Thank you for another best summer yet!

Magnifier le bien.

Idées d’applications métaphysiques pour la leçon biblique trimestrielle de la Science Chrétienne sur

«La réalité»

du 22 au 28 mars 2021

par Craig L. Ghislin, C.S. Godfrey, IL

.craig.ghislincs@icloud.com / (630) 830-8683; portable / texte (630) 234-3987

[ NB: Il y a des citations par des auteurs dans ce ‹Met› que nous ne sommes pas autorisés à traduire. Alors, étant donné que nos traductions ne sont pas des traductions officielles autorisées par ces auteurs, nous avons mis les citations originales en anglais à la fin, avec des références comme, par exemple JG1 pour John Gill, citation 1. Toutes les citations de Mary Baker sont tirées des traductions autorisées du CSPS, et les citations Bibliques viennent de la Bible Louis Segond].

Le Texte d’Or est un exemple de format standard pour la prière hébraïque. Le pétitionnaire commence par se souvenir de toutes les bonnes choses que Dieu a faites pour lui et pour Israël – plus qu’on ne peut en compter. C’est bien plus que simplement regarder du bon côté afin de minimiser vos problèmes. C’est centrer la pensée sur la réalité

En général, les gens ont tendance à amplifier leurs problèmes plutôt que les bonnes choses. Même une piqûre de moustique peut être si distrayante que nous pouvons oublier que 99,99% de notre corps ne démange pas du tout. Au lieu d’être transpercé par le problème, pourquoi ne pas se concentrer sur le bien? Il y a beaucoup de buzz ces jours-ci sur le fait d’être conscient et de vivre intentionnellement. J’ai découvert que d’un point de vue métaphysique, vivre intentionnellement signifie prendre possession de votre pensée et décider par vous-même sur quoi vous voulez vous concentrer plutôt que de laisser votre corps ou les circonstances décider pour vous.

Tout au long de la Bible, nous avons de remarquables exemples de magnification du bien. Même au milieu des défis les plus profonds, les croyants regardent Dieu de tout leur cœur. La lecture Alternée étoffe la compréhension que peu importe où nous sommes – ou pensons que nous sommes – peu importe la difficulté des circonstances, nous sommes toujours guidés, soignés et protégés par Dieu. Notez que le psalmiste n’ignore pas aveuglément les défis. Il les remarque, mais il n’est ni distrait ni consommé par eux. Convaincu que tout ce qui lui arrive fonctionne pour de bon dans son expérience, le psalmiste accueille favorablement la correction de toute pensée capricieuse. Son approche est efficace car, comme le souligne cette Leçon, seul le bien est réel. Paul termine avec la ferme conviction «Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous?» (Rom.8: 31)

Section 1: Gardez un œil sur votre réflexion

Dans quelle mesure surveillons-nous nos pensées? Je soupçonne qu’un grand pourcentage du temps, nous acceptons toutes les pensées qui flottent, ou fonctionnons sur le pilote automatique – nous déplaçons et faisons des choses, sans trop réfléchir. Réglez une minuterie pour seulement deux minutes et voyez combien de pensées différentes vous avez pendant ce temps, et à quel point elles sont vastes. Même si vous essayez de vous concentrer sur une chose pendant seulement deux minutes, c’est très difficile. Philippiens 4, versets 8 et 9 (B1) nous conseillent de ne penser qu’aux bonnes choses. Essayez-le et voyez combien de temps vous tenez.

Il ne faut pas longtemps pour réaliser à quel point nos pensées peuvent être dispersées et indisciplinées. Les pensées de Dieu, en revanche, ne sont jamais aléatoires ou frivoles. Comme le dit Jérémie, elles ont un but et un objectif. Il n’y a aucun doute ou question sur la façon dont les choses finiront (B2 – Jér. 29:11). La parole de Dieu et sa pensée sont une seule et même chose. Et tout ce que Dieu pense est bon, parfait et réel.

«Les projets des peuples» (B3 – Ps. 33:10) est la plaisanterie sans fin de la théorie et de l’argumentation qui ne cesse de bavarder. Nous devons couper ce «flux irréfléchi» et prendre possession de nos pensées. Les pensées de Dieu ne fluctuent pas au hasard. L’Entendement Infini ne pense pas de manière linéaire avec une pensée à la fois: Dieu ne pense que de bonnes pensées – tout à la fois. Il convient de répéter que se concentrer sur le bien et le magnifier, ce n’est pas vivre dans un conte de fées. Les prophètes soulignent souvent très fortement le tort dans l’expérience humaine. Mais, comme l’illustre Ésaïe 25: 1 (B4), l’accent est mis sur l’exaltation de Dieu et les choses merveilleuses qu’il a faites. Les pensées de Dieu sont la fidélité et la vérité – nous pouvons compter sur elles sans faute.

Dans Science et Santé, nous lisons: «Le point de départ de la Science divine est que Dieu, l’Esprit, est Tout-en-tout…» (S1 – SH 275: 6). The Student’s Reference Dictionary [Le dictionnaire de référence de l’étudiant] définit «tout-en-tout» comme «tout pour une personne ou tout ce que l’on souhaite». Dieu est-il vraiment votre Tout-en-tout? Un penseur créatif que je connais suggère que périodiquement tout au long de la journée, nous nous arrêtions pour une sorte de «vérification de la réalité», un retour à la réalité. Il appelle cela trouver «un point de certitude». Pour lui, c’est aussi simple que de considérer le fait qu’il sait qu’il a la main gauche. Cela peut sembler un peu étrange pour les scientistes chrétiens, et je ne vous suggère pas de pratiquer cela, mais cela fait un point. J’ai entendu dire il y a des années, que pendant la Seconde Guerre mondiale, les nazis pratiquaient la guerre mentale et essayaient d’implanter la peur dans l’esprit des forces alliées, en particulier celles des sous-marins. Je me souviens peut-être de cela incorrectement, mais je crois que ce sont les Britanniques qui ont appris que pour lutter contre cette influence mentale malveillante négative, ils devraient réciter l’alphabet mentalement afin qu’une certitude simple et claire occupe l’esprit des marins et bloque les pensées effrayantes. C’est assez basique.

Mary Baker Eddy dit que, dans la Science Chrétienne, notre point de départ métaphysique est de considérer Dieu comme le «Principe divin de tout ce qui existe réellement» (S1 – SH 275: 10). Voilà une «certitude» qui vaut la peine de s’accrocher!

Quand nous faisons taire le flot de notions errantes, aléatoires et indomptées avec la certitude de Dieu, l’Esprit nous remplira et élèvera notre conscience. La compréhension spirituelle nous aide à distinguer la ligne entre ce qui est réel et ce qui ne l’est pas. Mais voici le kicker – cette compréhension n’est pas le résultat d’un exercice intellectuel. «… C’est la réalité de toutes choses mises en lumière» (S2 – SH 505: 16-17, 20-29).

Nous devons admettre que c’est un point de vue assez radical. En voici une autre: Dieu n’a ni créé l’erreur, ni ne la permet, ni n’en sait quelque chose. Ouais! Vous avez bien entendu. La plupart des habitants du monde – s’ils croient en Dieu – opère du point de vue que Dieu sait tout, y compris le mal. Mary Baker Eddy ne voyait pas les choses de cette façon. En fait, elle va jusqu’à dire que c’est impossible. Si Dieu connaissait le mal, il serait réel, et s’il est réel, Dieu doit l’avoir fait ainsi (S4 – SH 474: 26-29). S’Il le faisait, nous ne pourrions jamais rien y faire. Nous serions soit coincés avec cela, soit nous serions plus forts que Dieu pour pouvoir inverser quelque chose qu’Il a créé.

Mary Baker Eddy est restée fidèle à sa logique divine, lui permettant ainsi de déclarer avec confiance que Dieu, la Vérité est réelle et l’erreur est irréelle (S5 – SH 368: 2-4). C’est un moment «mic-drop» s’il y en a jamais eu!

Section 2: «Ce n’est pas tel mon cher! Ça n’est pas le cas !! »

Jésus n’avait aucun problème à se concentrer sur ce qui était réel. On m’a dit une fois d’un praticien de la Science Chrétienne du Sud, il y a longtemps, qui avait une réponse similaire à chaque plainte quand un patient l’appelait: «Ce n’est pas tel mon cher! Ce n’est pas le cas !! »

Alors que Jésus n’a pas utilisé ces mots, ils sont similaires à l’effet net de sa réponse. Dans la leçon de cette semaine, nous lisons l’histoire d’un homme possédé par «un esprit impur». Les commentateurs pensent que c’était le résultat d’une corruption morale chez l’homme, l’amenant à accommoder le démon en premier lieu. Donc, voici un homme qui ne se protégeait pas de ses mauvaises pensées et qui a été dépassé par ces dernières. Comme c’est souvent le cas, l’individu le plus corrompu est celui qui proteste le plus bruyamment – en particulier contre quelque chose ou quelqu’un manifestement bon. Jésus, peu impressionné par l’obstination, a réprimandé le mauvais esprit. Bien sûr, il n’est pas parti tranquillement, et avant de partir, l’esprit a jeté l’homme dans des convulsions. Jésus n’a pas été impressionné et les spectateurs ont été étonnés du pouvoir de guérison de Jésus. D’une manière ou d’une autre, Jésus était constamment confronté à une opposition à sa mission. Mais dans tous les cas, il a refusé d’être distrait.

Les distractions sont de tous types – parfois par résistance, et parfois même par adulation. Jésus n’a pas pris l’appât dans les deux cas. Il leur a dit que ce pouvoir ne lui était pas propre, mais était celui de Dieu. Malgré l’incompréhension persistante de son travail, Jésus a toujours rencontré la situation avec domination. Dans The Message, une paraphrase du Nouveau Testament en langage contemporain, Eugène Peterson formule une des réponses de Jésus de cette façon: «J’arrive sur place, je vous dis la vérité, et vous refusez d’avoir quoi que ce soit à faire avec moi. Est-ce que l’un de vous peut me reconnaître coupable d’un seul mot trompeur, d’un seul acte coupable? Mais si je dis la vérité, pourquoi ne me croyez-vous pas? » [traduction française pas autorisée] . Bien qu’il est vrai que Jésus a certainement apporté une nouvelle approche à la théologie, il n’est pas venu pour renverser la loi de Dieu. Il est venu pour l’accomplir. Quelle que soit la forme de la maladie, Jésus la réprimandait et la guérissait.

Science et Santé souligne que Jésus était patient avec les étudiants et les détracteurs (S6 – SH 136: 32-1). En plus de notre conclusion qu’il n’y a aucun moyen pour Dieu de produire le mal, nous avons une extension logique – qu’un Dieu bon ne pourrait pas et ne produirait pas non plus la maladie (S7 – SH 474: 16-20). Au sens humain, le péché, la maladie et la mortalité semblent inévitables. Mais alors que le Christ nous éveille à la réalité spirituelle, nous voyons que l’image mortelle est un rêve illusoire. Notre livre d’étude nous dit: «La réalité est spirituelle, harmonieuse, immuable, immortelle, divine, éternelle.» (S9 – SH 335: 27). Si ce n’est pas spirituel, ce n’est pas réel. Même face à la déclaration simple de Mary Baker Eddy, nous avons tendance à accepter simplement ce que les sens rapportent. La Science Chrétienne nous enseigne à nous «attacher à la vérité de l’être, en opposition avec l’erreur que la vie, la substance ou l’intelligence peuvent exister dans la matière.» (S11 – SH 418: 5). Nous devons toujours plaider la cause de la vérité. La myriade de chaos de circonstances matérielles ne définit ni ne dicte la réalité. La réalité est régie par la vérité fixe.

Section 3: Ne croyez pas les prétendants

Aux Camps CedarS, nous faisons parfois un petit défi où un groupe de campeurs ayant les yeux bandés essayent de contourner les obstacles entre le point A et le point B, tandis que les aides indiquent les directions. Cela semble assez simple jusqu’à ce que nous ajoutions un autre groupe d ‘«adversaires» appelant également des fausses directions. Cela aide si vous reconnaissez la voix de votre assistant et que vous ne faites pas attention à ceux qui essaient de vous embrouiller. Dans nos vies, nous avons aussi des impulsions concurrentes et souvent conflictuelles. Les Proverbes nous avertissent de ne pas être attirés par le mal (B10 — Prov. 1:10).

Toutes les séductions ne sont pas évidentes. Le livre des Actes se réfère aux faux prophètes. Ces prétendants semblent être de votre côté, alors qu’en fait, ils vous éloignent davantage de la réalité spirituelle. Paul n’a pas été dupe. Il a vu à travers ces prétendants. Il les a critiqués pour leurs tromperies, et le récit dit que dans un cas, ils sont immédiatement tombés dans le brouillard et les ténèbres (B11 — Actes 13: 9-11). Dans 2 Corinthiens 4: 3, 4 (Bible 12), Paul dit que l’Évangile est «voilé pour ceux qui périssent». Dit-il, le dieu de ce monde nous empêche de voir la réalité. Comme le dit un commentateur, le péché entrave notre point de vue:
«Le nerf spirituel est détruit. La rétine de l’Esprit est en panne. La bonne image ne se forme pas… Quelque chose est intervenu entre vous et la vérité. Vous regardez à travers un médium qui s’assombrit, sur un monde épais. Un grand péché entrave la vue. Le ciel est éclipsé. Vous ne pouvez pas voir Dieu.» (James Nisbet’s Church Pulpit Commentary) [JN1] (Commentaire de la chaire d’église de James Nisbet).

Mary Baker Eddy a un point de vue similaire quand elle a écrit que croire que la matière a de l’intelligence, c’est comme être dans une brume qui se disperse lorsque la lumière de la vérité brille (S12 – SH 205: 15). Cette croyance de la vie dans la matière et le mélange du bien et du mal nous obscurcit la vraie vision. Vous êtes-vous déjà senti comme l’un des perdus?

Pour trouver notre chemin, nous devons apprendre que tout mal – tout comme ces faux prophètes – n’est rien de plus qu’une tromperie. Quand il se présente comme capable de nous accabler, nous pouvons nous fier à ces mots de Science et Santé: «le mal n’est pas suprême; le bien n’est pas impuissant… »(S15 – SH 207: 9-13). C’est vraiment important. Nous devons réaliser que le mal n’a que le pouvoir que nous lui accordons. Ce n’est rien si nous ne le croyons et ne l’acceptons pas. C’est à nous de le refuser ou de l’accepter. Et si nous avons du mal à dire «non» au mal, nous pouvons nous rappeler que dire «oui» à Dieu est plus facile. Si nous aimons vraiment le bien, nous le poursuivrons, et les résultats seront clairement visibles (S16 – SH 239: 20).

Section 4: Nous sommes tous dans la même équipe

L’un des endroits où nous nous attendons à trouver sécurité et soutien est l’église. Après tout, Jésus a dit que les gens reconnaîtraient ses disciples par leur amour les uns pour les autres. Pourtant, depuis le début, l’église a lutté contre les désaccords et les factions.

Paul écrit aux Corinthiens qu’on lui a parlé des divisions parmi eux, et il a des raisons de croire que c’est vrai (Bible 13 — I Cor. 11:18). Les commentateurs pensent que les désaccords portaient souvent sur des questions de procédure plutôt que théologiques. Paul aspirait à ce que ces rapports ne soient pas vrais, mais sur la base du nombre de lettres que lui et les apôtres écrivirent concernant la désunion dans l’église, cela devait être un problème qui continuait. Ces défis dans les relations avec l’Église sont également évidents dans l’Ancien Testament. Dans Malachie 2:10 (Bible 15), le prophète fait appel à ses auditeurs: «N’avons-nous pas tous un seul père? N’est-ce pas un seul Dieu qui nous a créés? » A première vue, cela peut sembler être un simple plaidoyer pour la fraternité, mais il y a plus à lui quand on le regarde dans son contexte.

À l’origine, il s’agissait d’un acte d’accusation contre les Juifs qui abandonnaient leurs femmes juives et épousaient des païennes. Selon Matthew Poole (1624-1679), depuis le retour des Juifs d’exil à Babylone, c’était un problème courant chez les laïcs et les prêtres. Tout le monde le faisait. Aujourd’hui, nous pourrions voir cela comme une mise en garde concernant les habitudes ou la pensée mondaine que nous prenons ou apportons dans l’église. Nous pourrions demander: «À quelles croyances mondaines sommes-nous mariés? Qu’invitons-nous dans notre foyer mental, à chérir et à vivre, qui nous éloigne de la famille de Dieu?»

Jacques 3:14 (Bible 16) mentionne spécifiquement l’envie comme quelque chose auquel nous devrions faire attention. The Biblical Illustrator souligne que même un homme raffiné, pour la plupart «libre de tout appétit pécheur de la chair», peut tomber dans l’envie:

«Il peut être philosophe, il peut habiter spéculativement dans la région de l’abstrait et de l’idéal, et pourtant son âme est pleine de cette méchanceté corrodante. L’envie est aussi le plus purement maléfique. Presque toutes les autres passions, même reconnues comme pécheresses, ont en elles quelque chose de bien ou d’apparence de bien. Mais l’envie ou la haine d’un homme pour le bien qui est en lui, ou qui lui appartient de quelque manière que ce soit, est un mal pur. C’est le souffle du vieux serpent. C’est un pur diable, car il est aussi purement spirituel [Par ce terme, il veut dire «mental»]. C’est un poison pour l’âme …» [BI1]

*****

Dans Éphésiens 4:31 (Bible 17), il nous est conseillé de «rejeter» l’amertume, l’animosité, la colère, les clameurs et les propos méchancetés. John Trapp (1601-1669) nous dit que cela signifie «vaincre ces sentiments en prière immédiatement» [JT1] de peur que cela ne devienne incontrôlable. J’adore cette idée – «prier» le plus rapidement possible. Nous avons tendance à laisser les choses s’attarder ou à les traiter sans enthousiasme, mais nous devons les traiter rapidement.

Science et Santé enseigne que le remède contre les divisions est de reconnaître que tous les hommes ont un même Entendement (S17 – SH 469: 30-5). La discorde est une croyance en de nombreux entendements concurrents et n’est pas notre état naturel. L’harmonie est le véritable état de l’homme parce que nous sommes tous frères. Beaucoup de disputes dans l’église portent sur les procédures et les «règles». Dans les églises de la Science Chrétienne, les membres emploient généralement le terme «Principe» au cours de ces «discussions». Cependant, nous devons nous rappeler que le Principe divin est l’Amour. Le mot «règle» vient d’un mot signifiant treillis. Nous savons qu’un treillis est utilisé pour soulever les vignes du sol, puis les dresser vers le haut afin de porter plus de fruits. Ainsi, plutôt que le Principe soit dur et sévère, il est en fait doux, nous conduisant vers le ciel, encourageant la production de plus de fruits. Notre livre d’étude nous invite à «apprendre à connaître le réel et l’éternel, et à nous préparer pour le règne de l’Esprit, le royaume des cieux» (S19 – SH 208: 20). Pour être en harmonie avec Dieu, nous ne pouvons pas nous laisser distraire par des querelles personnelles. Nous devons être gouvernés par la réalité – la réalité que Dieu est le seul Entendement. Nous ne devons pas plus concéder à la discorde d’église qu’à la discorde corporelle (S20 – SH 186: 22-24).

Ne soyez pas impressionné si vous voyez des troubles dans les rangs des frères. Continue de travailler, en étant convaincu que la compréhension de l’omnipotence et de l’unité de l’Entendement est la seule réalité, et regardez-la fonctionner.

Section 5: Y a-t-il quelque chose qui est de «trop»?

Dans Romains 8:35 (B18), Paul pose la question: «Qui nous séparera de l’amour du Christ?». J’avais toujours pensé que cela signifiait que rien de ce qui se passe ne pourrait jamais séparer le Christ de m’aimer et de me protéger. Mais le théologien Adam Clarke (c 1760-1832) propose une interprétation différente. Il écrit: «La question n’est pas: qui séparera l’amour du Christ de nous? Ou empêcher le Christ de nous aimer? Mais, qui nous séparera de l’amour du Christ? Qui ou quoi pourra lui retirer notre affection?» [AC1] Le point de vue de Clarke nous amène à réfléchir à la question: y a-t-il quelque chose qui pourrait diminuer notre foi ou nous faire perdre notre amour pour Dieu? Pour que cela se produise, nous devons être convaincus que soit quelque chose d’autre que Dieu était réel, soit que Dieu n’était pas ce que nous pensions qu’Il était.

Paul déclare qu’il est «persuadé» que rien ne peut le séparer de l’amour du Christ. Le pasteur contemporain Mark Dunagan fait remarquer que selon Robertson’s Word Pictures in the New Testament, l’expression «je suis persuadé» signifie «je suis convaincu». Il continue en disant: «c’est la clé, la raison pour laquelle certains chrétiens échouent et d’autres réussissent. Tout se résume à «la conviction, la foi, la confiance». La personne qui ne peut pas se permettre de faire confiance à Dieu échouera! La bonne nouvelle est que la «confiance» est quelque chose que nous contrôlons. Nous n’avons pas de contrôle sur les «externes ni sur la plupart des circonstances», mais nous avons le contrôle sur ce que nous choisissons de croire! Et «à qui» nous choisissons de faire confiance.» [MD1]

Paul a prouvé cette confiance à travers de nombreuses épreuves sévères. Une fois, alors qu’il prêchait tard dans la nuit, un jeune homme s’assoupit dans un sommeil profond et tomba mort du troisième étage (B19 — Actes 20: 7-12).

Pensons maintenant un peu à Paul. Nous ne pouvons pas vraiment savoir avec certitude ce qu’il ressentait, mais imaginez ce qu’il aurait pu être tenté de ressentir. Il aurait pu être gêné qu’une telle tragédie se soit produite pendant qu’il prêchait . Il aurait pu se sentir coupable d’avoir réalisé qu’il aimait le son de sa propre voix plus que les besoins de ses auditeurs. Comment vous sentiriez-vous si cela arrivait lorsque vous prêchiez? Pour la plupart des gens, quand quelqu’un est mort, il est trop tard pour faire quoi que ce soit, et nous nous sentirions probablement mal. Les vieux dictons sur la fragilité de la vie pourraient occuper une place assez importante. Quelqu’un pourrait aussi être submergé par l’ironie et la superstition – «Juste au moment où les choses allaient bien, ce type tombe par la fenêtre!»

Apparemment, rien de tout cela n’a dérangé Paul. Il n’a pas été ébranlé, ni pensé que c’était la malchance, ni à la façon dont cet accident pouvait annuler tout ce qu’il venait de prêcher. Paul n’a pas sauté un battement, ne s’est arrêté. Il alla vers lui, le pris dans ses bras et le jeune homme revint à la vie. Pourquoi? Parce que Paul savait que l’image matérielle de la mort et de l’accident n’était pas réelle. Dieu est la Vie et Dieu est le seul réel.

Je ne sais pas pour vous, mais il y a eu de nombreuses fois où je me sentais vraiment bien dans ma prière, parfois en rentrant à la maison de ce que je pensais être un excellent discours que j’avais donné, ou après avoir lu à un service religieux – juste voler haut – et peu de temps après, WHAM! Il se passe quelque chose qui met tout cela à l’épreuve. Cela peut être n’importe quoi, de l’irritation pour la moindre chose ou à un énorme problème; mais il se passe quelque chose qui annule tous les bons sentiments que je viens d’éprouver.

On nous rappelle dans Galates 5:25 (B20) que si nous avons l’intention de vivre dans l’Esprit, nous devons marcher selon l’Esprit. Qu’est-ce que cela signifie? Le révérend John Milne de Perth écrit: «Qu’est-ce que la marche d’un homme? C’est toute sa vie, toute sa conduite, extérieur et intérieur, tout ce qu’il pense, ressent, désire, dit, fait, souffre. Marcher selon l’Esprit, c’est avoir le Saint-Esprit créer, diriger, contrôler et gouverner tous ses aspects.» [JM1]

Cela décrit une cohérence de foi et une adhésion inébranlable à la suprématie de Dieu, de l’Esprit, de la Vie, face à tout témoignage contraire des sens matériels. Peu importe à quel point l’image humaine semble réelle, la seule vraie réalité est ce que Dieu connaît, voit et fait. Mary Baker Eddy avait une telle position, et elle l’a maintenue là où d’autres théologiens ne l’ont pas fait. Pour elle, si Dieu était réel et si Dieu était la Vie, il n’y a pas de mort; et toute preuve de mort est fausse. Elle a écrit: «L’Esprit est la vie, la substance et la continuité de toutes choses» (S23 – SH 124: 25-26). Elle affirme que le péché, la maladie et la mort semblent seulement réels, et que «ils ne sont pas vrais parce qu’ils n’émanent pas de Dieu» (S24 – SH 472:29-30). Elle va même jusqu’à dire que «la mortalité de l’homme est un mythe» (SH26 – SH 545: 32-1).

Ce que la Découvreuse de la Science Chrétienne dit de la réalité de la Vie et de l’irréalité de la mort ne ressemble à rien de ce que j’ai trouvé ailleurs. Prenez simplement le temps de vraiment réfléchir et d’absorber les citations de cette section et en particulier la citation 28 (SH 427: 1-9, 30) dans Science et Santé. C’est remarquable. Voici quelques extraits:

S’il est vrai que l’homme vit, ce fait ne pourra jamais, dans la Science,[en réalité] être changé en la croyance contraire, celle que l’homme meurt…… L’être individuel de l’homme ne peut pas plus mourir ni disparaître dans l’inconscience que ne le peut l’Ame, car tous deux sont immortels.

[…] La pensée se réveillera de sa propre déclaration matérielle : « Je suis mort », pour saisir cette parole claironnante de la Vérité : « Il n’y a pas de mort, pas d’inaction, d’action morbide, d’action excessive ni de réaction.»

L’auteur de ces paroles promet que si nous comprenons cela, nos jours seront prolongés (S29 – SH 487: 27). Avoir cette conviction nous donne le pouvoir de surmonter tous les défis, aussi décourageants que cela puisse paraître.

Section 6: S’y tenir vous fera du bien – vraiment!

Bien qu’elle semble avoir une application assez large, le contexte de la troisième lettre de Jean offre quelques aperçus intéressants (B21 — III Jean 1: 2,4,11). La lettre est écrite à Gaius, qui, selon les commentateurs, souffrait d’une maladie de longue date. C’est pourquoi Paul a souhaité que sa santé soit aussi belle que l’état de son âme. Comme nous en avons discuté, il est facile d’avoir un esprit saint quand les choses vont bien, mais quand les choses ne vont pas bien, garder la foi n’est pas aussi facile. Ainsi, Jean exprime son admiration non pas pour les chrétiens du beau temps, mais pour ceux qui sont cohérents lorsqu’ils sont tentés et qui restent dans la vérité.

Pierre nous encourage également à continuer indépendamment de la résistance (B22 — I Pierre 3:13). Dans Le Message, Eugene Peterson paraphrase les paroles de Pierre comme ceci: «Si avec cœur et âme vous faites du bien, pensez-vous que vous pouvez être arrêté?». [traduction française pas autorisée] Si nous lisons au-delà de cette citation dans la leçon, Pierre poursuit en disant: «D’ailleurs, quand vous souffririez pour la justice, vous seriez heureux. N’ayez d’eux aucune crainte, et ne soyez pas troublés;» Ce type de perspective est ce qui nous permet de surmonter les défis et de remporter la victoire.

Science et Santé nous encourage en nous rappelant que les défis auxquels nous sommes confrontés ne sont pas réels. Le vrai homme est et a toujours été parfait, il n’y a donc rien à changer. Ayant cette vraie idée de ce qui est réel, nous perdons toute peur ou tout sens du mal (S31 — SH 325: 2-5). La Leçon se termine par la simple vérité: «La réalité spirituelle est le fait scientifique en toutes choses» (S32 – SH 207: 27). Comme on magnifie le bien, rien ne peut nous convaincre du contraire.

*****

JN1

“The spiritual nerve is destroyed. The retina of the mind is out of order. The right image is not formed… Something has come in between you and truth. You look through a darkening medium, over a thick world. A big sin hinders the view. Heaven is eclipsed. You cannot see God.”

BI1

“He may be a philosopher, he may dwell speculatively in the region of the abstract and the ideal, and yet his soul be full of this corroding malice. Envy is also the most purely evil. Almost every other passion, even acknowledged to be sinful, has in it somewhat of good or appearance of good. But envy or hatred of a man for the good that is in him, or in any way pertains to him, is evil unalloyed. It is the breath of the old serpent. It is pure devil, as it is also purely spiritual [which he means to be “mental”]. It is a soul-poison…”

JT1

“pray it down presently”

AC1

“the question is not, Who shall separate the love of Christ from us? or prevent Christ from loving us? but, Who shall separate us from the love of Christ? Who or what shall be able to remove our affection from him?”

MD1

“This is the key, as to why some Christians fail and others succeed. It all comes down to “conviction, faith, trust.” The person that can’t allow themselves to trust God, will fail! The good news is “trust” is something that we have control over. We don’t have control over the “externals nor many of the circumstances,” but we do have control over what we choose to believe! And “who” we choose to trust.”

JM1

“What is a man’s walk? It is his whole life, his whole conduct, outward and inward all he thinks, feels, desires, speaks, does, suffers. To walk in the Spirit is to have the Holy Ghost originating, directing, controlling, and governing all these.”

American Camp Association

MAIN OFFICE
(November - May)
410 Sovereign Court #8
Ballwin, MO 63011
(636) 394-6162

CAMP OFFICE
(Memorial Day Weekend - October)
19772 Sugar Dr.
Lebanon, MO 65536
(417) 532-6699

Support our mission!

CedarS Camps

Back
to top