12 (à ;), 17–21 (à 1er.), 34,35-42

Ce récit illustre comment « que ta volonté soit faite » ne peut être arrêtée. Cette histoire me rappelle une autre loi divine sur laquelle je m’appuie souvent : « vous n’êtes jamais plus en sécurité que lorsque vous faites l’œuvre de Dieu ».

Dieu est la seule cause, et donc il n’y a pas d’autre puissance qui puisse s’opposer à cette cause. Comme l’explique Mary Baker Eddy, « La causation spirituelle est l’unique question à considérer, car, plus que toute autre question, la causation spirituelle a trait au progrès humain.» (cit. S20, 170 : 22-24).

Mary Baker Eddy déclare également que si un système honore Dieu, il « … devrait être soutenu, non contrecarré, par tous les penseurs. Et la Science Chrétienne honore véritablement Dieu, comme aucune autre théorie ne L’honore, et elle le fait selon Ses décrets, en accomplissant beaucoup d’œuvres merveilleuses grâce au nom divin et à la nature divine. » (cit. S21, 483 : 22-30).

Tout comme les disciples et les apôtres  de Jésus devaient s’appuyer sur Dieu comme unique cause et seul créateur il y a 2000 ans, nous pouvons aussi apprendre à le faire maintenant. Mary Baker Eddy nous a aidés à savoir quoi faire lorsque nous semblons faire face à une opposition à la guérison spirituelle. Elle a écrit : «Quand pour la première fois la Vérité guide, on peut le reconnaître au petit nombre et à la fidélité de ceux qui la suivent. C’est ainsi que la marche du temps porte en avant la bannière de la liberté. Les puissances de ce monde combattront et donneront à leurs sentinelles ordre de ne pas laisser passer la vérité qu’elle n’ait souscrit à leurs systèmes ; mais la Science, sans tenir compte de la baïonnette menaçante, continue d’avancer. Il y a toujours quelque tumulte, mais il y a aussi un ralliement autour de l’étendard de la vérité. »(cit. S24, 225:5)

Nous ne serons peut-être pas emprisonnés pour nos croyances de la même manière que les disciples et les apôtres de Jésus, mais la vérité que Dieu est la seule cause et le seul créateur semble faire face à l’opposition de ce que Mary Baker Eddy décrit comme « les codes humains, la théologie scolastique , la médecine matérielle et l’hygiène » (cit. S25, 226 : 14). La Science divine – la Vérité de l’être telle que démontrée par le Christ Jésus – est révélée et se fera connaître malgré cette opposition. Tout comme « l’ange du Seigneur » a libéré les disciples de Jésus de prison afin qu’ils puissent partager l’évangile et guérir les multitudes, nous pouvons également sentir l’ange du Seigneur nous ordonner de partager l’évangile et de guérir les malades (cit. .S25, 226 : 14).

Nous pouvons nous réjouir du fait divin que Dieu est l’unique cause et le seul créateur. Nous sommes guidés et protégés par cette vérité, qui nous libère de la limitation, du manque et du découragement. Comme le proclame Mary Baker Eddy, « Citoyens du monde, acceptez la « glorieuse liberté des enfants de Dieu », et soyez libres ! »(cit. 26, 227 : 24-25).

American Camp Association

MAIN OFFICE
(November - May)
410 Sovereign Court #8
Ballwin, MO 63011
(636) 394-6162

CAMP OFFICE
(Memorial Day Weekend - October)
19772 Sugar Dr.
Lebanon, MO 65536
(417) 532-6699

Support our mission!

CedarS Camps

Back
to top