Join us for the best summer yet!

 VOIR À TRAVERS LES TROMPERIES DU MAL
Idées d’application métaphysique pour la leçon biblique trimestrielle de la Science Chrétienne sur :

Nécromancie ancienne et moderne, autrement dit le mesmérisme et hypnotisme dénoncés
23—29 mai 2022

Par Craig L. Ghislin, C.S. Godfrey, Illinois
craig.ghislincs@icloud.com / (630) 830-8683 ; cellulaire/texte (630) 234-3987


[ NB: Il y a des citations par des auteurs dans ce ‹Met› que nous ne sommes pas autorisés à traduire. Alors, étant donné que nos traductions ne sont pas des traductions officielles autorisées par ces auteurs, nous avons mis les citations originales en anglais à la fin, avec des références comme, par exemple JG1 pour John Gill, citation 1. Toutes les citations de Mary Baker sont tirées des traductions autorisées du CSPS, et les citations Bibliques viennent de la Bible Louis Segond].


 INTRODUCTION

Dans le classique de Sun Tzu, The Art of War, il écrit : « .. .on dit que si vous connaissez les autres et que vous vous connaissez vous-même, vous ne serez pas en péril dans cent batailles ; si vous ne connaissez pas les autres mais que vous vous connaissez vous-même, vous en gagnez un et vous en perdez un ; si vous ne connaissez pas les autres et ne vous connaissez pas, vous serez en péril dans chaque bataille. » ST1 (Traduction française pas autorisée) Connaître son ennemi est la clé de la victoire. Jésus a appelé cet ennemi « un menteur » et Mary Baker Eddy, la Découvreuse et Fondatrice de la Science Chrétienne (et l’auteur du livre d’étude de la Science Chrétienne, Science et Santé avec la Clef des Écritures) appelle cet ennemi le « magnétisme animal ». La Science Chrétienne n’évite pas le mal et ne le craint pas. Elle expose le mal en voyant à travers ses tromperies.

Dans le Texte d’or, nous avons la promesse que Dieu détruira « le voile qui voile tous les peuples, la couverture qui couvre toutes les nations » (Ésaïe 25 :7). Quel est le voile étendu sur les nations ? Les commentateurs offrent plusieurs points de vue à ce sujet, mais il me semble que, compte tenu du contexte de notre sujet de leçon, l’interprétation d’Albert Barnes (1798-1870) nous est la plus utile. Il écrit : « Il est probable que… le voile sur les nations ici doit être compris comme l’expression de l’ignorance, de la superstition, du crime et de la misère qui couvraient la terre ». (Traduction française pas autorisée) AB1

Souvent, nous nous inquiétons des intrigues sombres, craignant que quelque chose de méchant travaille dans l’ombre. La lecture alternée nous avertit de ne pas sauter aux conclusions. Dieu mettra en lumière tout ce qui est caché. Fait intéressant, dans le contexte, Paul est celui qui est jugé. Il dit à ceux qui le jugent que leur opinion n’a pas d’importance, car Dieu est le seul vrai juge. Le royaume de Dieu n’est pas une question de mots; c’est une question de pouvoir. Pas une simple force humaine, mais une puissance divine. (I Cor. 4:5, 20).

Le ministère de Paul n’est ni caché ni obscur. Il dit : « Si notre message semble obscur, il ne l’est que pour ceux qui sont déjà perdus dans les ténèbres. Les yeux des incroyants sont aveuglés par les dieux de ce monde qu’ils servent »—Nouvelle version standard révisée—(II Cor. 4:4, traduction française pas autorisée)

Il poursuit en expliquant qu’en tant que chrétiens, nos armes ont le pouvoir spirituel de détruire les mensonges incrustés qui sont le fondement de la pensée matérielle. (II Cor. 10:4). JB Phillips le traduit ainsi : « Notre combat est de briser tout argument trompeur et toute défense imposante que les hommes érigent contre la vraie connaissance de Dieu. Nous luttons pour capturer chaque pensée jusqu’à ce qu’elle reconnaisse l’autorité de Christ » (II Cor. 10:5).

Cette leçon est un séminaire sur la façon de voir à travers les mensonges et la tromperie avec le pouvoir de la perspicacité spirituelle.


SECTION 1 : METTRE L’ARMURE DE LUMIERE.

Dans notre monde moderne rempli de moyens de communication de toutes sortes, il est difficile de distinguer le vrai du faux. Cela a été un défi permanent pour les chrétiens depuis le début. Jean nous avertit de ne pas croire tout esprit, « car plusieurs faux prophètes sont venus dans le monde » (cit. B1—I Jean 4:1). L’équivalent moderne est « Ne croyez pas tout ce que vous voyez ou entendez ». Et Paul avertit les Romains de « dépouiller des œuvres des ténèbres » et de « revêtir les armes de la lumière » (cit. B2—Rom. 13:12).

Arthur Peake (1875-1929) formule ces mots avec une tournure étonnamment moderne : « Les chrétiens doivent être debout et habillés non pas pour la vie nocturne mais pour la bataille… » AP1 C’est une façon intéressante de l’exprimer. Allons-nous entrer dans la nuit pour une fête? Ou sommes-nous prêts à défier ces ennemis dans l’ombre ? Il y a une urgence certaine dans l’appel à l’action de Paul. Des siècles plus tôt, Moïse est crédité d’un appel similaire aux enfants d’Israël avec non moins d’urgence : «J’en prends aujourd’hui à témoin contre vous le ciel et la terre : j’ai mis devant toi la vie et la mort, la bénédiction et la malédiction. Choisis la vie, afin que tu vives, toi et ta postérité… » (cit. B3—Deut. 30:19). L’Ancien et le Nouveau Testament voient la révélation du mal comme une question de vie ou de mort. À quel point prenez vous cet avertissement au sérieux ?

Je parie que la plupart d’entre nous, en particulier ceux qui vivent dans un confort relatif, sont assez détendus quant à l’avertissement de se méfier des mauvaises pensées. Nous ne prêtons généralement pas attention aux choses jusqu’à ce qu’elles nous affectent directement.

Faisant écho aux Écritures, Mary Baker Eddy utilise souvent les ténèbres et la lumière comme analogies pour le mal et le bien. Une partie de la première citation du manuel en est un bon exemple. «La Science divine, la Parole de Dieu, dit aux ténèbres à la surface de l’erreur : « Dieu est Tout-en-tout », et la lumière de l’Amour toujours présent illumine l’univers. » (cit. S1—SH 503 : 12-15, 24, 28).

Il a été dit que chercher l’erreur, c’est comme essayer de trouver une ombre avec une lampe de poche. Où que vous dirigiez la lumière, l’obscurité disparaît. C’est parce que la lumière est une présence, et l’obscurité est une absence. C’est une distinction importante parce que les gens ont tendance à penser que le mal est une présence. Mais ce n’est pas le cas. En réalité, Dieu, le bien, est la seule présence. C’est pourquoi le mal n’a ni réalité ni pouvoir malgré les apparences. Dans la citation S2 (cit. SH 103:18-23 (au 1er.)) l’auteur définit le « magnétisme animal » comme un « terme spécifique », et non comme une entité réelle. C’est seulement une croyance que le mal est aussi réel que le bien. La chose importante à retenir est que « Cette croyance n’a pas une seule qualité de Vérité. » Si le mal n’a pas de Vérité, qu’est-ce que c’est ? Un mensonge! Alors n’y crois pas. Le brouillard peut sembler pouvoir cacher le soleil, mais la lumière du soleil le traverse. Le mal n’a pas non plus le pouvoir de cacher le bien (cit. S3-480:31-2).


SECTION 2 : DORMIR AU VOLANT ?

La citation biblique 4 (Joël 3:14) semble simplement nous dire que si nous prenons une décision, Dieu est disponible pour nous guider. Et il en est ainsi, mais ce petit passage a un contexte plus profond, puisque le prophète parle au milieu d’une invasion de sauterelles. Joël a vu ce fléau comme représentant un bouleversement du cours normal des événements, laissant présager un jour de jugement. Ses paroles sont un autre appel à la vigilance et à la préparation à l’action ! La citation B5, avertit également que la pauvreté viendra si vous passez votre temps à dormir (cit. B5—Prov. 6:10, 11). Un thème récurrent dans cette leçon est la nécessité d’être éveillé et alerte. Ne soyez pas trop à l’aise. L’Ecclésiaste poursuit l’avertissement. Tout comme les oiseaux et les poissons imprudents sont capturés lorsqu’ils ne sont pas conscients du danger, lorsque les hommes sont paresseux, eux aussi sont vulnérables aux attaques. Cependant, même si une ville entière est endormie, une personne éveillée et alerte peut sauver cette ville (cit. B6—Eccl. 9:12 as, 14, 15 (à ;)). Ce n’est pas comme si nous n’avions pas reçu d’avertissement. La citation B7 des Proverbes nous assure que, même si nous dormons, la sagesse crie dans les rues pour nous aider. Quiconque écoute sera en sécurité (cit. B7—Prov. 1:20, 33).

Souvent, lorsque des problèmes surgissent, les gens ont l’impression qu’ils n’ont pas le choix. Mais le fait est que nous avons toujours le choix. Notre livre d’étude dit que ce n’est pas la menace, mais la décision que nous prenons à ce sujet qui détermine le résultat (cit. S4—SH 392:22). Les trois citations suivantes sont des avertissements donnés il y a plus de cent ans qui sont encore plus vrais aujourd’hui. Nous devons prêter attention—à « considérer sérieusement »—ce qui nous influence (cit. S5—SH 82:31-2). Être endormi ne va pas nous donner une image précise des choses. Nous devons ouvrir les yeux et exercer notre sens spirituel (cit. S6—SH 95:28-32).

Certains pourraient penser que les avertissements de Science et Santé sont un peu alarmistes, et nous n’avons pas vraiment besoin d’être aussi vigilants. Eh bien, le livre souligne que c’est l’une des méthodes du mal—pour nous amener à sous-estimer le danger (cit. S7—SH 102:16-29). Maintenant, comprenez que cet élément maléfique appelé «magnétisme animal» n’est, comme nous l’avons appris, qu’un terme; mais si nous le croyons, c’est là que réside le danger. Si vous croyez un mensonge, tout ce que vous faites à partir de ce moment-là est erroné. Lisez attentivement ces citations et prenez garde. Ne soyez pas dupe. N’ayez pas peur. Rester éveillé.

La Science Chrétienne met en lumière le mal et révèle ses mensonges (cit. S8—SH 104:13). Nous devons nous rappeler que le mal n’est qu’une tromperie et une irréalité (cit. S9—SH 207:9-10). Cette section se termine par un rappel solide que nous n’avons jamais besoin de céder aux mauvaises suggestions. Nous avons le droit inaliénable de faire nos propres choix et de suivre les conseils de Dieu (cit. S10—SH 106 :7). « Inaliénable » signifie quelque chose qui ne peut pas nous être enlevé de manière juste ou légale – c’est non négociable. Alors exercez ces droits et choisissez Dieu.


SECTION 3 : AGIR AVEC DISCRÉTION

Dans les deux prochaines sections, nous avons une étude de cas illustrant l’avantage d’être attentif aux méthodes du mal.

Cela commence par l’avertissement de Christ Jésus: « Prenez garde, veillez et priez » (cit. B8—Marc 13:33).

Ensuite, nous considérons Néhémie. Il sert le roi et a appris que les murs et les portes de sa ville natale sont en ruines. Remarquant la tristesse inhabituelle de Néhémie, le roi s’enquiert à ce sujet. Néhémie ne brûle pas les étapes et ne parle pas des portes et des murs. Au lieu de cela, il attire l’attention sur le délabrement de ses tombes familiales. C’est une approche très sage car selon le récit scripturaire, le roi a interrompu les tentatives précédentes de reconstruire les murs et les portes. Néhémie dit exactement ce qu’il faut, et il obtient la permission par décret royal de se rendre à Jérusalem et de commencer les travaux.

Puis Néhémie fait une autre sage décision en ne révélant pas réellement les détails de sa commission. Il attend juste le bon moment pour divulguer son plan, et uniquement à ses compatriotes. Ils commencent donc le travail. Lorsque les responsables locaux en entendent parler, ils l’écartent d’abord et ridiculisent le plan. Ils la caractérisent comme un affront au roi, mais Néhémie tient bon et place sa confiance en son Dieu. Il réclame hardiment son autorité à Dieu et rejette la prétention de ses détracteurs à avoir du pouvoir. (cit. B10—Néh. 2:1-5 Or, 8, Et les, 11, 16, 18-20).

Une fois que les murs sont érigés et qu’ils commencent à travailler sur les portes, les Écritures disent que ses trois principaux détracteurs deviennent « très irrités ». Strong’s Exhaustive Concordance to the Bible donne un aperçu supplémentaire de la signification du mot «irrités», révélant à quel point la situation est devenue tendue. Cela signifie : « Se réchauffer ; s’enflammer de colère, de zèle, de jalousie ; – être en colère, brûler, être mécontent, s’irriter, s’affliger, s’échauffer… » Nous pouvons voir qu’il ne s’agit pas d’un désaccord fortuit. Les esprits s’enflamment. Les détracteurs décident d’attaquer et de combattre Néhémie, mais lui et ses compagnons prient, veillant jour et nuit. Lorsque les trois apprennent que leurs plans sont découverts, ils se retirent et le travail se poursuit.

L’accent mis sur la vigilance peut sembler une grande tâche pour nous. Mais Science et Santé inclut :« La prière, la vigilance et le travail, unis à l’immolation de soi, sont les moyens accordés par la grâce de Dieu pour l’accomplissement de tout ce qui a été fait avec succès pour la christianisation et la santé du genre humain. » (cit. S11—SH 1 : 6). Plutôt que des tâches pénibles, ces outils sont des dons de Dieu qui nous permettent de voir à travers les intrigues de l’entendement charnel. Contrairement à de nombreux penseurs spirituels, Mary Baker Eddy n’avait pas peur d’exposer l’erreur (cit. S12—SH 570:30). Pourquoi nous plaignons-nous du travail que nous devons faire ? C’est un cadeau que nous soyons capables de le faire. Ces vérités nous soutiennent et détruisent les mensonges criardes de l’entendement mortel (cit. S13—SH 103:25-7).

Également inclus dans la citation S13 est le rappel que « en réalité, il n’y a pas d’entendement  mortel ». Tout aussi important est le fait qu’il n’y a « pas de transmission  de la pensée mortelle ni de la force de volonté ». C’est parce qu’il n’y a qu’un seul Entendement : Dieu. Les pensées et les objectifs mauvais n’ont pas d’origine. Ce sont des mensonges d’un menteur. Les seules pensées vraies sont les pensées qui nous viennent directement de Dieu.

Lorsque notre livre d’étude nous dit « Gardez la porte de la pensée. » (cit. S14—SH 392:24 Gardez (uniquement)), cela signifie que nous nous laissons abuser par les plans de l’ennemi si nous dormons. Nous devons remarquer où se trouve notre attention. Si nous ne le remarquons pas, nous ne nous connaissons pas et l’ennemi trouvera un moyen d’infiltrer notre pensée. Une fois que nous sommes conscients de l’intention de l’ennemi, nous pouvons l’arrêter immédiatement. Nous l’exposons et le dénonçons, mais nous n’y croyons jamais. (cit. S15—SH 447:20-22). Pour ne pas nous laisser abuser par les mensonges et pour voir ce qui se passe réellement, nous devons abandonner toute croyance en ce que disent les sens matériels (cit. S16—SH 428 : 8).


SECTION 4 : « VOUS NE POUVEZ PAS TOUCHER À CELA ! »

La citation d’ouverture dans cette section est la ligne du bas : «Dieu amènera toute oeuvre en jugement, au sujet de tout ce qui est caché, soit bien, soit mal. » (B12 – Eccl. 12:14). Quoi qu’il arrive, cela ne peut pas contourner Dieu. Il sera exposé. Car Dieu amènera toute oeuvre en jugement, au sujet de tout ce qui est caché, soit bien, soit mal.

Maintenant, nous avons la deuxième partie de l’histoire de Néhémie. Les trois antagonistes – Sanballat, Tobiah et Geshem reçoivent des nouvelles que le seul travail qui reste sur le mur est de terminer les portes. Ils décident d’essayer une autre tactique – attirer Néhémie loin du travail et le blesser quand ils l’ont seul. Néhémie est attentif à leur stratagème et envoie un message disant qu’il est trop occupé à travailler pour les rencontrer. Une fois le mur terminé, les ennemis, comme le dit la Bible « éprouvèrent une grande humiliation ».

Science et Santé confirme que le mal ne peut aller que dans la mesure où nous le permettons (cit. S17—SH 234 :31-3), que nous pouvons le chasser ou le rejeter avant qu’il n’entre. Encore une fois, il faut nous radiner et faire attention à ce que l’erreur semble être. L’auteur de Science et Santé a demandé à ses élèves d’acheter la dernière édition de ce livre d’étude lorsqu’elle a ajouté cette phrase importante : « Scientistes Chrétiens, soyez une loi à vous-mêmes pour que la mauvaise pratique mentale ne puisse vous faire de mal, que vous dormiez ou que vous soyez éveillés. » (cit. S18 —SH 442:30). Oui, même lorsque nous sommes éveillés, le tentateur s’immisce dans notre pensée. D’où l’avertissement de vaincre le mal par le bien « en tout temps et en toutes circonstances » (cit. S19—SH 571:15). De plus, la clé de la victoire est « Connais-toi toi-même ». Comme le dit Sun Tzu, si nous ne nous connaissons pas, nous serons constamment en péril car nous ne pourrons pas distinguer une pensée intrusive de la nôtre.


 SECTION 5 : FAITES ATTENTION À VOS PENSÉES

La clé de la victoire est de veiller votre pensée. Si votre attention est sur de bonnes choses, vous apporterez ces choses dans votre expérience. Si votre attention vagabonde sans but, vous serez moins susceptible de faire la distinction entre les pensées utiles et les pensées dangereuses. Aussi simple que cela puisse paraître, il n’est pas toujours facile d’empêcher les intrus d’entrer.

Le psalmiste en est bien conscient et il prie pour un cœur pur (cit. B14 – Ps. 51, 10). Il convient de noter que le mot hébreu pour « créer » est le même que celui utilisé dans Genèse 1 – commencer à partir de rien. Cela signifie que le psalmiste prie pour recommencer à zéro. Bien sûr, le psalmiste savait que garder ses pensées propres était quelque chose qu’il ne pouvait pas accomplir par lui-même, alors il demande de l’aide à Dieu dans Ps. 141:3 (cit. B15). Il demande aussi à Dieu de veiller sur sa parole. Jésus avertit que le mal vient du cœur, ce qui implique que nous devons nous garder de laisser le mal prendre place en nous (cit. B16—Matt. 15:19, 20 (à :)).

De peur que nous ne doutions que Dieu nous aide, Malachie nous assure que Dieu « menacera  celui qui dévore » et nous protégera. Fait intéressant, la nouvelle version standard révisée traduit « dévoreur » par « criquet ». Vous souvenez-vous du passage de Joël dans la section 2 qui mentionnait la peste des sauterelles comme une catastrophe naturelle ? Ils ne plaisantaient pas. Nous pourrions penser que les sauterelles / criquets ressemblaient à notre apparition périodique de cigales en Amérique du Nord, mais la peste des sauterelles ressemblait davantage à celle des États-Unis dans les années 1870. C’était si mauvais que le ciel était noir avec eux, et ils ont mangé les vêtements directement sur les corps car les vêtements étaient généralement en coton. C’était une situation invivable. Beaucoup de gens, y compris les arrière-arrière-grands-parents de ma femme, ont quitté le Kansas parce que tout ce qu’ils avaient – leurs récoltes, leurs vêtements et leurs meubles – a été mangé par ces insectes voraces. Alors quand Malachie dit que Dieu nous sauvera du dévoreur, c’est toute une promesse !

Nous savons que nous devons garder nos pensées claires pour reconnaître le bien, et dans Galates nous avons la promesse que garder nos pensées sur les fruits de l’Esprit nous protège des pensées intrusives qui mènent au trouble (cit. B18—Gal. 5 :22 le, 23). Il suit la règle de base selon laquelle la lumière et les ténèbres, le bien et le mal, ne peuvent pas occuper le même espace.

Il y a un aphorisme : chaque « oui » est un « non » à autre chose, et vice versa. Plus nous sommes proches du bien, plus nous sommes éloignés de l’erreur (cit. S20—SH 213:11). Notre livre d’étude nous dit que si nous comprenions que notre condition naturelle est bénie et sainte, nous prendrions plus intentionnellement le travail pour vivre de cette façon. Mais plus nous sommes profondément dans la pensée erronée, plus grande sera la résistance (cit. S21—SH 329:26 Si). Dans la citation S22 (cit. SH 484:21-24 Animal), nous voyons un exemple du fonctionnement de l’entendement charnel. Premièrement, il prétend que l’erreur n’est pas seulement volontaire, mais parfois involontaire. Et puis il mentionne un « un bien négatif et un mal positif » (cit. S23—SH 491 :7-11). Si cela peut sembler paradoxal, cela signifie faire la bonne chose pour la mauvaise raison, et faire la mauvaise chose avec une bonne intention. En réalité, il n’y a pas d’inconvénient au bien. Si nous regardons et écoutons, nous ne serons pas involontairement dupés dans la mauvaise action. Nous ferons ce qu’il faut pour les bonnes raisons au bon moment.


 SECTION 6 : RENDEZ SILENCIEUX  LE MENTEUR AVEC UN POUVOIR SPIRITUEL, PAS AVEC LA VOLONTÉ HUMAINE

Bien qu’il puisse sembler évident qu’il soit préférable pour nous de remplir nos vies et nos pensées d’idées édifiantes, saines et curatives, il reste toujours la tentation constante d’être fasciné par le côté le plus sombre de la condition humaine. Les jeux vidéo violents, les films, les livres et les histoires de puissances maléfiques ont tendance à rendre une chose maléfique glamour et séduisante. Nous avons donc besoin de rappels pour faire attention à ce que nous autorisons dans nos vies, nos corps et nos pensées. Paul fait exactement cela dans sa lettre aux Romains, qui, soit disant en passant, n’étaient pas connus pour leur vie propre. Paul avait été le berger de la communauté chrétienne de Rome comme des parents impatients qui regardent leurs enfants grandir. Il ne veut rien d’autre que le meilleur pour eux, espérant qu’ils seront experts en bien et inexpérimentés en mal. Paul encourage ses lecteurs avec la promesse qu’ils verront bientôt une démonstration de la façon dont Dieu réduira l’ennemi à néant. (cit. B19—Rom. 16:19 Je voudrais, 20 (jusqu’à la 2ème période).

La leçon comprend un récit de Jésus faisant exactement cela. (cit. B20–Luc 4:14, 33-36). Jésus rencontre une personne qui a « un démon impur ». Son comportement violent revendique la supériorité sur Jésus, mais Jésus ne se laisse pas entraîner dans un conflit. Il réprimande facilement l’esprit diabolique, et bien qu’il laisse sa victime d’une manière violente, l’homme possédé n’est pas blessé. À cette époque, on pensait qu’un comportement irrationnel inexpliqué signalait la possession par un démon. Dans les temps modernes, nous pourrions appeler cela la folie ou une maladie mentale grave. Comme la peste acridienne, l’image d’une telle maladie peut sembler très réelle et puissante. Honnêtement, c’est rarement facile à affronter, mais on peut voir à travers.

Jésus savait que toute apparence de mal est une fausse croyance (cit. S25—SH 79:17 (uniquement)). Remarquez que Jésus n’a pas chassé les maux en exerçant son pouvoir personnel sur eux. Ce n’est pas une bataille de volontés. Non, Jésus a permis au Christ de parler. Les méthodes humaines ne font que brouiller les pistes. (cit. S26—SH 332:9-11 Christ).

Notre livre d’étude prend soin de souligner que le pouvoir de guérison de la Science Chrétienne n’est pas qu’un esprit humain en domine un autre. En fait, cette méthode serait le magnétisme animal. Mais ce n’est pas ça. La guérison est « l’opération du Principe divin » éclairant la situation à la lumière de la Vérité et chassant les ténèbres comme une ombre disparaîtrait si nous utilisions une lampe de poche pour la trouver (cit. S27—SH xi:1-4, 9-14 ). La pratique de la Science Chrétienne n’a rien à voir avec la volonté humaine ou le magnétisme animal. Elle n’emploie pas une mauvaise méthode pour une bonne raison. C’est la totalité de Dieu révélant le néant du mal (cit. S28—SH 442:16-18). La guérison consiste à élever notre pensée au-dessus du problème. Dans The Art of War, Sun Tsu dit : « Dans les opérations militaires, ce qui compte, c’est de déjouer la stratégie de l’adversaire, pas la bataille rangée. » ST2 La même règle s’applique ici. Nous ne combattons pas un véritable adversaire avec notre sagesse ou notre intelligence. Par notre réalisation de l’omnipotence de l’Entendement divin, nous déjouons les plans de l’adversaire en réalisant qu’il n’y a, en réalité, aucun adversaire à combattre (cit. S29—SH 400:18-22, 26-28).


SECTION 7 : LA VICTOIRE EST ASSURÉE

Cette Leçon se termine par la promesse que l’accusateur diabolique qui prétend nous séduire est renversé par le Christ guérisseur (cit. B21 – Apoc. 12:10 Maintenant). Peu importe combien de douleur et de lutte nous éprouvons, Dieu « essuiera toute larme de [nos] yeux » (cit. B22—Apoc. 21:4 (à :)). Lorsque nous sommes en difficulté, il peut sembler que le défi est trop redoutable pour que nous le surmontions. Mais même si nous ne pouvons pas le faire nous-mêmes, nous pouvons nous consoler en sachant que tout est possible à Dieu.

Tout au long des Écritures, la puissance de Dieu sur le mal est comparée à la puissance de la lumière sur les ténèbres (cit. B23 – I Jean 1 : 5). De même qu’il n’y a pas de ténèbres dans la lumière, il n’y a pas de mal en Dieu. Comme la lumière est une présence et les ténèbres une apparente absence de lumière, ainsi Dieu est la seule présence et puissance, devant laquelle les ténèbres fuient.

Notez que le ton de Science et Santé n’est pas pensif ou simplement plein d’espoir. Il fait autorité et inclut une attente totale de victoire. Encore une fois, Sun Tsu dans The Art of War fait une observation poignante : « Le général victorieux gagne d’abord, puis cherche la bataille. Le général vaincu va au combat et cherche ensuite à gagner. » Mary Baker Eddy opère en tant que générale victorieuse, sûre que la Vérité détruit ce que nous semblons avoir appris de l’erreur et met en lumière notre véritable existence en tant qu’enfant de Dieu (cit. S30—SH 288:31-1). En plus de son attente inébranlable, elle répond aux défis de ses auditeurs avec une attention tendre, nous offrant une douce assurance alors qu’elle nous pousse à voir ce que nous pensions impossible est en effet possible à Dieu (cit. S31—SH 573:29). Il ne nous reste plus qu’à le revendiquer ! (cit. S32—SH 227:24-26).

 

*****

ST1

“…it is said that if you know others and know yourself, you will not be imperiled in a hundred battles; if you do not know others but know yourself, you win one and lose one; if you do not know others and do not know yourself, you will be imperiled in every single battle.”

AB1

“It is probable that … the veil over the nations here is to be understood as expressive of the ignorance, superstition, crime, and wretchedness that covered the earth”.

AP1

“Christians must be up and dressed not for night-life but for battle…”

ST2

“In military operations, what is valued is foiling the opponent’s strategy, not pitched battle.”

ST3

“The victorious general wins first, then seeks battle. The defeated general goes to battle and then seeks to win.”

American Camp Association

MAIN OFFICE
(November - May)
410 Sovereign Court #8
Ballwin, MO 63011
(636) 394-6162

CAMP OFFICE
(Memorial Day Weekend - October)
19772 Sugar Dr.
Lebanon, MO 65536
(417) 532-6699

Support our mission!

CedarS Camps

Back
to top