Thank you for your loving support this Giving Tuesday!

Click here to print PDF version

 LAISSEZ LA LUMIÈRE DU CHRIST BRILLER DANS VOS CŒURS ET VOS ENTENDEMENTS !
Idées d’application métaphysique pour la leçon biblique trimestrielle de la Science Chrétienne sur

« La RÉALITÉ »
du 19 au 25 septembre 2022

par John & Lindsey Biggs, C.S. de Maryland Heights, MO
541 418 1176 johnbiggscs@gmail.com 541 460 3515 biggs.lindsey@gmail.com


INTRODUCTION

La leçon de cette semaine est entièrement consacrée à la lumière – illumination, liberté, fraîcheur, compréhension spirituelle. Dieu nous donne la capacité d’affronter des défis difficiles et de remporter la victoire grâce à la lumière et à l’amour du Christ. La lumière, c’est le pouvoir, c’est la révélation. Cela nous aide à voir les choses clairement – à discerner la réalité spirituelle afin de ne pas avoir peur. Cela montre quelle est notre véritable substance (belle et parfaite) et que Dieu nous garde en sécurité.

« Cette compréhension n’est pas intellectuelle; elle n’est pas le résultat de connaissances érudites; elle est la réalité de toutes choses mise en lumière. » (Science et santé avec la clef des Écritures, Mary Baker Eddy, p. 505)

Voici un article sur l’expérience de quelqu’un qui a fait exactement cela ! (« Percevoir la lumière » du Héraut de la Science Chrétienne) https://fr.herald.christianscience.com/shared/view/1phs7mc9dqu?s=copylink

Cette semaine, nous pouvons embrasser la lumière du Christ. Laissons-la briller dans tous les coins de notre conscience, éteignant toutes les ténèbres, et dans tous les coins du globe. Nous nous trouverons élevés, régénérés et libres. Allumons ensemble la lumière du Christ !


TEXTE D’OR

« …Dieu est lumière, et il n’y a point en lui de ténèbres. » (1 Jean 1:5)

Dieu est lumière ! La lumière est absolument nécessaire – je pense que nous pouvons tous être d’accord là-dessus ! Il serait assez difficile de faire quoi que ce soit sans lumière. De la même manière, la lumière spirituelle est toujours nécessaire pour nous apporter l’inspiration et le discernement spirituel de la réalité parfaite, de l’univers parfait, que Dieu a créé. L’étude, la prière et la révélation ouvrent notre pensée à la perception de ce que Dieu sait et voit (comme indiqué dans Genèse 1).

Recevoir cette lumière spirituelle élimine les ténèbres – la déception, la pensée non illuminée, la maladie, le péché, la peur, le sentiment d’être séparé de Dieu, etc. La lumière l’éteint immédiatement !

Que ne peut pas faire Dieu ? Y a-t-il un intérêt à limiter le Saint d’Israël ? Jésus ne l’a pas fait. Il était certain de la réalité permanente et parfaite de l’Esprit, et cela guérissait et corrigeait instantanément les situations autour de lui. Nous aussi, nous pouvons enlever nos limites humaines de ce que Dieu peut faire et trouver la liberté.


LECTURE ALTERNÉE

J’aime l’enthousiasme des disciples dans ces passages ! Vous pouvez les entendre dire avec joie « nous avons contemplé et … nos mains ont touché, concernant la parole de vie,! (I Jean 1:1–4)

La vie comprend la plénitude, la vivacité, l’absence d’âge, la capacité, la mobilité, la santé, l’espièglerie, la vivacité, l’énergie, le renouveau et l’accomplissement (voir cette « affiche des sept synonymes », https://www.christianscience.com/fr/view/content/10633/full/1/9312 pour d’autres grandes qualités).

Les disciples ont la confiance et la conviction du privilège de marcher avec Jésus et d’être témoins de ses merveilleuses œuvres de guérison. Leurs doutes et leurs peurs ont été éteints en étant les témoins oculaires de sa résurrection et de son ascension. Les 3 versets suivants de la Lecture alternée parlent tous de la joie qui découle de cette compréhension. Les disciples sont si clairs que leur vie et leur substance sont en Dieu et de Dieu qu’ils n’ont pas peur. Ils brillent sans effort et suivent courageusement les traces de Jésus.


SECTION 1 – DIEU EST LA RÉALITÉ DE NOTRE ÊTRE

« Ouvre mes yeux, pour que je contemple les merveilles de ta loi. » (citation B1, Psaume 119:18) C’est une merveilleuse prière – une prière qui reconnaît Dieu comme infini et tout, et capable de voir les choses si clairement. Nous voulons cette humilité pour pouvoir voir ce que Dieu voit. Même reconnaître que notre point de vue ne correspond pas au point de vue de Dieu est un premier et humble pas vers la prière.

Cette citation de Corinthiens réitère ceci :

« Aujourd’hui nous voyons au moyen d’un miroir, d’une manière obscure, mais alors nous verrons face à face ; aujourd’hui je connais en partie, mais alors je connaîtrai comme j’ai été connu. » (cit. B3, I Corinthiens 13:12)

C’est la prière et le désir ultimes, n’est-ce pas ? Voir et connaître la façon dont Dieu voit et connaît. Je saurai (avec une certitude/compréhension scientifique) et percevrai dans la réalité divine la façon dont Dieu me voit. « Reflété face à face » comme le dit le cantique 467 (ci-dessous).

Mary Baker Eddy nous aide à savoir comment prier :

« … commencez par considérer Dieu comme le Principe divin de tout ce qui existe réellement. » (citation S1, 275:10-12) Quand nous commençons avec Dieu, nous commençons avec la perfection. Nous voyons que nous ne nous efforçons pas d’atteindre la perfection, nous sommes plutôt témoins de la perfection toujours présente de Dieu. C’est une bien meilleure base de départ et nos prières émanent simplement de ce point. Cela signifie que nous sommes des idées spirituelles parfaites qui constituent la substance de qui nous sommes. Cette norme de « Dieu parfait, homme parfait » est la base pour détruire les mensonges et les limitations concernant la santé, le bien-être, les finances, etc. et révéler les beaux faits que Dieu connaît déjà et qui lui sont si chers.

Nous pouvons célébrer le fait d’être que « La réalité est spirituelle, harmonieuse, immuable, immortelle, divine, éternelle. Rien de ce qui n’est pas spirituel ne peut être réel, harmonieux, ni éternel. » (cit. S2, 335:27-29) Ainsi, nous recevons le don de regarder au-delà des nuages ​​des sens vers les joies du discernement spirituel.

« L’Entendement Divin, le potier est Eternel, et ainsi l’est aussi l’argile
La main qui façonne est divine,
Ses œuvres ne passent pas.
L’homme est l’œuvre la plus noble de Dieu,
Sa beauté, sa puissance et sa grâce,
Immortel; parfait comme l’Entendement
Reflété face à face. »

(Christian Science Hymnal, n° 467:1)
[traduction littérale de l’hymne, pas autorisée]
Voici la traduction française de l’hymnaire de la Science Chrétienne :

« Entendement, divin Potier,
Puissants sont Tes travaux !
La pensée est, pour l’Ouvrier,
L’argile sans défaut.

Façonné par l’Éternel Dieu
Qui le voulut parfait,
L’homme est pur, noble, harmonieux,
Son immortel reflet. »


SECTION 2 – CÉLÉBRER ET ALLER DE L’AVANT, AU LIEU DE BLAMER ET DE REGARDER EN ARRIÈRE

Combien de fois regardons-nous la situation autour de nous et ne pouvons même pas imaginer une voie à suivre ? La belle facette de la lumière du Christ est que la prière – en admettant activement la présence de Dieu et en répondant à son amour – la prière nous montre ce qui se passe réellement. Même simplement demander de l’aide, c’est admettre que l’aide est là. Demander de l’aide vaut mieux que de se noyer dans la peur du moment. En tant qu’enfants de Dieu, on ne nous demande jamais de « le faire par nous-mêmes », car notre Père-Mère est toujours là, gardant et guidant. On ne nous demande pas de savoir comment tout va se résoudre ; nous avons juste le droit de nous prévaloir de la présence omniprésente de Dieu.

La promesse qui se trouve à la page 596 de Science et Santé est si encourageante : « Bien que le chemin soit sombre au sens mortel, la Vie et l’Amour divins l’illuminent et détruisent l’agitation de la pensée mortelle, la crainte de la mort et la réalité supposée de l’erreur. La Science Chrétienne, contredisant les sens, fait fleurir et s’épanouir la vallée comme la rose. » (cit. S5, 596:23) Le chemin semble souvent sombre, comme c’était le cas pour Agar et Ismaël. Il pourrait être facile de dire qu’Ismaël s’est attiré les ennuis en taquinant Isaac. Ou nous pourrions dire qu’Agar l’a provoquée en ne gardant pas une meilleure trace d’Ismaël. Ou nous pourrions dire que Sarah était inutilement dure et jalouse. Ou nous pourrions dire que c’est la faute d’Abraham pour toute l’affaire en premier lieu. Mais le seul point commun entre toutes ces constatations de fautes, c’est qu’aucune de ces prémisses ne tient compte de la présence permanente de Dieu. Dieu, le Père-Mère de toute réalité, ne devrait jamais être exclu de Sa propre création. « Ce qui se passe maintenant », ne peut être vraiment répondu que dans l’amour de Dieu. Cette semaine, voyez comment vous pouvez vous tourner plus chaleureusement vers la présence de Dieu, plutôt que vers la présence apparente de la discorde, pour voir ce qui se passe – et comment vous pouvez montrer à quoi ressemble l’amour de Dieu.


SECTION 3 – LIBÉRATION DE L’ANXIÉTÉ PAR LE CHRIST

Quelle promesse ! « vous me trouverez, si vous me cherchez de tout votre cœur. » (cit. B6, Jérémie 29:13) C’est la satisfaction ultime – de savoir que nous sommes tenus (déjà ! Pas seulement quand nos prières sont exaucées) dans les bras de notre Berger en toute sécurité pour toute l’éternité. Quel cadeau.

Une autre partie de ce verset de Jérémie est l’une de mes préférées. Je partagerai une partie d’un Daily Lift que j’ai écrit et qui plonge un peu plus profondément dans ce passage :« …’Car je connais les plans que j’ai pour vous’, déclare l’Éternel, ‘des plans pour vous faire prospérer et non pour vous nuire, des plans pour vous donner de l’espoir et un avenir.’ (Jérémie 29:11 NIV) [traduction française pas autorisée]

Une chose que j’aime dans ce passage… est que le mot « prospérer » est en fait traduit du mot hébreu « shalom » – qui signifie bien-être, bonté, prospérité, bien-être complet – le tout en un seul mot. Pensez à ça ! La volonté de Dieu pour chacun de nous est la bonté, la prospérité et le bien-être continu. Je vois la «volonté de Dieu» comme un verbe d’action – imposer la santé et la paix dans nos vies dans chaque «maintenant» qui est aujourd’hui, chaque «maintenant» qui compose notre avenir….

Chaque fois que nous sommes tentés de douter ou de désespérer, nous pouvons nous souvenir et avoir confiance que le plan de Dieu, moment après moment, jour après jour, est la bonté, la joie, la paix et le bien-être. C’est la volonté de Dieu pour chacun de nous et le pouvoir qui gouverne nos vies.

(extrait du podcast Daily Lift, 24 octobre 2019 « Chaque « maintenant » fait notre avenir ») « Voici le jeûne auquel je prends plaisir : Détache les chaînes de la méchanceté, dénoue les liens de la servitude, renvoie libres les opprimés, et que l’on rompe toute espèce de joug… » (cit. B7, Isaïe 58:6, 8–11)

N’est-ce pas le jeûne que CHRIST a choisi ? Vous n’avez pas besoin de tout faire par vous-même. C’est le Christ détache les liens, brise les jougs et les lourds fardeaux, et libère les opprimés.

Le Christ est souvent synonyme d’Esprit Saint – c’est l’action de la Vie, de la Vérité et de l’Amour dans nos vies. C’est le punch de nos prières – cela apporte la révélation qui guérit. C’est le Christ en nous qui répond au traitement de la Science Chrétienne. Cela provoque cette réponse de guérison – tout comme deux aimants qui se rejoignent. Nous reconnaissons le Christ dans le traitement parce que le Christ en nous est notre véritable identité spirituelle. Ainsi, il est naturel que le Christ en nous réponde à la bonté, à la vivacité, à l’enfantillage, à l’inspiration, à l’harmonie, à la joie, à la paix, au courage et à la pureté. « … Alors ta lumière poindra comme l’aurore, et ta guérison germera promptement ; … L’Eternel sera toujours ton guide, il rassasiera ton âme dans les lieux arides, et il redonnera de la vigueur à tes membres ; tu seras comme un jardin arrosé, comme une source dont les eaux ne tarissent pas. » (cit. B7, Isaïe 58:6, 8-11)


SECTION 4 – VRAIMENT VOIR

J’ai souvent lutté avec l’histoire biblique de la guérison de l’aveugle, qui est relatée dans cette section (cit. B11, Marc 8:22-25). Je me suis demandé si Jésus n’avait pas complètement guéri l’homme, ou s’il y avait quelque chose de plus que l’homme devait apprendre avant de pouvoir voir, ou ce qui se passait là-bas. Comme toujours, la lumière de l’Esprit guide chacun de nous dans notre étude de la leçon biblique, donc je ne dis pas que c’est ainsi que cela doit être compris, mais voici ce que j’ai apprécié cette semaine pendant que j’étudie. Pour moi, étudiant cette histoire récemment, elle semble si tendre. Jésus demande à l’homme s’il peut voir quelque chose, et l’homme dit qu’il pense voir des arbres se promener. Ce cher homme n’avait jamais vu personne auparavant ! Et soudain, confronté à toutes ces images, il a peut-être été surpris et confus. Ne pouvez-vous pas simplement voir Jésus sourire avec amour, tendre la main à nouveau avec ses mains et son amour, et assurer et réconforter l’homme que tout allait bien ? Toucher quelqu’un de la bonne manière, une manière de guérir, c’est l’inclure, lui montrer qu’il a de la valeur, qu’il en vaut la peine. Jésus n’aurait-il pas assuré à cet homme que tout allait bien, qu’il pouvait voir et continuerait à voir, et que cet homme pouvait être patient avec lui-même alors qu’il avançait ?

L’action naturelle de la lumière, permet la vue. Ce ne sont pas les photons matériels pénétrant dans les globes oculaires matériels qui permettent une véritable vision. La lumière de Dieu, dont parle si simplement et puissamment Genèse 1 :3 (« Et Dieu dit : Que la lumière soit ! et la lumière fut. ») est l’action de la certitude et la nature merveilleuse de la création, pouvant être pleinement appréciée. La vraie vue est une question d’appréciation, n’est-ce pas – nous allons dans les musées pour apprécier la créativité, nous apprécions les événements sportifs pour apprécier les compétences, nous rendons visite à des amis pour apprécier et nous sentir appréciés. Nous sommes capables d’apprécier pleinement et parfaitement tout ce que Dieu a fait – sans être aveuglés par le rêve de ce qu’Il n’a pas fait. Et comme nous apprenons chaque jour à ouvrir davantage nos yeux, nous pouvons être patients et tendres avec nous-mêmes et avec les autres. L’amour ouvre toujours la voie.


SECTION 5 – LAISSER DIEU NOUS APPELER, LAISSER DIEU MONTRER LE CHEMIN

De nombreux lecteurs de la Bible connaissent l’histoire de la conversion de Paul de Saul à Paul. Cependant, comme le disent les gens, « la familiarité engendre le mépris », il est donc bon de ne pas se contenter de patiner sur des histoires familières et de se permettre à la place de vraiment plonger pour avoir une nouvelle vision. Donc, alors que je relis cette histoire, quelque chose qui me saute aux yeux est la description de Paul de ce qu’il a entendu comme sa mission de Jésus: « …je te suis apparu pour t’établir ministre et témoin des choses que tu as vues et de celles pour lesquelles je t’apparaîtrai. »  Paul a simplement été appelé à partager ce qu’il avait vu et à continuer à témoigner de la façon dont il a vécu la présence du Christ. Il a été appelé à partager ce qu’il a vu à travers la lumière de Dieu. Fondamentalement, il n’a pas été appelé à essayer désespérément de convaincre les gens de l’Évangile ou à s’inquiéter du nombre de personnes engagées avec lui. Il a été appelé à partager l’évangile – la présence du ciel et toutes les implications qui en découlent.

C’est un modèle utile pour nous! Il est bon d’être clair sur ce que nous sommes réellement appelés à faire. Alors nous sommes protégés sous l’abri de l’obéissance, et capables d’être clairs sur chaque étape suivante. Parfois, nous nous sentons accablés par des tas de choses à faire, ou par le nombre d’étapes qu’il y a avant que quelque chose puisse être accompli. Nous ne devrions pas simplement abandonner, car cela sent si souvent la volonté, mais il est bon d’examiner attentivement ces fardeaux et de voir si, peut-être, nous faisons des choses ou pensons que nous sommes coincés dans des choses que nous n’avons tout simplement pas besoin de faire ou s’y engager. L’entendement mortel donne toujours une vision très limitée de ce qui est nécessaire et de la manière dont nous pouvons nous engager ; la lumière de Dieu et l’action de son Christ nous montrent les vastes pâturages de sa gloire.

J’ai souvent aimé la douce leçon implicite dans cette réflexion de la part de quelqu’un qui avait fait l’expérience de la guérison en étudiant Science et Santé avec la Clef des Écritures. Ce récit se trouve dans le chapitre Les Fruits de la Science Chrétienne : « En lisant le livre d’étude, j’ai appris que Dieu nous donne la force de faire tout ce que nous avons à faire, et que ce sont les choses que nous n’avons pas à faire (l’envie, les luttes, la rivalité, la gloriole, etc.) qui laissent à leur suite la fatigue et la discordance. » (SH p. 688:6) Comme c’est merveilleux. Dieu nous a donné la force de faire tout ce qui est nécessaire ! Assurons-nous de ne pas faire quelque chose ou de ne pas penser à quelque chose auquel nous ne sommes pas réellement appelés. Dans l’obéissance active, nous trouverons tout ce dont nous avons besoin.


SECTION 6 – DIEU, ENTIEREMENT BON

Il n’y a pas « autre chose ». Il y a Dieu, et il y a Son expression – pour toujours un avec Dieu, comme Cause et effet. Il n’y a pas un voile derrière lequel Dieu se cache – la Parole de Dieu, sa lumière, éternellement présente, nous montre ce qu’il a fait. J’aime la pureté qui est implicite dans le dernier passage de la Bible : « La nouvelle que nous avons apprise de lui, et que nous vous annonçons, c’est que Dieu est lumière, et qu’il n’y a point en lui de ténèbres. » (cit. B16, I Jean 1:5)

Plus tôt cet été, je luttais contre une maladie difficile et douloureuse. Je faisais des progrès, mais je me souviens d’avoir pensé pour une raison quelconque dans ce sens : « je vais vraiment apprendre quelque chose d’important en passant par là. » Après quelques jours à vraiment essayer de comprendre ce que j’avais besoin d’apprendre de cette expérience, afin que je puisse continuer à aller mieux, j’ai soudainement réalisé que ce n’était pas vraiment la bonne approche. Bien sûr, nous apprenons toujours en profitant de la présence de Dieu, l’Entendement divin, mais ce n’est pas que nous apprenons du problème.

L’apprentissage, le déploiement de notre sens des choses, est toujours la transmission de Dieu, l’activité de la lumière du Christ, nous montrant ce que Dieu fait. Mais Dieu n’envoie pas le mal ou la discorde pour enseigner une leçon. Le sens matériel ne nous renseigne pas sur les réalités de l’univers. Donc, j’étais en fait libre d’arrêter de penser que j’avais besoin d’apprendre quelque chose à cause d’une expérience difficile, et d’être simplement pleinement présent, ici même, avec la présence de Dieu. En d’autres termes, ce n’était pas que j’avais besoin d’en savoir plus, avant que Dieu ne soit là. Je pouvais profiter de l’opportunité de me tourner vers Dieu, pas un problème, pour en savoir plus. Cela a apporté un sentiment de fraîcheur et d’harmonie à mes prières, et j’ai rapidement ressenti une harmonie complète.

Dieu n’utilise pas la discorde ou le mal pour nous montrer à quel point c’est mieux avec Lui. Dieu est Tout, et bon est tout ce que Dieu est. L’infinitude de Dieu ne permet pas autre chose que sa nature, autre chose à côté de l’infini. Nous n’avons pas besoin de nous inquiéter d’essayer de comprendre tout Dieu. Mais nous pouvons aimer chaque occasion d’apprécier Sa présence et de nous tourner vers Lui et vers Lui seul. Il vous aime tellement et vous donne la capacité complète et omniprésente de ressentir son amour.

Passez une bonne semaine!

American Camp Association

MAIN OFFICE
(November - May)
410 Sovereign Court #8
Ballwin, MO 63011
(636) 394-6162

CAMP OFFICE
(Memorial Day Weekend - October)
19772 Sugar Dr.
Lebanon, MO 65536
(417) 532-6699

Support our mission!

CedarS Camps

Back
to top