Join us for the best summer yet!

Découvrez la réalité spirituelle de la bonté de Dieu à portée de main !
Idées d’application métaphysique pour la leçon biblique trimestrielle de la Science Chrétienne sur

« La réalité »
DU 20 AU 26 MARS 2023

par John & Lindsey Biggs, C.S. de Maryland Heights, MO
541 418 1176 johnbiggscs@gmail.com 541 460 3515 biggs.lindsey@gmail.com


 INTRODUCTION

La leçon de cette semaine comprend de nombreuses idées géniales sur le salut qui découle de la compréhension de Dieu. Christ Jésus est le meilleur exemple de quelqu’un qui a regardé profondément dans la réalité spirituelle au lieu d’accepter le sens superficiel et matériel des choses. Pour cette raison, il a apporté la guérison et la liberté dans la vie des gens au milieu des luttes auxquelles ils ont dû faire face. Amusez-vous à explorer ces belles idées contenues dans la leçon biblique de cette semaine !

 

TEXTE D’OR

« Voici, Dieu est ma délivrance…Vous puiserez de l’eau avec joie aux sources du salut. » (Isaïe 12:2, 3)

Le salut est défini comme :

« SALUT. La Vie, la Vérité et l’Amour compris et démontrés comme étant suprêmes sur toutes choses; le péché, la maladie et la mort détruits. » (Science et Santé, p. 593:20)

 

LECTURE ALTERNÉE

La Lecture Alternée continue avec de belles images dans ces passages d’Ésaïe, qui pourraient être décrits comme les effets du salut. Les effets de la Vie, de la Vérité et de l’Amour révélés suprêmes sur tout.

Le désert fleuri comme une rose ; Eaux jaillissantes dans le désert; Les ruisseaux qui coulent dans le désert.

Ces métaphores décrivent un nouveau sens de la vie. Chagrin et soupirs s’enfuyant. Joie et allégresse de retour. C’étaient des promesses faites aux Israélites de retour chez eux après l’exil babylonien. À quelles régions du monde pourrions-nous appliquer ces vérités aujourd’hui ?

Nous savons, à causé du ministère de Christ Jésus, que la volonté de Dieu est le salut, l’abondance d’eau vive, la joie et la bonté pour Sa création. Ses promesses seront tenues. Prions pour savoir que le Christ peut régner en maître dans les cœurs et les esprits, inaugurant un salut complet – un sens complet de l’harmonie – pour tout le peuple de Dieu aujourd’hui !

 SECTION 1 – LES PENSÉES DE DIEU SONT TRÈS PROFONDES

« Que tes œuvres sont grandes, ô Eternel ! Que tes pensées sont profondes ! » (citation B1, Psaume 92:5)

Les pensées de Dieu sont très profondes. Elles sont substance; elles sont la Vérité. C’est pourquoi elles sont si satisfaisantes – parce qu’elles nous relient à la réalité éternelle – à notre nature spirituelle et éternelle. Elles sont satisfaisantes parce qu’elles nous montrent qui nous sommes vraiment et notre relation avec Dieu, le bien — qui est la Source de notre bonté.

« Nulle sagesse n’est sage hormis Sa sagesse; nulle vérité n’est vraie que la Vérité divine, nul amour n’est aimable que l’Amour divin, nulle vie n’est Vie que la divine; nul bien n’existe, sauf le bien que Dieu accorde.  » (Science et Santé, p. 275)

Cela nous montre que les pensées de Dieu ont l’autorité suprême. Lorsque nous les écoutons, nous faisons l’expérience de notre véritable individualité et nous obtenons le salut.

Les pensées de Dieu sont si profondes que Salomon a reconnu qu’il avait besoin de demander la connaissance et la compréhension de Dieu lorsqu’il était oint roi. Comme nous le savons, cette demande a été accordée, et nous avons de nombreux proverbes merveilleux en conséquence, et même la reine de Saba a parcouru de grandes distances pour entendre la sagesse que Dieu lui a donnée.

Chacun de nous peut posséder le discernement spirituel dont il a besoin pour percevoir la Parole de Dieu. L’Esprit nous le révèle. Chacun de nous peut recevoir ce discernement nécessaire en considérant Dieu comme la Source de toute connaissance et compréhension véritables.

Mary Baker Eddy nous explique comment procéder :

« Il nous faut scruter profondément le réel au lieu de n’accepter que le sens extérieur des choses. » (citation S1, SS p. 129:22–24)

Nous sommes assurés que c’est aussi ce que Jésus a fait. Il n’aurait pas pu nourrir les multitudes s’il s’était fié au sens extérieur des choses. Au lieu de cela, il regarda profondément dans la réalité spirituelle pour discerner la bonté toujours présente de Dieu qui était à portée de main. Rejeter est le contraire d’accepter, nous pourrions donc dire que Jésus a rejeté le sens matériel des choses et a accepté le sens spirituel des choses – la réalité que la création de Dieu est spirituelle et parfaite, et il l’a démontré dans son ministère de guérison.

« Pour saisir la réalité et l’ordre de l’être dans sa Science, il vous faut commencer par considérer Dieu comme le Principe divin de tout ce qui existe réellement. » (cit. S3, 275:10–12)

C’est une autre grande étape. Lorsque nous prions, nous devons commencer par considérer Dieu comme le Principe – la Source et l’Origine de l’existence – de tout ce qui est réellement. Alors, parce que nous raisonnons à partir de cette cause parfaite, nous pouvons raisonner correctement. Nous ne raisonnons pas à partir d’un sens limité des choses, mais nous basons notre conscience sur une prémisse spirituelle et trouvons ainsi la satisfaction de faire ressortir ces résultats corrects dans notre expérience.

Nous pouvons raisonner que tout doit être aussi parfait que le Créateur est parfait. Lorsque nous démontrons que « rien ne possède de réalité ni d’existence hormis l’Entendement divin et Ses idées » parce que « Dieu est Tout-en-tout » , alors nous expérimentons l’harmonie du salut (cit. S4, p. 331).

Envisagez de prier avec et d’explorer profondément chaque mot de cette définition de la réalité :

« La réalité est spirituelle, harmonieuse, immuable, immortelle, divine, éternelle. » (cit. S5, 335 )

 

SECTION 2 – SENS SPIRITUEL CONTRE  SENS MATÉRIEL

« Or nous, nous n’avons pas reçu l’esprit du monde, mais l’Esprit qui vient de Dieu, afin que nous connaissions les choses que Dieu nous a données par sa grâce. » (cit. B8, I Corinthiens 2 :11-14)

L’Esprit révèle toute la bonté que Dieu nous a donnée. Toute la joie, la paix, l’harmonie dont nous avons besoin sont toujours présentes et prêtes à être discernées. C’est le sens spirituel qui nous permet de les percevoir. Le Saint-Esprit révèle nos droits en tant que citoyens du Royaume – à vivre en tant que fils et filles libres de Dieu.

Le spirituel est le réel, l’éternel, l’harmonieux et l’auto-existant. Le spirituel est ce qui nous rend harmonieux et heureux dans notre état actuel d’existence. C’est la substance et l’essence de notre être. Ainsi, en nous identifiant spirituellement, nous pouvons apporter davantage de ces qualités spirituelles dans notre vie quotidienne !

« Le sens spirituel, en contradiction avec les sens matériels, implique l’intuition, l’espérance, la foi, la compréhension, la réalisation, la réalité. » (cit. S9, p. 298)

Le sens spirituel nous permet de corriger les sens matériels. Cela implique cette liste ascendante de beaux attributs énumérés ci-dessus; d’abord une intuition spirituelle qui nous dit qu’il doit y avoir quelque chose de plus grand et de meilleur que la matière ; alors l’intuition nous conduit à l’espérance ; l’espoir grandit en foi et à mesure que nous gagnons des vues spirituelles plus claires; la foi devient compréhension spirituelle comme nous discernons plus de réalité ; enfin, nos prières se manifestent dans la réalisation – guérison, accomplissement – ​​la démonstration de la réalité spirituelle.

« Les capacités humaines s’étendent et se perfectionnent dans la mesure où l’humanité gagne la vraie conception de l’homme et de Dieu. » (cit. S8, 258)

J’aime le passage ci-dessus parce qu’il nous montre ce que la connaissance de Dieu nous donne maintenant.

Cela montre tout ce que nous pouvons accomplir ici même grâce à une compréhension de Dieu. Que nous puissions expérimenter plus de grâce, d’intelligence, d’abondance, etc. à mesure que nous acquérons ce véritable concept de réalité.

Profitez de cet article sur une femme qui n’était pas si sûre de ses capacités dans le domaine des affaires. Lorsqu’on lui a donné une plus grande opportunité, elle a tendu la main à Dieu. Elle a acquis un concept plus vrai de sa relation avec Dieu et, par conséquent, a pu faire briller clairement les talents et la lumière de sa véritable identité. « La confiance acquise grâce à la compréhension de Dieu » https://fr.herald.christianscience.com/shared/view/1njlnu6hzve?s=copylink

Grâce au sens spirituel, nous acquérons le vrai concept de Dieu et de qui nous sommes en tant qu’image et ressemblance de Dieu. Cela nous permet d’atteindre notre plein potentiel et de nous débarrasser des croyances matérielles et limitantes.

 

SECTION 3 – IL Y EN A ASSEZ

« l’Eternel nous a maintenant mis au large, et nous prospérerons dans le pays. » (Genèse 26:22, cit. B10)  Cette foi entièrement centrée sur Dieu et cette description du statut m’inspirent beaucoup ! Toute l’histoire d’Isaac, de sa communauté et des problèmes qu’ils rencontraient constamment est un exemple vraiment fascinant d’insistance à garder Dieu en premier. Au lieu de forcer leur propre chemin, de se disputer avec le roi qui les a chassés et les bergers rivaux qui ont pris leurs puits, Isaac savait qu’il y en avait vraiment assez pour tout le monde. Le thème constant de l’eau qui traverse toute cette leçon biblique, et son symbolisme pour la Parole de Dieu, la provision, la vie, trouve une belle action dans cette section parce qu’Isaac refuse d’essayer de se battre pour le don de l’eau. Il sait qu’il doit y en avoir assez, car Dieu a placé sa communauté, comme Il a placé tous Ses enfants, et ce placement doit inclure provision et capacité.

C’est un sujet important pour nous d’apporter un regard priant sur aujourd’hui ; le Fonds mondial pour la nature (World Wildlife Fund) et d’autres organisations environnementales et humanitaires estiment que d’ici 2025, les deux tiers de la population mondiale pourraient être confrontés à des pénuries d’eau. Mais cette affirmation, ou prophétie, n’est pas légitime du simple fait qu’elle a été dite. Une allégation de pénurie n’est pas différente de toute autre allégation de discorde. Et même si quelqu’un ou quelque chose fasse ou ressente une affirmation, cela ne veut pas signifier que cette affirmation ait aucun droit. Mary Baker Eddy illustre : «Dire qu’il existe une fausse prétention appelée maladie, c’est admettre tout ce que représente la maladie; car la maladie n’est rien d’autre qu’une fausse prétention. Pour être guéri, il faut perdre de vue la fausse prétention. Si la prétention est présente à la pensée, alors la maladie devient aussi tangible que n’importe quelle réalité. Considérer la maladie comme une fausse prétention, c’est apaiser la crainte que l’on en a, mais ceci ne détruit pas le fait supposé de la prétention. Pour être en bonne santé, nous devons être insensibles à chaque prétention de l’erreur. »

(Unité du Bien, p. 54:3)

Qu’il s’agisse d’une prétention de droit à l’eau, d’une perturbation ou d’une maladie, nous ne sommes jamais obligés d’accepter la légitimité d’une prétention simplement parce qu’elle nous est présentée. D’une toute petite manière, même si cela semblait grand à l’époque, j’ai découvert la joie de cette approche centrée sur Dieu. Il y a des années, je venais de rentrer à St Louis et j’avais basé mon budget pour le mois, y compris un acompte et le premier mois de loyer, autour d’un chèque de paie de mon emploi précédent. Cependant, je n’avais pas bien suivi mes dépenses et je ne savais pas que j’avais déjà dépensé cet argent en carburant, en nourriture et en paiement de voiture.

Le moment arrivait pour payer le loyer du mois prochain et j’avais vraiment peur de réaliser que je n’allais pas avoir l’argent. J’ai passé une bonne partie de la journée à être frénétique et à ne rien accomplir de valeureux , et j’ai finalement réalisé que c’était peut-être quelque chose pour laquelle je pouvais prier. Assez rapidement, j’ai eu une idée très simple, juste vérifier mon compte bancaire. Cela m’a ennuyé, car je savais que je n’en aurais pas assez pour le mois prochain, et j’ai refusé de vérifier. Enfin, après avoir ressenti ce message à plusieurs reprises, j’ai ouvert mon compte et j’ai été surpris de voir que même si je n’avais pas ce que quelqu’un considérerait comme beaucoup d’argent, j’avais en fait le montant exact dont j’aurais besoin jusqu’à mon prochain chèque de paie.

J’ai été châtié de réaliser que j’avais passé une si grande partie de la journée dans la peur, mais j’ai aussi vu la vraie et importante leçon : au lieu de suivre les peurs qui me sont présentées, je dois aller directement à la vérité. Dans ce cas, il y en avait tout simplement assez. J’ai été dans d’autres cas où je n’avais pas l’argent nécessaire à la banque, la prière et la volonté de continuer à regarder vers Dieu ont toujours ouvert la voie à une résolution sûre et harmonieuse.

Comme Isaac, nous pouvons refuser de combattre par nous-mêmes toutes les prétentions superficielles de perturbation et pouvons à la place maintenir notre position selon laquelle la volonté de Dieu est faite, est bonne et inclut tous Ses enfants dans une paix parfaite. C’est dans cet état d’esprit que nous réfléchissons et que nous trouvons toutes nos provisions.

 

 SECTION 4 – PERMETTRE ENTENDRE LA PAROLE DE DIEU.

Les masses d’eau ont une qualité intéressante qui permet au son de très bien se propager à la surface. La citation biblique 13, tirée de Luc 5, raconte une histoire à ce sujet à la fois au sens littéral et symbolique. Entouré de nombreuses personnes, Jésus savait que sortir sur un bateau – se séparant du brouhaha et de la pression de l’adulation et de la demande humaines – et permettant à son Evangile d’être porté par l’action naturelle de l’eau [*dans ce qui s’est avéré depuis être un amphithéâtre naturel et acoustique] serait la ligne de conduite la plus sage. [*Voir dans les « GEM » de Cobbey Crisler pour suivre les découvertes de l’ingénieur acoustique.] https://cedarscamps.org/inspiration/article/gems-5/ (en anglais)

Au lieu d’utiliser la volonté et la force personnelle pour essayer de faire entendre son message, il a permis aux lois naturelles de l’acoustique de faire entendre la Parole de Dieu.

À quel point nous inquiétons-nous et nous stressons-nous d’essayer de nous faire entendre ? Nous avons tous une voix, et nos voix devraient s’élever dans la louange et la défense de la justice, du bien, de la santé, de la paix – en l’honneur de Dieu et de ses attributs. Mais ces attributs de Dieu et du ciel ne sont pas quelque chose que nous pouvons personnellement forcer les autres à accepter – et ils ne sont pas avancés par la force de la volonté humaine.

Le fait est, comme Jésus l’a constamment déclaré, que le ciel est ici – présent, en nous, pour toujours. Ainsi, ce n’est pas le pouvoir personnel, le charisme ou les batailles qui amènent le ciel sur terre ; notre seul rôle est de nous éveiller à la présence du ciel et de vivre nos vies comme si le ciel était là. C’est ce que Jésus a encouragé Simon et ses hommes à faire – même s’ils ne pensaient pas qu’il y avait de poisson dans l’eau à ce moment-là, il leur a demandé de jeter à nouveau leurs filets et de faire l’expérience par eux-mêmes de la générosité actuelle de Dieu.

Nous aussi, nous pouvons laisser la présence du ciel être indiquée dans notre comportement et notre traitement des autres. Nous n’essayons pas désespérément de convaincre les gens de la vérité ; nous vivons la vérité et laissons la puissance de Dieu faire avancer son œuvre.

 

SECTION 5 – CADEAUX PARFAITS.

Dans Malachie, nous avons cette belle déclaration de Dieu :

« Apportez à la maison du trésor toutes les dîmes, Afin qu’il y ait de la nourriture dans ma maison; Mettez-moi de la sorte à l’épreuve, Dit l’Éternel des armées. Et vous verrez si je n’ouvre pas pour vous les écluses des cieux, Si je ne répands pas sur vous la bénédiction en abondance. » (Malachie 3:10)

Nous sommes la bénédiction que Dieu déverse. Nous sommes les dons de Dieu. Pas d’une manière égoïste ou auto-importante ! Mais Dieu donne toujours, exprime toujours, et nous, Ses enfants bien-aimés, sommes parmi ces dons et ces expressions. Ce véritable sens de nous-mêmes est ce que nous observons, en suivant le Psaume 37:37 (cit. B15). En tant que don et expression de Dieu, nous ne sommes pas imparfaits – tout ce que Dieu donne reflète avec précision et fidélité sa nature.

L’homme à la piscine de Béthesda (cit. B16, Jean 5) se considérait comme moins que le don parfait de Dieu, et il attendait un don incertain, presque capricieux de… eh bien, quelque part. Il cédait à la pensée populaire de devoir se précipiter pour une bénédiction – peut-être similaire à la « Fear Of Missing Out » ou FOMO d’aujourd’hui – et attristé parce qu’il n’a jamais attrapé la bénédiction à temps.

Mais un vrai don de Dieu serait une bénédiction pour tout le monde, et toujours disponible gratuitement – comme l’eau riche en minéraux qui remplissait naturellement la piscine de Bethesda. Jésus a invité cet homme à se considérer dans une nouvelle perspective – à considérer qu’il pouvait s’élever en son sens de lui-même, à penser et à agir comme l’expression pleine et parfaite de Dieu. Toujours l’enfant bien-aimé de Dieu ! Après quelques hésitations, l’homme était prêt à accepter l’eau de la Vie (une vision spirituelle de lui-même) que Jésus offrait, au lieu de continuer à compter sur un sens changeant et indigne de confiance de provision et de santé. Quel délice pour lui !

La volonté d’agir dans l’obéissance aux messages de guérison du Christ est une attitude que nous pouvons également pratiquer – une attitude de confiance pour peser du bon côté, au lieu de continuer à insister sur le fait qu’il n’y a qu’un chemin limité pour avancer.

L’année dernière, lors du camp familial CedarS Memorial Weekend, il y a eu une sorte de problème avec l’opération du moteur du système de ski à câble populaire sur la propriété CedarS. J’ai été ravi de soutenir dans la prière la résolution de ce défi. C’était très intéressant pour moi que la seule réponse que j’aie reçue, et qui revenait constamment et clairement, était cette simple déclaration : « Il y a un moyen. Honorez le fait que j’ai toujours un moyen. Il y avait beaucoup de petites solutions à portée de main, et il semblait qu’une solution temporaire avait été trouvée, ce qui était bien sûr charmant. Mais c’était tellement amusant d’apprendre que, environ un jour plus tard – avec des invités toujours sur place et désireux d’utiliser le téléski – après avoir donné au moteur « un essai de plus » au démarrage normal, il a tout simplement recommencé à fonctionner parfaitement !

Cette guérison opérationnelle d’un système de téléski n’était pas un « miracle exceptionnel », une croyance « se déplaçant sur l’eau ». Ceci et toutes les guérisons et démonstrations représentent le jaillissement éternel de la Vie divine. Ces preuves précieuses, comme les eaux de la Vie, se déversent toujours de façon appréciable. Les sources d’eau forment des bassins parce que l’eau monte simplement. Les sources de vie forment en effet de profondes piscines, nous montrant toujours la bonne voie à suivre, sans conflits, peur et douleur. La Vie divine aime vivre ! Nous sommes quelques-unes des expressions infinies de la Vie elle-même. Quelle joie de voir et d’être librement les expressions sans stress de qui nous sommes vraiment !

 

SECTION 6 – TROUVER LE ROYAUME À L’INTÉRIEUR

Jésus nous a dit que « le royaume de Dieu est au milieu de nous ». Il dit qu’il  n’est pas là-bas ou ici. Il n’est pas présent dans un endroit matériel et absent à un autre endroit matériel. Il est spirituel. C’est un état de conscience auquel nous avons chacun accès instantanément, où que nous soyons.

« Ce royaume de Dieu « est au-dedans de vous » – il est à la portée de la conscience de l’homme ici-bas, et l’idée spirituelle le révèle. En Science divine, l’homme possède consciemment cette récognition de l’harmonie dans la mesure où il comprend Dieu. » (cit. S30, 576)

C’est un tel cadeau à réaliser n’importe quel jour de notre vie, nous pouvons acquérir cet état de conscience spirituel à tout moment de la journée. Il offre protection, clarté et guérison. Lorsque nous réalisons humblement que nous avons besoin de l’aide de Dieu, nous cédons et nous nous ouvrons au point de vue de Dieu. Peu importe depuis combien de temps nous faisons face à quelque situation. Nous avons encore la possibilité de céder au point de vue de Dieu et de trouver une perspective divinement fraîche et curative. La seule chose vraiment ancrée en nous est la Vie, la Vérité et l’Amour. Donc, cela vaut la peine de s’ouvrir pour voir quelles nouvelles pensées Dieu fournit aujourd’hui.

Profitez vous de  lire (ou d’écouter) l’expérience d’un soldat qui a prié au milieu d’une guerre :

« Pendant les 12 mois suivants, j’avais continué à remplacer cette croyance d’un esprit ennemi par une déclaration ferme que personne n’est jamais séparé de l’amour gracieux de Dieu pour tous… Puis, au milieu de la violence de cette nuit de septembre, face contre terre, j’ai ressenti quelque chose au fond de ma pensée – un calme, malgré l’attaque rugissante… Bien qu’il y ait eu des dommages aux véhicules et équipements militaires, aucune des structures abritant nos troupes n’a été endommagée et il n’y a pas eu de victimes. Ce dont je me souviens le plus de cette nuit, c’est la prière qui m’est venue. C’était une prière sans paroles, une humble soumission à la présence constante de Dieu, qui m’aimait et me protégeait ainsi que tous ceux qui m’entouraient. (Prayer of Surrender, un lien partageable de Christian Science Sentinel) https://sentinel.christianscience.com/shared/view/21t72ymn9aq?s=copylink (pas disponible en français.)

En proportion de notre compréhension de Dieu, nous pouvons expérimenter le Royaume des Cieux ici et maintenant, qui nous bénit non seulement nous, mais aussi tous ceux qui nous entourent. Ainsi, plus nous comprenons Dieu, plus nous sommes capables de démontrer l’harmonie dans notre expérience. C’est peut-être pour cela que Jésus nous dit dans ses paraboles que cette compréhension – ce Royaume – est la « perle au grand prix ».

« Le royaume des cieux est encore semblable à un trésor caché dans un champ. L’homme qui l’a trouvé le cache; et, dans sa joie, il va vendre tout ce qu’il a, et achète ce champ. Le royaume des cieux est encore semblable à un marchand qui cherche de belles perles. Il a trouvé une perle de grand prix; et il est allé vendre tout ce qu’il avait, et l’a achetée. » (Matthieu 13:44, 45 NIV)

La bonne nouvelle est que cette compréhension est gratuite pour tous. Personne n’en est détenteur. Elle est universelle, impartiale et accessible à tous.

« Vous tous qui avez soif, venez aux eaux, même celui qui n’a pas d’argent ! Venez, achetez et mangez, venez, achetez du vin et du lait, sans argent, sans rien payer ! » (cit. B20, Esaïe 55:1)

Alors que nous prions pour nos frères et sœurs du monde entier, nous pouvons affirmer que le Royaume des Cieux est en chacun de nous. Le Christ est capable de parler dans chaque langue afin que chaque idée de Dieu entende la Parole de Dieu parlée  de la bonne manière. Ce Royaume – cet état de conscience divine – est impartial et aime chacun en offrant la clarté, la protection et la guérison nécessaires aujourd’hui.

Profitez de la bénir et guérir le monde cette semaine !

American Camp Association

MAIN OFFICE
(November - May)
410 Sovereign Court #8
Ballwin, MO 63011
(636) 394-6162

CAMP OFFICE
(Memorial Day Weekend - October)
19772 Sugar Dr.
Lebanon, MO 65536
(417) 532-6699

Support our mission!

CedarS Camps

Back
to top