Join us for the best summer yet!

 « Que la paix soit avec toi! courage, courage!  »
Idées d’application métaphysique pour la leçon biblique trimestrielle de la Science Chrétienne sur

« L’homme »
du 28 février au 6 mars 2022

par Christie C. Hanzlik, CS
Boulder, Colorado • ccern@mac.com • christiecs.com


 INTRODUCTION—TEXTE d’OR ET LECTURE ALTERNÉE

Les paroles divines du livre de Daniel nous parlent directement aujourd’hui : « … Ne crains rien, homme bien-aimé…. Que la paix soit avec toi ! courage, courage ! » (Daniel 10:19, texte d’or et Citation B20) Ce message est dans le Texte d’Or (ou idée principale) de la Leçon de cette semaine et est également répété dans la dernière section. En lisant cette promesse, nous pourrions insérer notre propre nom à la place de « homme » pour sentir les paroles divines de réconfort nous parler individuellement. Et nous pouvons aussi savoir que ces paroles divines sont une promesse à toute la famille humaine collectivement en ce moment. Si nous prions avec elles comme une déclaration universelle et collective, la phrase se lit comme un réconfort de notre divin Parent : «… Ne crains rien, [enfants] bien-aimé…. Que la paix soit avec toi ! courage, courage ! » Dans le contexte de l’Écriture, il est utile de considérer le mot « homme » individuellement et collectivement.

Nous pouvons chacun découvrir par nous-mêmes exactement l’inspiration dont nous avons besoin dans la leçon biblique de cette semaine sur « l’homme ». L’Entendement divin s’adresse directement à chacun de nous de la manière dont nous pouvons entendre et comprendre. La communication de l’Entendement divin à nous – appelée Christ – parle clairement et de manière réconfortante et nous pouvons reconnaître le réconfort du Christ qui nous parle comme « Paix, soit tranquille » [ou, comme Jésus l’a dit, « Silence! tais-toi ! » (Marc 4:38)] à nos soucis. Le lien du Christ unit l’Entendement divin et l’homme (nous) sans exception. Elle est individuelle et collective. Le lien du Christ est vrai pour chacun de nous et pour nous tous, maintenant et toujours.

Pendant que je la lis, la leçon biblique de cette semaine sur « l’homme » clarifie le lien du Christ entre nous et l’Entendement divin. Le lien du Christ est difficile à articuler avec des mots. La langue anglaise compte environ 171 000 mots, mais ces mots semblent encore insuffisants pour décrire la profondeur et le sens de notre unité avec le divin. Même si nous pouvions choisir des mots de tous les mots de toutes les langues de tout l’univers, ces mots ne pourraient toujours pas décrire pleinement la paix que nous ressentons à partir d’un seul instant de prise de conscience consciente de notre unité avec l’Entendement infini. Les philosophes du langage comme Ludwig Wittgenstein affirment : « Les limites de mon langage signifient les limites de mon monde » [traduction française pas autorisée], ce qui signifie essentiellement que si nous n’avons pas de mots pour quelque chose, nous ne pouvons pas le concevoir. Mais par la prière, nous pouvons surmonter les limites du langage. L’inspiration spirituelle nous permet d’aller au-delà des mots et des limites pour concevoir l’infinitude de l’Entendement divin et le lien du Christ avec l’Entendement divin. Nous pouvons être vigilants et affirmer que le langage ne peut limiter notre inspiration ou notre conception du divin. De plus, notre inspiration spirituelle nous permet d’aller au-delà de la pensée de «l’homme» comme étant limité à l’espèce masculine et nous pouvons comprendre «l’homme» comme englobant toutes les idées supérieures de l’Entendement divin. « Homme est le nom de famille pour désigner toutes les idées, – les fils et les filles de Dieu. » (cit. S28, 515:21)

La consolation christique — ou communication divine — nous parle au-delà des limites du langage.

La lecture alternée comprend la communication divine entendue par le prophète Esaïe. Esaïe a entendu ce message : «Car je suis l’Eternel, ton Dieu, le Saint d’Israël, ton sauveur…  tu es honoré et … je t’aime.. »(Isaïe 43 : 3, 4) Nous pouvons accepter ces paroles, portées à travers les siècles, comme un réconfort aujourd’hui à notre heure de besoin. Ces paroles s’adressent à chacun de nous individuellement et à nous tous collectivement.

Ces paroles d’Ésaïe promettent du réconfort alors que nous suivons le chemin de la paix. Ceux qui comprennent leur nature spirituelle peuvent ressentir la paix comme « un abri contre le vent, et un refuge contre la tempête, comme des courants d’eau dans un lieu desséché, comme l’ombre d’un grand rocher dans une terre altérée. » (Isaïe 32:2)

Beaucoup d’entre nous prient en ce moment à propos des troubles en Ukraine et en Russie. La promesse entendue par Esaïe parle directement de cette situation. Notre prière nous permet de ressentir un véritable sentiment d’un « refuge contre la tempête », une protection contre l’orage. Nous pouvons regarder au-delà de l’apparence extérieure de la guerre, pour voir l’immobilité de notre lien avec le Christ qui nous abrite et nous donne à tous et à toutes la paix au milieu de la tourmente.

Nos yeux verront cette paix et nos oreilles entendront cette paix. Comme nous le lisons dans Ésaïe : «L’œuvre de la justice sera la paix, et le fruit de la justice le repos et la sécurité pour toujours. » Chacun de nous individuellement et collectivement pouvons accepter la promesse divine contenue dans Esaïe : « Mon peuple demeurera dans le séjour de la paix, dans des habitations sûres, dans des asiles tranquilles.» (Esaïe 32: 17,18) Cette simple promesse est une prière forte pour la paix.


SECTION 1 : FORMER DES MODÈLES PARFAITS DANS LA PENSÉE

Selon moi, la première section nous demande d’être prêts à abandonner un ancien modèle limité de ce qu’est l’homme et d’accepter un nouveau modèle illimité. Comme nous le lisons dans Éphésiens, nous pouvons arrêter de répéter les paroles mondaines sur l’homme – que l’homme est plein de problèmes, de conflits et de dégénérescence – et être disposés à nous accorder à une image divine de l’homme, qui est pure et bonne. Nous pouvons viser cet homme parfait, individuellement et collectivement, qui ne fait qu’un avec l’Entendement divin. C’est la vision vraie, pure et droite de l’homme. Cette vision purifiée est l’homme de paix, qui existe sans conflit, opinion personnelle ou division d’aucune sorte. (cit. B3, Éphésiens 4:22, et cit. B5 Psaumes 37:37)

Dans Science et Santé avec la Clef des Écritures, Mary Baker Eddy déclare succinctement : « En Science divine, l’homme est la vraie image de Dieu. » Cela ne veut pas dire que nous regardons les gens autour de nous et que nous pensons que ces gens nous montrent à quoi ressemble Dieu. Non. Regarder les gens pour déterminer à quoi ressemble Dieu reviendrait à faire de Dieu un homme (un Dieux qui ressemble à un homme). Au lieu de cela, pour comprendre une vision spirituelle de l’homme, nous nous concentrons sur la connaissance de Dieu et savons ensuite que « l’homme est la vraie image de Dieu ». (cit. .s1, 259:6 (uniquement)) Cette « nouvelle » vision nécessite la prière, ce qui signifie se détourner d’un modèle limité de l’homme, et être disposé à « chercher le nouveau modèle ». (cit. S2, 409:20)

Heureusement, dans Science et Santé, Mary Baker Eddy donne des instructions sur la façon de se détourner du modèle limité de l’homme pour accepter le vrai modèle, qui dans Éphésiens est décrit comme « l’homme nouveau ». En lisant ces mots dans Science et Santé, nous pouvons savoir que ces déclarations corrigent tout modèle limité que nous semblons avoir accepté dans notre expérience, y compris un modèle limité de soi, un modèle limité des autres, un modèle limité de l’église, un modèle limité de notre communauté mondiale, et ainsi de suite. Elle écrit : «Quel modèle l’entendement mortel a-t-il devant lui ? Est-ce l’imperfection, la joie, la peine, le péché, la souffrance ? Avez-vous accepté le modèle mortel ? Le reproduisez-vous ? Alors vous êtes obsédés dans votre travail par des sculpteurs indignes et des formes hideuses. N’entendez-vous pas toute l’humanité parler du modèle imparfait ? Le monde le présente continuellement à vos regards. Il en résulte que vous vous exposez à copier ces modèles inférieurs, à limiter l’œuvre de votre vie et à adopter dans votre expérience les contours anguleux et la difformité des modèles matériels.

Pour remédier à cela, il nous faut d’abord tourner les regards dans la bonne direction et y marcher ensuite. Il nous faut former, dans notre pensée, des modèles parfaits et les contempler constamment, autrement nous ne les reproduirons jamais dans des vies sublimes et nobles. Que le désintéressement, la bonté, la miséricorde, la justice, la santé, la sainteté, l’amour – le royaume des cieux – règnent au-dedans de nous, et le péché, la maladie et la mort diminueront jusqu’à ce qu’ils disparaissent finalement. »

….Que « l’homme et la femme » de la création de Dieu apparaissent. Ressentons la divine énergie de l’Esprit, qui nous mène au renouvellement de la vie et ne reconnaît aucune puissance mortelle ou matérielle capable de détruire. Réjouissons-nous d’être soumis aux divines « puissances qui subsistent ». Telle est la vraie Science de l’être. » (cit. .s3, 248 : 15-32 ; cit. S4, 249 : 5-10)

Nous pouvons être ouverts à voir comme l’Amour divin voit, savoir comme l’Entendement divin sait alors que nous voyons le véritable modèle de nous-mêmes, de l’humanité, de l’église et de toute la communauté mondiale. Nous pouvons appliquer l’idée de former dans notre pensée un modèle plus parfait au delà de nous-mêmes. Nous pouvons utiliser cela comme une prière pour toute l’humanité. Par exemple, alors que nous « formons dans notre pensée des modèles parfaits  » du règne universel de la paix et de l’harmonie mondiale « nous pouvons les contempler constamment » et ainsi « les produire en [communautés mondiales] sublimes et nobles ».

Le concept de former un modèle de pensée plus parfait pourrait être résumé par l’expression moderne : « visualisez la paix dans le monde ». Et pourtant, nous poussons cette phrase – « visualiser la paix mondiale » – un peu plus loin lorsque nous réalisons qu’une prière efficace consiste à voir toute l’humanité comme l’Entendement divin nous voit – parfaitement, et à abandonner tout sens personnel ou toute opinion personnelle. Ce faisant, nous pouvons activement reconnaître que «le désintéressement, la bonté, la miséricorde, la justice, la santé, la sainteté, l’amour – le royaume des cieux – … » règnent déjà suprêmement et universellement, à l’intérieur et partout.


 SECTION 2 : « QUE LE DÉSINTÉRESSEMENT … RÉGNE AU-DEDANS DE NOUS » (cit. S3, 248 : 15-32)

La deuxième section comprend le récit de l’amitié de Jonathan et David, et comment Jonathan a aidé à protéger David du complot du roi Saül pour tuer David. Jonathan devait hériter du trône de son père, le roi Saül, il avait donc beaucoup à gagner si Saul tuait David. Et pourtant, l’altruisme, l’intégrité et la loyauté de Jonathan envers un sens supérieur de la bonté ne lui permettraient pas de trahir son ami. (cit B9, I Samuel 19 : 1, 2, 4, 6, 7) Finalement, Jonathan fit alliance avec la maison de David, et promit fidélité à David.(Samuel 20) Jonathan a promis son attachement à la paix, à l’amitié et à l’intégrité plutôt que de courir après le pouvoir et la fortune temporaires qu’il aurait pu trouver sur le trône. En tant que fils du roi, Jonathan avait apparemment plus de pouvoir politique que David, mais il a fait preuve de miséricorde et de justice envers David, son beau-frère, en l’alertant du danger du roi. Des générations plus tard, Christ Jésus est venu de la maison de David, et ainsi, la protection loyale de David par Jonathan montre également le déploiement protégé de l’idée du Christ à travers les âges. En termes simples, l’intégrité et la droiture de Jonathan sont un modèle de ce à quoi cela ressemble de laisser « le désintéressement, la bonté, la miséricorde, la justice, la santé, la sainteté, l’amour – le royaume des cieux – règner »  (cit. S3, 248 : 15- 32)

La deuxième section comprend les paroles d’Ésaïe qui figuraient également dans la lecture alternée : «Chacun sera comme un abri contre le vent, et un refuge contre la tempête, comme des courants d’eau dans un lieu desséché,  comme l’ombre d’un grand rocher dans une terre altérée. » (cit.b7, Isaïe 32 : 2) Pour David, la sécurité procurée par l’amitié et la loyauté de Jonathan aurait pu être ressentie comme « un refuge contre le vent » des tirades de Saül. Le personnage de Jonathan est un modèle d’« un abri contre la tempête » et de « l’ombre d’un grand rocher dans une terre altérée ». De Jonathan était un homme de paix, une expression de « la vraie image de Dieu ». (cit. S1, 259:6)

Notre relation les uns avec les autres passe par notre compréhension commune du bien, Dieu. Lorsque nous reconnaissons Dieu, le bien, comme la véritable source de notre unité, nous ressentons des liens plus pacifiques, authentiques et significatifs les uns avec les autres. Les connexions vraies et spirituelles sont permanentes car elles sont basées sur notre compréhension commune du bien, et non sur la proximité physique. Notre compréhension commune du bien est notre véritable lien et c’est notre véritable fraternité. Jonathan et David avaient une compréhension commune du bien qui a triomphé du tumulte du complot meurtrier de Saül. Ce type de fraternité a transcendé les liens du sang pour aboutir à la paix et à la prospérité. Mary Baker Eddy décrit ce type de fraternité : « Les riches en esprit aident les pauvres, formant une grande fraternité, ayant tous le même Principe, ou Père ; et béni est celui qui voit le besoin de son frère et y pourvoit, trouvant son propre bien en cherchant celui d’autrui. » (cit.b8, 518 : 13-19)


 SECTION 3 : « QUE … LA BONTÉ… RÈGNE AU-DEDANS DE NOUS… » (cit. S3, 248 : 15-32)

Si je comprends bien, la section 3 fournit une pause réfléchie dans la Leçon pour réfléchir au calme et à la sécurité que nous ressentons de la protection de l’Amour divin. Du Deutéronome, nous apprenons : « … C’est le bien-aimé de l’Eternel, il habitera en sécurité auprès de lui ; l’Eternel le couvrira toujours, et résidera entre ses épaules. » (cit. B10, Deut. .33:12) Cela vaut la peine de s’arrêter dans la prière pour méditer sur cette promesse prophétique et la laisser rafraîchir nos espoirs comme « des courants d’eau dans un lieu desséché ». (cit. B7, Isaïe 32 : 2)

Face aux images médiatiques graphiques du contraire, ma prière m’amène à affirmer que le peuple ukrainien demeure en sécurité en ce moment – demeure entre les fortes épaules de Dieu . C’est bien plus qu’une prière de paix de Polyane. C’est regarder au-delà de l’apparence extérieure pour voir leur sécurité dans «l’histoire éternelle» comme l’explique Mary Baker Eddy, «La relation de Dieu à l’homme, du Principe divin à l’idée, est indestructible dans la Science ; et la Science ne connaît ni déviation de l’harmonie ni retour à l’harmonie, mais elle affirme que l’ordre divin, ou loi spirituelle, dans lequel Dieu et tout ce qu’Il crée sont parfaits et éternels, est demeuré inchangé dans son histoire éternelle. » (cit.s10, 470:32)

Face à ce qui apparaît comme de la haine et des conflits, nous pouvons voir les enfants de l’Entendement divin enveloppés de sécurité et de paix. En ce moment, nous portons tous « l’armure de la divinité ». (titre marginal pour cit. .s11, 571:18) Nous pouvons affirmer pour toute l’humanité individuellement et collectivement que : « Revêtu de la panoplie de l’Amour vous êtes à l’abri de la haine humaine. Le ciment d’une plus noble humanité unira tous les intérêts dans la seule divinité. » (cit. S11, 571:18)

Le « ciment d’une plus noble humanité » est une métaphore intéressante de la vraie paix. Dans une lettre que Mary Baker Eddy a écrite à la première église de la Science Chrétienne du sud des États-Unis, à Atlanta, en Géorgie, elle déclare : « ….Les prières silencieuses de nos églises, résonnant à travers les sombres corridors du temps, s’avancent en vagues sonores, au diapason des cœurs, vibrant d’une chaire à l’autre et d’un cœur à l’autre, jusqu’à ce que la vérité et l’amour, s’unissant en une seule vertueuse prière, encerclent et renforcent la race humaine…..Le gouvernement de l’Amour divin tire son omnipotence de l’amour qu’il crée dans le cœur de l’homme ; car l’amour est fidèle et il n’y a pas de loyauté si ce n’est dans l’amour. » (Première Église du Christ Scientiste et Miscellanées ,Mary Baker Eddy, pp. .187:20 ; 189:9-17)


 SECTION 4 : « QUE LA MISÉRICORDE, LA JUSTICE… RÈGNE AU-DEDANS DE NOUS… » (cit. S3, 248 : 15-32)

La quatrième section résume l’histoire de Saül essayant de tuer David, expliquant que David a continué à trouver refuge contre l’animosité de Saül. (cit. .b12, I Samuel 23 : 9, 14) La confiance de David dans l’Amour divin lui a permis de «demeurer dans le séjour de la paix, dans des habitations sûres, » Lecture Alternée.

Les luttes de David avec Saül ont forcé le futur roi à s’appuyer encore plus sur sa foi.

Notez que David n’a jamais riposté contre l’agressivité de Saül. David avait des raisons, des opportunités et des moyens de tuer Saül, mais David a fait preuve de miséricorde. D’un point de vue limité, la miséricorde de David envers Saül peut sembler stupide. Mais David faisait plus confiance à Dieu qu’à sa propre opinion personnelle, et croyait que Dieu avait nommé Saül, de sorte que ce serait un péché contre Dieu de nuire à Saül. Il croyait que la miséricorde et la justice étaient dirigées par Dieu, et non par l’homme, et faisait confiance à la suprématie de Dieu.

Lorsque nous nous retrouvons dans des situations semblables à celles de Saül et que nous sentons que le monde est contre nous, nous pourrions être tentés de nous sentir ciblés par la haine, l’animosité, l’injustice ou la méchanceté. Nous pourrions être tentés de ressentir des représailles. Mais ces suggestions sans amour ne sont pas personnelles… elles n’ont pas d’origine. Tout comme David était à l’abri de Saül, nous pouvons nous aussi être libérés des situations semblables à Saül, car nous refusons d’associer ces attributs sans amour à une personne en particulier et refusons d’accepter les suggestions d’inharmonie. Comme l’écrit Mary Baker Eddy, « Rien n’est réel et éternel – rien n’est Esprit – hormis Dieu et Son idée. Le mal n’a pas de réalité. Ce n’est ni une personne, ni un lieu, ni une chose, mais simplement une croyance, une illusion du sens matériel. » (cit. S13, 71:1)

Il peut parfois sembler que nous sommes notre propre pire ennemi alors que nous sommes confrontés à la tentation de l’autocritique, de l’auto-condamnation ou même de la haine de soi. Mais ces suggestions ne viennent pas réellement de l’intérieur. Elles sont tous des opinions fausses basées sur une compréhension limitée de nous-mêmes. Lorsque nous nous détournons des opinions personnelles et nous voyons comme l’Amour divin nous voit, toute auto-condamnation s’arrête.  Un autre terme pour l’opinion personnelle est « le sens personnel », ce qui veut dire regarder nous-mêmes et les autres d’un point de vue limité au lieu du point de vue illimité et tout-aimant de l’Entendement divin. Avec la prière nous pouvons éliminer le sens personnel.  Lorsque des suggestions autocritiques nous viennent à l’esprit, nous pouvons nous ARRÊTER et affirmer : « Ce ne sont pas mes pensées. Ces pensées ne viennent pas de moi ou de l’Entendement divin. » Les suggestions auto-condamnantes peuvent nous donner l’impression d’avoir notre propre Saül personnel à nos trousses. Mais cela n’est pas vrai. Nous sommes à l’abri du sens personnel (et de Saül personnel) lorsque nous cédons à l’autorité de l’Entendement divin.

Comme l’explique ainsi Mary Baker Eddy: « En obéissant patiemment à un Dieu patient, travaillons à dissoudre avec le dissolvant universel de l’Amour l’erreur adamantine–la volonté personnelle, la propre justification et l’amour de soi–qui fait la guerre a la spiritualité et qui est la loi du péché et de la mort. » (cit. S14, 242: 15)

Nous pouvons également appliquer ce concept à l’échelle mondiale. Il pourrait sembler tentant de laisser la haine ou le ressentiment ou l’envie de représailles vers un chef despotique ou un ennemi nous dévore. Nous pouvons sentir que notre colère ou impatience est justifié, mais nous savons que cela n’est pas  le chemin de la santé et de la sainteté. La colère n’est pas le chemin vers la paix. Mary Baker Eddy écrit d’après son expérience lorsqu’elle explique : « Vos amis vous trahiront et vos ennemis vous calomnieront, jusqu’à ce que l’épreuve ait été suffisante pour vous élever ; car « la dernière extrémité de l’homme est l’opportunité de Dieu ». L’auteur a passé par l’expérience de cette prophétie et en a ressenti les bienfaits. C’est ainsi que Dieu enseigne aux mortels à se dépouiller des désirs de la chair et à acquérir la spiritualité. Cela s’accomplit par l’abnégation de soi. L’Amour universel est la voie divine en Science Chrétienne. » (cit. S15, 266:13)


 SECTION 5 « QUE … LA SAINTETE… RÉGNER AU-DEDANS DE NOUS… » (cit. S3, 248 : 15-32)

La section 5 s’ouvre sur le message prometteur du premier Jean, selon lequel, même si nous ne comprenons pas encore tout de nous-mêmes, nous avons un modèle à regarder – le Christ – et comme nous tenons le modèle chrétien en pensée… « nous serons Comme lui. » (cit..b14, I Jean, 3:1-3)

Christ est la communication de l’Entendement divin à nous, qui nous fait prendre conscience de notre inséparabilité. Être l’homme semblable au Christ, c’est être l’homme qui est constamment conscient de son unité avec l’Entendement divin, et qui entend et connaît constamment les pensées de l’Entendement divin. Bien que cela puisse sembler impossible, nous avons le modèle du Christ Jésus comme notre guide, pour nous montrer le chemin de la santé et de la sainteté, pour nous montrer que cela est possible. Nous ne trouvons pas la santé et la sainteté en suivant un modèle mondain de ce que nous devrions être. Nous trouvons la santé et la sainteté en laissant la volonté de l’Entendement divin remplir chacune de nos pensées. Dans Romains, nous lisons : «Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait. » (cit. B15, Romains 12 : 2)

Mary Baker Eddy offre un aperçu sur la manière de se détourner du modèle mondain de ce que nous devrions être. Elle écrit: « Dans un monde de péché et de sensualité marchant rapidement vers un plus grand développement de pouvoir, il est sage de considérer sérieusement si c’est l’entendement humain ou l’Entendement divin qui nous influence. » (cit. S16, 82:31-2)

Nous pouvons tous regarder au-delà d’un modèle d’existence limité. Comme le déclare Mary Baker Eddy, « Les mortels doivent porter leurs regards au-delà des formes finies et évanescentes, s’ils veulent trouver le vrai sens des choses. Où les regards s’attacheront-ils, sinon au royaume insondable de l’Entendement ?

Nous devons porter nos regards là où nous voudrions diriger nos pas et agir comme possédant tout pouvoir de Celui en qui nous avons notre être. » (cit. S17, 264:7)

Le processus d’acceptation et de suivi d’un modèle d’existence supérieur peut sembler intimidant, comme une énorme montagne impossible à escalader. Mais le processus commence par la volonté. Comme l’explique Mary Baker Eddy, « La bonne volonté de devenir semblable à un petit enfant et d’abandonner l’ancien pour le nouveau dispose la pensée à recevoir l’idée avancée. Le bonheur d’abandonner les fausses limites et la joie de les voir disparaître, voilà la disposition d’esprit qui aide à hâter l’harmonie ultime. La purification des sens et du moi est une preuve de progrès. » (cit. S18 : 323 : 32-5)

Nous ne trouverons pas la perfection si nous regardons les gens autour de nous ou les gens sur les couvertures de magazines comme le modèle de ce que nous devrions être. Au lieu de cela, notre perfection vient d’une prise de conscience de notre inséparabilité de l’Entendement divin, que nous sommes en fait l’idée de l’Entendement divin – comment une idée peut-elle être séparée de l’Entendement qui la pense ? Lorsque nous voyons ce modèle de perfection et réalisons que nous l’avons déjà, la perfection est notre expérience. Comme l’explique Mary Baker Eddy, «La grande vérité dans la Science de l’être, que l’homme réel était parfait, qu’il l’est et le sera toujours, est incontestable ; car si l’homme est l’image, le reflet, de Dieu, il n’est ni inverti ni subverti, mais droit et semblable à Dieu. » (cit.s19, 200:16)


 SECTION 6 : « QUE… LA SANTÉ… RÈGNE AU-DEDANS DE  NOUS… » (cit. S3, 248 : 15-32)

La sixième section comprend l’histoire de la femme hémorragique qui touche l’ourlet du vêtement de Christ Jésus. Pour moi, cette femme étendant son bras pour toucher l’ourlet du vêtement du Christ Jésus illustre la « volonté » de regarder un nouveau modèle de santé. (cit. .b18, Luc 8 : 40, 43-48) Elle était disposée à se débarrasser de l’ancienne vision d’elle-même et à tendre vers un modèle supérieur – le modèle chrétien – d’être.

C’était la mission de Christ Jésus de nous révéler le modèle d’être semblable au Christ, individuellement et collectivement. Comme l’écrit Mary Baker Eddy, « Sa mission était de révéler la Science de l’être céleste, de prouver ce qu’est Dieu et ce qu’Il fait pour l’homme. » (cit. .s22, 26:12)

En nous rapprochant volontairement de ce modèle chrétien, nous trouverons nous aussi la vraie santé, à la fois dans le corps et dans le monde. Bien qu’il puisse exister de nombreux modèles mondains de ce à quoi ressemble la santé, ils incluent tous la mort… une soi-disant fin d’être. Le vrai modèle de santé n’inclut pas la mort. Le véritable modèle de santé est l’être harmonieux. L’être est éternel, sans début et sans fin. Notre être est défini par notre lien christique avec l’Entendement éternel. Tant que l’Entendement divin nous connaît, nous existons et avons notre être. Puisque l’Entendement divin connaît tout et n’a ni commencement ni fin, il n’y a aucun moment où notre être est inconnu, et ainsi notre être est toujours, et est toujours harmonieux.

À  mesure que nous ressentons notre lien avec Christ et que nous nous connaissons comme l’Entendement divin nous connaît, cette compréhension devient notre expérience. Si nous nous trouvons dans une situation où nous ne ressentons pas ce lien avec le Christ, nous pouvons métaphoriquement atteindre l’ourlet du vêtement du Christ et atteindre de nouveau ce modèle d’être. Comme pour la femme qui a des problèmes d’hémorragie , notre première étape consiste à aller au-delà des « formes finies et évanescentes » qui décrivent comment «…. le sang se précipite follement dans les veines ou coule péniblement dans ses canaux glacés….. ». (cit. .s25, 373 : 21-22, 27-2) Et au lieu de cela, nous tendons la main à la vision du Christ, et « [laisser] le désintéressement, la bonté, la miséricorde, la justice, la santé, la sainteté, l’amour – le royaume des cieux – règnent au-dedans de nous, et le péché, la maladie et la mort diminueront jusqu’à ce qu’ils disparaissent finalement. » (cit.s3, 248 : 15-32)


SECTION 7 : « QUE… L’AMOUR—LE ROYAUME DES CIEUX—…RÈGNE AU-DEDANS DE NOUS… » cit. S3, 248 : 15-32)

La dernière section s’ouvre sur une autre promesse prophétique de l’Entendement divin : « Je t’aime d’un amour éternel ; c’est pourquoi je te conserve ma bonté. » ( cit. .b19, Jérémie 31:3) Si je comprends bien, cette promesse nous dit que tout comme nous tendons la main vers l’Amour divin, l’Amour divin nous attire aussi. Il est réconfortant de savoir que l’Amour divin nous embrasse activement, nous promettant individuellement et collectivement : « ne craignez rien, [enfants] bien-aimés,   que la paix soit avec [vous], courage! courage! »  (cit. B20, Daniel 10:19)

Si nous sommes calmes et que nous écoutons, nous pouvons entendre la promesse que nous fait l’Entendement divin : « Vous êtes tous les enfants de la lumière et les enfants du jour. » (cit. B22, I Thessaloniciens 5 : 5)

Les promesses prophétiques dans les Écritures de Jérémie, Daniel, Paul et d’autres nous parlent au-dessus de la clameur des événements mondiaux. Ces prophètes vivaient chacun à une époque de despotisme, de guerre et de famine et pourtant pouvaient voir la vision chrétienne – la vraie vision – du confort et de la sécurité. Ils ont vu que l’homme – « les enfants de la lumière et les enfants du jour » – sont éternellement hors de portée de la haine et de l’animosité, hors de la portée de tout Saül ou sens personnel.

Comme l’écrit Mary Baker Eddy, «L’homme est l’idée de l’Esprit ; il reflète la présence béatifique, inondant l’univers de lumière. L’homme est immortel, spirituel. Il est au-dessus du péché ou de la faiblesse morale. Il ne franchit pas les bornes du temps pour entrer dans la vaste éternité de la Vie, mais il coexiste avec Dieu et l’univers. » (cit. B29, 266:27)

Dans la compréhension inspirée des Écritures, le mot « homme » n’est pas défini comme masculin. Il nous inclut tous, individuellement et collectivement. Les promesses que l’Entendement divin fait à « l’homme » sont des promesses pour nous en tant qu’individus et également vraies pour toute la famille universelle. Ces promesses peuvent nous aider, à une époque où la guerre menace de violence et de destruction, à découvrir la paix et la sécurité, la vraie sainteté.

Nous pouvons découvrir que le Royaume des Cieux règne en nous, individuellement et collectivement. Le royaume des Cieux, comme le définit Mary Baker Eddy, est « Le règne de l’harmonie en Science divine; le royaume de l’Entendement infaillible, éternel et omnipotent; l’atmosphère de l’Esprit, où l’Ame est suprême. » (SH, p. .590:1) Quelle prière simple et profonde pour savoir que nous avons tous et chacun le Royaume des Cieux régnant en nous.

Chacun de nous reflète à jamais le désintéressement, la bonté, la miséricorde, la justice, la santé, la sainteté, l’amour de l’Entendement divin, qui n’est pas sexué et n’est pas limité à un temps ou à un espace particulier. Comme le déclare Mary Baker Eddy, « L’homme et la femme, coexistant avec Dieu et éternels comme Lui, reflètent à jamais, en qualité glorifiée, l’infini Père-Mère Dieu. » (cit. S30, 516 : 21).

American Camp Association

MAIN OFFICE
(November - May)
410 Sovereign Court #8
Ballwin, MO 63011
(636) 394-6162

CAMP OFFICE
(Memorial Day Weekend - October)
19772 Sugar Dr.
Lebanon, MO 65536
(417) 532-6699

Support our mission!

CedarS Camps

Back
to top