Join us for the best summer yet!

Démontrer l’immortalité de la vie de manières grandes et petites
Idées d’applications métaphysiques pour la leçon biblique trimestrielle de la Science Chrétienne sur

« Période probatoire après la mort »
du 16 au 22 octobre 2023

par John et Lindsey Biggs, CS de Maryland Heights, MO
541 418 1176 johnbiggscs@gmail.com<br /> 541 460 3515 biggs.lindsey@gmail.com


Introduction

Alors que nous lisons ensemble la leçon biblique de cette semaine, plongeons plus profondément dans la vie – pour savoir ce qu’elle est et ce qu’elle n’est pas. Les propositions fondamentales de la Science Chrétienne (pages 330 à 340 de Science et Santé) comprennent quelques idées merveilleuses sur ce qui constitue réellement la Vie (en particulier les planches IV, V, XIX).

La question « Qu’est-ce que la vie ? » dans « Récapitulation » à la page 468 de Science et Santé nous donne aussi quelques bonnes idées :

« La vie est le Principe [constant et cohérent],

l’Entendement [intelligent et communiquant],

l’Âme [belle, pure, sainte],

l’Esprit divins [substance parfaite]…

L’éternité,  non le temps, exprime la pensée de la Vie, et le temps [mesures mortelles, chronologie, circonstances, histoire matérielle] ne fait pas partie de l’éternité [ou de votre Vie]. »


Texte d’Or

« … il faut que la patience accomplisse parfaitement son œuvre, afin que vous soyez parfaits et accomplis, sans faillir en rien. » Jacques 1:4

« sans faillir en rien » semble être un merveilleux état d’être – totalement satisfait. Complet. Ne manquant rien.

Cet état d’être apparaît lorsque nous percevons la présence de la réalité spirituelle. Une réalité qui ne peut jamais changer ni être envahie ou violée. Harmonie suprême. Un environnement de lumière, de paix et de perfection infinies. C’est tout ce que Dieu voit et sait.

Cet état d’être existe déjà – il est déjà ici et maintenant. C’est seulement le brouillard de l’entendement charnel qui nous empêche de le voir plus librement. Alors que «… la lumière de la Vérité, qui fortifie et purifie» agit dans notre conscience, elle vainc cette brume, nous permettant de percevoir plus clairement cette réalité divine. (Science & Santé, 162) À mesure que la brume et la matière disparaissent, la totalité de l’Esprit devient plus apparente et visiblement démontrée.

Oui, il faut parfois de la patience pour permettre à cette Vérité spirituelle de poindre dans notre conscience. Ce royaume des cieux existe déjà. C’est la conscience de la présence de Dieu qui est déjà en nous. Nous avons le droit de le voir chaque jour de plus en plus vite et complètement.


Lecture Alternée  (LA)

«Tes oreilles entendront derrière toi la voix qui dira : Voici le chemin, marchez-y ! Car vous iriez à droite, ou vous iriez à gauche.» Ésaïe 30:21

Lorsque nous écoutons les messages de Dieu, ils nous conduisent aux bonnes idées dont nous avons besoin. Nous ne prions pas seuls. Dieu nous révèle réellement quoi prier et comment prier. Dieu connaît le fait pour chaque situation – la vérité de chaque contrefaçon. Ainsi, pendant que «…nous  nous arrêtons un instant  – nous nous attendons à Dieu» – l’Amour divin apporte à notre conscience des messages glorieux qui annulent l’erreur et guérissent. (SS, 323 : 9) Dieu illumine notre pensée avec de la lumière, avec une compréhension spirituelle. Qu’il nous conduise à une bonne idée avec laquelle étudier, ou simplement à un message puissant qui s’adresse directement à notre pensée, Dieu nous donne chaque véritable idée/bonne inspiration dont nous avons besoin à chaque instant.

Dieu est patient avec nous, tout comme un parent est patient avec son enfant. Dieu est doux avec nous, nous donnant un coup de coude et nous guidant de plus en plus pour réaliser la joyeuse réalité du salut de Dieu. Il est tout à fait approprié que la lecture Alternée de notre leçon sur « La période probatoire après la mort » inclue consécutivement ces idées de l’Ancien et du Nouveau Testament sur le salut :

«c’est lui qui nous sauve ;…..réjouissons-nous de son salut. » (Ésaïe 21:9)

«… Car Dieu… nous a….. destinés….. à l’acquisition du salut par notre Seigneur Jésus Christ,  qui est mort pour nous, afin que, soit que nous veillions, soit que nous dormions, nous vivions ensemble avec lui.» (I Thess. 5:9, 10)

Le « salut » est défini par Mary Baker Eddy comme «La Vie, la Vérité et l’Amour compris et démontrés comme étant suprêmes sur toutes choses; le péché, la maladie et la mort détruits. ». (SS, 593) Et bien sûr, cela vient de l’amour et de la compréhension de Dieu que Christ Jésus a vécu et démontré pour nous avant et après sa crucifixion.

La réalité spirituelle est déjà entière et complète. Ainsi, le salut est un éveil à notre propre nature spirituelle – et à celle des autres et de tous. C’est nous qui « rattrapons » Dieu – permettant au point de vue de Dieu de prendre la résidence principale dans notre conscience en échangeant – tôt et souvent – ​​le point de vue de Dieu contre nos points de vue faux et limités.

En « retenant ce qui est bon », nous sommes en mesure de prouver ces choses spirituelles. (I Thess. 5:21/LA)


Section 1 – Revêtez l’immortalité ici et maintenant

«La vie est dans le sentier de la justice, la mort n’est pas dans le chemin qu’elle trace. » (cit. B4/Proverbes 12:28)

Jésus a vaincu la mort et toute forme de limitation. Ainsi, nous pouvons appliquer de plus en plus la nature infinie de Dieu dans notre expérience – que ce soit par de petites actions ou par des démonstrations plus significatives.

Une façon consiste à chérir chaque qualité spirituelle et à ne laisser aucune de nos qualités spirituelles « mourir » ; garder vivantes et éveillés notre espérance, notre joie, notre liberté, notre bonheur, etc. Nous pouvons posséder et exprimer chacune de ces qualités – et la Vie est la loi de chacune d’elles. Ils font partie intégrante de ce que nous sommes en tant qu’image et ressemblance de Dieu.

Dans les «  propositions fondamentales » de la Science Chrétienne à la page. 331 : 5 et dans « Récapitulation » à la page 468, Science et Santé dit que « la vie est l’Entendement divin ». J’adore cette idée. La vie nous est communiquée à chaque instant à travers l’Entendement divin. Elle dépend de l’Entendement divin. La vie est Esprit. Elle  ne dépend certainement pas de la matière. L’ « exposé  scientifique de l’être » révèle le néant de la matière. (SS, 468:9)

Le chemin de la Vie est le chemin de la justice – penser et agir correctement (comme le dit la cit. B4/Proverbes 12 :28 ci-dessus). Nous pouvons donc voir l’importance de bien penser et agir ! Mary Baker Eddy développe ceci : « Sachez donc que vous possédez le pouvoir souverain de penser et d’agir correctement, et que rien ne peut vous déposséder de cet héritage et empiéter sur l’Amour. »(Pulpit and Press, [La chaire et la presse] Mary Baker Eddy, p. 3 : 7-9)


Section 2 – Ne laissez pas la peur ou l’orgueil nous empêcher d’attendre Dieu !

Oh la la ! Il y a beaucoup de choses dans cette histoire et c’est certainement une histoire dont nous ferions bien de lire tout le contexte, en particulier le dix-septième chapitre de II Samuel (cit. B7). L’essentiel est qu’Achitophel a effectivement donné de BONS conseils, mais Huschaï était l’ami de David, et il a donné des conseils concurrents pour confondre Absalom et le détourner de la solide stratégie militaire d’Achitophel. Huschaï envoya alors un message à David informant lui du plan d’Absalom tel qu’il avait été exposé par Huschaï. Achitophel fut tellement découragé par cette confusion qu’il prit à son tour une bien triste décision.

En lisant cette histoire avec un souci de symbole et de substance, je perçois un message sous-jacent selon lequel l’injustice et l’orgueil égoïste ne pourront jamais réellement agir avec sagesse. La nomination par Dieu de David comme roi d’Israël était un mandat divin, non soumis à la pratique courante à l’époque, et à travers les âges depuis, de la transmission de la royauté de père en fils. Absalom pouvait dire qu’il était roi autant qu’il voulait ; cela ne changeait rien au fait qu’il n’était pas roi. Depuis son lieu de fierté égoïste, il était incapable d’entendre réellement les préceptes de la sagesse.

Nous devons partir du bon principe. Bien sûr, à tout moment, nous pouvons changer de cap au besoin et répondre aux anges ! Mais il est préférable de commencer correctement – ​​et cela signifie de ne pas placer ni nous-mêmes, ni notre sens personnel des choses, au-dessus de la direction de notre Père-Mère.

C’est donc très bien, mais ensuite j’ai commencé à me demander ce que cela avait à voir avec notre sermon de leçon de cette semaine ! Et puis j’ai vu que nous ne pouvons pas nous attendre à Dieu, reconnaître notre unité avec Lui et notre réactivité à Son égard, et en même temps foncer en mettant l’accent sur la personnalité et la fierté. De même, nous ne pouvons pas sous-estimer notre identité et notre rôle d’enfants bien-aimés de Dieu, naturellement sensibles à son grand amour.

Voici un témoignage humble et touchant sur la façon dont une guérison de la fierté s’est accompagnée d’un sentiment de guérison physique et d’une paix renouvelée : https://journal.christianscience.com/shared/view/hs7kau1zy8?s=copylink


Section 3 — Laissez votre éclat croître chaque jour

« … Le sentier des justes est comme la lumière resplendissante, dont l’éclat va croissant jusqu’au milieu du jour. » (cit. B11/Proverbes 4:18)

Laissez votre éclat croître ! Ainsi, nous pouvons nous attendre à trouver de plus grandes visions de Dieu ; une meilleure compréhension spirituelle à mesure que nous la mettons en pratique. À mesure que nous mettons en œuvre la Parole de Dieu, elle se multiplie ! Le pétrole se multiplie au fur et à mesure de sa mise en service. Il est donc logique que notre sens spirituel, notre compréhension spirituelle puisse croître et se multiplier chaque jour.

« Dieu exprime en l’homme l’idée infinie qui se développe à jamais, et qui, partant d’une base illimitée, s’élargit et s’élève de plus en plus. »

(Science et santé avec la clef des Écritures, Mary Baker Eddy, p. 258 : 13-15)

J’aime cette idée de briller de plus en plus. Gagner de plus en plus chaque jour dans la bonne direction.

Quel est le chemin de la vie ? Ces qualités nous donnent un sentiment merveilleux :

« … recherche la justice, la piété, la foi, la charité, la patience, la douceur.» (cit. B13 / I Timothée 6:11 suivre, 12)

À mesure que nous incarnons de plus en plus ces qualités, nous ressentons notre unité avec Dieu. Et la plus grande satisfaction vient du fait de ne faire qu’un avec Dieu et de pouvoir entendre la voix de Dieu.

« Car c’est Dieu qui produit en vous le vouloir et le faire selon son bon plaisir. » (cit. B14/Phil 2:13)

Ce passage implique une telle tendresse. C’est Dieu qui travaille avec nous. Nous ne travaillons pas seuls.

« C’est un combat avec la chair dans lequel il nous faut vaincre le péché, la maladie et la mort,… » (cit. S15/324 : 13)

Nous devons vaincre l’erreur et prouver la totalité et la toute-puissance du bien. Et non l’inverse ! Dieu est avec nous pendant que nous faisons cela. Lorsque nous réussissons à guérir, Dieu est glorifié. Ainsi, Dieu est du côté du triomphe du bien et nous aide à voir et à connaître le chemin.


Section 4 – Attendez-vous à du bien !

J’adore le passage biblique qui commence cette section, dans la citation 15 des Psaumes. S’attendre activement à Dieu doit inclure l’attente sûre du bien. Si je regarde dans mon garde-manger, je m’attends à trouver, entre autres, des chips et des bonbons d’Halloween de l’année dernière. Et ces choses sont là ! Je sais où je cherche ou la nature de ce que je cherche, donc je sais aussi à quoi m’attendre. La même logique, bien que beaucoup plus percutante, s’applique à notre attente de Dieu. Maintenant, cette attente ne consiste pas à taper du pied, à rester assis, simplement à espérer que quelque chose se passe bientôt.

Cette attente est une reconnaissance active de notre présence avec Dieu et de notre unité avec Dieu. Et cette attente active est stimulée et encouragée par l’attente du bien. Maintenant, cette attente n’est pas une prescription,  – nous ne nous dirigeons pas vers le comptoir de la cuisine de Dieu et ne commandons pas cinq burritos préparés exactement comme nous les voulons. Notre reconnaissance de notre unité avec Dieu est aussi la reconnaissance que Sa provision est juste, pure, pleine et appréciable. On s’attend à du bien ! Et donc, nous devrions vivre comme nous l’espérons.

Je pense que c’est un aspect important du récit de guérison rapporté dans la citation biblique 17/Matt. 9 :18-25). Jésus n’a jamais dit : « Ooh, désolé d’avoir été retardé en cours de route, maintenant il est trop tard. » Et il n’essayait pas non plus de discuter de certaines choses avec d’autres personnes. Il a simplement continué à guérir, se tournant vers Dieu pour obtenir des informations et laissant l’amour de Dieu définir sa perception de tout ce qui se passait. Cette attente du bien a transformé la situation entière, à chaque fois.


Section 5 – Foi et certitude

Quelque chose qui me frappe dans cette section est la foi, soutenue par la compréhension croissante des disciples, que Jésus encourage chez ses disciples. Ils avaient constamment vu la base et les effets de la démonstration de Jésus – sa dévotion totale à notre Père-Mère et sa constante sollicitude envers Dieu pour obtenir son information – et maintenant Jésus leur recommande l’importance de cette approche persistante envers Dieu, même s’ils n’étaient pas certains comment tout cela se passerait. La certitude qu’il encourage est bien loin de la foi aveugle de certains ; c’est l’activité naturelle des paroles chantées par le Psalmiste :

« Oui, c’est en Dieu que mon âme se confie; De lui vient mon salut. Oui, c’est lui qui est mon rocher et mon salut; Ma haute retraite: je ne chancellerai guère.  …..mon âme, confie-toi en Dieu! Car de lui vient mon espérance. »  (Psaume 62 : 1, 2, 5)

Mon attente vient de Lui ! Quelle approche claire, innocente et résolue que nous pouvons tous mettre en pratique.

Je suis également frappé par la certitude communiquée dans cette section. « … il leur apparut vivant, et leur en donna plusieurs preuves, se montrant à eux pendant quarante jours…. » (cit. B21/Actes 1:3) Ce n’est pas par hasard que parle l’auteur des Actes des apôtres. L’auteur voulait être très clair sur le fait que c’était réel, et pas seulement de « fausses nouvelles ». Paul parlerait également de l’importance de la réalité de cet événement : «Or, si l’on prêche que Christ est ressuscité des morts, comment quelques-uns parmi vous disent-ils qu’il n’y a point de résurrection des morts?  S’il n’y a point de résurrection des morts, Christ non plus n’est pas ressuscité. Et si Christ n’est pas ressuscité, notre prédication est donc vaine, et votre foi aussi est vaine. » (I Corinthiens 15 : 12-14, après cit. B19/I Cor. 15 : 3, 4)

Paul, l’auteur des Actes, et tous les premiers ouvriers de l’Église voulaient que tout le monde soit parfaitement clair sur le fait qu’ils ne parlaient pas seulement de belles idées, mais qu’il s’agissait d’un fait solide, d’une vérité démontrable et de l’amour certain de Dieu. Mary Baker Eddy décrirait le Christ comme « la divinité embrassant l’humanité » (SS 561 : 16-20) ; cette étreinte était et est réelle


Section 6 – La vie et la bonté sont immortelles

Dieu nous a promis la vie éternelle ! Cela signifie que nous avons le privilège de prouver cette vie ici et maintenant ! Une vie sans soucis ni peur, une vie sans limites et une vie de liberté.

Dieu impose la connaissance de Lui-même dans tout l’univers – garantissant que l’erreur ne remportera pas la victoire.

L’erreur n’est pas un lieu, une personne ou une chose. C’est une supposition qui tente d’opérer dans la conscience humaine. Elle ne fait jamais partie de la conscience divine. Ainsi, à mesure que notre conscience devient plus en phase avec la lumière, l’erreur est effacée.

Ce passage de la section 1 est une grande bénédiction :

« Car il faut que ce corps corruptible revête l’incorruptibilité, et que ce corps mortel revête l’immortalité.  Lorsque ce corps corruptible aura revêtu l’incorruptibilité, et que ce corps mortel aura revêtu l’immortalité, alors s’accomplira la parole qui est écrite : la mort a été engloutie dans la victoire. » (cit. B3/I Corinthiens 15 :53, 54)

Nous pouvons revêtir l’immortalité maintenant – grâce à chaque pensée patiente, chaque acte bienveillant, et en réalisant que notre être réel, notre identité vit actuellement dans le Royaume des Cieux. Nous sommes immortels ici et maintenant et une grande satisfaction peut découler de cette compréhension.

Profitez de vivre dans ce Royaume aujourd’hui !

American Camp Association

MAIN OFFICE
(November - May)
410 Sovereign Court #8
Ballwin, MO 63011
(636) 394-6162

CAMP OFFICE
(Memorial Day Weekend - October)
19772 Sugar Dr.
Lebanon, MO 65536
(417) 532-6699

Support our mission!

CedarS Camps

Back
to top