Join us for the best summer yet!

Laissez le Saint-Esprit vous émouvoir aujourd’hui !

Idées d’application métaphysique pour la leçon biblique trimestrielle de la Science Chrétienne sur

« Christ Jésus »
pour le 27 février 2022

par John & Lindsey Biggs, C.S. de Maryland Heights, MO

541 418 1176 johnbiggscs@gmail.com

541 460 3515 biggs.lindsey@gmail.com


Introduction

Dans la leçon biblique de cette semaine, nous discernons la suprématie du Christ, les œuvres de Christ Jésus et la puissance qui vient de Dieu à chaque cœur réceptif qui s’efforce de suivre Jésus. C’est l’Esprit qui témoigne de notre identité spirituelle et du caractère illusoire de la matière. Ce sens spirituel corrige et guérit diverses situations en nous donnant une conscience spirituelle qui nous libère de toute tendance despotique qui vient de la croyance que nous avons un entendement matériel. Le Christ est la puissance et l’esprit qui vient à nous avec une nouvelle inspiration, un mouvement et une joie nous permettant de bénir, de guérir et de suivre l’exemple de Jésus.


Texte d’Or

« Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru : en mon nom, ils chasseront les démons… » ; Marc 16:17

D’où vient le pouvoir dont parle ce texte ? Le mot clé est croire.

Le Dictionnaire de 1828 définit croire comme :
attendre ou espérer avec confiance; faire confiance… Avoir une conviction ferme sur quoi que ce soit. Dans certains cas, avoir une persuasion complète, approchant de la certitude; croire, c’est faire confiance, placer une pleine confiance en, s’appuyer sur avec foi.

Mary Baker Eddy écrit :

«Les mots hébreu et grec souvent traduits en anglais par belief (croyance), diffèrent quelque peu dans leur signification de celle donnée par le verbe anglais believe (croire); ils ont plutôt la signification de foi, compréhension, confiance, constance, fermeté. Il s’ensuit que les Écritures paraissent souvent, dans notre version courante, approuver et sanctionner la croyance, alors qu’elles veulent insister sur la nécessité de la compréhension. » (Science et Santé, p. 488 – mis en gras ajouté).


Lecture Alternée

« . . .  Dieu a oint du Saint Esprit et de force Jésus de Nazareth… » (Actes 10:38)

Dieu a fait l’onction. Jésus n’a rien fait de sa propre volonté. C’était la puissance du Saint-Esprit en lui. Cet Esprit était si puissant et présent avec lui qu’il coulait librement à travers lui, lui permettant de faire les bonnes œuvres qui bénissaient et guérissaient les autres. Il a réussi dans tout ce qu’il faisait. Il n’y avait ni leurres ni distractions pour éloigner sa pensée de la réalisation constante de la présence de Dieu, le Bien. Il a vécu et démontré que « le royaume des cieux est proche ».

Jean-Baptiste a exprimé cette même humilité. Il savait qu’il n’était pas le Messie. Il était là pour préparer le chemin – pour aider les gens à « se repentir » afin qu’ils puissent être réceptifs au message de Christ Jésus.

«Personne ne peut mesurer ou accomplir la mission individuelle de Jésus de Nazareth. Personne ne peut prendre la place de l’auteur de Science et Santé, le Découvreur et le Fondateur de la Science Chrétienne. Chaque individu doit remplir sa propre place dans le temps et dans l’éternité. (Rétrospection et introspection, Mary Baker Eddy, p. 70)

Nous avons chacun une mission en suivant Christ Jésus. Nous pouvons prier pour cultiver cette relation similaire avec Dieu, où nous pouvons entendre et connaître la Parole de Dieu qui nous permet d’aider et de guérir.


SECTION 1 – L’ESPRIT NOUS DELIVRE DES FAUSSES LOIS

« . . . lorsque les temps ont été accomplis, Dieu a envoyé son Fils, né d’une femme, né sous la loi, afin qu’il rachetât ceux qui étaient sous la loi, afin que nous reçussions l’adoption. » (citation B2/Galates 4:4,5)

Ce passage biblique a un thème similaire à ces deux passages de Romains :

« L’Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. » (Romains 8:16)

« En effet, la loi de l’esprit de vie en Jésus Christ m’a affranchi de la loi du péché et de la mort. » (Romains 8:2)

L’Esprit « fait constamment des intercessions » pour nous et témoigne de notre vraie nature spirituelle en tant qu’idées saintes et bien-aimées de Dieu. L’Esprit, ou Christ, nous réveille constamment des fausses lois. Quelles sont certaines des fausses lois dont Jésus est venu nous libérer ?

Si les gens étaient esclaves des lois spirituelles, il n’y aurait pas besoin de rédemption ! Mais à quel genre de lois étaient-ils esclaves ? Ces lois étaient-elles vraiment ordonnées et sanctionnées par Dieu, le Principe divin ? Le Christ vient aujourd’hui pour nous libérer de ces fausses lois.

« La prétendue loi de l’entendement mortel, conjecturale et spéculative, est annulée par la loi de l’Entendement immortel, et une loi fausse devrait être foulée aux pieds. » (Science et Santé, Mary Baker Eddy, p. 229)

Et nous revenons ici au thème de l’origine de notre pouvoir – notre « punch » – ! « A travers toutes les générations, tant avant qu’après l’ère chrétienne, le Christ, l’idée spirituelle – le reflet de Dieu – est venu avec quelque mesure de puissance et de grâce à tous ceux qui étaient prêts à recevoir le Christ, la Vérité. » (citation S4, SH p. 333)

Comment pouvons-nous être plus « prêts à recevoir Christ, la Vérité » ? En ayant l’humilité du Maître chrétien qui a dit « Je ne puis rien faire de moi-même » (Jean 5:30). L’humilité croit que nous sommes réceptifs à Dieu et que nous pouvons être utilisés par Dieu. Ce n’est pas notre perfectionnisme humain ou notre intellect qui guérit, mais la puissance de l’Esprit qui vient à la conscience humaine et brise le rêve avec le message christique du Royaume des Cieux à portée de main et la réalisation de la totalité de l’Esprit.

Cet Esprit est le Christ qui nous éveille à notre véritable identité et à notre nature spirituelle. Il efface, restaure, élève, transforme, renouvelle, bénit et libère. Il révèle le Royaume des Cieux sur terre et le règne véritable de l’harmonie en nous.

«l’humilité est la lentille et le prisme pour comprendre la guérison-Entendement; il faut la posséder pour comprendre notre livre d’étude; elle est indispensable à la croissance personnelle et indique la carte de son Principe divin et la règle de la pratique. »

(Écrits divers 1883–1896, Mary Baker Eddy, p. 356)


SECTION 2 – LA PUISSANCE DU CHRIST GUÉRIT LA MALADIE MENTALE

« Si nous marchons dans la chair, nous ne combattons pas selon la chair. Car les armes avec lesquelles nous combattons ne sont pas charnelles; mais elles sont puissantes, par la vertu de Dieu, pour renverser des forteresses. ….. nous amenons toute pensée captive à l’obéissance de Christ. »(II Cor 10:3-5)

Il y a un excellent livre intitulé Stories of Healing (Histoires de Guérison) disponible dans la salle de lecture de la Science Chrétienne qui fait un excellent travail de paraphrasation de cette guérison (et de nombreuses autres guérisons du Nouveau Testament). [Ce livre n’est pas (encore) disponible en français.]

« Un jour de sabbat, alors que Jésus enseignait, il y avait un malade mental dans la synagogue. À cette époque, les gens croyaient que des êtres invisibles appelés démons ou mauvais esprits pouvaient les rendre malades. Alors les gens de la synagogue pensaient que cet homme avait des démons en lui… Jésus savait que les démons n’étaient que des pensées mauvaises ou sauvages. Et il était sûr que Dieu, qui est tout-bon et tout-puissant, pouvait détruire les pensées folles… Jésus savait que Dieu est toujours au contrôle et que les démons, ou les mauvaises pensées, n’avaient aucun pouvoir sur Dieu ou sur cet homme. (Histoires de guérison, p. 17) [traduction française pas autorisée]

Le commentaire « Bible Lens » dans The Christian Science Sentinel a ceci à ajouter :

« Diables ou démons (grec, dominion) était le terme désignant les mauvais esprits censés être responsables de maux états physiques et mentaux. Les détruire était au cœur du ministère et de l’enseignement de Jésus, et il a également conféré cette capacité à ses disciples… » (« Bible Lens », Christian Science Sentinel) [traduction française pas autorisée]

Il existe de nombreux témoignages merveilleux sur JSH Online liés à la santé mentale. Vous pouvez en trouver toute une section ici. https://jsh.christianscience.com/a-healing-response-to-the-global-pandemic/mental-health [Heureusement, la plupart de ces articles sont traduits en français. Vous pouvez trouver ces traductions en utilisant ce lien en haut de la page.]

Vous devrez être abonné à JSH pour les consulter, mais si vous ne l’êtes pas, vous pouvez rechercher l’article que vous souhaitez lire dans les volumes reliés (bound volumes) de votre salle de lecture locale. Voici un article que vous pouvez lire gratuitement ici : L’unicité de l’entendement et la santé mentale.

https://fr.herald.christianscience.com/shared/view/2pxbom4hmpu?s


SECTION 3 – VIVRE SANS DISTRACTION !

Ne divisez pas votre attention. Chaque jour apporte tant de  distractions – les téléphones sonnent, les conditions météorologiques changent, les publicités et les gens essayant d’attirer votre attention… et cela ne veut rien dire des choses que nous voulons réellement faire, comme passer du temps avec nos familles, nos carrières, et avec Dieu. Comment pouvons-nous nous assurer que nous ne passons pas mal notre temps libre – corrompant ce qui devrait être une bonne activité – avec des distractions inutiles ?

Au lieu d’essayer de réserver du temps à Dieu, puis de réserver du temps séparé pour ceci ou cela – bien sûr, même pour le divertissement – il existe un moyen de ressentir un véritable sentiment d’unité dans toutes nos activités. Quand est notre temps, SANS  Dieu ? Il n’y en a pas. Alors, cette assurance de la présence de Dieu – et notre réponse conséquente à sa présence – ne devrait-elle pas être un fait omniprésent pour nous ? Savoir que nous sommes toujours avec Dieu ne devrait pas nous faire marcher sur la pointe des pieds, ou penser que nous devons faire ceci ou cela pour mériter son amour. Au lieu de cela, il nous libère, nous montrant les manières infinies dont Dieu nous aime et la capacité infinie que nous avons de voir et de ressentir son amour.

J’ai écrit un article à ce sujet, intitulé « Tiré dans de nombreuses directions? Laissez Dieu façonner chaque instant. » Pour le Christian Science Sentinel en juin 2020. Vous pouvez le lire ou l’écouter ici. [Malheureusement c’est seulement disponible en anglais.] https://sentinel.christianscience.com/shared/view/kpjdf8yvtq?s=copylink

Je pense que cette partie correspond à ce à quoi je veux en venir dans notre examen de cette section :
« Au lieu de penser que la dévotion à Dieu n’était qu’une activité parmi d’autres, j’ai vu que la dévotion à l’Amour divin, au bien pur lui-même, était la seule véritable activité qui englobait tout le reste. Oui, même laver la vaisselle était un moyen de vivre cette prière – un bien quotidien à faire, toujours pour Dieu. M’engager avec ce but d’unifier complètement chaque activité sous le but d’aimer et rendre service au Dieu, qui englobait tous les autres buts, m’a sauvé de l’épuisement du sentiment que j’avais trop de chapeaux à porter. Cela m’a donné le chapeau parfait pour toutes les occasions : la reconnaissance que tout ce qui est réel, tout ce qui a de la valeur, est vraiment tout à propos de Dieu et pour Dieu. »

Réjouissez-vous pour l’opportunité de chaque jour de ressentir une vision plus profonde et plus fraîche de votre unité avec Dieu !


SECTION 4 – DES VUES FRAÎCHES CHAQUE JOUR

Vous avez peut-être entendu le dicton : « La familiarité engendre le mépris ». Nous devons faire attention à la tentation de considérer les choses ou les gens comme  acquis ! Si nous pensons déjà savoir ce que quelqu’un va dire, ou si nos attentes envers quelqu’un colorent complètement notre vision d’eux, nous pouvons manquer les nouvelles idées qu’ils ont à partager ou les nouvelles idées qu’ils pourraient inspirer. De même, dans notre étude de notre pasteur et des autres écrits de Mary Baker Eddy, il pourrait être tentant de simplement sauter certaines parties, ou de simplement « tirer » certains passages sur les gens lorsqu’ils ont besoin d’aide.

Mais Dieu, la Vie, s’exprime dans la vivacité, la fraîcheur, la nouveauté, les vues qui se déploient chaque jour. L’hymne 218 chante à ce sujet. Le premier vers dit :

« O Vie, en Toi tout l’univers
Trouve un splendide renouveau ;
Nos pieds, baptisés par Tes eaux,
Ne marchent plus dans le désert. »

(Christian Science Hymnal, n° 218:1)

De nouvelles vues sont naturellement unies à la guérison. Nous avons toujours droit à un cœur réceptif, à une volonté de rendre service. Nous ne pouvons pas vraiment être privés de notre droit naturel de vouloir nous engager avec la vérité ! Et ce droit est quelque chose que nous pouvons pratiquer tous les jours. Quand quelqu’un parle, écoutez vraiment – pas seulement les mots qu’il dit, mais ce que l’Entendement divin révèle dans sa transparence naturelle pour l’Amour. Lorsque quelqu’un s’approche de vous, priez au lieu de réagir.

Et, de l’autre côté de l’équation, si vous avez l’impression que vous et votre bien ne sont pas appréciés – si votre objectif semble estompé – comme il est merveilleux de se rappeler que votre objectif est indépendant de toute circonstance ou personne extérieure. Dieu vous a ordonné et vous a appelé et vous a équipé pour être son image et sa ressemblance ! Pas une seule seconde vous n’avez quitté Ses conseils. Mary Baker Eddy nous encourage à avoir cette perspective : «La bonté ne manque jamais de recevoir sa récompense, car la bonté fait de la vie une bénédiction. En tant que partie active d’un tout prodigieux, la bonté identifie l’homme au bien universel. Puisse ainsi chaque membre de cette église s’élever au-dessus de la question si souvent posée, Que suis-je ?, jusqu’à la réponse scientifique : je suis capable de communiquer la vérité, la santé, le bonheur, et c’est le rocher de mon salut et ma raison d’être. »

(La Première Eglise du Christ, Scientiste, et Miscellanées, p. 165)

Aime briller et aime regarder comment les autres brillent !


SECTION 5 – CHERCHER LA BONNE SOURCE.

La citation biblique 12 est l’un de mes passages préférés – « il fut ému de compassion… » (Matthieu 9:36) Cette compassion, cette action de l’amour divin, doit être rappelée comme la lentille à travers laquelle Jésus a toujours agi et guéri. Par l’action de l’Amour divin, que nous pouvons servir par notre consentement volontaire à « [voir] dans la Science l’homme parfait… » (SH 476:32), nous pouvons rester non dérangés par les rapports effrayants, douloureux ou apathiques du soi-disant sens matériel.

Comme Mary Baker Eddy le précise dans les passages Science et Santé de cette section, la simple croyance ne guérit pas ; c’est comprendre et avancer avec une foi ferme basée sur cette compréhension qui nous permettent de voir plus clairement l’action de Dieu -pour voir ce qu’il a déjà fait. Dieu n’a jamais créé une personne handicapée physiquement ou mentalement. Ainsi, avec compassion (plutôt que d’essayer simplement de convaincre quelqu’un qu’un problème n’existe pas), nous pouvons persister à nous diriger vers Dieu pour voir ce qu’il a fait.

Récemment, j’ai commencé à ressentir beaucoup de douleur dans mon corps. Je me suis surpris à commencer à vraiment me poser de questions et à avoir peur de ce qui se passait, alors j’ai arrêté de ruminer et j’ai commencé à prier le Notre Père (la Prière du Seigneur).

Quand je suis arrivé à la ligne, « Que ta volonté soit faite », j’ai réalisé que c’était une aide merveilleuse. Si la volonté de Dieu est faite, alors il n’y a pas d’autre influence ou messager vers lequel je dois me tourner pour voir ce qui se passe. J’ai réalisé que cela signifiait que les sens matériels ne pouvaient tout simplement pas rendre compte avec précision de mon état. Et, si la volonté de Dieu est faite, mon état doit en fait être inclus – et protégé – dans cette volonté. J’ai résolu de ne pas laisser la sensation matérielle informer mon travail de prière, et plutôt de partir du point de vue que la volonté de Dieu est, en fait, déjà faite.

Cette nouvelle dévotion à Dieu a complètement remplacé la peur que je ressentais et m’a donné une direction claire et directe à regarder. J’ai pensé avec un véritable intérêt à partir de ce point de départ, que la volonté de Dieu est faite. Ma prière a également été éclairée par la traduction spirituelle de Mary Baker Eddy de cette ligne : « Donne-nous de savoir que — de même qu’au ciel, ainsi sur la terre, — Dieu est omnipotent, suprême ». J’ai réalisé que mon droit de connaître et de ressentir l’omnipotence de Dieu était un droit qui ne pouvait pas m’être enlevé. Je ne faisais pas appel à la loi de Dieu pour faire cesser la douleur ; J’honorais la loi de Dieu en ne pensant qu’à elle pour mon statut.

J’ai prié de cette manière engagée pendant plusieurs heures, et au moment où je suis allé me ​​coucher, toute la douleur avait complètement disparu. J’étais si heureuse – certainement j’étais contente de me sentir à nouveau normale – mais ma vraie joie venait du fait que j’en avais appris davantage sur ce dont parlait Mary Baker Eddy lorsqu’elle a dit à ses lecteurs que « Son travail est fait, et nous n’avons qu’à nous servir de la règle de Dieu pour recevoir Sa bénédiction qui nous met à même de travailler à notre propre salut.  »(Science et Santé avec la Clef des Ecritures, 3:9). Regarder à l’évidence des sens matériels, ou essayer de prier d’un point de vue qui n’inclut que sa propre connaissance personnelle, n’est pas le moyen de trouver une meilleure vision de ce que Dieu fait. Nous aimons dire la vérité et rester avec la vérité, mais nous ne pouvons pas nous contenter de ce que nous savons personnellement ! Nous aimons être humbles et laissons notre compréhension de Dieu sous-tendre notre foi en lui et notre volonté d’apprendre une nouvelle chose, d’acquérir une nouvelle vision de sa création bien-aimée. Et cette nouvelle vue apporte la guérison.


SECTION 6 – VIVEZ-LE !

Alors que j’étudie les leçons bibliques hebdomadaires de la Science Chrétienne, j’aime toujours considérer le flux narratif – pas seulement le thème, mais comment la structure de la leçon illustre, transmet et encourage l’engagement actuel avec ce thème. J’ai été frappé par la façon dont cette section de la leçon biblique de cette semaine ressemble à une conclusion très émouvante ! Ce n’est pas du tout une conclusion, une sorte de « histoire terminée » ! Après avoir lu cette leçon, la cloche retentissante qui sonne dans ma pensée est : « Et ensuite ? » Et ce qui nous attend ensuite, c’est de vivre cela. Pas seulement pour réfléchir sans passion sur les faits concernant la carrière de Christ Jesus, ou pour se reposer dans des pensées tranquilles sur ce qu’il a fait et enseigné. Je me sens émue ! Comme Mary Baker Eddy l’a dit dans Science et Santé citations 30 et 31 : «Le christianisme tel que Jésus l’enseignait…..était la démonstration de l’Amour divin qui chasse l’erreur et guérit les malades, non pas simplement au nom du Christ, la Vérité, mais par la démonstration de la Vérité » et « Il est possible – c’est même le devoir et le privilège de tous, enfants, hommes et femmes – de suivre en quelque mesure l’exemple du Maître en démontrant la Vérité et la Vie, la santé et la sainteté. » (souligné en gras ajouté).

Nous avons reçu des instructions très utiles sur ce que signifie guérir, ressusciter les morts et prêcher l’évangile. Je trouve ces passages particulièrement utiles : «Le commandement du Seigneur signifie ceci, que nous devrions adopter l’esprit du ministère du Sauveur, et demeurer dans une attitude spirituelle telle qu’elle attirera tous les hommes à nous…..L’Entendement démontre l’omniprésence et l’omnipotence, mais l’Entendement tourne sur un axe spirituel, et sa puissance se déploie et sa présence se fait sentir dans le calme éternel et l’Amour immuable. » (Rétrospection et Introspection, p. 88-89)

Nous devons refuser d’être attirés par les peurs mondaines ou les moqueries que la puissance du Christ n’est plus présente ou est inefficace. Les vérités de la Science Chrétienne, de la loi de Dieu, ne sont pas limitées à une seule église ou dénomination, mais sont les faits d’être pour toute réalité, y compris tous les hommes, femmes et enfants. Peu importe la situation, peu importe la nationalité ou l’origine, la puissance du Christ est capable de réprimander, de restaurer, de transformer. Nous sommes capables d’en témoigner et de voir l’activité de Christ ici même.

Vers la conclusion d’un sermon de Pâques, enregistré dans Écrits Divers, Mary Baker Eddy nous instruit et nous exhorte tous : «Qu’est-ce qui semble être une pierre entre nous et l’aube de la résurrection?

C’est la croyance à l’entendement dans la matière. Nous ne pouvons parvenir à la résurrection spirituelle qu’en abandonnant l’ancienne conscience selon laquelle l’Ame est dans les sens……. Il nous faut rejeter la conscience matérielle, et nous pouvons alors percevoir la Vérité et dire avec Marie : « Rabbouni! » — Maître » .(Écrits divers 1883–1896, 179:19–23, 28).

Nous pouvons quitter l’ancienne et fausse conscience et nous élever dans la conscience de la présence du Christ, en suivant fidèlement les enseignements de Jésus et en éclairant la voie en l’honneur de Dieu et de l’amour pour l’homme.

American Camp Association

MAIN OFFICE
(November - May)
410 Sovereign Court #8
Ballwin, MO 63011
(636) 394-6162

CAMP OFFICE
(Memorial Day Weekend - October)
19772 Sugar Dr.
Lebanon, MO 65536
(417) 532-6699

Support our mission!

CedarS Camps

Back
to top