Enroll by January 31st for any summer program with a $100/wk deposit, and save $25/wk!

VIE, 12 au 18 janvier 2009
Traduction libre d’un texte de Dan Carnesciali, CS of Ballwin, MO, USA
[et en italique, des ajouts de Warren Huff]
par Pascal Bujard et Francine Amaudruz et autorisée par Warren Huff, Directeur des camps CedarS
Tirée du site www.cedarscamps.org

Note du rédacteur : Les renseignements et les idées suivantes s’appliquent à la Leçon Biblique de la Science Chrétienne pour cette semaine, et sont offertes principalement pour aider les campeurs et le personnel (aussi bien que les amis) de CedarS Camps, de voir et de démontrer l’importance de l’étude quotidienne des Leçons Bibliques de la Science Chrétienne toute l’année, et pas seulement pendant la durée du camp. La version originale en anglais de ce texte est disponible sur le site Internet de CedarS à l’adresse http://www.cedarscamps.org/metaphysical Vous pouvez vous inscrire à cette adresse afin de recevoir ce texte en anglais, ainsi qu’en français ou en espagnol chaque mercredi. (Nous n’avons malheureusement plus de traducteur pour l’allemand.)

Si vous avez récemment eu le sentiment de faire les choses machinalement, cette Leçon biblique est pour vous ! Elle est vivifiante et stimulante. En luttant avec l’idée qu’il y a une vie ou intelligence dans la matière, Mary Baker Eddy a été confrontée à pas mal de critique. Mais elle a persévéré. « Nous reconnaissons que le crucifiement de Jésus et sa résurrection servirent à élever la foi jusqu’à la compréhension de la Vie éternelle, voire de la totalité de l’Ame, de l’Esprit, et du néant de la matière. » (S&S p. 497 :21-24)

Texte d’Or :
Dieu fait une chose merveilleuse dans votre vie. Il vous parle et vous répondez. Votre réponse est un chant magnifique. Ce n’est pas une vaine répétition. Elle est fraîche et inspirée. La Vie exprime la régénération, le renouveau et l’activité à travers vous. [Selon les notes bibliques de la première section dans MyBibleLesson cette semaine : « Le “cantique nouveau” du Psalmiste n’est pas forcément un chant qu’il vient d’écrire, mais un chant commun qui a pris plus de sens par de nouvelles expériences de la bonté de Dieu. » Quels chants familiers – pendant le travail, les relations humaines, les entraînements, les exposés de l’être – êtes-vous prêt à « chanter » avec un nouveau sens et de enthousiasme ? Pensez à la « Question de la semaine » de Spirituality.com : « Comme la prière vous aide-t-elle à maintenir un sens de renouveau pendant les mois d’hiver ? »]

Lecture Alternée :
Le décor pour le discours de Paul est l’Athènes antique, centre intellectuel du monde à l’époque. Les Epicuriens et les Stoïcien étaient les écoles philosophiques dominantes. (The Interpreter’s One-volume Commentary on the Bible.) Le mot traduit par « discoureur », le mot grec spermologos, signifie littéralement un oiseau picorant des graines. En grec, le mot évoque quelqu’un qui parle pour ne rien dire, qui passe sa vie à user de flatterie et de clowneries (agissant comme un clown ou un bouffon). Malgré cela, comme les Athéniens avaient une soif insatiable de nouvelles fraîches, ils laissèrent Paul parler. A l’Aéropage, Paul a décrit une divinité qui est tellement grande, trop puissante pour être adorée dans les temples comme des dieux athéniens. Au lieu de décrire une personnalité humaine, Paul a décrit une Vie infinie omnipotente. Le décor de l’Athènes antique est important car Paul parlait aux gens qui ne connaissaient rien du message chrétien. Au lieu d’utiliser le style qu’il utilisait pour parler à son audience habituelle, il adapta son style et son contenu à cette nouvelle audience. [Dans toutes vos rencontres cette semaine, comment pouvez-vous rechercher des motifs communs pour commenter et sur lesquels vous pouvez vous reposer ? Pouvez-vous trouver un moyen d’élever votre partage au point de déclarer l’équivalent de l’Exposé Scientifique de l’Etre : « Car en Lui nous avons la vie, le mouvement, et l’être » ? Dans Rétrospection et Introspection (93 :17) Mary Baker Eddy dit : « Saint Paul dit aux Athéniens : “Car c’est en Lui que nous avons la vie, le mouvement et l’être.” Cet énoncé est en substance identique au mien : “Il n’y a ni vie, ni vérité, ni substance, ni intelligence dans la matière.” Il est tout à fait clair que jusqu’à présent cette vérité sublime n’a pas encore été pleinement démontrée, mais elle est néanmoins vraie. Si la Science Chrétienne réitère l’enseignement de saint Paul, nous, en tant que Scientistes Chrétiens, nous devrions donner au monde la preuve convaincante de la validité de cet énoncé scientifique de l’être. Ayant perçu, avant les autres, ce fait scientifique, nous nous devons à nous-mêmes et nous devons au monde de lutter pour sa démonstration. » Quelles preuves convaincantes devez-vous de la totalité de l’Entendement divin et du néant de la matière ? Quelles démonstrations de ce fait scientifique pouvez-vous partager avec le monde ? Comment la nature spirituelle est-elle prouvée par les événements décrits dans la Leçon de cette semaine ?]

Section 1 – Voyez une nouvelle vision et un nouveau vous !
« Mon âme a soif de Dieu, du Dieu vivant : quand irai-je et paraîtrai-je devant la face de Dieu ? Le jour, l’Eternel m’accordait sa grâce ; la nuit, je chantais ses louanges, j’adressais une prière au Dieu de ma vie. » (Bible 1) Ce qui m’a frappé dans le premier passage, c’est que le psalmiste se réfère à Dieu sous le nom de « Dieu vivant ». Comment pouvez-nous devenir plus conscients du Dieu vivant ? Et si on se concentrait sur la façon dont Dieu est actif ? Nous devons lutter contre la croyance que Dieu est statique ou qu’il stagne ou que « Dieu est simplement une idée. » Pensez par exemple à la façon dont la Vie est active – elle revigore, elle renouvelle et elle anime. Que détruit la Vie ? La Vie détruit ce qui est stagnant. Elle efface les voies sans issue. Elle assure que la Science Chrétienne ne peut pas être marginalisée. Lorsqu’il semble que nous sommes tombés en récession (dans un puits), que fait Dieu ? Il nous relève et établit nos pieds sur le roc, le Christ. Il met un cantique nouveau dans notre bouche. (Bible 2) Dans le passage d’Ezéchiel, il y a tellement d’expression de nouveauté. Dieu donne un nouvel esprit, une fraîcheur. La Parole de Dieu est encore venue à nous. Une façon de penser à la mort est comme à un manque de fraîcheur, de renouveau. (Bible 3) Dieu dit, « Voici, je fais toutes choses nouvelles. » (Bible 4) « La Vie est, a toujours été, et sera toujours indépendante de la matière ; » (S&S 3) La Science Chrétienne lutte contre le défi que la vie est dans la matière ou dépend de la matière. Par la Science, le monde entier, y compris vous, est transformé par la Vérité et l’obscurité de l’erreur sera chassée. (S&S 4)

Section 2 – Absorbez et irradiez des idées nouvelles, une Vie Renouvelée!
Deutéronome est le cinquième et dernier livre du Pentateuque. [Le Pentateuque (grec – « cinq livres ») ou La Torah dans le Judaïsme (hébreux – « loi ») ainsi sont nommés les cinq premiers livres de la Bible. (Pentateuch@Everything2.com)] C’est un livre de transition. Il revient sur l’expérience de l’exode puis poursuit sur la Terre Promise. Le mot Deutéronome signifie seconde loi. Dans les quatre premiers livres de la Bible, la loi était présentée comme la parole de Dieu adressée à Moïse. Dans Deutéronome il s’agit de la parole de Moïse à Israël. Selon la tradition, Deutéronome serait écrit par Moïse. Aujourd’hui les spécialistes s’accordent pour dire que c’est une rédaction de plusieurs auteurs au cours d’une longue période entre la fin du Royaume du Nord en 721 AJC et l’exil à Babylone en 587 AJC.

(The Pentateuch, Terence Fretheim en anglais (résumé français sous http://www.erudit.org/revue/LTP/1998/v54/n3/401193ar.pdf) note du traducteur) Dans ce passage Moïse regarde le pays depuis le mont Pisga ainsi qu’il lui a été dit dans Deutéronome 3. Il contemple la terre promise qu’il ne pourra pas fouler. Aucun œil humain ne peut réellement voir toute cette terre depuis ce pic, alors les auteurs racontent comment les terres furent distribuées entre les tribus. Quand Moïse avait 120 ans, sa vue n’était point affaiblie et sa vigueur n’était point passée. (B5) [Près de 1300 ans plus tard, sur le mont de la transfiguration, Pierre reconnut Moïse s’entretenant avec Jésus et Elie de son départ qu’il allait accomplir à Jérusalem. Que penses-tu que Moïse (la loi) et Elie (qui a ascensionné et représente les prophètes) avaient à dire à Jésus sur sa prochaine crucifixion, résurrection et ascension ? Luc 9 :28-36 Le spécialiste biblique Cobbey Crisler demande : ne penses-tu pas que nous irradierions comme Jésus si nous tenions toujours notre promesse solennelle « de veiller, et de prier pour que cet Entendement qui étant en Christ Jésus soit également en nous » selon le 6ème article de foi ? (Science et Santé 497 :25)]

La vie n’est pas limitée, elle est immortelle. Elle ne conduit pas à une fin. Il s’agit d’un état permanent de l’être. La vie est l’origine et l’ultime état de l’homme. Nous avons d’ores et déjà la vie éternelle. Cela n’est pas obtenu en passant par la mort. Mary Baker Eddy se réfère à cette compréhension comme à l’impérissable réalité de la Vie. (S6) Elle dit que la matière n’a jamais soutenu l’existence. Nous captons continuellement des aperçus de l’impérissable réalité. (S7) La mort et la maladie semblent réelles jusqu’à ce que la Science brise leur illusion. (S8) La guérison est possible ! Mary Baker Eddy dit qu’elle n’a jamais connu de patient qui ne se soit pas rétabli lorsque la croyance à la maladie avait disparu. (S&S 377 :19-20) Elle dit : jamais. Notre identité parfaite est déjà établie. Elle est toujours présente. Occupons-nous de cela ! Il y a tant de croyances qui procèdent de la croyance à l’âge. L’âge n’est pas une loi ; c’est une croyance, réclamant un consentement. Considérée spirituellement chaque année, cela déploie la beauté et la sainteté, non l’érosion et l’âge. (S9)

Section 3 – Cheminez la Vie illimitée avec Dieu
Le commandement d’aimer le Seigneur et de conserver ses commandements est un thème classique du Deutéronome. Les auteurs du Deutéronome faisaient partie d’un mouvement de réforme pour ramener les Israélites dans une relation authentique avec Dieu. Je pense qu’ils seraient heureux que nous cherchions pourquoi il est si important d’avoir une relation avec Dieu et de suivre ses lois. Le but est de vivre et prospérer (se multiplier). (B7) Ce thème n’est pas réservé au Deutéronome. Genèse 1, qui a probablement été rédigé après le Deutéronome, nous dit que Dieu commanda à l’homme d’être fécond et de se multiplier. Enoch, un descendant d’Adam, « marcha avec Dieu, » ce qui signifie qu’il avait une étroite relation avec Dieu, en conséquence, il quitta la terre sans expérimenter la mort. Parfois nous choisissons le chemin que nous croyons juste, pour découvrir que c’était le chemin le plus difficile ou sans issue. Une fois, alors que je courais dans la forêt, je me suis perdu. Il commençait à faire sombre, et j’ai prié pour savoir quelle direction prendre. J’entendis qu’il me fallait prendre à gauche. Cependant, je raisonnais que le meilleur chemin était de descendre la colline par la droite vers un lac. Alors je partis sur la droite. Après une minute dans cette direction, je réalisais que j’avais ignoré ce que Dieu m’avait dit de faire. Je me suis détourné et j’ai suivi le chemin que Dieu m’avait dit, environ 5 minutes plus tard, je trouvais une route qui conduisait où je devais aller. Si j’avais continué l’autre route, il m’aurait fallut plusieurs heures pour rentrer. Il y a d’autres façons de marcher avec Dieu dans la Bible. « Marcher dans la vérité » (3 Jean 1 :3) – Avancer en priant et en obéissant aux commandements divins. Il y a, « Marché avec l’Esprit » (Galates 5 :16) – Lorsque nous marchons selon l’Esprit, nous n’avançons pas vers la tombe ni nous soumettons à notre nature pécheresse. « Marcher dans l’Amour … marcher en obéissant à ses commandements. » (2 Jean 1 :6) Le plus grand commandement, selon Jésus est d’aimer le Seigneur, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, et de toute ta pensée, et ton voisin comme toi-même. « Marcher dans la lumière » (1 Jean 1 :7) C’est avoir une relation véritable avec Jésus-Christ, de marcher sur ses traces. [Quand « la pensée détachée de toute entrave marche ravie » nous « prenons notre essor vers la gloire divine. » (S&S 323 :9, S14) Quand vous êtes-vous senti le plus divin et prêt à prendre votre envol ?]

Section 4 – Ne t’inquiètes pas, Sois Joyeux [Dieu te soutient toujours toi aussi!]
Dieu fait une chose nouvelle dans notre école, notre école du dimanche, notre église, notre famille, notre mariage. Ceci semble-t-il impossible, comme une rivière dans le désert ? (B10) Regarde ce que Dieu fait. Qu’est-ce qui pourrait t’empêcher de le voir ? Parfois nous soulignons ce que Dieu devrait faire dans nos vies plutôt que déclarer intelligemment que la loi du Dieu-bon est déjà présente, déjà en train d’opérer, toujours active. En obéissant à Yahvé, le prophète Elie prédit une sécheresse au roi Achab. Alors Elie doit fuir. Il suit avec obéissance la direction donnée par le Seigneur et se cache près d’un torrent. Au bout de quelque temps, le torrent s’assécha. Si tu étais Elie et avais prié avec constance, serais-tu inquiet de ce torrent asséché ? Si Elie s’était inquiété du manque, il n’aurait pu voir la présence et l’action de l’Amour dans sa vie. Parfois nous pensons que nous attendons que Dieu agissent, attendons que Dieu nous guérisse. Soyons témoins que nulle part la Vie ne s’est arrêtée ou a commencé. Nous devons manifester la présence de Dieu, le Consolateur, ici et maintenant. « Dieu est notre refuge, Un secours qui ne manque jamais dans la détresse. » (Ps 46 :2) Dieu dirigea Elie auprès d’une veuve. Dieu l’a mené vers une femme affamée qui se préparait à mourir. Au lieu de donner son consentement à l’image qui se présentait, Elie affirme la présence de Dieu et traite la peur. Son point de mire fixé en permanence sur ce que Dieu savait de la situation apporta la guérison. (B11) L’amour de Dieu pour toi ne cessera pas. Il ne peut cesser. « Nous devons nous souvenir que la Vie est Dieu et que Dieu est omnipotent. » (S17) Notre leader nous dit encore que nous ne devons « jamais » douter ou dénier l’harmonie éternelle de l’Esprit juste parce qu’il semble y avoir discorde pour le sens mortel. (S18) Tentons-nous d’utiliser la Science chrétienne pour nous débarrasser d’un problème ? L’harmonie et la perfection sont des faits permanents et toujours présents. Ce que le Christ fait, c’est gommer les pensées qui masquent l’harmonie, la santé et la fonction naturelle. La Science chrétienne ne modifie pas la réalité. Elle la révèle. En nous appuyant sur Dieu, nous obtenons l’image (divine) nouvelle et réelle. Aujourd’hui n’est pas rempli de fardeaux. Notre Vie est bonne et comblée de bienfaits. » (S20) [Compte tenu que ton Seigneur « commandait aux corbeaux » et « commanda à la femme veuve de nourrir Elie » (B11), tu peux être confiant que si tu restes « allié au pouvoir déifique, tout ce qui est bon facilitera ton voyage. » Unité du Bien, 17 :6] Comment peux-tu rester « allié au pouvoir déifique » ? Peux-tu te rappeler des exemples de tout ce qui est bon pour aider ton voyage, comme commandé par Dieu ? Cherche constamment des exemples tels que les corbeaux.]

Section 5 – Ressuscité des morts !
[Cobbey Crisler, le spécialiste biblique, partage plusieurs approches sur la guérison de la fille de Jaïrus. Elles apparaissent entre parenthèses en italique.] Regardons comment l’auteur de l’évangile de Mathieu rapporte la guérison de la fille de Jaïrus. Les Pharisiens se demandent pourquoi Jésus voulait manger avec les publicains (collecteurs d’impôt excommuniés) et les gens de mauvaise vie. (B14) Le mot Pharisien signifie quelqu’un qui reste à l’écart. [Te rappelles-tu la définition du Pharisien donnée par Mrs Eddy dans la leçon de la semaine passée ? S&H 592 :27] Ils pensaient que se trouver avec des pêcheurs, des alcooliques et des traîtres était totalement faux. Les Pharisiens pensaient que la sainteté, la bonté venait en restant pur, en étant loin de tous ou de toute chose qui n’était pas aussi purs qu’eux. Ils ne pensaient pas à aider ceux qui étaient malades ou avaient besoin de soin. Ils étaient aveugles au Messie qui était juste là devant eux. Les Pharisiens prêchaient que chacun devait suivre strictement la loi de Moïse. Ils pensaient que ceux qui ne vivaient pas selon ces standards étaient impies. Quelle fut la réponse de Jésus ? L’Amour. Il ne fuyait pas les pêcheurs et les exclus, il allait au devant d’eux. Il les aimait. C’était non conventionnel et nouveau et les Pharisiens ne pouvaient l’accepter. L’ancienne idée doit être chassée pour faire place à la nouvelle idée. Peut-être pouvons-nous être plus désireux de nous débarrasser de ce qui est vieux et particulièrement d’aimer ceux que la société a marginalisés afin que les nouvelles pensées de Dieu, ses plans et guérisons puissent arriver à maturation. (S22) [La guérison au milieu de ce chapitre (ceci n’est pas dans la leçon) montre comment Jésus accueillait les exclus et ceux qui semblaient rituellement impurs. Cobbey souligne que selon le serment d’Hippocrate prêté par les médecins d’aujourd’hui, Jésus se serait empressé au chevet de la jeune fille mourante. (Les versions de Marc 5 :23 et Luc 8 :42 disent qu’elle était « à l’extrémité ») Cependant, « le reste de l’histoire » entre les marqueurs, dit comment Jésus, au lieu de se précipiter en avant sans s’arrêter pour cette mission prioritaire, pris le temps dans une foule compacte de demander « qui m’a touché ?» Bien qu’il ait été touché donc rendu impur par la femme impure à cause d’une perte de sang qui durait depuis 12 ans, il lui donne un traitement plein de compassion qui est un modèle pour nous. « La première chose que le Maître guérisseur fait est de la relier à Dieu en l’appelant “ma Fille” (de Dieu). Il dit ensuite, « prends courage » ce qui devait être un élément important ou il ne l’aurait pas dit. Il lui a finalement dit que sa foi l’avait sauvée et qu’elle était guérie. Le verset qui suit dit que Jésus est arrivé devant la maison du chef de la synagogue et qu’il a vu « les joueurs de flûte et la foule bruyante. » Cobbey Crisler suggère que la phrase que Jésus dit ensuite était très bien réfléchie pour lui donner une raison de repousser cette foule qui était payée pour pleurer la fille et il a ainsi établi une bonne atmosphère pour la guérison. Lorsqu’ils se moquèrent de lui parce qu’il disait qu’elle n’était pas morte, mais seulement endormie, ils ont arrêté leur rôle de pleureurs et durent donc partir.
La compréhension que la maladie ne peut pas détruire la vie apporte une vie nouvelle. (S23) S’il est admis que Dieu, non la matière, est la seule Vie, la pensée se tourne vers « des voies nouvelles et salutaires ». (S25) Notre maître démontra la Vie, pour que nous puissions comprendre comment ce Principe divin guérit et comment Il triomphe de la mort. (S21) [Comment Dieu peut-il vous sortir des espoirs vains et de la croyance à la fin du bien ? Dieu vous envoie des messages anges au sujet de ce qui semble être votre « pagaille » pour vous montrer une meilleure porte qui s’ouvre lorsqu’une autre se ferme.]

Section 6 – Jésus montre le chemin
« En tant qu’adhérents de la Vérité, nous prenons la Parole inspirée de la Bible comme notre guide suffisant pour atteindre à la Vie éternelle. » (S26) Inspiré signifiée animée (active), pleine d’Esprit, affectée ou guidée par une influence divine. Ce qui nous inspire, c’est une spiritualisation de la pensée ! Et il se trouve que c’est la définition de la résurrection. La résurrection est « une idée nouvelle et plus élevée … d’existence spirituelle. » (S27) Si la Bible est la Parole inspirée de Dieu, elle devrait être transformatrice. La Parole de Dieu a transformé Paul. Non seulement Paul a écouté Dieu, mais il a déclaré courageusement que Jésus de Nazareth était le Christ, qu’il est mort pour nos péchés et qu’il est ressuscité. Il est clair que tout le monde n’a pas cru que Jésus était ressuscité. Paul croyait que sans la résurrection, notre compréhension de Dieu serait vide (vaine). (B15) « … comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie. » (Romains 6 :4) « Ressentons la divine énergie de l’Esprit, qui nous mène au renouvellement de la vie et ne reconnaît aucune puissance mortelle ou matérielle capable de détruire. » (S&S 249 :7-10) Avez-vous pris de bonnes résolutions pour cette Nouvelle Année ? Voici trois suggestions : 1. Aimez-vous comme Dieu vous aime. 2. Voyez les autres comme Dieu les voit. 3. Réjouissez-vous de la nouveauté et de la fraîcheur de la Vie.

Le texte ci-dessus fait partie d’une longue série de notes sur les leçons bibliques créées chaque semaine par des praticiens résidents de CedarS (un camp sans but lucratif qui s’appuie sur la Science Chrétienne dans toutes leurs activités – semblable à Arc-En-Ciel en Suisse) et de manière occasionnelle par d’autres métaphysiciens [et entre crochets, des notes en italiques et des Idées d’Etude pour l’Ecole du Dimanche que j’y ajoute]. Ce document est destiné à pousser plus loin l’étude des leçons bibliques hebdomadaires (selon les Livrets trimestriels de la Science Chrétienne), ainsi qu’encourager la mise en application des idées qu’on y trouve. A l’origine, ce document n’était envoyé qu’aux participants des camps CedarS, ainsi qu’à leurs familles qui voulaient continuer chez eux, dans leurs Ecoles du Dimanche, à appliquer les mêmes principes pour l’étude de la leçon. Ces notes hebdomadaires ne sont en aucun cas définitives, ou un substitut à l’étude quotidienne de la leçon dans les livres. Les pensées présentées sont l’inspiration d’un moment et sont offertes pour donner un peu plus de dimension et de fond aux idées et passages étudiés. La Leçon-Sermon parle individuellement à chacun par le Christ, fournissant un aperçu unique et une mise en application sur mesure à chacun d’entre nous. Nous sommes heureux que vous ayez demandés ce partage métaphysique et nous souhaitons que vous y trouviez des idées qui vous aideront dans votre voyage spirituel quotidien.
Warren Huff, Directeur du Camp : director@cedarscamps.org


********

Le Bulletin Métaphysique hebdomadaire est offert sans frais aux 1’200 campeurs et au personnel, bénit chaque été au camp CedarS aussi bien qu’aux anciens campeurs, aux amis et aux familles qui l’ont demandé. Cependant, des contributions actuelles et futures sont très appréciées pour nous aider à faire face aux coûts de production de ce bulletin, aussi bien que pour aider les campeurs, pour le soutien des programmes et de l’exploitation du camp. Cliquez sur http://www.cedarscamps.org/giving pour savoir comment vous pouvez nous soutenir sur Internet, ou pour trouver des renseignements pour nous contacter en privé pour faire un don qui aidera à perpétuer le bon travail de CedarS. Vous pouvez aussi envoyer votre contribution non-imposable par la poste à: The Cedar’s Camps, Inc., 19772 Sugar Drive, Lebanon, MO 65536

 

American Camp Association

MAIN OFFICE
(November - May)
410 Sovereign Court #8
Ballwin, MO 63011
(636) 394-6162

CAMP OFFICE
(Memorial Day Weekend - October)
19772 Sugar Dr.
Lebanon, MO 65536
(417) 532-6699

Support our mission!

CedarS Camps

Back
to top