Join us for the best summer yet!

 Répondez à la lumière du Christ comme Saul l’a fait pour découvrir l’immortalité de la création de Dieu !
Idées d’application métaphysique pour la leçon biblique trimestrielle de la Science Chrétienne sur :

« Les mortels et les immortels »
du 9 au 15 mai 2022

par Kathy Fitzer, Lac Saint-Louis, MO
kathyfitzer@gmail.com


 

 INTRODUCTION : Tout au long de cette leçon, nous avons l’occasion d’apprendre de la transformation de Saul en Paul et de son expérience continue alors qu’il prêche le Christ aux Juifs et aux Gentils. Il leur enseigne (et nous enseigne) comment quitter l’ancienne vision mortelle pour la nouvelle vision de l’immortalité. Le chemin n’a pas toujours été facile. Mais des vies ont été changées, la Parole de Dieu s’est propagée, le christianisme a été établi et la vraie nature de l’homme a été révélée par la guérison. Je vous invite à réfléchir à ce que signifie accepter la lumière du Christ dans notre conscience et à la laisser briller à travers nous pour aider les autres à connaître Dieu. Au fur et à mesure que la Vérité est révélée, la vision mortelle limitée et contrefaite est repoussée, et la vraie nature immortelle de l’homme est révélée.

LE TEXTE D’OR a été traduit : « nous sommes les ambassadeurs du Christ ; Dieu lance son appel à travers nous. Nous parlons pour Christ lorsque nous implorons : « Revenez à Dieu ! » »  (II Corinthiens 5 : 20, NLT, traduction française pas autorisée). En lisant cette leçon, je me suis demandé ce que je pouvais faire de plus pour avoir une influence similaire sur le monde que les disciples de Jésus et Paul avaient, il y a si longtemps. La version Louis segond KJV dit : « nous vous en supplions au nom de Christ: Soyez réconciliés avec Dieu! » Je vous invite à vous joindre à moi pour réfléchir plus profondément à ce que signifie être « réconcilié » avec Dieu — et aider les autres à se réconcilier avec Dieu. Une source décrit la réconciliation simplement comme « le rétablissement d’une bonne relation avec Dieu ». J’ai trouvé cet article du Christian Science Sentinel utile : https://sentinel.christianscience.com/issues/1964/7/66-28/reconciliation. Vous pouvez aussi l’apprécier. (Pas disponible en français)

 LECTURE ALTERNÉE : Une fois que Saul s’est converti, il a pris très au sérieux la responsabilité de partager la bonne nouvelle du message de Jésus. Il était important pour lui que les gens réalisent qu’il ne se contentait pas de prêcher des mots vides de sens. Il communiquait l’esprit de la Parole. Comme il l’a dit, « la lettre tue, mais l’esprit vivifie »… « là où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté ». Bien que beaucoup à Corinthe aient accepté les enseignements de Christ Jésus et aient laissé leur vie servir d’exemples de cet enseignement, ils avaient, ironiquement, aussi une deuxième réflexion sur la légitimité de Paul. Paul a essayé de leur montrer qu’ils étaient en fait la preuve de la vérité de ce qu’il prêchait. Comme la Bonne Parole traduit le verset 3, « Il est clair que vous êtes la lettre du Christ, écrite à la suite de notre ministère. Vous êtes une lettre écrite, non avec de l’encre, mais avec l’Esprit du Dieu vivant, une lettre écrite, non sur des tables de pierre, mais sur des tables de cœurs humains » (II Corinthiens 3 :3, traduction française pas autorisée).

Il me vient à l’esprit que certains d’entre nous (ou ceux que nous connaissons et aimons) ont parfois douté de l’efficacité de la Science Chrétienne, alors même que notre (ou leur) vie a été façonnée par son enseignement. Peut-être qu’après l’école du dimanche ou pendant une période sombre, nous (ou d’autres) nous sommes éloignés. Mais, le Christ est toujours actif et toujours présent. Dans un certain sens, toute personne exposée et influencée par cette vérité est une épître du Christ – la vérité de l’être ayant été écrite dans le cœur, ne quittant jamais vraiment la conscience.

Alors que nous pensons à partager les enseignements du Christ (partager la Science Chrétienne), nous devons nous rappeler que nos actions sont entendues beaucoup plus fort que nos paroles. Et, nous devons comprendre que toutes les capacités que nous avons viennent de Dieu. Ce n’est pas de notre propre fabrication. Comme Paul l’a écrit : « Il nous a aussi rendus capables d’être ministres d’une nouvelle alliance, non de la lettre, mais de l’esprit… » (II Corinthiens 3 : 6). C’est vrai dans tous les domaines de la vie. Le comment de ce que nous faisons est beaucoup plus important que le quoi. Et commencer par Dieu — par l’Esprit — est essentiel ! Faisons attention à écouter et soyons prêts à sortir des sentiers battus sur un modèle mortel. Cela ne signifie pas que nous rejetons toute tradition. Mais nous ne faisons rien simplement parce que c’est la tradition ! Nous faisons confiance à Dieu (Esprit) pour diriger et révéler la nature immortelle (illimitée) de toutes choses. Le Christ a levé le voile de la mortalité afin que la gloire (l’éclat) de Dieu, qui a été vue en Jésus-Christ, puisse être vue en nous — et en tous ceux qui le suivent.


SECTION 1 : LA LUMIÈRE DU CHRIST DÉPLACE LES TÉNÈBRES ET RÉVÈLE L’IMMORTALITÉ DE L’HOMME

Ésaïe dit à Israël (et à nous) qu’il n’y a rien à craindre, parce que Dieu a racheté Son peuple – les a libérés de la servitude et les a délivrés du mal ou des ennuis. Quelle source de réconfort que de réaliser que Dieu connaît chacun de Ses enfants — appelle chacun par son nom, les revendiquant comme les Siens (citation B2, Ésaïe 43 : 1) ! Bien que les choses semblaient sombres à l’époque où Ésaïe écrivait, il y avait là une promesse que le Christ viendrait – et, en fait, est toujours présent (cit. B3, Ésaïe 42 : 1, 5-7).

Cette prophétie s’est accomplie par la venue de Jésus-Christ. Il éclaira la pensée et introduisit une nouvelle alliance où la loi de Dieu était écrite sur les cœurs individuels. Il ouvrit les yeux des aveugles et libéra les gens des croyances mortelles emprisonnantes. Avant d’être crucifié, Jésus a prié pour que la lumière de Dieu brille si fortement à travers lui que sa vie « glorifierait » Dieu – la lumière qu’il a exprimée tournerait les gens vers Dieu afin qu’ils Le connaissent. Aujourd’hui – comme au temps de Jésus – les gens recherchent toujours des moyens de vivre une vie plus longue et plus épanouissante. Jésus a expliqué que le chemin pour expérimenter la vie éternelle est de connaître Dieu et Son Christ (cit. B4, Jean 17 : 1,3).

Paul développe cette idée, expliquant que le Royaume de Dieu n’est pas hérité par la chair et le sang – par des moyens mortels. Au contraire, la pensée doit être revêtue de pensées incorruptibles et immortelles – suivant l’exemple de Jésus. La victoire est assurée si nous sommes déterminés à suivre l’exemple de Jésus (cit. B5, I Corinthiens 15 : 50, 53, 57, 58).

Je pense qu’il est utile de penser à habiller la pensée, car c’est une action positive. Nous n’avons pas à changer – ou à réparer – quelque chose. Nous ne faisons qu’habiller un sens nu des choses avec ce qui est vrai. Mary Baker Eddy dit : « les mortels sont les contrefaçons des immortels » (cit. S5, 476 : 1, 4). Une contrefaçon est une fausse représentation de la vraie chose. Elle peut sembler identique à l’original, mais manque de légitimité ! Une contrefaçon n’est pas un vrai raté… ça n’a jamais été vrai ! De même, « les mortels ne sont pas des enfants déchus de Dieu » (cit. S5, 476 : 13-15). Donc, nous ne travaillons pas pour réparer un mortel de même que nous n’essayons pas de réparer un billet contrefait. Nous nous débarrassons du faux – rejetons le concept mortel erroné – afin que la chose réelle (l’idéal du Christ) puisse être vue (cit. S6, 430 : 3-5)


 SECTION 2 : DEVENEZ NOUVEAU EN RÉPONDANT À LA LUMIÈRE DU CHRIST

J’ai l’impression que Saul n’était pas une mauvaise personne – juste mal orienté ! Il pensait qu’il faisait ce qu’il fallait en persécutant les chrétiens. Mais, une fois qu’il a vu la lumière – au sens propre comme au sens figuré – il est devenu le plus ardent défenseur du christianisme. Quelle que soit l’équipe qu’il défendait, il était à fond ! La lumière du Christ qui brillait dans la conscience de Paul était si brillante qu’elle l’a littéralement aveuglé. Métaphoriquement, il est devenu aveugle à ses anciennes croyances et était prêt à les échanger contre une nouvelle compréhension. Son baptême a lavé les vieilles perceptions erronées et a purifié sa pensée (cit. B7, Actes 9 : 1-5, 8, 10-12, 17, 18). Quelle humilité il a manifestée pour faire cette volte-face  alors qu’« il vit pour la première fois la véritable idée de l’Amour… » (cit. S8, 326 : 23). Plus tard, il a prêché cet Amour !

Parfois, il faut se faire frapper sur la tête, pour ainsi dire, pour nous réveiller ! D’autres fois, c’est juste un réveil progressif et doux. Quoi qu’il en soit, tout ce qui compte vraiment, c’est que nous nous réveillions… que nous abandonnions la vision mortelle et contrefaite des choses et que nous voyions la pure réalité (cit. S10, 409 : 20). Je trouve utile de penser à Saul/Paul lorsque je suis tenté de me sentir coupable de la façon dont j’ai agi ou répondu à des personnes ou à des situations dans le passé. La lumière du Christ brille continuellement et illumine la pensée. Il est donc naturel que nous grandissions et que notre compréhension s’élargisse. Si, après la conversion, Saül avait perdu du temps à ruminer le passé, il n’aurait pas pu réaliser tout le bien qu’il a fait. La question à se poser est : « Réagissons-nous à la lumière ? La pensée abandonne-t-elle le modèle mortel, rejette-t-elle les réactions mortelles et embrasse-t-elle l’immortel ? » Alors nous pouvons avoir confiance que nous – et ceux que nous avons pu blesser auparavant – sommes « caché avec Christ en Dieu » – avec la Vérité dans l’Amour divin, où le sens humain n’a pas vu l’homme. » (cit. S11, 325 : 10) . Et, tout va bien ! J’ai récemment vu sur une pancarte… « ne gâchez pas le bien d’aujourd’hui en pensant à la douleur d’hier ». Logique!


 SECTION 3 : AYEZ  LE COURAGE D’AFFRONTER LES ÉPREUVES. LA VICTOIRE SUIVRA !

Je suppose qu’il est compréhensible que Saul ait eu du mal à être pris au sérieux à Damas immédiatement après sa conversion. Bien qu’il ait rassemblé des références de la Bible hébraïque (ou de l’Ancien Testament) d’une manière si forte et logique que les Juifs ne pouvaient vraiment pas discuter, cela ne signifiait pas non plus qu’ils y aient adhéré. Ils ont menacé de le tuer, attendant aux portes pour le capturer. Il y avait des Juifs, cependant, qui ont accepté l’argument de Paul et sont devenus ses disciples. Ils l’ont sauvé en le faisant descendre dans un panier à travers une ouverture dans le mur de la ville. Les Juifs n’étaient pas les seuls à être confus. Bien que Paul ait hâte de s’unir aux disciples de Jésus à Jérusalem, ils avaient peur de croire qu’il avait vraiment changé ! Cependant, lorsque Barnabas (un disciple de Paul – et plus tard son compagnon de voyage) s’est porté garant de lui, il a été accepté. Une fois la peur dissipée, les églises ont prospéré (cit. B9, Actes 9 : 19-27). Victoire pour tous !

Tout comme Saul/Paul n’a pas été découragé par la colère et la peur auxquelles il a fait face alors qu’il plaidait pour le Christ, la Vérité, le courage est également exigé de nous. Comme le dit Mary Baker Eddy, « La détermination de tenir l’Esprit dans l’étreinte de la matière persécute la Vérité et l’Amour.

[…] Rappelle-toi, ô martyr chrétien, qu’il te suffit d’être jugé digne de délier la courroie des sandales de ton Maître ! C’est se méprendre sur la nature même de la religion que de supposer que la persécution pour la justice appartient au passé, et qu’aujourd’hui le christianisme est en paix avec le monde parce qu’il est honoré des sectes et des sociétés. L’erreur se répète. Les épreuves subies par les prophètes, les disciples et les apôtres, « eux dont le monde n’était pas digne », attendent, sous une forme quelconque, tout pionnier de la vérité.» (Cit. S14, 28 : 6, 22). Elle poursuit en disant : « Si vous lancez votre barque sur les eaux toujours agitées mais salutaires de la vérité, vous affronterez des tempêtes. On dira du mal du bien que vous faites ». Mais elle nous encourage à ne pas nous laisser décourager. Nous « gagnerons et porterons la couronne » (cit. S15, 254 : 27). Nous pouvons être très encouragés par l’exemple que Paul et les autres disciples nous ont donné. Aujourd’hui, notre monde semble totalement immergé dans la matière – citant d’innombrables causes matérielles, mesures matérielles et solutions matérielles qui tenteraient de gouverner nos vies. Il existe constamment de nouvelles façons de suivre nos schémas mortels avec des montres intelligentes et des téléphones intelligents, ainsi que des bagues et des bracelets intelligents. Nous devons faire attention à ne pas être absorbés par cela. Prenez position pour rejeter le modèle mortel et démontrez que l’homme est vraiment immortel – entier, complet et réceptif à Dieu seul. Les gens feront probablement pression sur nous pour que nous nous conformions aux types de pensée les plus populaires. Mais, si nous raisonnons correctement, nous nous sortirons des fausses croyances de l’homme de la poussière d’Adam. Et au fur et à mesure nous partageons ce que nous savons à travers des mots et des actions, le cœur réceptif entendra, et la voie lui sera également ouverte. Ainsi, la victoire de la couronne de domination de l’homme sera gagnée et usée. (« … gagnez et portez la couronne. » SH, 254:31)


 SECTION 4 : LE CHRISTIANISME EST ETABLI SUR LE ROCHER DU CHRIST

Juste comme un peu de contexte pour aider à mettre la citation B11, Actes 11:1, 21-26 en perspective… Antioche était située dans la zone centre-sud de la Turquie moderne. Il « abritait de nombreux Juifs de la diaspora – ceux déportés par la captivité qui avaient choisi de rester en dehors d’Israël mais avaient conservé leur foi juive. Ces Hébreux se sont engagés dans les affaires et jouissaient de tous les droits de citoyenneté dans la ville libre d’Antioche syrienne. Grâce à eux, de nombreux Gentils d’Antioche ont été attirés par le judaïsme et, éventuellement, le christianisme. … L’intense persécution qui a éclaté à Jérusalem après la mort d’Etienne a incité certains croyants juifs à fuir vers Antioche syrienne (Actes 11:19). Lorsque les dirigeants de l’église de Jérusalem ont entendu parler du nombre considérable de conversions de Gentils qui se produisaient à Antioche, ils y ont envoyé Barnabas pour servir la congrégation grandissante. Barnabas a cherché l’apôtre Paul à Tarse et l’a amené à Antioche, où ensemble ils ont enseigné à l’assemblée mixte de croyants juifs et païens pendant une année entière. C’est ici à Antioche de Syrie que les croyants ont d’abord été appelés chrétiens » (https://www.gotquestions.org/Antioch-in-the-Bible.html).

J’aime l’idée que la bonne nouvelle du Christ s’est d’abord propagée à Antioche simplement par des convertis juifs individuels partageant avec leurs voisins – y compris les Gentils – ce qu’ils avaient découvert comme étant vrai. Il y a là une bonne leçon pour nous ! Je parle pour moi quand je dis que je peux m’améliorer dans ce domaine. Je soupçonne que je ne suis pas seul! J’essaie de laisser briller ma lumière… mais la réticence ou la timidité ou tout ce qui tente encore. Je vous invite à vous joindre à moi pour essayer de faire mieux. Lorsqu’un nouveau venu vient dans notre église ou à une conférence – ou lorsque nous avons l’occasion de partager la Science Chrétienne où que nous nous trouvions, n’hésitons pas à reconnaître la pensée réceptive et « Donnez-leur un verre d’eau froide au nom du Christ, et ne craignez nullement les conséquences de votre bonne action. » (SH p. 570:16) Quelqu’un a récemment partagé avec moi l’amour nourricier qu’elle a d’abord ressenti de quelqu’un qui servait à une salle de lecture, et plus tard des gens d’une église de la Science Chrétienne qu’elle fréquentait. La Science Chrétienne a changé sa vie. Elle, à son tour, partage cette Science bénie avec les autres.

Je pensais qu’une fois la graine plantée, le Barnabas et Paul de notre époque pourraient ressembler à des périodiques de la Science Chrétienne, Science et Santé, des conférences, des salles de lecture, des services religieux, des praticiens et des professeurs de Science Chrétienne. Mais nous ne pouvons pas oublier de faire notre part ! En réfléchissant davantage à la définition de l’Église dans le glossaire de notre livre d’étude, nous voyons que l’église est une puissance vivante – pas seulement un endroit où aller le dimanche et le mercredi. Même dans les régions où il n’y a actuellement pas d’église physique, ne pouvons-nous pas tous exprimer activement l’idée d’église alors que nous recherchons des opportunités pour « ennoblir la race et réveiller la compréhension endormie… chassant ainsi les démons, l’erreur, et guérissant les malades » (cit. S19, 583:14) ? Comment pouvons-nous garder ce cadeau incroyable pour nous-mêmes ? « La Science Chrétienne et le Christianisme ne font qu’un » (cit. S20, 372 : 17-18). Soyons donc aussi ardents que l’étaient les premiers chrétiens – et bénissons notre monde !


 SECTION 5 : L’EFFICACITÉ DE GUÉRISON DU CHRISTIANISME ET DE LA SCIENCE CHRÉTIENNE

Cette section se concentre sur la guérison. L’exemple est partagé de Paul guérissant un homme de Lystre qui avait été infirme toute sa vie (cit. B13, Actes 14:8-10). Il écoutait Paul parler. Percevant la foi de l’homme, Paul lui ordonna de se lever. Non seulement l’homme s’est levé, mais il a sauté et marché ! Quel exemple pour nous en termes d’attentes, à deux niveaux. Avons-nous le courage, lorsque nous prions pour les autres – ou pour notre monde – de parler avec autorité et d’attendre que la guérison ait lieu ? Et, attendons-nous de répondre au traitement – ​​que nous recevons des autres ou que nous nous donnons – comme cet homme l’a évidemment fait, n’hésitant pas à passer à l’action ?

J’ai quelques expériences qui illustrent la validité de prendre ce genre de position à la fois du point de vue du praticien et du patient. D’abord en tant que patient. Je m’excuse si j’ai déjà partagé cet exemple, mais cela signifiait tellement pour moi. J’étais en Egypte il y a quelques années avec mon mari et quelques amis. Je me suis soudainement sentie très malade et faible. C’était le début de ce que nous nous attendions à être une tournée plutôt ardue. Nous nous sommes demandé si nous aurions besoin de rentrer chez nous plutôt que de poursuivre nos plans. Heureusement, j’ai pu envoyer un e-mail à une praticienne . Elle a répondu rapidement et avec amour, a partagé quelques idées et a dit qu’elle me traiterait. Ce dont je me souviens, c’est que je ne me suis pas vraiment concentrée sur aucune des idées spécifiques. J’ai juste ressenti une telle conviction que je pouvais faire confiance à l’effet du traitement de la Science Chrétienne, comme je ferais confiance à l’effet d’aller à Jésus (ou à Paul) pour la guérison. Presque immédiatement, j’ai ressenti un soulagement. J’ai pu dîner, bien dormir et grimper au sommet de la Grande Pyramide sans aucun effet néfaste le lendemain. L’autorité de Dieu est aussi solide aujourd’hui qu’elle l’a toujours été.

Et puis, en tant que praticienne. Je venais juste de commencer à me rendre disponible pour aider les autres par la prière. J’avais une jeune famille et j’étais occupée à préparer le dîner lorsqu’un appel m’a annoncé que la fille d’un ami présentait de graves symptômes pseudo-grippaux. Bien qu’il soit souvent bon de partir se taire dans la prière, cela ne m’a pas semblé possible cette fois-ci. Alors, j’ai continué à faire le dîner avec mes deux jeunes enfants à mes côtés, mais j’ai tendu la main vers Dieu de tout mon cœur et j’ai senti l’autorité du Christ déclarant que ce cher ami était entier et intact et ne pouvait pas souffrir ! Elle était sous le contrôle de l’Entendement !! J’ai ressenti une telle conviction – et aucune inquiétude ou peur. Le téléphone a de nouveau sonné très rapidement, indiquant que tous les symptômes avaient disparu et que l’enfant allait bien. Et elle est restée ainsi. Dire que j’étais reconnaissante est un euphémisme. J’aimerais dire que toutes les guérisons ont été aussi rapides, mais ce n’est pas le cas. Mais, des expériences comme celle-ci nous montrent que c’est possible et cela me donne de l’espoir, et une détermination à continuer à croire et à m’accrocher à ce qui est vrai ! Comme l’écrit Mary Baker Eddy, «Le christianisme démontre à nouveau la Vie qui est la Vérité, et la Vérité qui est la Vie, par l’œuvre apostolique qui consiste à chasser l’erreur et à guérir les malades.» (cit. S21, 97:29-32).

La preuve du pouvoir de Dieu de guérir est présente dans toute la Bible. Le Psalmiste parle de Dieu éclairant nos ténèbres — nous délivrant de toutes sortes de difficultés et rendant possible ce qui semble impossible (cit. B12, Psaume 18 : 28, 29, 33). La Science Chrétienne — étant une Science — établit le comment de la guérison. La dernière citation de cette section nous dit que nous devons « porter [nos] regards au-delà des formes finies et évanescentes » afin de « trouver le vrai sens des choses ». Nous devons maintenir notre regard dans le  royaume insondable de l’Entendement ». Et, «  nous devons porter nos regards là où nous voudrions diriger nos pas et agir comme possédant tout pouvoir de Celui en qui nous avons notre être. » (cit. S26, 264 : 7). Même avant que les preuves ne changent, nous pouvons – et devons – maintenir la pensée fixée sur le modèle parfait et avancer avec attente et autorité.


 SECTION 6 : IMMORTALITÉ NON LIÉE À LA MORTALITÉ

Dieu est connaissable — à portée de main. Paul a reconnu que les habitants d’Athènes étaient extrêmement religieux (traduit « trop superstitieux » dans la KJV). Mais, ils ne connaissaient pas encore le Dieu que Paul savait être omnipotent et toujours présent. Les Athéniens avaient des autels dédiés à de nombreux dieux, y compris un dédié « AU DIEU INCONNU ». Ils couvraient toutes leurs bases. Mais, le Dieu que Paul a révélé n’était pas juste un autre dieu qu’ils devaient rechercher. Paul leur a parlé du Dieu l’Esprit, en qui « nous avons la vie, le mouvement, et l’être » (cit. B15, Actes 17 : 22-25, 28). C’était un concept très différent de ceux tenus auparavant. Mais quelle libération !

Penser Dieu de cette manière exige que nous nous pensions différemment. Si nous avons notre vie, notre mouvement et notre être en Dieu – en Esprit, en L’Entendement  – nous devons être immortels (illimités et incapables de destruction) parce que Dieu est illimité et incapable de destruction. Comme nous le lisons dans Science et Santé, « Dieu exprime en l’homme l’idée infinie qui se développe à jamais, et qui, partant d’une base illimitée, s’élargit et s’élève de plus en plus. » (cit. S30, 258:11-15). C’est tellement libérateur ! Paul a parlé de l’homme nouveau. Cette nouveauté nous permet de laisser derrière nous les limitations précédemment acceptées et de sortir de toute boîte ou ensemble d’étiquettes que nous avons acceptées pour nous-mêmes ou pour les autres.

L’immortalité n’est pas un vague intangible. C’est la réalité de notre être. Alors que nous rejetons la croyance que nous sommes mortels et piégés par la matière sous quelque forme que ce soit – un corps humain, une mauvaise relation, un corps gouvernemental ou commercial, des ressources limitées, etc., nous sommes libres de voir (et d’expérimenter) notre nature immortelle qui est notre seule nature, ici et maintenant. Dans la mesure où nous apercevons, puis comprenons, la Science de la création, la véritable nature spirituelle et immortelle de toute réalité apparaîtra. Le mortel ne devient pas immortel. Ce n’était toujours qu’une contrefaçon. Au contraire, la vue limitée est remplacée par la vue illimitée. La nature spirituelle de l’homme qui a toujours été présente, bien que cachée par le brouillard de la croyance mortelle, est maintenant visible. C’est ce que nous appelons la guérison – qui est simplement la révélation de l’univers de Dieu, dans lequel nous avons la vie, le mouvement et l’être. Ce n’est pas hors de portée. Nos yeux peuvent s’ouvrir, tout comme ceux de Saül !

American Camp Association

MAIN OFFICE
(November - May)
410 Sovereign Court #8
Ballwin, MO 63011
(636) 394-6162

CAMP OFFICE
(Memorial Day Weekend - October)
19772 Sugar Dr.
Lebanon, MO 65536
(417) 532-6699

Support our mission!

CedarS Camps

Back
to top