Thank you for your loving support this Giving Tuesday!

 L’AMOUR NOUS A DONNÉ LE DON DE LA GRÂCE POUR NOUS TRANSPORTER À TRAVERS L’OBSCURITÉ
Idées d’application métaphysique pour la leçon biblique de la science chrétienne sur

« Sacrement »
se terminant le 10 juillet 2022

Par Kerry Jenkins C.S. de House Springs, MO


Le sacrement est l’un des nombreux rituels sacrés aujourd’hui dans de nombreuses églises chrétiennes. Les deux « plus grands » sont : le baptême, et le partage de l’Eucharistie, ou pain et vin, représentant le corps et le sang de Jésus de la Cène. Cette leçon se concentre davantage sur l’Eucharistie, et puisque ce partage cérémonial a précédé de près la crucifixion de Jésus, il est associé à l’idée d’expiation ou de sacrifice. « En théologie, l’expiation est un problème difficile… » dit Mary Baker Eddy à la page 23 de Science et Santé.

Il est particulièrement difficile d’imaginer la terrible angoisse que Jésus a dû subir en surmontant la peur et l’effroi à Gethsémané, sachant comme il le savait, ce qui allait arriver. Cependant, en contemplant sa lutte, nous commençons à réaliser que nous ne pouvons pas éviter nos propres défis, pas plus que le Sauveur ne l’a fait, et cette leçon biblique explique comment nous pouvons affronter nos propres « nuits sombres » avec le don de la faveur divine, ou la grâce de l’Amour divin. Sa phrase ci-dessus se termine « En théologie, l’expiation est un problème difficile, mais son explication scientifique est que la souffrance est une erreur du sens pécheur que détruit la Vérité, et que finalement le péché et la souffrance tomberont tous deux aux pieds de l’Amour éternel. » C’est l’Amour éternel qui triomphe dans l’histoire de la crucifixion. Cela peut être difficile à entrevoir au milieu d’un défi douloureux, mais le don de grâce de l’Amour est abondamment accordé à chacun de nous à tout moment. Nous ne sommes jamais seuls, pas plus que Jésus ne l’était avec ses disciples endormis dans le Jardin. Nous sommes entourés d’Amour qui traverse les ténèbres du péché, la douleur de la maladie et tout désespoir ou peur que nous pourrions rencontrer.

Nous ne pouvons pas fuir les défis qui viennent, ils finissent par nous chasser et cela devient un « jeu » de tag terriblement insatisfaisant dans lequel nous nous épuisons à essayer d’éviter la guérison que nous sommes censés avoir. Chaque lutte vient avec une réponse de grâce. Sachez cela à l’avance, et nous pourrons plus tôt nous sentir en paix avec la tâche. « La prière, la vigilance et le travail, unis à l’immolation de soi, sont les moyens accordés par la grâce de Dieu pour l’accomplissement de tout ce qui a été fait avec succès pour la christianisation et la santé du genre humain. » (p.1:6/citation S19 dans la leçon de cette semaine) Il n’y a pas de plus grande histoire de grâce que la résurrection de Jésus de la mort. Cette histoire est la nôtre de mille façons tout au long de nos vies alors que nous ne résistons plus au besoin de grandir et hors de la matière et dans notre véritable stature en tant qu’expression de Dieu.


Notre Texte d’Or est une déclaration de Paul : «Je ne rejette pas la grâce de Dieu… ». Cela peut être une réprimande aux autres chrétiens juifs qui suivent Pierre, de cesser de se séparer des Gentils, ou des non-Juifs, pendant les repas (le mélange avec les Gentils pendant les repas était interdit par la loi juive). Finalement, nous savons que Pierre s’est également fait révéler cette grâce dans un rêve et il a laissé tomber ces distinctions. Mais j’ai pris plaisir à penser à cette déclaration comme un commandement d’être attentif et de reconnaître la présence de la grâce de l’Amour dans ma journée. Je ne veux certainement pas qu’on me trouve en train de « rejeter » une telle grâce, ou de ne pas reconnaître sa présence !

En fin de compte, la Sainte-Cène est un moyen de se souvenir du sacrifice et de la victoire de Jésus. Ainsi, notre lecture alternée de Philippiens 1:3-6, 9-11 et Ephésiens 4:1-7 vient de Paul partageant sa joie dans la bonne nouvelle ou « évangile » du Christ, rappelant à ses églises de vivre selon cet évangile dans l’unité – affirmant enfin que « …à chacun de nous la grâce a été donnée selon la mesure du don de Christ. »


SECTION 1 : « NOTRE EUCHARISTIE EST LA COMMUNION SPIRITUELLE AVEC L’UNIQUE DIEU. (cit. S4/35:25-26)

J’ai beaucoup réfléchi à la différence entre la communion et la prière silencieuse. La définition du dictionnaire de la communion est « Le partage ou l’échange de pensées et de sentiments intimes, en particulier lorsque l’échange est à un niveau mental ou spirituel. » La prière et la communion peuvent certainement se chevaucher. Mais lorsque nous allons à l’église le dimanche de la communion dans une église de la Science Chrétienne, nous sommes invités à la fin du service à « nous agenouiller en communion silencieuse » plutôt qu’à « nous joindre à la prière silencieuse ». Ces périodes ressemblent plus à des moments où j’ai été dans dans le paysage, dans un moment très calme ou immobile. C’est plutôt comme si toutes les barrières mentales ou matérielles que j’avais érigées tombaient tranquillement et que le Divin imprègne l’être plus librement.

J’aime penser à Moïse, qui a fait l’expérience de Dieu pour la première fois dans le désert tout en gardant ses brebis. C’est une merveille naturelle qui attire son attention et ouvre la porte dans sa conscience pour entendre Dieu lui parler. Il n’assume pas facilement la tâche que Dieu lui confie. Il est anxieux quant à sa capacité à faire cette grande chose. Je soupçonne que beaucoup d’entre nous ont ressenti cela de temps en temps. Mais Dieu lui dit « Je marcherai moi-même avec toi, et je te donnerai du repos. » Quel don de grâce à offrir à quelqu’un qui s’apprête à sortir tout un peuple de l’esclavage.

La plupart des chrétiens traditionnels croient que la grâce est en fait conférée par le rituel du sacrement, nous pourrions donc dire que spirituellement, cette déclaration de la présence de l’Amour à Moïse était une « Eucharistie » personnelle. Ceci est confirmé dans des déclarations telles que la citation S2/333:19-26 où Mary Baker Eddy nous dit : «A travers toutes les générations, tant avant qu’après l’ère chrétienne, le Christ, l’idée spirituelle – le reflet de Dieu – est venu avec quelque mesure de puissance et de grâce à tous ceux qui étaient prêts à recevoir le Christ, la Vérité. Abraham, Jacob, Moïse et les prophètes entrevirent de glorieuses lueurs du Messie, le Christ, qui les baptisèrent dans la nature divine, l’essence de l’Amour. »

Moïse a modelé la prière de l’humble communion. Il avait besoin de savoir que ce n’était pas lui qui était responsable. Il a accepté le défi présenté, mais pas avec un pouvoir personnel, toujours avec humilité. Il était un modèle du genre de prière dont Mary Baker Eddy parle dans la citation S3 où elle nous dit que « Ce dont nous avons le plus besoin, c’est de la prière du désir fervent de croître en grâce, prière exprimée par la patience, l’humilité, l’amour et les bonnes œuvres . » (SH 4:3-5, 17-22)


SECTION 2 : LE SACREMENT CONSISTE À SENTIR LA GRÂCE DE DIEU/L’AMOUR.

La Samaritaine près du puits dans Jean chapitre 4/citation S6 est à juste titre étonnée que Jésus lui demande de l’eau. À cette époque, il était inapproprié pour une femme non accompagnée de se faire parler par un homme, et doublement inapproprié puisqu’elle était une Samaritaine, un peuple méprisé par les Juifs (même s’ils étaient également d’origine juive). Jésus démontre la nature impartiale et universelle de l’Amour divin (cit. S5/12:31) non seulement en lui parlant, mais en expliquant que les « eaux » vivifiantes ou la grâce du Christ étaient disponibles pour tous. Cette femme, qui avait eu cinq maris, était certainement réceptive à son message « d’amour spirituel qui nous absorbe entièrement ». (cit. S9/264:24) Nous avons tous besoin de ces moments par un profond puits de rafraîchissement.

Nous pouvons faire une pause dans notre hâte pour sentir la présence de la grâce. Le rythme de nos vies peut être intimidant, mais il n’y a qu’un seul but, et nous pouvons nous rappeler par moments tout au long de nos journées que ce but est celui de la paix et de l’amour. Le week-end dernier même, au milieu d’une telle hâte, j’ai reçu deux appels successifs pour le soutien. Lors d’un appel, une campeuse s’était fait coincer un porte-clés au doigt et l’infirmière avait travaillé doucement avec du savon et de l’huile pour bébé en vain (il y avait certainement aussi de la prière !). Le doigt était assez enflé à ce stade. Le prochain appel est venu qu’un cheval avait du mal à se lever et que c’est généralement un processus difficile pour lui. Après avoir brièvement parlé au campeur, je suis allé dans une autre pièce et j’ai juste regardé par la fenêtre à travers les arbres jusqu’au lac au-delà. Un tel sentiment de paix et de gouvernement d’harmonie était présent à ce moment-là, sûrement grâce à la prière combinée de nous tous au camp. En moins de cinq minutes, la campeuse est entrée dans la chambre toute souriante en me montrant son doigt libéré et en me faisant un gros câlin. Tout en la serrant dans les bras, l’appel radio est arrivé disant que le cheval était debout et que ce processus était le plus rapide et le plus facile qu’ils aient connu avec ce cheval. Ce pouvoir de guérison est la présence constante de l’Amour, reconnue, ce n’est pas un pouvoir personnel en aucune façon. Le vrai sacrement de communion vient dans des moments de ce genre de grâce.


SECTION 3 : À QUOI RESSEMBLE LA VRAIE CONSÉCRATION ?

La grâce abondante de l’Amour est certainement déversée sur tous. Mais il faut ralentir suffisamment pour le sentir ! J’ai un penchant pour Marthe dans l’histoire de Marie et Marthe dans Luc chapitre 10/citation B9. Marthe est occupée à servir pendant que le Maître prêche. Sa sœur, Marie est juste assise et absorbe ses paroles, laissant Marthe seule pour servir. Pas juste! Mais Jésus souligne que le véritable besoin n’est pas de manger et de boire, ou d’autres services. Ces tâches seront toujours là. Mais le message du Christ, de la bouche même de Jésus, est un don de grâce durable.

Il peut être facile de penser que nous choisirions le message de Jésus dans un tel cas, mais prenons-nous du temps pour le calme et la prière chaque jour ? Ou est-ce que les tâches quotidiennes, les apparents « feux » de la journée, finissent par prendre le pas sur ce qui est vraiment l’élément le plus important ? Parce que notre consécration à l’Amour, à l’expression de l’Amour, est primordiale, nous constaterons avec cette consécration que les tâches deviennent moins onéreuses, sont souvent accomplies plus rapidement grâce à l’inspiration qui ne se produirait pas autrement, et se sentiront certainement moins fatigantes.

Dans la citation S12, Mary Baker Eddy nous dit que « Le moyen par lequel on apprend à connaître l’immortalité et la vie n’est pas ecclésiastique mais chrétien, non humain mais divin, non physique mais métaphysique, non matériel mais scientifiquement spirituel. » C’est une déclaration étonnamment complète quand vous la disséquez pour chaque élément. Nous ne trouvons pas notre nature spirituelle et éternelle par « des moyens ecclésiastiques, humains, physiques ou matériels » ! Il n’y a pas assez de travail acharné dans le monde qui vous rapprochera de Dieu ou de la grâce de l’Amour. Ce n’est pas que le travail acharné ne sera pas nécessaire, mais ce n’est pas si souvent le genre de travail humainement dur dont se plaignait Marthe. Acquérir un sens plus vrai de la vie spirituelle est ce qui apportera la paix, la joie, l’abondance, et non l’effort humain ou physique.


SECTION 4 : OK, PAS D’EFFORT HUMAIN, MAIS IL FAUT DU TRAVAIL.

Si nous voulons une joie, une paix et une satisfaction durables, cela demande du travail. Je sais que cela ressemble à une contradiction avec ce que je viens d’écrire dans la dernière section, mais le travail de nos « emplois » ou de notre maison ou de notre carrière n’est pas le genre de travail dont je parle ici. La communion avec la Vérité peut parfois faire remonter à la surface de nombreuses choses inconfortables qui doivent être traitées et relevées pour la purification et la guérison. Parfois, de tels moments de communion nous amènent à lutter contre la volonté humaine, comme l’illustre l’histoire de cette section où Jésus est dans le jardin de Gethsémané. (Marc 14/cit. B11)

Alors que notre volonté humaine cède au Divin, la fin de cette résistance à ce qui se passe ou doit se passer, apporte une effusion de grâce. Notre réservoir de force pour relever le défi auquel nous sommes confronté est rempli, et nous pouvons continuer avec une plus grande paix, même si c’est inconfortable. Lorsqu’il s’agit d’un défi physique, nous pouvons céder au besoin d’aimer Dieu d’abord plutôt qu’au besoin de nous débarrasser de la douleur. Un changement de ce genre est un défi, un « travail acharné » si vous voulez. L’ego, l’auto-satisfaction, l’apitoiement sur soi et la peur, peuvent tous se manifester alors que nous communions profondément avec la Vérité, mais la guérison passe par la voie de « l’amour spirituel qui nous absorbe entièrement », l’amour pour Dieu et pour l’homme.


SECTION 5 :  IL NOUS FAUT LES « ÉPREUVES ET DE L’ABNÉGATION » AUSSI BIEN QUE  LES « JOIES ET  VICTOIRES ».

Pour avoir une victoire, nous devons avoir un essai, une course, un match, quoi que ce soit. Ce sont des choses dans lesquelles nous mettons habituellement un peu de pratique et d’efforts si elles nous importent. Ce n’est pas moins vrai dans notre quête de croissance spirituelle. Les défis ou les épreuves auxquels nous sommes confrontés nous apportent joie et victoire alors que nous prions à travers eux et trouvons la guérison. Jésus a certainement trouvé cette victoire en se soumettant à la crucifixion. Même pendant qu’il était suspendu à la croix, sa pensée était si remplie d’amour qu’il a tendu la main à Jean, son disciple, pour lui demander de prendre soin de sa mère, Marie. C’est la grâce au milieu des pires incendies. Il était doux en présence du ridicule et de la haine. Il n’a pas perdu son temps sur l’erreur autour de lui, mais s’est concentré sur l’Amour. De cette façon, il a pu triompher du mal, de la haine et de la tombe.

Dieu nous « Donne la grâce pour aujourd’hui »; comme Mary Baker Eddy traduit spirituellement la ligne de la prière du Seigneur : « Donne-nous aujourd’hui notre pain quotidien. » Les questions que nous pourrions avoir besoin de poser sont : « Est-ce que je me réjouis de l’épreuve qui m’attend, ou est-ce que je veux juste que l’inconfort s’arrête ? » et « Suis-je prêt à accepter la grâce qui est donné ou est-ce que je m’attends à ce qu’elle prenne une forme spécifique ? » Peut-être que « se réjouir » est parfois difficile, mais nous pourrions essayer d’être joyeusement reconnaissants pour relever docilement et volontairement un défi. Nous devons surmonter chaque obstacle dans notre vie sur le chemin vers une profonde compréhension spirituelle. Nous ne pouvons ignorer aucune des épreuves qui se présentent. Il n’y a pas de chemin facile, mais il y en a des plus simples qui impliquent l’humilité et l’obéissance.


SECTION 6 : PARFOIS, NOUS AVONS JUSTE BESOIN DE VOIR « LA STÉRILITÉ DE [NOTRE] LABEUR DANS LES TÉNÈBRES ».

Il semble que plusieurs fois, peut-être la plupart des fois, nous devons apprendre nos leçons de vie à travers l’expérience. Prendre quelqu’un sur parole ne permet tout simplement pas à cette connaissance profonde de s’installer sur nous. Nous n’avons certainement pas besoin de tout apprendre par l’expérience, mais nos plus grandes épreuves et victoires viennent de notre communion entre nous et Dieu. Dans cette section, les disciples sont retournés pêcher. Ils ont travaillé toute la nuit et n’ont pas attrapé un seul poisson. Quand ils se dirigeaient vers le rivage, Jésus les appela et leur dit de « jeter [leur] filet du bon côté », ou du côté droit. C’est un symbole élégant pour ce qui est exigé de nous.

Si nous recueillons notre bien de l’assiduité matérielle, de l’artisanat, de l’intellect – « le côté gauche » dans ce cas – nous n’obtiendrons rien, ou du moins rien de substance durable avec laquelle nourrir notre âme. Si nous jetons plutôt notre filet du bon côté, ou recueillons nos informations de l’Esprit, nous assistons soudainement à l’effusion d’abondance spirituelle qui est la nôtre. Les disciples avaient vu Jésus guérir des multitudes, et pourtant retournèrent à leurs filets, considérant la mission du Christ comme « échouée ». Nous aussi, nous avons peut-être parfois ressenti que le Christ nous a laissé tomber dans nos moments de besoin. Mais nous pouvons, avec les disciples, discerner « discerner de nouveau le Christ, la Vérité, sur la rive du temps… » (cit. S24/34:24-14) Nous pouvons acquérir un nouveau sens de la présence du Christ à guérir. Lorsque les moyens humains nous ont fait défaut, nous pouvons alors être prêts à nous tourner de tout cœur vers l’Amour pour comprendre notre abondante réserve de bien.

Quand j’ai déménagé pour la première fois en Alaska avec mon mari, j’étais jeune, tout juste sortie de l’université. Ce fut une transition difficile pour moi. J’étais habitué à l’évaluation régulière de ma « valeur » que l’école m’avait toujours donnée, et qui était notamment absente dans mon travail dans un restaurant. Nous vivions une vie assez spartiate sans eau courante ni électricité. J’ai été ravie quand un couple d’amis d’école a décidé de venir vivre un semestre dans notre ville. J’avais hâte de les voir arriver et de faire des choses avec eux. Mais ils étaient vraiment là pour leurs propres raisons, pas pour m’aider à traverser cette période difficile de mon expérience. Je me suis rapidement retrouvée blessée et déçue de ne pas pouvoir compter sur eux pour la compagnie ou le soulagement de la faim que j’éprouvais pour quelque chose de familier et « d’amusant » pour m’éloigner des tâches mentales et physiques auxquelles je faisais face. Ce n’est que lorsque j’ai réalisé que j’avais besoin de quelque chose de plus profond qu’une simple amitié que j’ai pu abandonner ce désir volontaire que ces amis soient quelque chose qu’ils n’avaient jamais voulu être pour moi.

J’avais besoin d’abandonner mon désir stérile de « compter » sur le soutien humain et l’amitié de cette façon. J’ai vu que je résistais aux tâches à accomplir qui me semblaient difficiles, inconnues et stimulantes. En repensant à cette époque, j’ai de nombreux souvenirs heureux d’avoir partagé avec eux un cours de courtepointe, ainsi que des repas et de la confection de confitures. J’ai trouvé ma place dans cette ville en acceptant volontiers les tâches à accomplir plutôt que de souhaiter qu’elles ressemblent davantage à celles auxquelles j’avais réussi dans le passé. Peu de temps après cette période, mon meilleur ami d’enfance a déménagé à proximité, depuis le Massachusetts ! Elle a été suivie par sa sœur, et elles étaient toutes les deux mariées à de bons amis à nous dans la communauté. Très vite, nous avons eu une communauté d’église en plein essor ainsi que des amitiés profondes qui m’ont nourri de la meilleure façon. Il nous suffit parfois de laisser aller nos « labeurs stériles dans les ténèbres », pour faire place aux filets débordants de la grâce de l’Amour.


SECTION 7 : LA GRÂCE EST LE DON DE DIEU À CHACUN DE NOUS.

Cette section est une bénédiction. Le sacrement dans la Science Chrétienne est une acceptation et une démonstration de la grâce débordante de l’Amour envers l’humanité. Jésus, bien sûr, a démontré cela mieux pour nous, mais chacun de nous peut expérimenter cette grâce profonde en relevant les épreuves qui traversent notre chemin avec équilibre, humilité et confiance dans le fait que le grand cœur de l’Amour accorde la guérison et la grâce sur chacun de nous sans mesure.

American Camp Association

MAIN OFFICE
(November - May)
410 Sovereign Court #8
Ballwin, MO 63011
(636) 394-6162

CAMP OFFICE
(Memorial Day Weekend - October)
19772 Sugar Dr.
Lebanon, MO 65536
(417) 532-6699

Support our mission!

CedarS Camps

Back
to top