Enroll by January 31st for any summer program with a $100/wk deposit, and save $25/wk!

Laissez la Vie vous vivre pleinement !
Cédez à la loi de Dieu de la vie éternelle ici et maintenant !

Idées d’applications métaphysiques pour la leçon biblique trimestrielle de la Science Chrétienne sur

« Vie »
du 10 janvier au 16 janvier 2022

par Kathy Fitzer
Lac St. Louis, MO kathyfitzer@gmail.com


 

C’est l’heure des « leçons sur les synonymes » ! Cette semaine, nous allons plonger en Dieu en tant que Vie. En tant que nom de Dieu, la Vie doit être synonyme de Principe, Esprit, me, Entendement, Vérité et Amour (les autres noms bibliques pour Dieu discernés par Mary Baker Eddy.) Y a-t-il quelque chose de limité ou de limitant dans cette liste ? Non! Alors, qu’est-ce que cela dit de ce qui tenterait de limiter la pleine expression de la Vie ? Des choses telles que le stress, le manque de temps, les ressources limitées, l’inharmonie, les conflits, la maladie, le péché et la mort n’ont pas leur place dans la Vie !

Comme nous comprenons et vivons en accord avec la vraie nature de la Vie, tout ce qui diffère de la Vie éternelle, immuable et illimitée doit disparaître de notre vue ! J’ai peut-être déjà mentionné cela auparavant, mais une guérison marquante s’est produite pour moi il y a de nombreuses années, lorsque mes enfants étaient jeunes. Je me sentais souvent sous pression et stressé. À un moment donné, j’ai éprouvé des difficultés cardiaques. La guérison est venue avec la prise de conscience que plutôt que de lutter pour vivre la vie, la Vie me vivait ! Je n’ai plus de problèmes cardiaques.


LE TEXTE D’OR du Deutéronome nous enseigne : «choisis la vie, afin que tu vives, toi et ta postérité, afin que tu puisses aimer l’Eternel ton Dieu, que tu puisses obéir à sa voix, et que tu puisses t’attacher à lui : car il est ta vie…) (Deut. 30 : 20). Il me semble que ce n’est qu’en reconnaissant Dieu comme notre vie que nous pouvons rester proches de (être un avec) Dieu, la Vie. En restant près de la Vie, nous sommes capables d’aimer la Vie, et capables d’agir en obéissance (en réponse) à cet amour, qui nous permet de sentir la Vie nous vivre ! Je me souviens de la phrase d’ouverture de la préface de

: «Pour ceux qui s’appuient sur l’infini, soutien constant, aujourd’hui est riche en bienfaits.) (vii : 1-2) Il est impossible de s’appuyer sur quelque chose sans en être proche. Le reste de la Leçon examine la Vie comme cet infini soutien qui constitue la seule vraie vie, qui est à jamais illimitée.


LA LECTURE ALTERNÉE nous rappelle l’alliance de Dieu et nous exhorte à renouveler notre engagement envers cette alliance, comme ce fut le cas pour les enfants d’Israël à la veille de leur passage à la Terre promise. Dieu donne une place à chacun. Notre « terre promise » est plus qu’un lieu physique (bien qu’elle comprenne un sentiment de maison établie). Comme l’a dit le nouveau président de l’Église Mère lors de l’assemblée annuelle de 1906, parlant de la Science Chrétienne et de l’Église qui la représente, «….. le chemin conduisant hors du désert des croyances humaines a été révélé. Grâce à la compréhension du fait que Dieu est un secours toujours présent, les malades sont guéris, les fers du péché sont brisés, de pesants fardeaux sont déposés, les larmes sont essuyées ; et Israël se lève pour entrer en possession de la Terre Promise de l’existence éternelle et harmonieuse. »

(La Première Église du Christ Scientiste et Miscellanées , Mary Baker Eddy, p. 43:32)

La Lecture Alternée indique également clairement ce qui est nécessaire pour expérimenter les bénédictions de cette terre promise, qui est accessible à tous. Nous devons écouter Dieu, aimer Dieu, « marcher dans ses voies » et garder ses commandements. Nous ne faisons pas ces choses pour gagner l’amour, la grâce et les bénédictions de Dieu. Réfléchissez aux raisons pour lesquelles vous suivez les instructions lorsque vous construisez ou préparez quelque chose, pourquoi vous respectez le code de la route, jouez les notes écrites sur un morceau de musique ou utilisez les nombres spécifiés dans une équation. Ce n’est pas pour gagner le droit que les choses se passent bien. Vous vous harmonisez simplement avec la loi établie régissant ces activités. Ainsi, en obéissant à la loi de Dieu et en aimant Dieu et l’homme, nous nous harmonisons avec la loi du bien et pouvons nous attendre à faire l’expérience du royaume de Dieu.


SECTION 1 : MARCHER AVEC DIEU POUR EXPÉRIMENTER LA LIBERTÉ DE VIE

Nous lisons à propos d’Enoch dans cette section. Enoch (comme Elie) n’est pas passé par un « processus de mort ». Au lieu de cela, on nous dit qu’il « a marché avec Dieu : et il ne fut plus ». (citation B5, Genèse 5 : 21, 22, 24) Pour moi, cela montre que la mort n’est pas inévitable, même si nous ne serons pas sur cette terre pour toujours. Et, cela nous montre comment laisser la Vie nous vivre. La « Lentille biblique » dans le Sentinel de cette semaine a partagé cette idée de ce que signifie « marcher avec Dieu ». C’est « se conformer à la volonté [de Dieu], être en accord avec ses desseins et travailler avec lui ». (Traduction française pas autorisée) Cela semble très similaire à ce que la Lecture Alternée dit que nous devons faire dans le cadre de l’alliance établie avec Dieu, ainsi qu’aux instructions de Moïse dans Deutéronome 6 dans cette section. (cit. B4, Deutéronome 6:4, 5, 13, 18, 24)

Si nous voulons nous conformer à la volonté de Dieu, L’aimer et Le servir, nous devons connaître Dieu ! Les définitions de Dieu et de la Vie dans cette section nous aident à faire exactement cela. Dieu n’est pas une personne – n’est pas corporel (n’a pas de corps matériel) et ne peut pas être confiné à une forme humaine. Dieu est suprême (le plus élevé et le plus excellent) – il n’y a donc aucun pouvoir qui puisse renverser Dieu – rien qui puisse renverser la Vie, l’Esprit, l’Entendement, l’ me, le Principe, la Vérité, l’Amour (citation S1; 465:8-10). La définition de la Vie montre clairement que le temps et la matière n’ont pas leur place dans la Vie éternelle. Les sections suivantes vont plus en détail à ce sujet. Mais, au fond, le temps et la matière se limitent et s’érodent. S’ils étaient des éléments de la Vie, à un moment donné, Dieu, Esprit, ne serait plus suprême. La Vie ne serait plus vivante, la Vérité ne serait plus vraie et l’Amour n’aimerait plus (cit. S2; 468:25-3). Tout cela est impossible !

Comprendre cela enlève la pression du temps, la comparaison, la pression de toutes sortes. Il semble que je continue à devoir le démontrer. J’ai tendance à laisser les choses que j’ai à faire – même les petites responsabilités – s’accumuler dans ma tête jusqu’à ce qu’elles semblent un peu écrasantes. Mais, au fur et à mesure que je pratique, je suis capable de changer plus rapidement de perspective, d’être tranquille et de savoir que la Vie me vit (en prenant soin de chaque détail) plutôt que d’essayer de vivre la vie. Notre seul travail est de « travailler à [notre] salut » et la meilleure nouvelle est que « Dieu opère en [nous] » ! (cit. .s4 ; 22 :11-12) Ainsi, comme Hénoch qui « marchait avec Dieu », nous pouvons nous aussi céder à la direction de Dieu, faire confiance aux soins de Dieu et obéir à ses commandements en aimant — en aimant Dieu, les autres et ce que nous sommes appelés à faire ! Cela ne semble pas toujours facile, mais en étant tranquilles et en abandonnant un faux sens de notre vie séparée de la Vie divine, nous pouvons expérimenter de plus en plus la liberté.


SECTION 2 : DÉMONTER LA CROYANCE AU TEMPS

Cette section contient plusieurs histoires bibliques qui illustrent que la norme par laquelle nous mesurons le temps – le mouvement autour du soleil – est une fraude. Si le temps n’a rien à voir avec la Vie, tout ce qui existe vraiment, c’est maintenant. J’ai réalisé – alors que je me reprochais de ne pas être encore une fois aussi efficace que j’aurais aimé l’être – que cela offrait l’occasion de prendre un nouveau départ à chaque instant. Je continuerai à m’efforcer d’utiliser chaque instant pour suivre la direction et l’amour de l’Entendement au maximum. Mais si j’ai « perdu mon temps », il n’y a aucune raison d’en perdre plus avec le regret. Je peux commencer maintenant à obéir à Dieu sans revenir sur les erreurs du passé. Refuser de ruminer fait partie de la conquête de la domination. Comme le dit saint Paul : « Nous tous donc qui sommes parfaits, ayons cette même pensée….. oubliant ce qui est en arrière et [se] portant vers ce qui est en avant…» (Philippiens 3:15, 13)

Cette section contient plusieurs exemples de temps qui n’est pas le solide mesure qu’il semble être. L’ombre sur le cadran solaire recula pour indiquer à Ézéchias que Dieu avait entendu ses prières et le guérirait (cit. B8 ; Ésaïe 38:1, 2-5, 7-9, 19). La référence dans Habacuc au soleil et à la lune immobiles remonte à l’expérience de Josué lorsqu’il dirigeait l’armée israélite. (cit. B9 ; Habacuc 3:2, 20, 11). En réponse à la prière de Josué, la journée a été allongée afin que les Amoriens ne puissent pas réorganiser une nouvelle défense contre Israël. Israël a prévalu (Josué 10 :12-13). Le temps n’est pas une réalité solide, mais cède à la présence permanente de Dieu.

Dans l’Ecclésiaste, l’Instructeur parle de la nature immuable de la Vie. Comme le dit une traduction : « Tout ce qui arrive est arrivé avant, et tout ce qui sera a déjà été — Dieu fait tout encore et encore » (cit. b10, Ecclésiaste 3:15 CEV, traduction française pas autorisée). Jésus a illustré une idée similaire de pas de démarrage et d’arrêt lorsqu’il a expliqué à ses auditeurs : « Avant qu’Abraham fût, je suis » (cit. B11, Jean 8:58). Abraham était ici pour une période de temps limitée, mais le Christ existe pour toujours en tant qu’expression de Dieu, la Vie. Comme l’explique Mary Baker Eddy, « le Christ est sans commencement d’années ni fin de jours.» (cit. S6, 333:16). Elle dit très crûment «L’organisation et le temps n’ont aucun rapport avec la Vie. » (cit. S5, 249:19-20).

Alors, pourquoi est-ce si important de comprendre cela ? Parce que lorsque nous pensons à l’organisation et au temps de manière traditionnelle, nous avons toujours affaire à la finitude, aux limites et à un sentiment de pression. Le potentiel d’être enfermé est toujours là. Que la suggestion soit une opportunité limitée, des années à vivre limitées, une expérience limitée ou toute sorte de pression, comprendre que l’homme coexiste avec la Vie illimitée nous laisse libres pour voir le bien déjà présent. Nous lisons : «l’Entendement mesure le temps d’après le bien qui se déroule. » (cit. S10, 584 :4-6). Plutôt que de travailler à transformer le « chaos en ordre », nous pouvons penser à regarder la bonté de Dieu se déployer. (SH 255:3) Au lieu de regarder l’horloge et le calendrier, nous devons rester concentrés sur chaque étape du progrès ou du développement. Plutôt que de penser en termes de temps restant, valorisez chaque instant ! Ce faisant, de petites choses deviennent apparentes qui auraient pu passer inaperçues, et des tâches apparemment impossibles sont accomplies !


SECTION 3 : LA VIE ÉTERNELLE DÉFINIE

Non seulement la Vie n’est pas mesurée par le temps, mais elle est, en fait, éternelle. Cela signifie, « sans commencement ni fin ; toujours existante; immuable.« Et, en tant qu’image de Dieu (ou de la Vie), nos vies sont également éternelles. Une vision alambiquée de ce fait pourrait nous faire penser que nous sommes à jamais coincés dans les hauts et les bas que nous connaissons maintenant comme la vie humaine. Ou que ce que nous faisons n’a pas d’importance parce que nous avons l’éternité pour comprendre les choses. Nous pouvons penser qu’un jour nous atteindrons quelque chose comme le bonheur perpétuel – mais nous pourrions penser que cela pourrait aussi être un peu ennuyeux. J’ai vraiment aimé quelque chose que la « Lentille de la Bible » dans le Sentinel avait à dire à propos de la promesse de Jésus de la vie éternelle (cit. B14, I Jean 2:25). Citant une autorité biblique, disait-il, cette vie « n’est pas d’une durée infinie dans un avenir utopique. C’est, au contraire, la vie possédant une qualité radicalement indestructible qui transcende même maintenant l’évanescence de ce monde. (L’évanescence signifie la qualité de s’estomper rapidement.) Pensez à quel point il serait libérateur de vraiment comprendre (et ainsi démontrer) le fait que rien ne peut interrompre la Vie exprimée en vitalité, mouvement, santé, abondance, déroulement, absence d’âge (ni trop jeune ni trop vieux), activité épanouissante et accomplissement, etc… rien ne peut faire s’estomper votre expression de cette Vie divine de quelque façon que ce soit !

La Vie éternelle est la réalité maintenant. La question est de savoir comment expérimenter cette harmonie du bien immuable. La Science Chrétienne nous enseigne à changer notre perspective pour voir à travers la brume du sens mortel pour trouver le réel — pour « Modeler alors nos vues concernant l’existence sur la beauté, la fraîcheur et la continuité, plutôt que sur la vieillesse et la décrépitude. » (cit. S16, 246 : 27). Lorsqu’un homme a demandé à Jésus comment avoir la vie éternelle, Jésus lui a simplement dit d ‘ « observer les commandements » – c’est-à-dire obéir à la loi de Dieu (cit. B12, Matthieu 19:1, 16, 17). Nous, en tant qu’individus, et notre monde dans son ensemble, bénéficierions grandement d’une atmosphère de pensée qui n’aurait qu’un seul Amour ; qui ne se prosternerait pas devant les idoles de la peur, de la maladie et de la haine (mais les considèrerait comme le sens inversé des choses qu’elles sont) ; qui ferait confiance à Dieu pour répondre à nos prières; qui se souviendrait d’être tranquille et de se reposer dans la Vérité ; qui honorerait Dieu en tant que Père et Mère de tous ; qui ne peut pas tuer (ni même se mettre en colère) ; qui tiendrait ses promesses ; qui ne volerait pas la joie, les idées ou les biens d’autrui ; qui verrait le vrai homme de la création de Dieu là où un homme malade ou pécheur apparaît ; et qui ne convoiterait pas le bien d’autrui mais s’en réjouirait. Je défie chacun de nous de faire un effort plus concerté pour garder plus attentivement la pensée à chaque instant, jour après jour, et de réaliser que la loi de Dieu est la seule loi – et il est naturel que chacun reflète cette loi.


SECTION 4 : LA VIE N’A RIEN A VOIR AVEC LA MATIÈRE

Afin de faire l’expérience de la Vie éternelle, nous devons pleinement accepter et embrasser la prise de conscience de Mary Baker Eddy que «La Vie est, a toujours été, et sera toujours indépendante de la matière; » (cit. S17, 200:9). Être indépendant signifie « ne pas [être] soumis au contrôle de » ; « ne pas compter sur un ou plusieurs autres pour l’aide ou le soutien » « ne pas dépendre de quelque chose d’autre pour son existence, son fonctionnement, etc. ». Être indépendant de la matière (de la mortalité, de l’illusion, de la non-intelligence, de la limitation) signifie que nous sommes libres pour briser toutes les barrières, pour vaincre toutes les peurs, pour surmonter tous les péchés, maladies et formes de mort.

Nous avons l’autorité biblique pour affirmer notre indépendance et réaliser la promesse que « Lorsque nous comprendrons que la Vie est Esprit, qu’elle n’est jamais dans la matière ni matérielle, cette compréhension s’épanouira jusqu’à devenir complète en soi, trouvant tout en Dieu, le bien, et n’ayant besoin d’aucune autre conscience. » (cit.s23, 264:15) Comme c’est libérateur de ne pas ressentir le besoin de vérifier avec le corps ou le compte bancaire, ou toute sorte de statistique pour voir comment nous allons – mais plutôt de simplement vérifier avec ce que Dieu (Vie, Vérité et Amour) connaît de nous et de chaque situation. Non seulement le premier chapitre de la Genèse décrit la réalité de la création spirituelle, la seule création, mais le psalmiste dit de Dieu, Esprit : «Tu as donné à [l’homme] la domination sur les œuvres de tes mains, tu as tout mis sous ses pieds » (cit.b15, Psaume 8:1, 4, 6). Nous pouvons penser à la domination comme ayant le pouvoir, ou le règne. Quand il semble que quelque chose essaie de renverser ce pouvoir, nous déclarons notre domination et piétinons mentalement la suggestion – comme si nous éteignions un feu ou brisions des débris avec nos pieds.

Jésus a démontré ce contrôle sur les suggestions de la croyance matérielle lorsqu’il a guéri. Après avoir guéri l’homme que l’on croyait « un démoniaque », il a contesté la suggestion selon laquelle il aurait guéri en utilisant le pouvoir du diable. Il a souligné que cela conduirait à une maison divisée contre elle-même et qui ne pourrait donc pas subsister (cit. B18, Matthieu 12:22-28). Les ténèbres ne peuvent pas détruire les ténèbres. Un mensonge ne peut pas corriger un autre mensonge. La matière ne peut pas guérir la matière.

Alors aujourd’hui, quand il semble qu’un médicament matériel détruit la maladie, nous devons voir que tout ce que fait ce médicament est de changer la croyance. Le résultat peut être un soulagement temporaire du problème, mais il ne guérit pas vraiment. Même si nous ressentons le besoin de nous tourner temporairement vers l’utilisation de moyens matériels, notre travail doit se poursuivre dans nos efforts pour voir que la Vie (exprimée comme notre vie) est vraiment indépendante de la matière. Ainsi, elle est indépendante de la maladie, de l’accident, du vieillissement, etc.

La guérison et la vraie liberté ne viendront que lorsque ce fait deviendra plus réel que la croyance que nous vivons dans la matière et que nous sommes soumis aux lois de la matière. Comme nous le lisons dans les traductions modernes de Jean 6:63, « C’est l’esprit qui vivifie ; la chair ne sert de rien. [cela n’a pas d’importance…] (cit. B19, AMP). La matière ne peut ni nous aider ni nous blesser. Mais, nous devons suivre l’exemple de Jésus et savoir si clairement que « la Vie est … indépendante de la matière » que nous démontrons la liberté pour nous-mêmes et pour les autres (cit. S17, 200:9).


SECTION 5 : LA SUPRÉMATIE DE LA VIE DÉTRUIT LE PÉCHÉ ET LA MORT

Pendant que je travaillais sur cette section, je me suis souvenu des paroles de Paul aux Corinthiens, « comme tous meurent en Adam, de même aussi tous revivront en Christ, » (I Corinthiens 15:22) L’histoire d’Adam est l’une d’un homme fait de poussière (matière), qui a cédé à la tentation et au péché, et a été expulsé de sa maison (de l’harmonie, le Royaume, la Terre Promise, pour ainsi dire). Il est tentant de prendre cela comme notre histoire. Mais, Christ Jésus a inversé cette image. Il a enseigné et démontré la liberté qui vient de partir du point de vue de la nature innocente, sans péché et divine de l’homme, un avec Dieu et demeurant dans le Royaume qui est toujours à portée de main.

Plus tard dans ce même chapitre, Paul écrivit : «L’aiguillon de la mort, c’est le péché ; et la puissance du péché, c’est la loi. » Il ajouta ensuite cette merveilleuse promesse : « Mais grâces soient rendues à Dieu, qui nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus-Christ ! » (cit. .b21, I Corinthiens 15:55-57). J’ai trouvé utile de consulter les traductions de cette citation sur biblegateway.com. C’est de The Voice : « Hé, la mort ! Qu’est-il arrivé à ta grande victoire? Hé, la mort ! Qu’est-il arrivé à ton attaque ? Le péché est arrivé dans ce monde, et l’aiguillon de la mort l’a suivi. Alors le péché a visé la loi et a gagné du pouvoir sur ceux qui suivent la loi. Remerciez Dieu donc pour notre Seigneur Jésus, l’Oint, le libérateur, qui nous a apporté la victoire sur la tombe. »

Tout au long de la Leçon a été la directive et la promesse que l’obéissance à Dieu (et à Sa loi) mène à la Vie ! Donc, je devais vraiment réfléchir à l’utilisation de la loi par Paul ici. Entre autres choses, j’ai trouvé utile de regarder les chapitres 5 et 7 de Romains. Ce qui m’est venu, c’est que la désobéissance devient plus apparente lorsqu’elle est découverte par la loi (comme dans les Commandements.). Si nous considérons l’obéissance à la loi comme une simple tentative de suivre humainement le « tu ne feras pas », nous nous retrouverons probablement à mener une bataille perdue d’avance.

Nous ne pouvons pas nous permettre de partir de la perspective d’Adam d’être des mortels limités soumis à la tentation. Jésus a accompli la vraie loi de Dieu par la lumière du Christ. Il a révélé notre héritage comme héritiers de Dieu, ayant reçu la domination sur les serpents qui nous tenteraient. En comprenant que la loi de Dieu est la loi de l’Amour, nous pouvons considérer les Commandements comme une description de ce que c’est que notre nature d’être et de faire. Par exemple, il est de notre nature d’avoir un seul Dieu, de ne pas tuer ni même être en colère, de ne pas porter de faux témoignage ou de convoiter, etc. Donc, nous ne nous considérons plus soumis à la tentation et la punition, mais libre à expérimenter la promesse de la vie éternelle.

Jésus a promis : « Quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais ». (cit. B22, Jean 11:26). Mary Baker Eddy écrit à propos de ce verset : «C’est-à-dire, celui qui perçoit la vraie idée de la Vie perd sa croyance à la mort. » (cit. S24, 324 :32-2). Par ses prières silencieuses et sa perception de cette véritable idée de la Vie, la fondatrice de la Science Chrétienne a rétabli la santé de M. Clark, malgré la prédiction de la mort du médecin (cits. S25 & S26, 192:32-4 ; 193:7-14 , 32-2).

Dieu nous a appelés à accepter le don de la vie éternelle. Nous ne surmontons pas le péché et la mort par la volonté humaine. Mais, étape par étape, alors que nous commençons avec persistance à partir de la base de l’homme tel qu’il est fait à l’image de Dieu, et maintenons le fait que « rien n’a vraiment de Vie sauf Dieu, qui est la Vie infinie », nous démontrerons notre liberté de la croyance du péché et de la mort – comme Jésus fait — par la grâce de Dieu (cit.s27, 253:28). Alors que nous cédons à la loi de Dieu de Vie et d’Amour, la croyance au péché et la possibilité de la mort, ou la séparation de la Vie, s’effaceront.

En pensant aux résolutions du Nouvel An, j’essaie de les rendre moins sur ce que j’espère faire ou ne pas faire, et plus sur le fait de céder à la volonté de Dieu, ce qui m’amène (et tous) à exprimer naturellement la plénitude de la Vie !


SECTION 6 : DEMEUREZ DANS LA CONSCIENCE DE L’AMOUR POUR TOUJOURS

La Leçon s’est ouverte avec la promesse (dans la Lecture Alternée) que Dieu a fourni une demeure (une terre promise) à Son peuple. Elle se termine maintenant par la promesse renouvelée que nous « habiterons dans la maison de l’Éternel jusqu’à la fin de [nos] jours ». (cit. B24, Psaume 23:6) Mary Baker Eddy décrit cette « maison de l’Éternel » comme « la conscience de l’Amour » (SH 578:17). L’Amour et la Vie étant des synonymes de (ou des noms pour) Dieu, ne pourrions-nous pas dire que nous habiterons dans la « conscience de la Vie » pour toujours. Habiter dans cette conscience ne laisse aucune place à la limitation ou à l’arrêt du bien sous quelque forme que ce soit.

Encore une fois, la façon d’expérimenter ce sens de la Vie, qui est en fait toujours présente, est de tester chaque pensée qui nous vient. Considérez-le comme goûter chaque pensée comme vous pourriez goûter à la nourriture. Si c’est bon, vous l’avalez (la nourriture ou la pensée). Si c’est mauvais, vous la recrachez. Elle n’a alors aucun pouvoir de contaminer. Essentiellement, cela suit la directive : « Eloigne-toi du mal, et fais le bien ; recherche et poursuis la paix. » (cit. B23, Psaume 34:8, 12, 14).

La question à poser, comme nous le lisons dans le livre d’étude de la Science Chrétienne, est… «Est-ce que je me conforme à la vie qui s’approche du souverain bien ? » (cit. S32, 496:9-13). Ensuite, répondez honnêtement et faites les ajustements nécessaires. L’Amour vous conduit en effet et la Vie vous vit en effet ! Nous sommes tous libres de céder à cette Vie et à cet Amour !

American Camp Association

MAIN OFFICE
(November - May)
410 Sovereign Court #8
Ballwin, MO 63011
(636) 394-6162

CAMP OFFICE
(Memorial Day Weekend - October)
19772 Sugar Dr.
Lebanon, MO 65536
(417) 532-6699

Support our mission!

CedarS Camps

Back
to top