Enroll by January 31st for any summer program with a $100/wk deposit, and save $25/wk!

AMOUR, 28 janvier au 3 février 2008
Traduction libre d’un texte de Craig L. Ghislin, C.S. of Glen Ellyn, Illinois, USA
par Pascal Bujard et autorisée par Warren Huff, Directeur des camps CedarS
Tirée du site www.cedarscamps.org
 
Note du rédacteur : Les renseignements et les idées suivantes s’appliquent à la Leçon Biblique de la Science Chrétienne pour cette semaine, et sont offertes principalement pour aider les campeurs et le personnel (aussi bien que les amis) de CedarS Camps, de voir et de démontrer l’importance de l’étude quotidienne des Leçons Bibliques de la Science Chrétienne toute l’année, et pas seulement pendant la durée du camp. La version originale en anglais de ce texte est disponible sur le site Internet de CedarS à l’adresse http://www.cedarscamps.org/metaphysical Vous pouvez vous inscrire à cette adresse afin de recevoir ce texte en anglais, ainsi qu’en français ou en espagnol chaque mercredi.
 
 
Vous êtes-vous déjà sentis perdu, délaissé, au bout du rouleau ? Vous êtes-vous demandé pourquoi vos problèmes semblent arriver tous en même temps ? Si c’est le cas, vous n’êtes pas le seul. L’humanité se pose ce genre de questions depuis des siècles. Plusieurs philosophies et théologies ont essayé de traiter du problème. Certains pensent que nous pouvons tout simplement apprendre grâce à nos problèmes, car de mauvaises choses font partie de la vie. Certains pensent que les défis sont une partie nécessaire du plan que Dieu a pour nous. D’autres concluent que l’injustice, la cruauté absurde, et la tragédie dans le monde sont des indicateurs que Dieu n’existe pas – nos vies sont simplement un jet de dés.
 
L’étude de la Science Chrétienne présente une réponse totalement différente du problème classique : si Dieu est le bien, et que Dieu est tout, d’où vient le mal ? Mary Baker Eddy trouva par son étude et sa pratique approfondie des préceptes bibliques, que Dieu est Amour. Non seulement aimant – mais Amour lui-même. Tout comme d’autres personnages bibliques, le prophète Esaïe avait saisi le pouvoir de rédemption de l’Amour divin. Dans le Texte d’Or, les enfants d’Israël, après de grandes souffrances, ont reçu une grande promesse d’aide divine. Il leur est dit de ne pas craindre et il leur a été promis d’être délivré de leur captivité. Il leur a été rappelé qu’ils avaient une relation intacte avec Dieu. [Idée d’Etude pour l’Ecole du Dimanche (I.E.E.D) : Quand vous êtes-vous le plus senti au bout du rouleau (« pauvre en esprit ») ? Découvrez et partagez avec votre groupe (ou votre congrégation), comment cela pourrait être un bon moment selon la 1ère Béatitude : « Heureux les pauvres en esprit, car le royaume des cieux est à eux ! » (Matthieu 5 :3)]
 
[« Combien est précieuse ta bonté » (Ps 36 :8)] Au sujet de ce premier verset de la Lecture Alternée, le commentaire biblique The Abingdon Bible Commentary souligne que le Psalmiste parle d’une expérience personnelle : « Voici une profonde religion spirituelle… Le grand Dieu, est pour nous pauvres êtres humains – même les enfants des hommes. » Les versets suivants soulignent la relation réciproque entre Dieu et l’homme. [Ps 116 : 1 « J’aime l’Eternel, car il entend ma voix » … 2 « Il a penché son oreille vers moi ; et je l’invoquerai toute ma vie. » … 5 « L’Eternel est miséricordieux et juste, notre Dieu est plein de compassion »] Le Psalmiste peut « aimer l’Eternel » car il sait que Dieu l’aime en premier. Tout le bien que nous ressentons est l’évidence du soin constant que Dieu a pour nous. [Ps. 18 :17 « Il étendit sa main d’en haut, il me saisit, il me retira des grandes eaux ; 18 il me délivra de mon adversaire puissant, de mes ennemis qui étaient plus forts que moi. 19 Ils m’avaient surpris au jour de ma détresse ; mais l’Eternel fut mon appui. »] Ces versets de Psaume 18 décrivent le pouvoir de l’Amour pour nous aider à sortir « des grandes eaux ». Dieu nous sauve de nos ennemis et nous soutient. La métaphore de « au large » (Ps 18 :20) est basée sur la racine du mot signifiant « rendre large » et qui vient du mot hébreu signifiant « sauver ». (The Interpreter’s One-Volume Commentary on the Bible). [I.E.E.D. : Cette semaine, si des ennemis ou des soi-disant amis vous frappent alors que vous êtes à terre, accrochez-vous à l’Amour divin pour vous sauver.]
 
La Lecture Alternée se termine avec un verset très connu des campeurs de CedarS car il est le refrain de « The Rock Song ». [« Vive l’Eternel » Ps. 18 :46 est aussi paraphrasé par Job comme partie d’un traitement qui renversa son infortune : « Mais je sais que mon rédempteur est vivant » (Bible 9, Job 19 :25)]. Après avoir étudié cette Leçon, espérons que notre foi en l’amour de Dieu sera aussi renforcée au point que nous puissions tous crier « Alléluia ! » [I.E.E.D. : Cette semaine, si des ennemis ou des soi-disant amis vous frappent lorsque vous êtes à terre, attendez-vous à ce que l’Amour divin vous élève et vous sauve.]
 
SECTION I : Le Principe divin, Amour.
Abingdon souligne que lorsque cette prière (Bible 1) a été composée, les Israélites étaient « démoralisés, dépouillés de tout sens de victoire. » Les prophètes rappelaient au peuple le soin que Dieu portait à Son peuple à travers toute l’histoire. Ils se retournaient souvent sur le passé « lorsque la manifestation divine était plus facilement discernable. » D’une manière similaire, dans la citation Bible 2, Interpreter’s relève que, « En entendant les récits des actes de l’Eternel, les adorateurs pensaient qu’ils étaient, non pas des traditions du passé lointain, mais des événements prenant place dans le présent et concernant les Israélites de tout temps. » [I.E.E.D. :]Lorsque vous vous trouvez dans une difficile période de souffrance, regardez-vous vers le passé, à l’époque de vos précédentes guérisons ou vous trouvez-vous en train de vous préoccuper de votre problème ? Commencer par le problème ne nous aide pas à voir ou ressentir la présence de l’Amour. En fait, cela nous expose à une mauvaise compréhension de l’Amour divin. L’auteur du Psaume 30 (Bible 3) a été sauvé d’une maladie mortelle. Il pensait que ses ennemis voulaient le voir mourir. Mais Dieu le délivra. La vraie guérison et délivrance viennent lorsque nous reconnaissons l’amour toujours présent de Dieu pour Sa création. Nous pouvons même nous satisfaire uniquement de cela.
 
Science et Santé dit, « Le Dieu de la Science Chrétienne est l’Amour divin… » (S&S 1) Comme le fit le Psalmiste, Mme Eddy indique la multitude de façon dont Dieu délivra les hommes de tout mal. (S&S 2) [Dans le passage, « L’Amour divin … qui délivra les hommes de l’huile bouillante » S&S 243 :4 (S&S 2), Mme Eddy se réfère probablement à l’expérience de Jean comme enregistrée par Jérôme, Eusebius et d’autres : « Lorsque St-Jean avait 90 ans, l’empereur Domitian donna l’ordre qu’il soit jeté dans un chaudron d’huile bouillante. Le lieu nommé pour cette torture était un grand champ devait la porte latine. Un grand chaudron était préparé et rempli d’huile, et de résine, qui étaient mélangés sur un feu de bois ; et une foule énorme était rassemblée pour observer le spectacle. L’évangéliste, a sans aucun doute d’abord été flagellé, selon les coutumes de l’époque, et fut ensuite conduit dans le champ. Le feu était encore plus fort, et le chaudron commença à déborder lorsqu’il fut soulevé et déposé au milieu de la masse bouillonnante. Les flammes étaient tellement fortes et hautes, que le martyr avait complètement disparu, mais la foule entendit distinctement une voix qui chantait dans le chaudron. Tout le monde étaient étonnés, et attendaient impatiemment pour voir la fin. De plus en plus d’huile était jeté sur le feu, jusqu’à ce que la chaleur soit insupportable à une grande distance du feu, et la voix continuait à chanter des hymnes de louange. Et pour finir, le feu s’est éteint, et la foule se pressa vers le chaudron, et ils virent le vieil apôtre, assis au milieu, complètement indemne. L’huile et la résine s’étaient entièrement consumés, le chaudron était tout à fait sec ; mais l’évangéliste était assis là, pas un cheveu de sa tête n’avait été touché, mais son visage était radieux comme le soleil, et son corps âgé était vraiment fortifié. » L’amour sauveur est disponible à chacun. Mais nous ne pouvons pas commencer en suppliant Dieu de nous sauver, comme nous pourrions supplier quelqu’un pour qu’il nous aide. Cela consisterait à commencer notre prière par le problème [au lieu de chanter des hymnes de louange, comme le fit Jean, pour remercier d’avance Dieu pour la solution]. Le livre d’étude dit que la tendance humaine de penser à Dieu en des termes humains limités est dû à l’ignorance humaine de l’Amour divin comme étant le Principe de notre existence (S&S 3). Lorsque nous croissons en compréhension spirituelle, nous gagnons « la vraie compréhension de la Vie et de l’Amour » (S&S 5). Nous ne pensons plus à Dieu en des termes humains limités, mais nous Le reconnaissons comme étant Amour, le Principe divin de tout être. [I.E.E.D. Quel hymne préféré avez-vous mémorisé que vous puissiez chanter lorsque les choses « se gâtent » pour vous ?]
 
SECTION II : L’Amour ne produit, ni ne permet le mal.
La citation des Psaumes qui ouvre la section présente l’histoire de Job (Bible 6-9) comme une parabole. Comme l’indique Strong’s Exhaustive Concordance of the Bible, une « parabole » est « une maxime concise, et en général, d’une nature métaphorique. » Les gens prennent parfois la parabole de Job littéralement. Ils utilisent l’histoire comme une évidence de l’existence de Satan et que Dieu permet le mal, afin d’influencer nos vies. C’est le principal exemple de « l’ignorance du Principe divin. » L’histoire de Job aborde le problème, « pourquoi les gens bons souffrent-ils ? » Elle présente diverses visions orthodoxes pour répondre à cela. Sa structure révèle que c’est clairement un poème très important basé sur quelques événements historiques. [I.E.E.D.] De nombreux détails ne se trouvent pas dans la Leçon et vous pourriez donc être intéressés de lire toute l’histoire pour avoir un tableau complet [vous trouverez une autre lecture inspirée dans le commentaire bibliques de cette Leçon sur « Amour », par Elaine Follis à la page 22 du Christian Science Sentinel du 28 janvier 2008. Son titre est « There’s something about Job… »]
 
Job est présenté comme un homme « intègre et droit ».L’action commence avec une conversation entre Dieu et Satan. Bien que certains pensent que cela soit le cas, le mot « Satan » n’est pas un nom propre. C’est un terme générique qui signifie adversité ou ennemi. La question posée par cet ennemi est « Comment un homme pieux passe-t-il le test de la souffrance ? » Cela amène à la question, « Pourquoi le méchant s’épanouit-il, et pourquoi celui qui est juste est-il réduit à la pauvreté ? » La sagesse conventionnelle de l’Ancien Testament disait que : a) A la fin les méchants récolteront ce qu’ils méritent ; ou b) Ceux qui sont vraiment bons/justes ne souffriront que brièvement.Il y avait derrière cela l’idée que « Le bien ne peut jamais vraiment souffrir ; car la bonté signifie la faveur de Dieu, quelles que soient les circonstances extérieures ; et la faveur de Dieu est la perle de grand prix. » (Abingdon) Dans l’histoire, Dieu donne à Satan la permission de faire ce qu’il veut pour tester la dévotion de Job. Job passa très bien le premier test, mais il est ensuite frappé par la maladie à tel point qu’il est prêt de mourir. Il est assis dans la cendre comme signe de deuil. [I.E.E.D.] Job représente « un homme qui a atteint les dernières limites de l’endurance humaine et qui demeure maintenant sûr dans sa foi en Dieu. » (Interpreter’s) Avez-vous déjà, vous ou l’une de vos connaissances, atteint une telle limite ? Ses amis, même s’ils étaient bien intentionnés, ne firent que le provoquer. Job maudissait sa vie, mais il ne maudissait pas Dieu. L’appel de Job pour un rédempteur signifie « un défenseur ou arbitre » (Ibid.) Cela se réfère au parent le plus proche qui a le devoir de venger le sang d’un frère ou de protéger son titre de propriété après la mort. Le réel « Satan » est ce qui soumet notre foi au test. Dieu, qui est Amour, ne permet pas le mal d’une manière ou d’une autre.
 
Mary Baker Eddy écrit, « Maintes théories relatives à Dieu et à l’homme ne rendent pas l’homme harmonieux ni Dieu digne d’être aimé. » (S&S 6) Toute théorie qui ne commence pas par Dieu est imparfaite. Mme Eddy souligne l’interprétation spirituelle des Ecritures. Le fait que l’histoire de Job puisse ne pas être littéralement vraie, ne retire rien au fait qu’elle contient des leçons spirituelles valables à apprendre et de l’inspiration à donner. Voyez la citation S&S 7 pour un exemple de l’interprétation spirituelle de Mme Eddy [de visions habituelles de « quand je n’aurai plus de chair, je verrai Dieu. » (Bible 9)]. Notre leader corrige régulièrement les mauvaises conceptions théologiques afin d’éclairer spirituellement la pensée. C’est une erreur de l’entendement humain de personnifier le mal en Satan (S&S 8). Dans la Science divine, nous commençons avec Dieu comme étant « Tout-en-tout » (S&S 9). L’Amour divin ne partage pas le pouvoir et ne fait aucune concession avec Satan. Obtenir la vraie compréhension de Dieu détruit toutes les croyances en d’autres pouvoirs. Dieu n’a aucune association avec le mal. Dieu est Tout-en-tout. Il n’existe rien d’autre. (S&S 10) [« Job ne voit rien d’autre que Dieu dans sa chair lorsque son ulcère disparu totalement – tout comme Moïse ne voyait rien d’autre que Dieu dans sa chair lorsque l’illusion de sa main lépreuse fut guérie instantanément. » Cobbey Crisler – Lisez aussi S&S 321 :16]
 
SECTION III : Avec de tels amis, qui a besoin d’ennemis ?
Venant apparemment pour aider, les trois amis de Job ne voyaient pas au-delà de leurs vues limitées. Ils représentaient chacun une vision théologique habituelle de cette époque et toujours répandue de nos jours. Job est bouleversé par sa situation, car il ne pense pas avoir fait quelque chose pour le mériter. Il maintient avec fermeté son innocence. Eliphaz (Bible 10) dit que la souffrance de Job doit être une punition d’un péché et que Job doit donc la supporter avec humilité et repentance. En d’autres mots, « Job devait avoir fait quelque chose de mauvais. » C’est comme de penser que quelqu’un est malade ou souffre car il doit y avoir une erreur ou un péché dans sa pensée. Pour Bildad (Bible 11), il n’y a aucun problème. Il croit que « les destins des hommes sont mesurés par Dieu selon leurs mérites ; le bon va bien, et le mauvais souffre. » (Interpreter’s) En d’autre mots, « si vous êtes malade, vous le méritez. » Tsophar (Bible 12) pense que même si Job ne savait peut-être pas ce qu’il avait fait, Dieu sait tout et Job n’a aucune base pour mettre en question les voies impénétrables de Dieu. C’est une autre manière de dire, « C’est la volonté de Dieu. »
 
Aucun des efforts des trois amis de Job ne lui firent de bien. Les amis ne l’aidaient pas du tout. Job souligne qu’il est facile de mettre en évidence les torts de quelqu’un lorsque vous ne souffrez pas vous-même. Il déclare que si leurs places étaient inversées, il ne leur déclamerait pas de la théologie, mais qu’il les traiterait avec tendresse et leur apportait son aide. Les versets du Psaume 119 dans la citation Bible 14 saisit le sentiment de Job. Lorsque vous avez lutté contre un problème physique, vous êtes-vous déjà demandé si c’était votre faute ? Alors que nous sommes responsable de ce que nous laissons entrer dans notre conscience, culpabiliser quelqu’un parce qu’il est malade, n’est pas la méthode de l’Amour divin. Penser que l’Amour nous punit avec la maladie est tout simplement faux.
 
Notre livre d’étude confirme que Dieu ne condamne pas Sa création (S&S 11). Il ne joue certainement pas non plus avec l’homme. La « doctrine de la Science Chrétienne » est que « l’Amour divin ne peut être privé de sa manifestation, de son objet… » (S&S 12) Il n’y a aucun moyen pour que le bien puisse résulter dans le mal, ou produire le mal. Les trois « amis » de Job sont des exemples de ce que nous ne devrions pas faire lorsque nous essayons d’aider quelqu’un qui souffre. Les amis connaissaient la lettre de la loi – comme nombreux sont ceux qui connaissent la lettre de la Science Chrétienne. Mais le pouvoir guérisseur se trouve dans l’amour – pas dans la lettre. (S&S 13) Mme Eddy écrit que venir à guérir avec autre chose que de pures motivations se fait au détriment du patient. (S&S 14) Au lieu de réprimander quelqu’un qui souffre, nous devrions l’encourager tendrement et avec patience. (S&S 15) Celui qui est malade n’a pas besoin de discours. Il a besoin d’amour. Il est parfois tentant, lorsqu’on nous demande de l’aide, de nous rabattre sur un tas de citations et de règles. Mais c’est lorsqu’on ne réalise pas que l’Amour est le seul guérisseur. Les amis de Job ne l’aimaient pas réellement et ne comprenaient pas réellement Dieu comme étant Amour. Ils couvrirent donc leur manque de compréhension avec un torrent de théologie. Cela ne marche de toute évidence pas. [I.E.E.D. Quels amis, pensées ou situations familières ont besoin cette semaine, d’une patience compatissante, d’un mot de tendresse, d’encouragement chrétien et d’aide, pour ôter la crainte ? (S&S 15)]
 
SECTION IV : L’Amour défie la logique humaine.
Il y a une forte évidence que l’auteur originel de Job abandonna car il ne parvenait pas à répondre de manière adéquate à la question. [C’est très probablement pendant l’Exil] qu’un autre auteur prit l’histoire, en introduisant une autre vision théologique dans le personnage d’Elihu, (cela ne fait pas partie de cette Leçon), et la termina dans un style classique, dans laquelle Dieu fait une dernière entrée spectaculaire et résout tout [pour Job et pour le peuple en exil qui, comme Job, avait aussi tout perdu]. Peu importe l’outil littéraire, il y a une signification précieuse à gagner. Lorsque Dieu répond à Job « du milieu de la tempête » (Bible 15), Job est simplement comblé par le pouvoir et la connaissance infinis du Créateur [et voit tout selon le point de vue de Dieu, au lieu de son propre point de vue.] Job avait entendu parler de Dieu, mais il avait maintenant une expérience personnelle avec Lui (Bible 16). Comme Job qui ne trouva aucun réconfort dans les visions traditionnelles de Dieu, nous ne pouvons pas trouver la guérison dans une vue limitée de Dieu, privé de la plénitude de Son amour. Interpreter’s dit : « … nous devrions nous souvenir que la réponse de Job a été trouvée, non pas dans les discours de ses amis au sujet d’un Dieu qui corrige tout dans les affaires du monde, ni même dans ce que Dieu dit ou fait, mais en Dieu lui-même. »
 
Cela coïncide avec ce que dit Mme Eddy : « Les mortels essaient de croire à la Vérité sans la comprendre ; pourtant Dieu est Vérité. » (S&S 17) Les mortels croient en un concept fini de Dieu. Ils pensent qu’ils peuvent informer Dieu comme s’il y avait quelque chose qu’Il ne connaissait pas. En Science Chrétienne, Dieu, l’Entendement, est le seul pouvoir et la seule récompense à la justice. (S&S 18) La matière n’a aucun pouvoir. Savoir cela, « détruit la confiance en tout ce qui n’est pas Dieu. » Lorsque par une expérience directe, nous abandonnons les croyances matérielles, nous voyons (comprenons) Dieu. Nous comprendrons l’amour de l’Amour qui conquiert tout. (S&S 19) Plus le réel Amour divin vient à nous, plus nous voyons l’irréalité de la matière (S&S 20). A la fin, Dieu réprimanda les amis de Job et chargea Job de prier pour eux. [I.E.E.D.] Lorsque nous commençons à comprendre le pouvoir de l’Amour par la démonstration, nos vies sont corrigées et manifestent ce que nous apprenons. [Partagez un exemple de cela. « Lorsque Dieu nous demande ‘Où étais-tu quand je fondais la terre ?’ (Bible 15), il attend que nous répondions que nous étions là avec Lui dans Genèse 1 comme homme ayant la domination ! Nous, en tant que ressemblance et image, pouvons affirmer comme Jésus : « Moi et le Père, nous sommes un. » Jean 10 :30 … Le corps de Job fut restauré après que cette nouvelle perspective mentale ait pris les commandes. » Cobbey Crisler]
 
SECTION V : Le vrai exemple de l’Amour
Jésus est venu pour nous enseigner comment aimer. Il nous montra comment être des enfants de Dieu (Bible 18). Notre filialité avec l’Amour divin ne peut pas être stagnant. Elle doit être active, et développée en pratique. (Bible 19) Dans Hébreux (Bible 20), il nous est rappelé, dans nos malheurs, de penser aux souffrances que Jésus endura. Cela nous encouragera. Lorsque Jésus se trouva dans une procession funéraire à Naïn (Bible 21), il eut immédiatement de la compassion pour la mère qui portait le deuil. Pour une veuve, perdre son fils unique était tout simplement la pire chose qui pouvait arriver. Jésus ne la jugea pas et n’essaya pas justifier la tragédie. Il ne se lança pas dans un discours au sujet de Dieu, la Vie. Il exprima simplement l’amour de Dieu à cet endroit. Il la réconforta et ressuscita le fils, étant plein de compassion.
 
Jésus montra à l’humanité ce qu’est réellement l’Amour. (S&S 21) Il était inspiré par Dieu dans tout ce qu’il faisait. (S&S 22) Notre Leader sentit que chacun devait suivre cet exemple. (S&S 23) Etre capable de parler de cela n’est pas suffisant. Nous devons tous le faire. Science et Santé indique : « Jésus ne nous épargne pas une seule expérience individuelle » (S&S 24). Cela semble-t-il rude ? C’est vraiment la meilleure chose qu’il aurait pu faire. Il nous montra quoi faire, sans le faire pour nous. Si un enfant avait besoin d’aide pour nouer ses lacets, et si vous le faisiez toujours à sa place, est-ce que cela l’aiderait vraiment ? Est-ce vraiment la meilleure chose à faire ? La meilleure chose à faire, c’est de lui apprendre à le faire lui-même. Chacun sait qu’une expérience personnelle est gratifiante. De la même manière que nous apprenons à aimer en le faisant. [I.E.E.D. Lisez l’article appelé « Live to love » par le professeur de Principia, Matthew Hellman à la fin (page 8) du myBibleLesson.com de cette semaine. Mettez en action l’expérience de Matt dans votre vie, même sous une forme infime, en traitant le « non sens du business » et la crainte qui pourrait nous empêcher d’aider ceux qui en ont besoin, comme le « Bon Samaritain » le fit et comme Jésus le fit pour la veuve à Naïn.]
 
SECTION VI : Patient, pratique persistante
Les paroles encourageantes d’Esaïe (Bible 22) promettent que peu importe si les situations semblent être difficiles, Dieu nous sauve. Nous pouvons attendre un renouveau et une rédemption complets. Job endura des peines intenses et une grande perte, et Dieu lui montra de la miséricorde et de la compassion. (Bible 23) « Ceux qui souffrent ne doivent pas murmurer, même contre leurs oppresseurs, mais doivent résister comme les prophètes et Job, dont la patience a été richement récompensée à la fin » (Abingdon) Nous pourrions être confrontés à des circonstances que nous ne pourrons pas expliquer, mais Dieu est Amour et l’Amour ne déçoit jamais. Lorsque nous ressentons réellement l’amour de Dieu, nous aimons naturellement notre prochain en retour. (Bible 24) Job continua à prospérer avec sa récente compréhension de l’Amour divin et cela sera aussi le cas pour nous.
 
Notre Leader avait clairement compris que l’homme, en tant que reflet de Dieu, doit être l’expression de l’Amour (S&S 25, 26). Mais apprendre à aimer demande du travail. Job était consistant dans sa prière et sa dévotion. Nous risquons de manquer la cible si nous ne mettons pas Dieu en premier. Nous devons aimer Dieu et l’homme (S&S 28). Ce n’est pas compliqué. Donc, lorsque vous êtes confrontés à des défis, petits ou grands, soyez patients et continuez à apprendre l’amour de Dieu. C’est tout ce qui existe réellement. Lorsque la réalité de cet amour vient à nous, « l’allégresse et la joie s’approcheront, la douleur et les gémissements s’enfuiront. » (Bible 22) Alléluia !
 
 
Le texte ci-dessus fait partie d’une longue série de notes sur les leçons bibliques créées chaque semaine par des praticiens résidents de CedarS (un camp sans but lucratif qui s’appuie sur la Science Chrétienne dans toutes leurs activités – semblable à Arc-En-Ciel en Suisse) et de manière occasionnelle par d’autres métaphysiciens [et entre crochets, des notes en italiques et des Idées d’Etude pour l’Ecole du Dimanche que j’y ajoute]. Ce document est destiné à pousser plus loin l’étude des leçons bibliques hebdomadaires (selon les Livrets trimestriels de la Science Chrétienne), ainsi qu’encourager la mise en application des idées qu’on y trouve. A l’origine, ce document n’était envoyé qu’aux participants des camps CedarS, ainsi qu’à leurs familles qui voulaient continuer chez eux, dans leurs Ecoles du Dimanche, à appliquer les mêmes principes pour l’étude de la leçon. Ces notes hebdomadaires ne sont en aucun cas définitives, ou un substitut à l’étude quotidienne de la leçon dans les livres. Les pensées présentées sont l’inspiration d’un moment et sont offertes pour donner un peu plus de dimension et de fond aux idées et passages étudiés. La Leçon-Sermon parle individuellement à chacun par le Christ, fournissant un aperçu unique et une mise en application sur mesure à chacun d’entre nous. Nous sommes heureux que vous ayez demandés ce partage métaphysique et nous souhaitons que vous y trouviez des idées qui vous aideront dans votre voyage spirituel quotidien. Warren Huff, Directeur du Camp : director@cedarscamps.org
 
********
 
Le Bulletin Métaphysique hebdomadaire est offert sans frais aux 1’200 campeurs et au personnel, bénit chaque été au camp CedarS aussi bien qu’aux anciens campeurs, aux amis et aux familles qui l’ont demandé. Cependant, des contributions actuelles et futures sont très appréciées pour nous aider à faire face aux coûts de production de ce bulletin, aussi bien que pour aider les campeurs, pour le soutien des programmes et de l’exploitation du camp. Cliquez sur http://www.cedarscamps.org/giving pour savoir comment vous pouvez nous soutenir sur Internet, ou pour trouver des renseignements pour nous contacter en privé pour faire un don qui aidera à perpétuer le bon travail de CedarS. Vous pouvez aussi envoyer votre contribution non-imposable par la poste à: The Cedar’s Camps, Inc., 19772 Sugar Drive, Lebanon, MO 65536
American Camp Association

MAIN OFFICE
(November - May)
410 Sovereign Court #8
Ballwin, MO 63011
(636) 394-6162

CAMP OFFICE
(Memorial Day Weekend - October)
19772 Sugar Dr.
Lebanon, MO 65536
(417) 532-6699

Support our mission!

CedarS Camps

Back
to top