Join us for the best summer yet!

Bénédictions de la rentrée : pour nous tous
Idées d’applications métaphysiques pour la leçon biblique trimestrielle de la Science Chrétienne sur

«L’ homme»
du 30 août au 5 septembre 2021

par Christie C. Hanzlik, C.S. à Boulder, CO
ccern@mac.com • 720-331-9356 • christiecs.com

Pour moi, cette leçon biblique sur «l’homme» est un rappel que, que vous et moi retournions littéralement à l’école cette semaine, nous pouvons tous utiliser cette période de l’année pour renouveler notre réceptivité, notre pureté et notre douceur enfantines. Nous pouvons métaphoriquement vivre une semaine de rentrée scolaire en nous concentrant sur notre enfance innée. Le Texte d’Or (GT) de la Leçon biblique de cette semaine nous rappelle : « … vous êtes tous des fils du Très-Haut. » (GT, Psaume 82:6)

Puisque ce « Met » concerne le retour à l’école, j’ai pensé que je pourrais suggérer des devoirs possibles pour nous les étudiants. Il y a six exercices de devoirs (plus un exercice bonus) que vous pouvez trouver dans ce Met. Tout d’abord, je propose que cette semaine nous nous efforçons chacun d’affirmer, avant même de sortir du lit, que nous sommes tous des enfants. Peut-être pourriez-vous mettre un rappel à votre chevet qui vous dit quelque chose comme : « Tu es un enfant du Dieu vivant. » En effet, nous sommes tous les enfants de Dieu, pas les adultes de Dieu… chacun de nous possède les qualités de la réceptivité enfantine, de la fraîcheur, de la joie, de l’humour et de l’attente du bien. Et, dans la mesure où nous reconnaissons ce don constant et renouvelé de l’enfance éternelle, nous en faisons quotidiennement l’expérience.

En lisant la leçon de cette semaine, j’ai remarqué que les qualités des enfants soulignées dans chaque section s’appliquent bien aux individus et qu’elles s’appliquent également bien aux institutions. Comme deuxième tâche, envisagez de relier les qualités des enfants soulignées dans la leçon de cette semaine à chaque aspect de l’activité de l’église. Nous pourrions nous demander : « Qu’arrive-t-il à notre concept d’église lorsque nous lui appliquons les qualités de l’enfance ? » Comme l’écrit Mary Baker Eddy : «Tandis que l’âge mûr hésite entre deux opinions ou lutte contre les fausses croyances, la jeunesse fait facilement des progrès rapides vers la Vérité.» (citation S22, 236:28-10) Lorsque nous appliquons cette phrase à l’église, elle pourrait se lire. «Tandis que l’âge mûr [une église à l’âge mûr] hésite entre deux opinions ou lutte contre les fausses croyances, la jeunesse [une église jeune et dynamique] fait facilement des progrès rapides vers la Vérité.»

La Lecture Alternée (RR) raconte l’histoire de Matthieu dans laquelle les disciples de Christ Jésus lui demandaient lequel d’entre eux était le plus grand. Leur question était une « question vieillissante » en ce qu’elle dessinait un avenir et se basait sur un traditionalisme de la hiérarchie, plein d’ego et d’égocentrisme, etc. Ce type de pensée est vieillissant car il ne permet pas de fraîcheur et de renouvellement. Christ Jésus n’a pas répondu à leur question en désignant l’un des disciples comme meilleur que les autres, et il n’a pas non plus dit : « aucun d’entre vous ». Au lieu de cela, il a demandé à un enfant de se joindre à leur groupe et a demandé aux disciples de « devenir comme de petits enfants ». Christ Jésus illustre davantage ce point sur l’humilité enfantine en rappelant aux disciples qu’ils sont les brebis et non le berger, et que le divin berger n’attache pas plus de valeur à une brebis plutôt qu’à ‘une autre, mais se réjouit plutôt de chaque brebis, y compris ceux qui ont le plus besoin d’aide.(RR, Matthieu 18 :1-5, 10-14)

La leçon de cette semaine est également un traitement efficace contre l’inquiétude des écoliers qui commencent leur année scolaire. Pour une troisième mission, priez pour les écoliers du monde entier. Chaque fois que nous pouvons être tentés de nous inquiéter du fait que les écoliers commencent l’école pendant ce qui semble être une crise sanitaire et un climat dans lequel les fusillades dans les écoles sont suffisamment courantes pour que les enfants doivent participer à des «exercices de tir» en plus des «incendies» », nous pouvons laisser notre tentation de nous inquiéter être notre rappel pour affirmer que le Consolateur (l’action du Berger) est en ce moment en train de parler et de réconforter chaque enfant. Nous prions jusqu’à ce que nous ne soyons plus inquiets parce que l’inquiétude est une forme de mauvaise pratique mentale. Dans les politiques éducatives, on entend souvent l’expression « aucun enfant n’est laissé pour compte » [oublié]. Eh bien, en appliquant la Lecture Alternée de cette semaine comme une prière pour tous les enfants du monde, nous pouvons affirmer que dans le royaume de notre berger, il n’y a «pas de brebis laissée pour compte». Chaque brebis est « soignée, surveillée, aimée et protégée ». (Hymne 278)

En plus des idées sur l’enfance, cette leçon est construite autour des Béatitudes, qui sont un bel ensemble d’idées que nous donne le Maître-Enseignant, le Christ Jésus. Comme quatrième devoir, envisagez d’écouter le podcast audio en 9 parties sur les Béatitudes avec (alors) le spécialiste de la Bible (maintenant professeur d’études bibliques au Principia College, le Dr) Barry Huff. L’adresse de ce lien sur le site officiel christianscience.com est https://www.christianscience.com/youth/sunday-school-teachers/the-beatitudes/the-beatitudes-podcast. [Il apparaît, avec de nombreuses autres ressources, au bas de cette page Web : https://www.christianscience.com/youth/young-adult ]

Je suis également curieux de savoir pourquoi les Béatitudes apparaissent dans le désordre dans la Leçon – la sixième vient en premier dans la Leçon, par exemple. De plus, deux d’entre elles sont laissées de côté. Je suppose qu’une mission bonus pourrait être de comprendre cela. Et la bonne nouvelle de notre retour à l’école est que nous sommes déjà des étudiants parfaits, avec une connexion parfaite avec l’Entendement divin parfait !

 

SECTION 1 : La paternité et la maternité de Dieu.

La première section de la Leçon nous rappelle que Dieu est le « Père » et aussi la « Mère » de chacun de nous. (citations B1 et B2, Isaïe 63:16, Isaïe 66:13)

Nous avons chacun connu des exemples humains différents de pères et de mères, et nous pouvons avoir des idées positives ou négatives, heureuses ou troublées, ou simplement mitigées de la relation que nous entretenons avec les pères et les mères humains. Mais la maternité et la paternité de Dieu sont parfaites, ce qui signifie que c’est l’idéal de principe et d’amour de soutien, d’acceptation et d’appartenance qui vient de notre filiation divine.

Accepter de tout cœur notre filiation divine est une prière simple et puissante. Dieu nous a déjà choisis comme enfants. Et nous pouvons accepter la filiation de l’Amour avec la simple prière : «  … C’est toi, Eternel, qui es notre père». (cit. B1, Isaïe 66) Quelle simple prière en quelques mots ! Et en tant qu’enfants de l’Amour/Vérité/Vie/Entendement, nous sommes les héritiers de l’Amour/Vérité/Vie/Entendement, ce qui signifie que nous héritons librement de la bonté, de la force et du pouvoir de l’Amour/Vérité/Vie/Entendement. (cit. B4, Romains 8:16, 17)

Tout au long de ses écrits, Mary Baker Eddy utilise le terme « homme » pour désigner chacun d’entre nous, quel que soit notre sexe (genre ou espèce), et dit que « Homme est le nom de famille pour désigner toutes les idées, — les fils et les filles de Dieu ». (cit. s1, 515:21) Au fil des ans, j’ai essayé de penser à un autre mot pour « homme » qui englobe tout sans sembler indiquer le genre. La leçon de cette semaine m’a fait penser que le mot « enfants » ou « progéniture » ​​fonctionne dans la plupart des cas, d’autant plus étant donné que nous affirmons que nous sommes tous des enfants. Par exemple, envisagez de remplacer le mot « enfants » par « homme » dans ces déclarations…. «En Science divine, l’homme est  [les enfants sont] la vraie image de Dieu. […] La compréhension, semblable à celle de Christ, de l’être scientifique et de la guérison divine renferme un Principe parfait et une idée parfaite – Dieu [Parent] parfait et homme [enfants] parfait – comme base de la pensée et de la démonstration.»

 

SECTION 2 : Heureux ceux qui ont le cœur pur

La deuxième section met en évidence la pureté enfantine et comprend la béatitude : « Heureux ceux qui ont le cœur pur : car ils verront Dieu ». (cit. b6, Matthieu 5:8) En d’autres termes, bénis sont ceux qui ont une véritable compréhension de la pureté, car ils comprendront Dieu.

L’innocence et la pureté ne sont pas des qualités qui commencent dans une quantité fixe qui est ensuite diminuée à mesure que nous faisons les choses mal. Non. Ce serait une vision limitée (ou matérielle) de l’innocence et de la pureté. Au lieu de cela, notre innocence et notre pureté grandissent et se déploient au fur et à mesure que nous les comprenons. L’innocence et la pureté d’un nouveau-né sont précieuses, bien sûr. Mais au fur et à mesure que nous faisons face à des défis et apprenons à défendre et à vraiment comprendre notre innocence et notre pureté innées, ces qualités sont renforcées et enrichies et leur puissance se développe. Notre innocence et notre pureté grandissent à mesure que nous les comprenons de plus en plus.

Beaucoup de gens croient à tort que notre innocence et notre pureté peuvent être perdues. L’innocence et la pureté ne peuvent pas être perdues. Nous pouvons sembler les oublier, ou elles peuvent sembler obscurcies, mais ces qualités ne sont jamais perdues. Notre divin Parent nous les a donnés, et on ne peut pas nous les enlever. Ces qualités ne peuvent être que découvertes et déployées, à mesure que nous les comprenons de plus en plus. Nous pouvons nous sentir de plus en plus purs et de plus en plus innocents chaque jour. J’ai découvert que je suis plus consciente de mon innocence et de ma pureté innées maintenant qu’il y a vingt ans. Alors que je sais maintenant que mon innocence et ma pureté ont toujours été avec moi, elles étaient des concepts plus flous pour moi il y a vingt ans. Maintenant, elles sont plus claires. Et je m’attends à ce qu’elles continuent à devenir de plus en plus claires, et ainsi deviendront de plus en plus puissantes. Le pouvoir spirituel de notre innocence et de notre pureté est vrai pour nous tous.

Certaines personnes semblent mépriser les enfants et les plus jeunes parce qu’ils semblent inexpérimentés, ignorants ou irresponsables. Les « adultes » semblent parfois adopter une attitude envers les jeunes qui ressemble à quelque chose comme : « Eh bien, ils ne comprennent pas maintenant, mais un jour, ils comprendront… » Je ne peux pas imaginer une façon plus étouffante d’approcher les enfants et les jeunes penseurs. Cette approche est une forme subtile de mauvaise pratique mentale contre les qualités de la jeunesse qui devraient être chéries et estimées en chacun de nous. Nous sommes tous les enfants de l’Entendement divin, et c’est notre seule source de sagesse et de pureté. Nous pouvons tous revendiquer la jeunesse pour nous-mêmes, et ne pas mépriser les autres qui sont jeunes, et ne pas permettre aux autres de nous mépriser pour notre jeunesse. Comme Timothée nous le dit : «Que personne ne méprise ta jeunesse ; mais sois un modèle pour les fidèles, en parole, en conduite, en charité, en foi, en pureté.» (cit. B7, I Timothée 4:12)

La deuxième section illustre le pouvoir protecteur de la pureté avec l’histoire de Joseph. La pureté de Joseph le protégeait des fausses accusations de la femme de Potiphar. (cit. B9, Genèse 39:1, 2, 6-10)

Mary Baker Eddy fait des déclarations fortes sur le pouvoir protecteur de la pureté, qui est une qualité innée de l’enfance . Elle écrit : «Dans la Science, [nous sommes nés ] de l’Esprit. Le beau, le bon et le pur constituent  [notre] ascendance. [Notre] origine n’est pas, comme celle des mortels, [cellules limitées régies par le cerveau et les hormones] dans l’instinct animal, et [nous] ne passons pas non plus par des états matériels avant d’arriver à l’intelligence. L’Esprit est la source primitive et ultime de  [notre] être ; Dieu est [notre] Père, et la Vie est la loi de [notre] être.» (cit. S9, 64:5, —avec [italiques entre crochets] comme substitutions non genrées pour « L’homme est/son/Il est »)

 

SECTION 3 : Heureux les débonnaires

La deuxième section s’est concentrée sur la pureté en tant que qualité enfantine, et la troisième section se concentre sur la douceur. La section 3 s’ouvre sur la béatitude de Christ Jésus : «Heureux les débonnaires, car ils hériteront la terre!» (cit. 10, Matthieu 5:5) Pour moi, cette béatitude souligne que la douceur est  force. La douceur est une volonté calme et claire de faire ce qui est juste et bon.

Pour une plongée rapide dans le sens de la douceur, envisagez une cinquième mission….lisez l’article de George Moffett « La douceur est le pouvoir, pas la faiblesse », du numéro de novembre 2018 du Christian Science Journal (https://journal.christianscience.com/issues/2018/11/136-11/la douceur-est-le-pouvoir-pas-la-faiblesse). [Malheureusement, cet article n’est pas disponible en français, mais pour ceux qui peuvent lire Espagnol, le voici en espagnol. «La mansedumbre es poder, no debilidad » https://es.herald.christianscience.com/shared/view/8ccscv65ga?s=t.]

La troisième section offre l’exemple de l’enfant Samuel qui entend la voix de Dieu et demande trois fois à son mentor Eli si Eli l’appelait. La douceur enfantine de Samuel lui permit d’entendre la voix du Seigneur. Et, la douceur enfantine d’Eli lui permet de savoir que Samuel entend la voix de Dieu. La douceur d’Eli est particulièrement remarquable puisqu’Eli était le grand prêtre de ce temple à Shiloh. Si Eli avait une pensée de l’âge, peut-être aurait-il pensé qu’il n’y avait aucun moyen pour que Dieu parle à un enfant inexpérimenté comme Samuel. Mais Eli n’avait pas une pensée âgée   . Eli a pu voir ce qui se passait (bien qu’il soit physiquement aveugle, il avait sans doute plus de vue que les autres !) Cette histoire parle autant de l’enfantillage d’Eli que de la réceptivité de Samuel. Certains adultes n’auraient  peut-être pas été aussi ouverts d’esprit qu’Eli et auraient peut-être congédié Samuel. Mais la douceur d’Eli lui a permis de savoir ce qui se passait. (cit. b12, I Samuel 3: 1-6, 8-10, 19, 20) En fin de compte, bien sûr, l’écoute douce de Samuel l’a conduit à devenir un prophète respecté, un prêtre et le dernier juge en Israël… un accomplissement extrêmement rare.

Comme le déclare Mary Baker Eddy : «Débarrassons-nous de la croyance que l’homme est [les enfants sont] séparé de Dieu, et n’obéissons qu’au Principe divin, la Vie et l’Amour. Voilà le grand point de départ de toute vraie croissance spirituelle.» (cit. S17, 91:5)

 

SECTION 4 : Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice

La section 4 s’articule autour de la béatitude : « Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés.» (cit. b13, Matthieu 5:6) D’après ce que je comprends, cette béatitude concerne le développement de ce que Mary Baker Eddy appelle « les aspirations de l’homme immortel ». (SH 60-61) Ces aspirations, qui commencent par un désir de bonté et des moyens de laisser briller notre lumière, mènent à une vraie satisfaction et à un accomplissement. Nous ne sommes jamais satisfaits lorsque nous aspirons à des choses éphémères parce que les choses éphémères, par définition, disparaissent. Mais, par exemple, lorsque nous aspirons à la capacité d’aimer plus et d’aimer plus purement, nous trouvons une satisfaction durable. Comme sixième devoir, plongez dans ce concept des envies immortelles en lisant : « The Youth-and-Morality Article », par Channing Walker (février 1996, The Christian Science Journal,  [Le voici en français : «L’article sur la jeunesse et la moralité» https://fr.herald.christianscience.com/shared/view/14u3u1tjcem?s=t ]

La section 4 fait référence à l’éducation qui nous guide sur les « bons chemins » vers la sagesse. (cit. B15, Proverbes 4:11) Comme nous le lisons dans Isaïe, «Tous tes fils seront disciples de l’Eternel, et grande sera la prospérité de tes fils.» (cit. b14, Esaïe 54 : 13) Il est réconfortant de savoir que le l’Éternel est notre Enseignant. Nous pouvons nous efforcer d’être des étudiants volontaires et enthousiastes.

Les citations corrélatives de cette section dans Science et Santé sont utiles pour voir un modèle complet d’éducation… au-delà des bâtiments de brique et de mortier. En lisant ces citations, j’ai réalisé que le meilleur modèle pour un enseignant est le Christ Jésus, l’éclaireur. Le Christ Jésus est la meilleure expression de l’Enseignant divin. Cette prise de conscience m’a amené à relire ces citations en pensant à Christ Jésus en tant qu’enseignant modèle. Par exemple, considérez la déclaration de Mary Baker Eddy : « Les pensées pures et ennoblissantes du professeur [qui a Christ Jésus comme modèle], constamment communiquées aux élèves, iront plus haut que le ciel de l’astronomie… ». (cit. s19, 235:13-16 avec [italique entre crochets] ajouté.)

 

SECTION 5 : Heureux les pauvres en esprit

La cinquième section s’articule autour de la béatitude : « Heureux les pauvres en esprit, car le royaume des cieux est à eux.» (cit. b17, Matthieu 5:3) L’expression « pauvres en esprit » peut prêter à confusion parce qu’elle semble négative. D’après ce que je comprends, être pauvre en esprit signifie être humble et libre d’ego. Au lieu de rechercher un gain personnel, une personne pauvre en esprit est humble, ne s’intéresse pas à elle-même et est naturellement disposée à bénir les autres.

Pour illustrer la signification d’être « pauvre en esprit », la cinquième section utilise l’exemple de Christ Jésus guérissant les petits enfants. Lorsque les enfants se sont approchés du Christ Jésus, les disciples ont essayé de les détourner, peut-être parce que les disciples ne pensaient pas que les enfants étaient dignes de l’attention du Maître. Mais Christ Jésus a vu leur valeur, leur réceptivité humble et enfantine et leur volonté naturelle de bénir les autres. (cit. b18, Matthieu 19:1, 2, 13-15) En d’autres termes, Christ Jésus pouvait voir que les enfants étaient « pauvres en esprit »—ils étaient libres d’ego et totalement réceptifs à l’Esprit. Ils étaient purs d’esprit basé sur l’ego et donc plus réceptifs à l’Esprit  divin.

Comme l’explique Mary Baker Eddy : « Jésus aimait les petits enfants parce qu’ils sont libres à l’égard du mal et réceptifs au bien. Tandis que l’âge mûr hésite entre deux opinions ou lutte contre les fausses croyances, la jeunesse fait facilement des progrès rapides vers la Vérité.» Elle poursuit:

«Une fillette, qui avait de temps à autre écouté mes explications, se fit une grave blessure au doigt. Elle semblait ne pas s’en apercevoir. Lorsqu’on la questionna à ce sujet elle répondit ingénument : « Il n’y a pas de sensation dans la matière. » Elle s’en alla en bondissant, les yeux riants, et ajouta aussitôt : « Maman, mon doigt ne me fait pas mal du tout. » Des mois ou des années auraient pu s’écouler avant que ses parents eussent mis de côté leurs médicaments ou fussent arrivés à l’élévation mentale que leur petite fille avait si naturellement atteinte.» (cit. S22, 236:28-10)

La description de la jeunesse comme faisant « des progrès faciles et rapides vers la vérité » n’a rien à voir avec le nombre de fois que nous avons voyagé autour du soleil. C’est un état d’esprit d’être « pauvre en esprit » et réceptif au renouvellement et au rafraîchissement de l’Esprit divin.

l’idée juvénile de « rebondir avec des yeux riants » était une phrase préférée de la fondatrice de CedarS Camps, Ruth Huff, qui a écrit une série d’histoires sur des interactions inspirantes avec ses trois petits-enfants (qui ont tous maintenant obtenu un doctorat) et intitulé la collection « Les yeux riants ».(Le livre peut être acheté au bureau de CedarS pendant l’été.) [Seulement disponible en anglais.]

Une fois, alors que mon fils aîné avait quatre ans, son doigt s’est enfermé dans la portière de la voiture. Nous avions passé une journée si harmonieuse, et j’ai tout de suite compris que la bonté de l’Amour remplissait tout l’espace et qu’il ne pouvait rien y avoir d’écrasé dans le royaume de l’Amour. J’ai pu ouvrir la porte pour libérer son doigt, puis j’ai tenu brièvement mon fils avant qu’il ne « rebondisse avec des yeux riants ». Cela m’a semblé être un moment important, et j’ai donc essayé de manière sérieuse de faire asseoir mon fils et de m’écouter expliquer au sujet de la fille de Science et Santé qui s’est blessée au doigt et a rapidement su qu’il n’y avait «pas de sensation dans la matière » et puis son doigt n’était «pas du tout douloureux».

Mon fils était passé si vite de l’incident du doigt dans la porte de la voiture que l’histoire a dû lui sembler hors de propos, et il a demandé : « qu’est-ce qu’un doigt-osaure ? (Nous avions étudié les dinosaures toute cette semaine.) J’ai éclaté de rire et l’humour d’avoir rendu la situation trop sérieuse m’a appris à accepter plus facilement la réceptivité enfantine de « bondir avec des yeux riant s ». J’ai appris une fois de plus que tout ne doit pas être analysé avec sérieux. Les guérisseurs devraient rire souvent avec une espérance de jeunesse. Dieu merci la réceptivité enfantine de mon fils m’a aidé à atteindre les joyeuses « hauteurs mentales » qu’il a si « naturellement atteint ». (cit. S22, 236:28-10, la dernière phrase)

 

SECTION 6 : Heureux les affligés

La sixième section s’ouvre sur la béatitude : « Heureux les affligés, car ils seront consolés !» (cit. 20, Matthieu 5:4)

Pour moi, cette idée derrière « heureux les affligés» est similaire au poème et à l’hymne de Mary Baker Eddy, « Prière du soir de la mère », qui dit :

« Fais que mon cœur soit joyeux et fervent ;

Malgré l’oubli les larmes le dédain ;

Si l’on me haut, rends mon amour plus grand ;

Dieu bon, qui changes toute perte en gain !

(CS Hymnal 208)

L’idée que « la perte est un gain » peut sembler difficile à comprendre. Mais, fondamentalement, lorsque nous perdons une vision limitée de quelque chose ou de quelqu’un, nous obtenons une vision élargie. Et il semble parfois qu’il faille une perte pour nous forcer à accepter une compréhension élargie. De même, nous sommes bénis lorsque nous pleurons parce que nous trouvons le réconfort de Christ et notre perte est un gain lorsque nous découvrons un sentiment plus élevé et plus satisfaisant de joie éternelle.

Cette béatitude est illustrée par l’histoire de la femme païenne implorant de l’aide parce que sa fille était « gravement tourmentée par un diable ». Au début, Christ Jésus a dit qu’il ne l’aiderait pas parce qu’il a dit qu’il avait été envoyé vers « les brebis perdues de la maison d’Israël », et peut-être qu’il a dit cela pour tester sa réceptivité et sa foi. Mais la mère le supplia et lui dit qu’elle, comme un chien, serait prête à accepter toutes les miettes de réconfort « qui tomberaient de la table de leurs maîtres » et tout ce qu’il pourrait lui offrir dans son moment de deuil nécessaire. Christ Jésus a entendu son humble volonté d’accepter la guérison et d’acquérir par sa foi une compréhension plus large et plus étendue. Et bien sûr, la fille a été guérie à ce moment précis. (cit. B21, Matthieu 15:21-28)

Sa perte de volonté humaine qu’elle a acquise pendant le deuil et sa volonté de recevoir le Consolateur l’ont bénie pour toujours. Christ Jésus a entendu sa volonté d’accepter la guérison et d’acquérir une compréhension plus large et plus étendue.

Les paroles de Mary Baker Eddy aident à expliquer comment la volonté de cette femme de recevoir même des miettes de réconfort a transformé sa perte en gain. Elle écrit : « Tout ce qui inspire une pensée de sagesse, de Vérité ou d’Amour – que ce soit le chant, le sermon ou la Science – bénit la famille humaine avec les miettes de consolation qui tombent de la table du Christ, rassasiant ceux qui ont faim et abreuvant d’eau vive ceux qui sont altérés.» (cit. S24, 234:4)

Vous pouvez trouver l’illustration ci-dessus avec des informations sur les tests de Jésus et des mots apparemment grossiers sur le fait qu’il n’est pas juste « de prendre le pain des enfants et de le jeter aux chiens » (non juifs) sur https://www.bbc .co.uk/bitesize/guides/zkrf8xs/revision/9

Notez que dans ce récit de guérison, Christ Jésus n’interagit pas avec la fille de la femme. L’humilité de la femme et sa volonté d’accepter la guérison ont permis à la fille d’être guérie. Mary Baker Eddy explique à propos de la guérison des enfants que : « S’il s’agit d’un jeune enfant ou d’un bébé, il faut s’adresser principalement à la pensée des parents, silencieusement ou à haute voix, sur la base déjà mentionnée de la Science Chrétienne.» (cit. s25, 412:13-31)

Pour moi, il a été crucial de se rappeler de ne pas confondre cette phrase et d’en inverser le sens. La pensée calme et chrétienne d’un parent est réceptive à la guérison. Oui. Mais cela ne signifie pas que les parents sont à blâmer lorsqu’un enfant est malade. Si un parent se sent coupable ou s’il éprouve un sentiment de fausse responsabilité parce qu’un enfant ne se sent pas bien, alors c’est ce qui doit être guéri… la culpabilité. Guérir le faux sentiment de culpabilité et d’anxiété. L’enfant est innocent. Les parents pourraient avoir l’impression de marcher dans un manège sans fin d’auto-accusation s’ils acceptaient que chaque défi auquel un enfant était confronté était de leur faute. Pour se libérer de ce cycle de culpabilité, la prière la plus simple est de remettre l’enfant au Parent divin, avec humilité et douceur. L’enfant est l’enfant de Dieu. Et, le parent est aussi l’enfant de Dieu. J’ai été témoin de nombreuses guérisons avec mes enfants alors que je réalisais que je n’étais pas le parent responsable… Dieu est le Parent de mes enfants et de moi et de tout le monde.

Dans l’histoire de Christ Jésus et de la femme, c’est le Christ qui a guéri. Comme la mère de cette histoire, tous les parents peuvent confier leurs enfants au Christ, le Consolateur, et faire l’expérience de la guérison. Et nous savons que : « Heureux ceux qui sont affligés, car ils seront consolés. »

 

SECTION 7 : Heureux ceux qui procurent la paix

La dernière section s’ouvre sur la béatitude : « Heureux ceux qui procurent la paix, car ils seront appelés fils de Dieu. (cit. .b22, Matthieu 5:9) Cette section met l’accent sur les enfants réunis joyeusement et harmonieusement, gouvernés par Dieu. Il comprend un message du prophète Zacharie qui décrit une vision de la « ville de la Vérité » où les rues de la ville sont remplies de garçons et de filles en train de jouer. (cit. B23, Zacharie 8 : 3-8)

Cela rejoint la promesse pacifique que nous donne Isaïe : « Le loup habitera avec l’agneau, et la panthère se couchera avec le chevreau ; le veau, le lionceau, et le bétail qu’on engraisse, seront ensemble, et un petit enfant les conduira.» (cit. .b26, Ésaïe 11:6 ; cit. S29, 514:19-30)

La vision d’Isaïe fournit une prière merveilleuse qui peut inspirer notre compréhension des écoles et des écoliers du monde entier. Et cette vision prophétique a aidé Mary Baker Eddy à voir que «Toutes les créatures de Dieu, se mouvant dans l’harmonie de la Science, sont inoffensives, utiles, indestructibles.» (cit. S29, 514:19-30)

Tout au long de sa vie, Mary Baker Eddy a eu un amour profond pour les enfants et une réceptivité enfantine de «l’harmonie ultime». Elle déclare : «La bonne volonté de devenir semblable à un petit enfant et d’abandonner l’ancien pour le nouveau dispose la pensée à recevoir l’idée avancée. Le bonheur d’abandonner les fausses limites et la joie de les voir disparaître, voilà la disposition d’esprit qui aide à hâter l’harmonie ultime.» (cits. S22, 236:28 ; S28, 323:32-4)

Que cette Leçon biblique sur l’homme se concentre tellement sur les enfants peut aider chacun de nous à prendre conscience du fait que nous sommes tous les enfants de Dieu, pas les adultes de Dieu. Nous sommes tous pris en charge avec tendresse par le Parent divin. Il peut être tentant d’avoir l’impression d’être surchargé de responsabilités d’adultes lorsque nous devons acheter notre propre papier toilette et chercher les meilleurs tarifs d’assurance. Ces choses banales semblent nous hypnotiser à nous considérer comme des adultes. Mais toutes ces soi-disant responsabilités peuvent être accomplies avec une joie enfantine et des progrès sans effort. Nous sommes des enfants. Notre divin Parent nous guide et nous garde à chaque étape du chemin, créant une atmosphère parfaite de joie et de jeu. Nous pouvons laisser tomber notre vieux sentiment de fardeau. Nous pouvons abandonner les opinions humaines comme l’importance personnelle, le traditionalisme et les excuses. Et nous pouvons « faire des pas faciles et rapides » vers le développement de l’harmonie ultime. Et, souvenez-vous, « … vous êtes tous des enfants du Très-Haut. » (GT, Psaumes 82:6)

American Camp Association

MAIN OFFICE
(November - May)
410 Sovereign Court #8
Ballwin, MO 63011
(636) 394-6162

CAMP OFFICE
(Memorial Day Weekend - October)
19772 Sugar Dr.
Lebanon, MO 65536
(417) 532-6699

Support our mission!

CedarS Camps

Back
to top